4 membres et 32 invités en ligne

Laponie suédoise (Kungsleden) en ski-pulka

(réalisé)
Ce carnet de voyage décrit mon parcours en Laponie suédoise, sur la voie royale (Kungsleden) d’Abisko à Kebnekaise avec découverte de vallées perpendiculaires par envie de sortir du fameux itinéraire balisé à grand renfort de croix rouges. De beaux paysages et des aurores boréales sont au rendez-vous. Toutes les photos sont commentées pour que vous puissiez vivre ce voyage au plus près et y récupérer des infos pratiques.

PS : La trace GPS est incomplète puisqu’elle représente uniquement la Kungsleden sans tenir compte des autres vallées que j’ai parcourues avec ma carte et ma boussole.

Vidéo de cette randonnée à venir

« 72 rayons d’espoir contre la maladie de Crohn », c’est aussi d’autres itinérances à pied, à vélo, en kayak.
Facebook : http://www.facebook.com/72rayonsdespoir
Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCnkL_-ZY-08DOjwy-pzbTYg/
ski nordique
Quand : 24/03/22
Durée : 13 jours
Distance globale : 101km
Dénivelées : +1187m / -1104m
Alti min/max : 380m/1138m
Carnet publié par JB_Dijon le 11 avr.
modifié le 13 avr.
168 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : J9-J12 (mise à jour : 12 avr.)

Description :

J9. 01/04 Sälka => Singi 12km D+100m La vallée Singi avec ses rochers apparents ressemble à celle de Mordor (dixit le gardien). L'itinéraire de la journée était sympa : grande vallée. Beau temps. Rien de particulier à signaler.

J10. 02/04 Singi - Repos. Contre toute attente, à l'encontre des prévisions météo, le temps a tourné à la tempête (vents > à 100km/h de façon constante). Il a été plus que fortement conseillé à tous de ne pas sortir.
 
J11. 03/04 Singi => Hukejaure 26-30km D+530m Très beau. Sentiment d'isolement même si la piste de motoneige est signalée. Etape assez longue avec un sentier estival donné à 26 km. Débuté sous le soleil, puis rapidement le temps a tourné avec beaucoup de vent, mais une visibilité correcte.
 
J12. 04/04 Hukejaure => Singi par un chemin réservé aux randonneurs estivaux (non balisé avec la neige) 30km D+250m. Absolument splendide, mais attention à la grande descente raide au col après un lac. Ca s'approche d'avantage du ski de rando (alpin) que du ski de rando nordique et prudence: quand j'y étais il fallait prendre a gauche, à droite trop raide et danger de mort (encorbellement géant). La montagne change … soyez plus que très vigilant si vous optez pour ce parcours et renseignez-vous avant.

Le compte-rendu : J9-J12 (mise à jour : 12 avr.)

J9-J12. Pour cette section j'ai procédé comme la précédente. Départ d'un refuge (Sälka) pour m'en rendre à un autre (Singi) en empruntant la voie principale "Kungsleden". De là je laisse ma pulka pour me lancer à la découverte de vallées perpendiculaires à la principale. L'idée est de me retirer dans des endroits plus reculés, et si possible sans balisage. Je le fais par goût de la liberté de sortir d'un chemin tracé et l'envie d'un isolement plus prononcé qui prend un sens et une saveur particulière dans ces grands espaces. J'y perçois d'autres avantages. La concentration est de mise pour lire les reliefs afin de m'orienter et décider de mon propre chef par où passer. J'observe les nuages pour essayer de comprendre si le temps va tourner car il n'y aura pas toujours des croix pour me guider en cas de perte de visibilité. En me responsabilisant, je me connecte au maximum de mes capacités à ce milieu et de fait, je le comprends mieux. Sans doute une clé dans ma volonté de progresser et transiter avec prudence vers d'autres types de trek dans ces milieux austères. La suite en image commentées avec de superbes paysages.
J9. Au refuge de Sälka j'ai une grande chambre pour moi tout seul. Comme elle n'a pas été occupée depuis longtemps, mon feu de la veille, allumé après une arrivée légèrement tardive, a simplement réchauffé l'air de façon éphémère laissant le mobilier et l'infrastructure imprégnés d'un froid profond, si bien qu'au réveil j'ai 0°C.
J9. Au refuge de Sälka j'ai une grande chambre pour moi tout seul. Comme elle n'a pas été occupée depuis longtemps, mon feu de la veille, allumé après une arrivée légèrement tardive, a simplement réchauffé l'air de façon éphémère laissant le mobilier et l'infrastructure imprégnés d'un froid profond, si bien qu'au réveil j'ai 0°C.
J9. Le rituel du matin et du soir : faire des allers-retours chargés de sacs entre le dortoir et la pulka.
J9. Le rituel du matin et du soir : faire des allers-retours chargés de sacs entre le dortoir et la pulka.
J9. Au 9ème jour je range maintenant ma pulka en 2 temps - 3 mouvements. Chaque élément trouve sa place sans tergiverser selon son poids et l'accessibilité souhaitée.
J9. Au 9ème jour je range maintenant ma pulka en 2 temps - 3 mouvements. Chaque élément trouve sa place sans tergiverser selon son poids et l'accessibilité souhaitée.
J9. Aujourd'hui il fait -19°C, mais comme il n'y a pas de vent j'ai limite trop chaud (ce n'est pas une blague).
J9. Aujourd'hui il fait -19°C, mais comme il n'y a pas de vent j'ai limite trop chaud (ce n'est pas une blague).
J9. Avant une descente je saisis la corde de ma pulka et nous glissons ensemble l'un à côté de l'autre. C'est tellement romantique ...
J9. Avant une descente je saisis la corde de ma pulka et nous glissons ensemble l'un à côté de l'autre. C'est tellement romantique ...
J9. Ce modèle de pont suspendu est répété plusieurs fois sur la Kungsleden. Ils sont empruntés l'été par les randonneurs et les autochtones. En hiver ils ne sont pas utiles puisque tout est gelé (traversée de la rivière sur la glace).
J9. Ce modèle de pont suspendu est répété plusieurs fois sur la Kungsleden. Ils sont empruntés l'été par les randonneurs et les autochtones. En hiver ils ne sont pas utiles puisque tout est gelé (traversée de la rivière sur la glace).
J9. La Kungsleden et ses croix rouges. Même si les traces laissent présager des passages, aujourd'hui je n'y apercevrai absolument personne, ne serai-ce qu'au loin.
J9. La Kungsleden et ses croix rouges. Même si les traces laissent présager des passages, aujourd'hui je n'y apercevrai absolument personne, ne serai-ce qu'au loin.
J9. -
J9. -
J9. -
J9. -
J9. Pour le déjeuner j'ai adopté les coutumes locales avec de la viande de renne séchée. Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de vaches ici. Ce sont les reines qui peuplent cette région austère, même si à ma grande déception je n'en ai pas encore aperçus, tout comme le Père Noël qui est sensé habiter en Laponie (mais finlandaise je crois).
J9. Pour le déjeuner j'ai adopté les coutumes locales avec de la viande de renne séchée. Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de vaches ici. Ce sont les reines qui peuplent cette région austère, même si à ma grande déception je n'en ai pas encore aperçus, tout comme le Père Noël qui est sensé habiter en Laponie (mais finlandaise je crois).
J9. Dans la petite cabane où je me suis arrêté déjeuner il y a un journal où chacun peut indiquer son passage. Pour des raisons de sécurité? Ou peut-être de facturation après-coup (?), car j'ai entendu que cela pouvait se pratiquer.
J9. Dans la petite cabane où je me suis arrêté déjeuner il y a un journal où chacun peut indiquer son passage. Pour des raisons de sécurité? Ou peut-être de facturation après-coup (?), car j'ai entendu que cela pouvait se pratiquer.
J9. -
J9. -
J9. J'apprécie sortir du balisage des croix rouges pour retrouver un sentiment de liberté et l'envie de casser une certaine monotonie à travers un effort supplémentaire dans la poudreuse.
J9. J'apprécie sortir du balisage des croix rouges pour retrouver un sentiment de liberté et l'envie de casser une certaine monotonie à travers un effort supplémentaire dans la poudreuse.
J9. -
J9. -
J9. -
J9. -
J9. A l'approche du refuge de Singi le paysage change, des rochers affleurants apparaissent. Le gardien me précisera que beaucoup compare cette vallée à celle du Mordor du Seigneur des Anneaux.
J9. A l'approche du refuge de Singi le paysage change, des rochers affleurants apparaissent. Le gardien me précisera que beaucoup compare cette vallée à celle du Mordor du Seigneur des Anneaux.
J9. Des toilettes avec une vue pareille c'est la classe! Ok lorsqu'il faut se lever dans la nuit pour sortir dans le froid, la réflexion est toute autre ...
J9. Des toilettes avec une vue pareille c'est la classe! Ok lorsqu'il faut se lever dans la nuit pour sortir dans le froid, la réflexion est toute autre ...
J10. C'est la tempête! Elle est arrivée sans prévenir, car les prévisions météorologiques étaient très favorables. Le vent souffle tellement fort qu'une équipe de secours fait le tour des refuges pour formellement recommandé de ne pas sortir. Quand je pense avoir hésité à planter la tente à mi-chemin la veille ... Je réalise que pour ma propre sécurité il me faudra économiser pour investir dans une tente bien plus résistante le moment venu, car l'actuelle n'est clairement pas adaptée à de telles conditions
J10. C'est la tempête! Elle est arrivée sans prévenir, car les prévisions météorologiques étaient très favorables. Le vent souffle tellement fort qu'une équipe de secours fait le tour des refuges pour formellement recommandé de ne pas sortir. Quand je pense avoir hésité à planter la tente à mi-chemin la veille ... Je réalise que pour ma propre sécurité il me faudra économiser pour investir dans une tente bien plus résistante le moment venu, car l'actuelle n'est clairement pas adaptée à de telles conditions
J11. Le village sami est situé non loin du refuge de Singi. Il n'est que très peu occupé en hiver.
J11. Le village sami est situé non loin du refuge de Singi. Il n'est que très peu occupé en hiver.
J11. J'ai laissé ma pulka à Singi et je pars sur une boucle de deux jours en mode sac à dos en passant une nuitée à Hukejaure. Si le ravin n'est pas franchissable plus loin, c'est ce pont que je devrai emprunter au retour ...
J11. J'ai laissé ma pulka à Singi et je pars sur une boucle de deux jours en mode sac à dos en passant une nuitée à Hukejaure. Si le ravin n'est pas franchissable plus loin, c'est ce pont que je devrai emprunter au retour ...
J11. L'idée de ce petit périple de deux jours consiste à quitter l'itinéraire principal de la Kungsleden. Comme pour Nallo, je m'engouffre dans une vallée perpendiculaire.
J11. L'idée de ce petit périple de deux jours consiste à quitter l'itinéraire principal de la Kungsleden. Comme pour Nallo, je m'engouffre dans une vallée perpendiculaire.
J11. La météo ne s'est pas trompée pour une fois : il fait beau ! -19°C au départ, mais sans vent et ça change tout.
J11. La météo ne s'est pas trompée pour une fois : il fait beau ! -19°C au départ, mais sans vent et ça change tout.
J11. Traversée du premier des nombreux lacs sur l'itinéraire de la journée. La glace est recouverte de neige.
J11. Traversée du premier des nombreux lacs sur l'itinéraire de la journée. La glace est recouverte de neige.
J11. -
J11. -
J11. Finalement à ma grande surprise l'itinéraire est balisé. Dans le principe c'est une piste de moto-neige, mais il n'y a pas foule et c'est tant mieux.
J11. Finalement à ma grande surprise l'itinéraire est balisé. Dans le principe c'est une piste de moto-neige, mais il n'y a pas foule et c'est tant mieux.
J11. Encore un lac. J'aime ce type de traversée. Même si c'est sans risque, il y a toujours un petit je ne sais quoi avant de m'y engager.
J11. Encore un lac. J'aime ce type de traversée. Même si c'est sans risque, il y a toujours un petit je ne sais quoi avant de m'y engager.
J11. En fin de compte la météo s'est encore trompée. Le temps tourne rapidement, le vent se lève. La prise d'altitude y joue sûrement aussi un rôle.
J11. En fin de compte la météo s'est encore trompée. Le temps tourne rapidement, le vent se lève. La prise d'altitude y joue sûrement aussi un rôle.
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. Le vent souffle, mais la visibilité reste correcte (ouf!). Dans ces conditions ce n'est pas toujours aisé de prendre des photos entre le trépied qui bascule, les doigts saisis par le froid, la batterie qui perd 5-10% tout juste après avoir sorti l'appareil de la chaleur de ma poche puis le gel qui s'installe rapidement dessus, mon corps qui refroidit dès que je suis statique, etc, etc. Maisquand je vois les images, je pense que ça en vaut la peine (non?).
J11. Le vent souffle, mais la visibilité reste correcte (ouf!). Dans ces conditions ce n'est pas toujours aisé de prendre des photos entre le trépied qui bascule, les doigts saisis par le froid, la batterie qui perd 5-10% tout juste après avoir sorti l'appareil de la chaleur de ma poche puis le gel qui s'installe rapidement dessus, mon corps qui refroidit dès que je suis statique, etc, etc. Maisquand je vois les images, je pense que ça en vaut la peine (non?).
J11. Le réconfort de ce temps c'est que les paysages sont sublimés, presque irréels.
J11. Le réconfort de ce temps c'est que les paysages sont sublimés, presque irréels.
J11. -
J11. -
J11. -
J11. -
J11. Le refuge est proche. Je ferai une chute dans la dernière descente en passant trop vite d'une neige glacée à une couche épaisse de poudreuse. Les accidents du dernier kilomètre sont bien connus : une perte de vigilance due à la fatigue et l'envie d'arriver. Cette fois-ci je n'y ai pas fait défaut, voilà une bonne piqure de rappel.
J11. Le refuge est proche. Je ferai une chute dans la dernière descente en passant trop vite d'une neige glacée à une couche épaisse de poudreuse. Les accidents du dernier kilomètre sont bien connus : une perte de vigilance due à la fatigue et l'envie d'arriver. Cette fois-ci je n'y ai pas fait défaut, voilà une bonne piqure de rappel.
J11. Après les 25-30 km de la journée dans des conditions pas toujours aisées, je me suis empressé de me débarrasser de la corvée de bois, et je m'accorde enfin un petit moment de détente pour le dîner. Encore une fois je suis seul dans le refuge, en quelque sorte la recompense du mauvais temps et du retrait en ces lieux.
J11. Après les 25-30 km de la journée dans des conditions pas toujours aisées, je me suis empressé de me débarrasser de la corvée de bois, et je m'accorde enfin un petit moment de détente pour le dîner. Encore une fois je suis seul dans le refuge, en quelque sorte la recompense du mauvais temps et du retrait en ces lieux.
J11. A peine couché j'aperçois une aurore boréale depuis mon lit, voici la photo prise à la fenêtre. Ce spectacle + le fait que j'ai un refuge de 20 places pour moi tout seul, que demander de plus? Le rêve ...
J11. A peine couché j'aperçois une aurore boréale depuis mon lit, voici la photo prise à la fenêtre. Ce spectacle + le fait que j'ai un refuge de 20 places pour moi tout seul, que demander de plus? Le rêve ...
J12. Retour à Singi où j'ai laissé ma pulka. Si j'étais prêt ce matin à renoncer au chemin estival n'étant pas sûr du temps et d'un passage technique en pente raide, le gardien m'a rassuré sur la météo du jour et le risque avalanche. C'est décidé, je n'emprunterai pas le même chemin qu'à l'aller et je ferai bien la boucle prévue et cette fois-ci hors balisage !
J12. Retour à Singi où j'ai laissé ma pulka. Si j'étais prêt ce matin à renoncer au chemin estival n'étant pas sûr du temps et d'un passage technique en pente raide, le gardien m'a rassuré sur la météo du jour et le risque avalanche. C'est décidé, je n'emprunterai pas le même chemin qu'à l'aller et je ferai bien la boucle prévue et cette fois-ci hors balisage !
J12. Sur mon GPS je n'ai ni la trace, ni un fond de plan détaillé (OpenStreetMap). Je dois me diriger à la carte et à la boussole. La difficulté du démarrage est que comme je suis en altitude et qu'il y a plein de petits sommets qui se côtoient, j'ai des difficultés à trouver des points de repères.
J12. Sur mon GPS je n'ai ni la trace, ni un fond de plan détaillé (OpenStreetMap). Je dois me diriger à la carte et à la boussole. La difficulté du démarrage est que comme je suis en altitude et qu'il y a plein de petits sommets qui se côtoient, j'ai des difficultés à trouver des points de repères.
J12. Ce cairne indique un sentier estival qui mène au pont en contrebas. Ce n'est pas le mien. Ce paysage figé avec le pont pris dans la neige et l'absence de traces de vie m'évoquent l'ambiance apocalyptique digne des meilleurs films de science-fiction.
J12. Ce cairne indique un sentier estival qui mène au pont en contrebas. Ce n'est pas le mien. Ce paysage figé avec le pont pris dans la neige et l'absence de traces de vie m'évoquent l'ambiance apocalyptique digne des meilleurs films de science-fiction.
J12. Je me dirige tout droit sur un lac. Il y en aura beaucoup à traverser aujourd'hui.
J12. Je me dirige tout droit sur un lac. Il y en aura beaucoup à traverser aujourd'hui.
J12. -
J12. -
J12. C'est tout droit. Plus que 25km et j'y suis. J'en ai une trentaine à parcourir aujourd'hui, mais sans les peaux collées aux semelles de mes skis, ni la lourde pulka à tracter ça facilitent grandement la tâche.
J12. C'est tout droit. Plus que 25km et j'y suis. J'en ai une trentaine à parcourir aujourd'hui, mais sans les peaux collées aux semelles de mes skis, ni la lourde pulka à tracter ça facilitent grandement la tâche.
J12. Ma carte et ma boussole, mes fidèles compagnons qui s'entortillent autour de mon coup au grès du vent. Avant de finir étranglé je les ai enfermés sous ma dernière couche pour ne les sortir qu'au besoin : c'est à dire souvent. Peut-être une meilleure technique à me conseiller tout en les gardant à portée de main ? Merci car je suis franchement preneur ...
J12. Ma carte et ma boussole, mes fidèles compagnons qui s'entortillent autour de mon coup au grès du vent. Avant de finir étranglé je les ai enfermés sous ma dernière couche pour ne les sortir qu'au besoin : c'est à dire souvent. Peut-être une meilleure technique à me conseiller tout en les gardant à portée de main ? Merci car je suis franchement preneur ...
J12. Une cascade d'eau gelée. La vie semble figée et attends le retour de l'été pour se remettre en mouvement.
J12. Une cascade d'eau gelée. La vie semble figée et attends le retour de l'été pour se remettre en mouvement.
J12. Col qui débouche sur le passage technique de la journée. A petits pas je repère avec la plus grande des précautions les lieux, en évitant surtout le côté droit du col comme me la signalé le gardien du refuge ce matin.
J12. Col qui débouche sur le passage technique de la journée. A petits pas je repère avec la plus grande des précautions les lieux, en évitant surtout le côté droit du col comme me la signalé le gardien du refuge ce matin.
J12. Vive les descentes et la glisse dans la poudreuse. Avec le talon libre la manœuvrabilité n'est pas au top et la concentration à son maximum, mais le plaisir est là.
J12. Vive les descentes et la glisse dans la poudreuse. Avec le talon libre la manœuvrabilité n'est pas au top et la concentration à son maximum, mais le plaisir est là.
J12. Petit coup d'oeil en arrière sur ma trace et l'encorbellement qui surplombe le vide => maintenant vous voyez pourquoi il ne fallait surtout pas aller à droite ... la photo ne rend pas bien le degré des pentes et la hauteur, mais c'est la mort assurée.
J12. Petit coup d'oeil en arrière sur ma trace et l'encorbellement qui surplombe le vide => maintenant vous voyez pourquoi il ne fallait surtout pas aller à droite ... la photo ne rend pas bien le degré des pentes et la hauteur, mais c'est la mort assurée.
J12. A l'approche du refuge de Singi l'épaisseur de neige est assez fine et la zone marécageuse mais fort heureusement encore gelée. Les températures n'en sont pas la cause, mais de ce que m'en a expliqué une configuration de la vallée couplée à des vents soutenus.
J12. A l'approche du refuge de Singi l'épaisseur de neige est assez fine et la zone marécageuse mais fort heureusement encore gelée. Les températures n'en sont pas la cause, mais de ce que m'en a expliqué une configuration de la vallée couplée à des vents soutenus.
J12. Cette journée se finit tard, mais en beauté avec la traversée du village sami.
J12. Cette journée se finit tard, mais en beauté avec la traversée du village sami.
Commentaires