Home Sweet Home : bikepacking et parapente dans les Alpes

(réalisé) share(partager)
Un vélo, un parapente, et trois semaines de voyage sans jamais s'aventurer à plus de 60 kilomètres de la maison : comment être dépaysé dans son jardin ?
vélo de randonnée / parapente vol-rando
Quand : 07/10/19
Durée : 21 jours
Distance globale : 600km
Dénivelées : +19377m / -19280m
Alti min/max : 719m/2910m
Carnet créé par Anthony le 23 sept. 2019
modifié le 12 oct.
Coup de coeur ! 298 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Le Dévoluy en plein vent (mise à jour : 12 oct.)

Ce n’est ni par fidélité ni par nécessité que j’encense la beauté des environs. Regarder avec un œil neuf exerce à apprécier ce que l’on a. Bien piètre élève en la matière, c’est pour moi un défi de tous les instants, un contrepied de la lassitude en somme. Cette volonté, je la dois au plaisir de prendre des photos. Une forme d’expression dans laquelle la destination seule ne suffit pas à faire d’un cliché une œuvre. A contrario, j’applique plutôt ce conseil : « de la contrainte naît la créativité ». Cette maxime s’applique dans tout domaine où l’imagination est prépondérante, a fortiori dans nos voyages. Ma contrainte – si j’ose l’appeler ainsi – est toute trouvée : ne pas partir loin.

La chasse à la routine est un lieu commun chez tous les voyageurs de France et de Navarre. Cependant, même sans esprit guerrier, ne dit-on pas que la fuite est l’arme du lâche ? Gardons-nous d’indexer l’émerveillement sur l’éloignement, et adoptons le regard d’un étranger en visite dans nos contrées. Après tout, ne peut-on pas être dépaysé dans son propre pays ?
Dans la montée du col de Manse.
Dans la montée du col de Manse.
Canal de Charance, sur les hauteurs de Gap. La seule portion plate du voyage ?
Canal de Charance, sur les hauteurs de Gap. La seule portion plate du voyage ?
Premier bivouac, au-dessus de Coréo.
Partir de son pas de porte, c'est commencer par dormir pas loin de chez soi, en terrain très connu.
Premier bivouac, au-dessus de Coréo.
Partir de son pas de porte, c'est commencer par dormir pas loin de chez soi, en terrain très connu.
Majestueuse Ceüse.
Majestueuse Ceüse.
Autour de l'imposant plateau de Bure en arrière-plan.
Autour de l'imposant plateau de Bure en arrière-plan.
Quelques moments un peu moins roulants.
Quelques moments un peu moins roulants.
En arrivant vers le col de Festre.
En arrivant vers le col de Festre.
Le Dévoluy en plein vent
Toit naturel.
Toit naturel.
Double toit moins naturel.
Double toit moins naturel.
Trop de vent, je pars randonner, sans la voile, vers le Grand Ferrand. Les constructions géologiques de ce massif m'émerveilleront toujours autant.
Trop de vent, je pars randonner, sans la voile, vers le Grand Ferrand. Les constructions géologiques de ce massif m'émerveilleront toujours autant.
Certains accès sont un peu vertigineux, mais j'aime cette sensation de poser délicatement chaque pas.
Certains accès sont un peu vertigineux, mais j'aime cette sensation de poser délicatement chaque pas.
Anti-Gravité.
Anti-Gravité.
Bienvenue en automne.
Bienvenue en automne.
Sur le fil.
Sur le fil.
Une histoire d'échelle.
Une histoire d'échelle.
À quelques mètres du sommet, ambiance glaciale malgré le soleil, le vent souffle sans discontinuer.
À quelques mètres du sommet, ambiance glaciale malgré le soleil, le vent souffle sans discontinuer.
Retour dans le calme de la vallée.
Retour dans le calme de la vallée.
Puis retour sur la selle.
Puis retour sur la selle.
S'élever au-dessus de la mer de nuage est un bonheur sans cesse renouvelé.
S'élever au-dessus de la mer de nuage est un bonheur sans cesse renouvelé.
En arrivant vers le col des Faïsses.
En arrivant vers le col des Faïsses.
Coccinelles.
Coccinelles.
Obiou panaché.
Obiou panaché.
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65