VTT dans les Cerces-Thabor

(réalisé) share(partager)
Chaque été, c'est le rituel : dégotter un coin accessible en transport en commun, pour 5 jours de VTT, en montagne. Et le massif des Cerces-Thabor s'y prête à merveille : sommets magnifiques et singletracks joueurs, à condition d'aimer les terrains un peu techniques tout de même !
VTT BUL
Quand : 15/08/18
Durée : 5 jours
Distance totale : 192.1km
(dont réalisés 99.1km)
Dénivelées : +13962m / -13535m
(dont réalisés d+:7016m / d-:7012m)
Alti min/max : 1682m/3135m
Carnet créé par Anthony le 09 août 2018
modifié le 21 juin
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus
Précisions : Le train permet d'accéder soit à Briançon pour un accès par le sud, ou à Modane par le nord. De ces gares, il faut faire un petit peu de route/chemin pour accéder à notre boucle, mais plein de petites variantes sont envisageables pour partir de la...
Coup de coeur ! 441 lecteur(s) - 6
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 4 (mise à jour : 21 juin)

Distance section : 23.5km Dénivelées section : +1943m / -1785m
Section Alti min/max : 1963m/2812m

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 4 (mise à jour : 21 juin)

Réveil matinal ce jour : on est chaud comme la braise, avec une furieuse envie de découvrir la suite du parcours. De surcroit, on veut profiter de la matinée qui s'annonce ensoleillée, alors que le ciel est censé se couvrir ensuite.
Portage matinal, ça ne fait pas si mal.
Portage matinal, ça ne fait pas si mal.
On se sent pousser des ailes quand les éléments nous offrent un si beau spectacle.
On se sent pousser des ailes quand les éléments nous offrent un si beau spectacle.
Plateau suspendu, avec au fond le mont Thabor, sentinelle du secteur.
Plateau suspendu, avec au fond le mont Thabor, sentinelle du secteur.
Le descente depuis le col du Vallon est somptueuse.
Le descente depuis le col du Vallon est somptueuse.
Jour 4
Le passage du col du Vallon a été un régal : nous n'avons pas croisé âme qui vive, et rouler dans cette ambiance matinale réveille tellement les sens que lorsque nous arrivons à Névache, nous avons l'impression d'avoir un peu rêvé en fait !

Notre seul passage urbain (!), c'est à Névache. Quelques centaines de mètres de bitume nous y attendent. Et surtout, une belle surprise : la boulangerie du Cristol ! Une boulangerie bio où il faut impérativement s'arrêter. Nous jetons notre dévolu sur une tarte aux myrtilles (ou la tarte se jette sur nous, je ne sais plus) : excellent !
Mais que vois-je ?
Mais que vois-je ?
Boum, la tarte aux myrtilles. Il fallait l'immortaliser, parce qu'elle n'a pas fait long feu.
Boum, la tarte aux myrtilles. Il fallait l'immortaliser, parce qu'elle n'a pas fait long feu.
Après ce très agréable deuxième petit déjeuner de la journée, il faut à nouveau s'extraire du fond de vallée. Nous prenons la direction du lac de Cristol, où nous envisagions de bivouaquer...
Montée régulière et fraîche dans les arbres.
Montée régulière et fraîche dans les arbres.
La lac du Cristol.
La lac du Cristol.
Et voilà, nous sommes déjà au lac du Cristol, à peine au milieu de la journée. Le ciel se couvre sans devenir menaçant : nous avons trop envie de continuer. Donc nous entamons le programme prévu pour le lendemain : porte de Cristol, puis grand Aréa. Ce dernier promet d'être mémorable, mais ne s'envisage que si une belle fenêtre météo s'annonce.

Peu après avoir passé la porte de Cristol, quelques gouttes s'invitent. Aïe ! Qu'à cela ne tienne, nous ré-éditons la technique de l'an dernier : s'abriter sous un rocher. La pluie est légère, notre abri est assez spacieux pour que nous y mangions. Bonne occasion de voir un peu comment la météo évolue...

C'est le jackpot : la pluie passe, le ciel redevient clément. On enfourche les vélos (enfin les vélos enfourchent nos épaules plutôt !), pour un portage épique vers le grand Aréa : la montée par la face choisie est assez... scabreuse ! Pente prononcée, équilibre fragile, et on s'aide même des mains sur une portion. Une franche dose de culot, mais le jeu en vaut la chandelle : on accède ainsi quasi directement au sommet : c'est une manie de famille, on veut absolument faire des boucles pour éviter les allers-retours. Pour un col, c'est facile. Mais pour un sommet, ça demande un peu d'audace :)
La montée est un peu épique ! C'est aussi pour ça qu'on voulait une bonne fenêtre météo...
La montée est un peu épique ! C'est aussi pour ça qu'on voulait une bonne fenêtre météo...
La descente, depuis le sommet, est technique, mais splendide !
La descente, depuis le sommet, est technique, mais splendide !
Ici aussi on a l'impression de rouler sur la Lune.
Ici aussi on a l'impression de rouler sur la Lune.
Descente taillée pour du VTT de montagne ! Avec la vallée de la Guisane en contrebas.
Descente taillée pour du VTT de montagne ! Avec la vallée de la Guisane en contrebas.
De retour sur la partie ouest du massif, on profite à nouveau de superbes vues sur les Ecrins.
De retour sur la partie ouest du massif, on profite à nouveau de superbes vues sur les Ecrins.
Le soleil s'invite sur la fin de la descente. Le col de Buffère est en contrebas.
Le soleil s'invite sur la fin de la descente. Le col de Buffère est en contrebas.
Le Grand Aréa fait donc partie de ces bonnes surprises à VTT : on peut y monter par un sentier tout juste praticable à pied, et en descendre par un single VTT majeur ! Une fois arrivé au col de Buffère, nous descendons vers le refuge éponyme, en espérant trouver une zone de bivouac aux alentours.
Descente vers Buffère.
Descente vers Buffère.
Le refuge de Buffère est un chouette havre de paix, avec une équipe super sympa.
Le refuge de Buffère est un chouette havre de paix, avec une équipe super sympa.
Cette 4e journée a été magistrale : quel plaisir d'avoir pu parcourir tous ces chemins ! Bien que nous nous sommes levés assez tôt le matin-même, nous avons l'impression d'être en grande forme, tant mieux. Il n'est que 17h au refuge, nous savourons une bière en étudiant les possibilités pour le lendemain : comme nous sommes en avance sur le programme, il s'agit de dégotter un petit bonus pour le lendemain. On ne va quand même pas faire qu'une petite demi journée demain :) Grâce à quelques bribes de réseau et à l'excellent site VTTrack, nous arrivons à dénicher un petit détour qui s'annonce sympathique, et la météo aussi : parfait !
Réparation de crevaison au bivouac, trouvé 500m en amont du refuge.
Réparation de crevaison au bivouac, trouvé 500m en amont du refuge.
Au dodo !
Au dodo !
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°56