Saute mouton sur l'Alpe

(réalisé) share(partager)
4 semaines à vélo en solo pour traverser l’arc alpin de Ljublijana à Gap, par monts et par cols. Récit en 4 sections :
1-France/Slovénie/Autriche 
2-Italie
3-Suisse
4-France
S'y rendre de manière douce : C'est possible en bus
Précisions : En train de Gap à Marseille puis avec un autocar de la compagnie FLIXBUS de Marseille à Ljublijana (environ 50€, et...16 heures de bus!!!)
vélo de randonnée / VTT
Quand : 11/07/18
Durée : 30 jours
Distance totale : 1194.3km Dénivelées : +16137m / -15467m
Alti min/max : 298m/2300m
Carnet créé par La Tribu le 31 août
modifié le 21 déc.
305 lecteur(s) - 20
Vue d'ensemble

Le topo : France-Slovénie-Autriche (mise à jour : 11 oct.)

Distance section : 1194.3km Dénivelées section : +16137m / -15467m
Section Alti min/max : 298m/2300m

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : France-Slovénie-Autriche (mise à jour : 11 oct.)

« les vacances à vélo ?? encore ????... dommage, j’ai encore des cours en juillet, mon semestre ne sera pas encore fini… »

« J’serais bien venu, mais j’ai un job pour cet été…. »

« j’peux pas… j’ai piscine »

« Ah non, merci, les vacances à vélo, ras le bol ! Je préfère les vacances « normales », aller à la mer avec mes cousins, ou rester ici, à refaire le monde avec mon copain… »

J’ai bien compris les messages, personne ne veut venir profiter du bon air pur de nos montagnes… Je partirai donc toute seule (ben oui, je suis grande, non ?)

Direction : les Alpes, ou plutôt, la traversée de l’arc alpin, depuis la Slovénie jusque… eh bien, jusqu’à la maison, en vélo évidemment. N’ayant aucune imagination pour créer un itinéraire, comme d’hab je copie scandaleusement sur l’itinéraire réalisé l’an dernier par mes cousins (tsagaventure.com).

Côté pratique :

-VTT Rockrider 600 + 4 sacoches avec toute ma petite maison à l’intérieur. Et j’essaye désespérément d’alléger ! J’y arrive, tout doucement… mais je trimballe quand même 17 kg de bagages…

-un aller simple Marseile-Ljublijana en bus (environ 50€, 15 heures de trajet, avec la compagnie FLIXBUS, et le vélo démonté et ficelé dans un grand sac poubelle, moyennant 10 € supplémentaires)

-l’application maps.me pour l’itinéraire

-les whatsapp et sms pour communiquer avec la famille et les amis.

C’est parti !!!


SLOVENIE
Mardi 10 juillet 2018
Départ en train à 13.36 de Veynes avec tout mon barda et le vélo encore entier.

Arrivée à 16.30 à Marseille, Gare Saint Charles. Une dernière vue sur la Bonne Mère et me voilà à démonter mes roues et à emballer mon vélo dans des sacs poubelles, à grand renfort de scotch et de cartons de protection. 18h25, l’autocar de la compagnie FLIXBUS (48€ pour traverser la moitié de l’Europe, qui dit mieux ?) quitte Marseille direction Ljublijana via Nice, Bologne,  Venise (sous la pluie), Trieste… la nuit est longue !

En attendant le bus...  Gare Saint Charles à Marseille, sous la protection de la Bonne Mère!
En attendant le bus... Gare Saint Charles à Marseille, sous la protection de la Bonne Mère!
Mercredi 11 juillet 2018
Ljublijana – Skofja Loka
Distance : 26 km
Dénivelée : 75 m.
Arrivée à 10.40, et le temps de remonter mon vélo, la pluie commence à tomber, d’abord tout doucement puis de plus en plus forte. C’est le moment de se lancer dans de nouvelles expériences ! Je m’inscris sur le réseau Warmshower… il faut bien un début à tout… A Skofja Loka, 20 km au nord de Ljublijana, un couple propose un hébergement ponctuel, les critiques sont excellentes. Aucune hésitation, j’appelle… malgrè un début de communication un peu hésitant, je comprends que ma demande est acceptée, je vais dormir au sec ce soir, le moral remonte !!!

Dégoulinante comme un rat mouillé, je débarque chez Igor et Marteja avec mon vélo et mes sacoches… pour une soirée formidable. Je suis chouchoutée, la discussion va bon train, elle est prof de français, lui est chanteur classique – photographe, nous parlons voyages, projets culturels pour les étudiants, je suis autorisée à voir la maquette d’un livre en cours de parution sur la « Slovénie secrète », avec tous ces jolis coins méconnus….

Première revue de paquetage : j’ai dans mes sacoches 2 frontales et 2 boussoles. Dans mon programme weight watchers, j’ai encore des progrès à faire….

 
Jeudi 12 juillet 2018
Skofja Loka – Dovje
Distance : 69,83 km
Durée : 6h41
D+ : 1003 m.
Vrai départ, cette fois-ci, sous un ciel sec mais couvert.

Ma poignée ergonomique a cassé pendant le voyage en bus, sans doute usée (car non protégée…) par les frottements contre le plancher de la soute à bagages. Je la remplace par une poignée toute simple.

Igor m’avait dit : tu suis la rivière Save, ça va tout seul. J’ai bien dû me tromper quelque part car à moins que la Save remonte les pentes, je me suis retrouvée à grimper une grosse côte jusqu’à un joli belvédère pour ma pause casse-croûte, d’où j’ai pu admirer….l’itinéraire que j’aurais dû suivre !!!

La descente est sympa, je vois Bled au loin (quel nom !!!), et Jesenice, le long de la rivière. Enfin, je rejoins la piste cyclable (avec de belles côtes !) qui me dépose au camping de Dovje. Un bel orage en fin de nuit, avec feu d’artifice en prime !!!

2 chutes à vélo (sans les sacoches ; mais avec les cales-pieds…) en allant faire un tour dans le village…

Skofja Loka, Slovénie
Skofja Loka, Slovénie
AUTRICHE
Vendredi 13 juillet 2018
Dovje - Arnoldstein
Distance :   55,83 km
Durée : 3h28
D+ : 376 m.
Le temps de tout sécher et je décolle vers 10.00, le long du circuit SLO1 qui fait le tour du massif du Triglav (point culminant des Alpes Juliennes et plus haut sommet de Slovénie, avec ses 2864 m d’altitude) ; la piste cyclable est légèrement ascendante, le paysage sur les montagnes environnantes (aux noms imprononçables) est saisissant. Puis la piste descend en forêt (c’est même un peu louche que ça descende autant…)  jusqu’à Tarvisio, où je rejoins la Pista Ciclabile Alpe Adria (FVG1A / Friuli Venezia Giulia), que je lâcherai à Coccau/ Arnoldstein pour la R3 autrichienne. Des panneaux d’information et des cartes détaillées sont installées régulièrement le long des parcours pédestres et cyclistes, c’est rassurant.

Peu après Arnoldstein, je plante ma tente derrière un oratoire (au moins j’aurai la protection divine !!!) le long de la piste longeant la rivière Gail. J’ai même une fontaine privative !!! Ce n’est qu’après avoir planté ma tente que j’avise un panneau de mise en garde contre les ours qui fréquentent les forêts slovènes… prudemment, j’accroche mon sac à nourriture au sommet du panneau d’information, assez loin de ma tente…. Et je garde à proximité un rondin de bois et mon opinel. Illusion auditive produite par mon imagination débordante, ou réalité ? des grognements se font entendre dès que je me couche. Je grogne plus fort (carrément plus fort !!!) et les bruits cessent. Si ça se trouve, je deviens parano, et ce n’était qu’une souris asthmatique…

Massif du Triglav
Massif du Triglav
Un petit emplacement paradisiaque, en Autriche...
Un petit emplacement paradisiaque, en Autriche...
Pas cool, ça....
Pas cool, ça....
Samedi 14 juillet 2018
Arnoldstein - Schattseite
Distance : 51,27  km
Durée : 4h07
D+ : 926  m.
Première casse ce matin : le porte-bagages avant vient de casser, je rafistole avec un collier Rieslan. Je savais bien que j’allais la payer, la longue descente d’hier… J’étais partie dans l’intention de remonter tranquillement la rivière Gail, bordée de vert sur la carte Michelin, mais hop ! au dernier moment je bifurque (et hop ! une côte à 18% en passant…) vers le col Windische Höhe (1110m.), en direction du Weissensee. Un lac, c’est comme un valet tournant à la belote, ça ne se refuse pas. J’ai eu raison. La montée au col a été rude (je sais bien que des montées, j’en aurai beaucoup d’autres… mais là, c’est la première, et ça pique…les mollets !!!), avec une portion à 18% (ma parole, c’est pas raisonnable, ces pourcentages…), mais la descente est sublime ; j’ai même croisé un élevage de nains de jardins ; et l’arrivée sur le lac (après toutefois quelques côtes bien longues et bien raides…) est à couper le souffle.

Véritable bijou noyé au creux des montagnes, dont les pentes boisées viennent se jeter dans les eaux turquoises qui miroitent au soleil, c’est un pur bonheur des yeux. Le petit bain en attendant le bateau est un enchantement, une vraie récompense, d’autant que l’eau n’est pas très froide.

La croisière jusqu’au débarcadère de Naggl est vraiment un moment de détente après cette rude journée.

L’installation au camping de Schattseite est, comme d’habitude, déprimante. Les tentes, pourtant l’âme même du camping, sont reléguées aux confins du terrain, coincées contre la route, sur une bande de terrain caillouteuse, derrière les caravanes et camping-cars rutilants et bruyants, qui eux, ont droit à la pelouse vert tendre…  Et en plus, ça sent l’orage. Ma tente, qui est montée toute de travers, va claquer toute la nuit, je le sens…

On ne va pas se plaindre, les poubelles sont loin…

Et ce soir, c’est 14 juillet ! On va au baletti ?!!!

Un jardin bien garni, en Autriche...
Un jardin bien garni, en Autriche...
Croisière sur le Weissensee
Croisière sur le Weissensee
Dimanche 15 juillet 2018
Schattseite - Lienz
Distance : 62,30  km
Durée : 3h46
D+ : 334  m.
La pluie est tombée très tôt ce matin. Entre deux averses, je démonte et j’essaye de sécher la toile au maximum avant de la plier. La piste est agréable, je longe maintenant la rivière Drau, au milieu de la forêt d’où émergent de temps en temps de petites églises nichées à flanc de montagnes. Le soleil revient, tout va bien.

Je profite de la pause de midi vers Oberdrauburg, avant Lienz, pour tout étaler au soleil. La vallée est encaissée au milieu des montagnes (Grosse Sandspitze, 2772 m., qui barre la vallée de la Drau).

Pendant mes longues périodes de pédalage, il m’arrive d’avoir des réflexions hautement philosophiques.Notamment quant à mon équipement. Du genre : les culottes à 7 grammes, c’est vraiment de la daube. Ca roule sous les fesses, et ça se coince là où il ne faudrait pas. Heureusement, j’ai une culotte ODLO bien moulante et pas du tout sexy, ça tient bien. Comme quoi, un voyage réussi, ça tient des fois à pas grand-chose… 7 grammes !

Sur la route, personne ne sourit, ni ne répond à mes bonjours. Ils sont tous genre crispés du trouduc. Peut-être souffrent-ils aussi d’avoir des culottes à 7 grammes ??? va savoir… En tous les cas, les prochains cyclorando qui font la gueule, je leur tire la langue… !!!

A midi, une cycliste est venue s’assoir à la table de pique-nique, en face de moi, et n’a pas décroché un mot ni un regard.  Au bout d’un petit moment, elle est repartie. Curieux, ces autrichiens… heureusement, bientôt je serai en Italie, et la, l’ambiance sera beaucoup plus joyeuse!

La piste passe à côté d’un mémorial dédié aux Cosaques (et d’un pont actuellement disparu, matérialisé par une plaque commémorative) : une chapelle orthodoxe en gros rondins de bois. En 1945, 40 000 Cosaques et leurs familles sont venus se réfugier dans la région, fuyant l’URSS, et réclamant la protection des autorités britanniques. 

Mais selon les accords de Yalta, ces dernières voulurent les renvoyer chez eux. Finalement, 38000 d’entre eux furent tués ou déportés dans des wagons à bestiaux vers des camps de travail en Sibérie. Nombre d’entre eux dont des femmes et leurs enfants, préférèrent se suicider, se jetant du pont (aujourd’hui disparu) dans la Drau pour échapper à la déportation. Une cérémonie a lieu chaque année pour commémorer cette triste période.

Après avoir passé Lienz (encore une chute, suite à un moment d’innattention…), j’ai trouvé un coin à camper dans un champ entre deux villas. Chez les voisins, le rock’n roll donne à fond. Ca met un peu d’ambiance, avant la finale France-Croatie de la coupe du monde de foot !!!!

A 17.48, le score est à 2-1sur pénalty de Griezmann (c’est David, mon beau-frère, qui me tient au jus par sms…) parce que les voisins, ils crient tout le temps, du coup je ne sais pas quelle équipe ils soutiennent !

Au final, 4-2 pour la France ! Qui c’est les champions ? En tous les cas, le quartier est très calme. Finalement, je pense que les voisins, ils soutenaient les Croates…

Un cyclorandonneur est venu s’installer dans le même champ que moi. Il s’appelle Tom (en réalité Tsutomu Shimagami), il arrive du Japon et depuis 3 ans, il parcourt l’Asie et l’Europe….en vélo !!!

Lienz, chapelle des Cosaques
Lienz, chapelle des Cosaques
Ouille! 20%, ça rigole pas!!!
Ouille! 20%, ça rigole pas!!!
Pas besoin de comprendre l'allemand, les dessins sont suffisamment explicites!!!
Pas besoin de comprendre l'allemand, les dessins sont suffisamment explicites!!!
Commentaires
share posté le 09 oct. mis à jour le 09 oct.

droopy mac Picart
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 09/10/18

Message privé
Cc la championne de la petite reine, encore un exploit a la force du mollet et au mental d'acier. Que du bonheur de parcourir avec toi mais de façon plus virtuelle ce journal intime d'une baroudeuse hors pair..Je fais parti des nouveaux anti-facebook, mais je like a fond ton documentaire, mi animalier, mi multipass, mi multilingue....enfin bref du Vero a 200%. Je te souhaite bien des choses pour la suite de tes exploits, gros bisous a la famille et a bientot...
share posté le 10 oct. mis à jour le 10 oct.

Pasto
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 10/10/18

Message privé
Bonjour, félicitations pour ton beau voyage. Toujours aussi courageuse....les ours,les problémes de sacoche et tout le reste.
Tu nous a fait découvrir de bel endroit, grâce a tes mollets de feu.
Merci encore pour ce magnifique compte-rendu.
Grosses Bises
share posté le 23 nov. mis à jour le 23 nov.

Claude21805
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 23/11/18

Message privé
bravo des récits de voyage comme j'aime et qui font rêver, dommage que je n'ai plus la force de faire ces aventures, respect à toi toute mon affection

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°55