2 membres et 24 invités en ligne

Laponie suédoise (Kungsleden par les variantes)

(réalisé)
L'idée de cette itinérance est de skier sur des variantes en évitant autant que possible le chemin principal. Les étapes vont jusqu'à 35km/jour théorique sur le plan, plus si je dois chercher où passer sur le terrain, mais cela devrait me permettre de découvrir des vallées peu fréquentées avec sans doute des sections hors balisage. Au programme 10 étapes pour 12 jours de dispo, car ma petite expérience de ce milieu m'a déjà appris que rien ne se passe vraiment comme prévu.

La trace GPS est celle dessinée avant mon départ. Elle n'indique pas les passages exactes où passer, ce qui en hiver n'aurait pas de sens.

Film - Reportage : A venir

Facebook : www.facebook.com/72rayonsdespoir
ski nordique
Quand : 20/03/23
Durée : 12 jours
Carnet publié par JB_Dijon le 15 avr. 2023
modifié le 19 avr. 2023
Mobilité douce
C'est possible (ou réalisé) en train
Coup de coeur ! 293 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : J1-J3 (mise à jour : 15 avr. 2023)

Description :

J1. Lundi 20 mars. 14km. D+ 100m
J2. Mardi 21 mars. 22km. D+ 280m
J3. Mercredi 22 mars. 14km. D+ 630m, presque autant de D-

Le compte-rendu : J1-J3 (mise à jour : 15 avr. 2023)

Jour 1. Abisko => Abiskojaure. 14 km. Cette première journée c'est la satisfaction d'éprouver les joies de la glisse avec un sac de "seulement" 16kg, pas de pulka qui se renverse, pas de galères sur cette section comme l'an passé. Résultat les 15 kilomètres sont avalés bien rapidement et je me retrouve à Abiskojaure vers midi, premier arrivé. Parfait pour me reposer du voyage de la veille et de l'avant-veille. J'ai hâte d'être à demain pour découvrir de nouveaux paysages, et je l'espère prendre un peu d'altitude pour sortir des forêts de bouleaux.

Jour 2 Abiskojaure => Unna Allakas. 22 km. Cette étape consiste à remonter la vallée progressivement, en rive droite d'un cours d'eau. Les conditions restent globalement favorables, même si le côté montagneux commencent à se faire sentir, avec quelques précipitations de neige et un léger vent. Le démarrage est assez douloureux avec un sévère coup de barre en milieu de matinée, sans doute le changement d'air et de rythme avec mon quotidien au bureau. Pas le choix, je dois avancer. Mes jambes frissonnent, j'enfile un collant à la va-vite en première couche, je repars, et soudainement tout va mieux. Mes sens retrouvés, je prends plaisir à avancer en écoutant le bruit du vent se mêler au craquement de la neige sous mes skis. Parfois je m'arrête pour m'imprégner du silence de ce milieu reculé.

Jour 3. Unna Allakas => Alesjaure. 14 km. Enfin une étape de montagnes. Les arbres ont disparu au profit de la neige, des reliefs et de grandes vallées désertiques dans lesquelles j'évolue avec deux petits cols à passer. Peut-être parce que je ne tracte pas ma pulka, ou alors parceque les conditions météorologiques sont favorables, mais je n'ai pas encore éprouvé cet aspect de galères et de fatigue où il me faut lutter contre moi même et contre les éléments. Ce sentiment de l'avoir fait, de me prouver que j'en étais capable, d'avoir progressé et de ressentir dans mes tripes la puissance de ce milieu. Aujourd'hui, comme hier et avant-hier je suis le premier arrivé, si bien que je m'attelle aux corvées de bois et d'eau en attendant les autres. Nulle doute que dans les prochains jours avec l'accumulation des kilomètres, la fatigue va pointer le bout de son nez. Mon premier circuit alternatif au chemin principal est maintenant bouclé, demain commencera le deuxième circuit alternatif, sur deux jours.
J1. Ce portail marque le départ, mais pour d'autres randonneurs ce sera l'arrivée.
J1. Ce portail marque le départ, mais pour d'autres randonneurs ce sera l'arrivée.
J1. Dans les prochains jours en prenant un peu de hauteur les bouleaux se dissiperont aux profits des grands espaces blancs.
J1. Dans les prochains jours en prenant un peu de hauteur les bouleaux se dissiperont aux profits des grands espaces blancs.
J1. C'est Mélissa, des Pays-Bas. Elle trimbale une tente dans son sac, elle dort dehors et a déjà parcouru la totalité de la Kungsleden l'été en portant un bateau gonflable pour traverser les lacs. Chapeaux bas!
J1. C'est Mélissa, des Pays-Bas. Elle trimbale une tente dans son sac, elle dort dehors et a déjà parcouru la totalité de la Kungsleden l'été en portant un bateau gonflable pour traverser les lacs. Chapeaux bas!
J1. Dans les premiers jours j'optimise le rangement du sac.
J1. Dans les premiers jours j'optimise le rangement du sac.
J2. J'avance ponctuellement à même la rivière.
J2. J'avance ponctuellement à même la rivière.
J2. De temps en temps la rivière fait son apparition.
J2. De temps en temps la rivière fait son apparition.
J2. Traversée d'un village sami quasi-désertique pour l'hiver.
J2. Traversée d'un village sami quasi-désertique pour l'hiver.
J2. Même si le côté montagneux n'est toujours pas affirmé, c'est beau.
J2. Même si le côté montagneux n'est toujours pas affirmé, c'est beau.
J2. Combinaison gagnante rocher + pas trop froid à ce moment là = le seul instant du trajet du jour où j'ai pu m'asseoir
J2. Combinaison gagnante rocher + pas trop froid à ce moment là = le seul instant du trajet du jour où j'ai pu m'asseoir
J2. Je commence à retrouver la sensation de glisse et le bon gestuel.
J2. Je commence à retrouver la sensation de glisse et le bon gestuel.
J2. La beauté du crépuscule.
J2. La beauté du crépuscule.
J3. Au petit matin, dans l'ombre en bas à droite, peu visible, le refuge de Unna Allakas.
J3. Au petit matin, dans l'ombre en bas à droite, peu visible, le refuge de Unna Allakas.
J3. Même si mes skis de randonnée nordique sont équipés d'écailles, dès que la pente durcit les peaux sont indispensables.
J3. Même si mes skis de randonnée nordique sont équipés d'écailles, dès que la pente durcit les peaux sont indispensables.
J3. En avant toute !
J3. En avant toute !
J3. Une monté en vue, je vais me rapprocher des sommets.
J3. Une monté en vue, je vais me rapprocher des sommets.
J3. J'aime cette ambiance minérale.
J3. J'aime cette ambiance minérale.
J3. Au fond on aperçoit les bâtiments du refuge Alesjaure (c'est très grand).
J3. Au fond on aperçoit les bâtiments du refuge Alesjaure (c'est très grand).
J3. La salle commune de l'un des bâtiment d'Alesjaure.
J3. La salle commune de l'un des bâtiment d'Alesjaure.
J3. Je me sers de la hache comme d'une masse pour frapper la buche qui est posée sur une lame fixe. C'est plus securitaire, mais bien moins efficace que d'utiliser la hache directement.
J3. Je me sers de la hache comme d'une masse pour frapper la buche qui est posée sur une lame fixe. C'est plus securitaire, mais bien moins efficace que d'utiliser la hache directement.
Commentaires