6 jours d'errance entre Albertville et Grenoble entre souffrance et bonheur = un tour de pédale !

(réalisé) share(partager)
la trace ne fait pas dans la dentelle ; elle est dure physiquement mais elle déroule de massifs en massifs, et ça, c’est impressionnant. Au final rien n’est bien loin ou tout est si proche ?

Distance réelle parcourue : 243 km
Denivelé réel effectué : 9200 m
VTT BUL
Quand : 26/06/21
Durée : 6 jours
Dénivelées : +9200m /
Alti min/max : 411m/2156m
Carnet créé par StfPetitCaillou le 04 juil.
modifié le 05 juil.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus
326 lecteur(s) - 3
Vue d'ensemble

Le topo : jour 4 (mise à jour : 04 juil.)

Section Alti min/max : 447m/1912m

Description :

JOUR 4 LAC DU LOUP-La CHAMBRE- SOUS LE COL DE COCHEMINE- 41 kms – 1695 D+
1) Piste jusque la colonne. J’aurais rêvé que le GR qui arrive à ST Avre - La Chambre soit un beau single. Mais non, c’est une belle piste.
2) st Etienne de Cuine et st Marie de Cuine. Plus de centre village plus de boucherie ni d’épicerie, pas de bar, pas même de boulangerie. Il y a l’Intermarché, un genre de magasin de producteurs plus ou moins locaux et son restaurant en bord de route… La mort des villages ? 
3) En bout de piste le GR du col de la Cochemine. Ça pousse c’est large pour laisser passer le4*4 du jeune berger. Attention les 3 fontaines du haut ne coulent plus. Très belles fontaines et zone plate « au plan fontaine ». J’aurai eu du nez.
4) Dans l’alpage portage et il y a les moutons et des chiens.
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : jour 4 (mise à jour : 04 juil.)

GRANDE MONTEE MOUSSEUSE  = La fine pluie passe et je pars en me disant que je planterais la tente si le ciel s’abat. Mais rien de tout ça. Sur cette route qui mène nulle part, je ne croiserai personne, ni voiture ni âme qui vive. Ça pour être tranquille c’était une journée réussie. La route a de la mousse dans son goudron, elle sent la non fréquentation. Le goudron c’est quand même dur-dur, La piste est longue, je me réconforte des fleurs de bordure qui m’encouragent.

Vie de chien #3 et de Ticaillou = c’est impossible de contourner le troupeau puisque je suis dans l’enclos. J’attends les deux chiens- renfilage encore… et confiance de la bête qui vit en moi - ils m’escorteront au bord du troupeau. Le troupeau s’affole pour on ne sait quoi. Les chiens iront faire le taf. C’est l’heure du Portage, et ça impressionne les chiens craintifs, mais ils restent sereins. Je sors de l’enclos. Et quelques mètres de portage plus loin qui vois je arriver comme des chiens de compagnie ? Mes deux compères. Ils m’accompagneront toute la soirée. Je plante la tente pendant qu’un contemple le paysage, et l’autre creuse un trou. Je me lave (ils s’en foutent) je cuisine (ils restent stoïques) et loin de moi. Il pleut, ils redescendent. Compagnie simple et puissante.

Bonne nuit, la vue est splendide et magique. De la tente on ne voit pas la vallée. Mes yeux restent rivés aux sommets de Belledonne.
VERS cochemine
VERS cochemine
Route poilue
Route poilue
jour 4
jour 4
sous le col de cochemine
sous le col de cochemine
jour 4
Bien gardée
Bien gardée
nuit de rêve et réveil dans les nuages
nuit de rêve et réveil dans les nuages
village du loup, m'as tu vu ?
village du loup, m'as tu vu ?
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65