Utiliser son smartphone comme GPS : suivre son itinéraire même sans connexion

par Anthony dans Dossiers 24 déc. 1567 lecteurs 2 6 commentaires share(partager)

Sitytrail, iPhigénie, ViewRanger, VisoRando : que choisir ?

Je ne reviens pas ici sur les multiples avantages d’utiliser son smartphone comme GPS, j’en ai déjà longuement parlé dans Carnets d’Av #58. Pour résumer :

  • Compacité et légèreté : un smartphone tient dans la poche, et pèse à peine plus qu’une seule carte papier
  • Sécurité : les puces GPS des téléphones sont maintenant très performantes, et permettent de nous localiser rapidement même dans des conditions difficiles.
  • Facilité et flexibilité : on peut emporter plein de cartes, à utiliser même sans connexion réseau. Et c’est justement le sujet de cet article !

Bien sûr, comme tout appareil électronique, les pannes et la casse sont le talon d’Achille des smartphones. Il appartient à chacun de prendre ses précautions, et de bien choisir son téléphone pour ses activités.

L'application Sitytrail transforme tout smartphone en un GPS performant, même sans connexion réseau.
L'application Sitytrail transforme tout smartphone en un GPS performant, même sans connexion réseau.

NOTE : Cet article fait partie d'une série de 4 articles consacrés à la préparation d'itinéraire :

Etape 1Se renseigner sur sa destination de voyage : cartes, topos, climat, contacts

Etape 2 : Tracer un itinéraire sur ordinateur : les GPX et KML n’ont plus de secret !

Etape 3 : Utiliser son smartphone comme GPS : suivre son itinéraire même sans connexion

Etape 4Utiliser son smartphone comme GPS : les applications “expertes”

Nos besoins en tant que pratiquants outdoor 

Comme on a préparé notre itinéraire dans l’étape précédente, notre objectif est de transférer toutes ces informations sur notre smartphone : cartographie, parcours, points d’intérêt et notes. Notre objectif : que tout ça soit stocké sur notre téléphone, donc consultable même sans connexion. Et ça tombe bien parce qu’on est souvent loin de toute antenne 3G/4G.

Quelle application utiliser ?

On ne compte plus toutes les applications mobiles de cartographie sur l’App Store (iOS) et le Play Store (Android). En tant que randonneurs, cyclistes, pagayeurs, skieurs… ce qui nous intéresse le plus souvent, c’est une cartographie détaillée, topographique.

Je ne peux pas prétendre avoir tout testé, mais à force de faire des essais (et en ayant eu quelques déconvenues !) j’ai forcément mes préférences. Notamment quand je prépare un itinéraire à la dernière minute : une appli fiable et rapide est indispensable ! Je vais donc présenter mes solutions favorites, mais sentez-vous libre d’en essayer plusieurs et de vous faire votre propre avis.

Pour l’anecdote, il y a plus de 10 ans, je m’amusais à bidouiller mon premier smartphone. C’était les prémices d’Android et j’essayais déjà de stocker des cartes IGN, et que le GPS me permette de me localiser précisément sur celles-ci. Alors qu’il n’existait pas grand chose pour ça. Donc autant dire que 10 ans plus tard, je suis un peu exigeant, surtout en ayant bossé dans l’informatique auparavant ;-) Et ça tombe bien, il existe de très bonnes applis maintenant, plus besoin de s’y connaître en informatique !

Utiliser son smartphone comme GPS : suivre son itinéraire même sans connexion

La solution complète Sitytrail

Si j’ai parlé de Sitytrail dans la préparation de l’itinéraire (partie précédente), c’est parce qu’elle offre une solution complète (site web + application mobile) pour ses randonnées. Je suis un utilisateur de longue date de Sitytrail, et depuis que l’interface a été totalement rénovée en 2019, l’expérience utilisateur est fluide et très intuitive.

Ainsi, en créant son compte sur Sitytrail, on peut gérer ses itinéraires sur le site : créer ou importer des itinéraires, comme on l’a vu dans la partie précédente. Ensuite, en se connectant avec le même compte sur l’application (Android ou iPhone), tous ces itinéraires apparaissent sur le smartphone. On peut choisir d’en synchroniser sur son appareil pour que Sitytrail stocke tout le contenu nécessaire pour naviguer sur le terrain : description de l’itinéraire, points d’intérêt, et cartographie.

Un énorme avantage de cette solution est aussi qu'elle fonctionne sur tout appareil : il suffit d'aller sur son navigateur internet pour créer des parcours, et l'application mobile fonctionne sur tous les smartphones (Android et iOS).

Par défaut, sans abonnement, la cartographie OpenStreetMap est disponible : on peut ainsi partir dans le monde entier et stocker des cartes de bonne qualité à l’avance, sur un long itinéraire (à condition d’avoir assez d’espace de stockage sur son téléphone). L’intérêt de Sitytrail est aussi de pouvoir faire de même chose avec les cartes topographiques de plusieurs pays, moyennant de souscrire à un abonnement. Pour le moment, 7 pays sont proposés : France, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Autriche, Etats-Unis, Canada. Et pour le monde entier, Sitytrail propose aussi un abonnement “monde” avec deux types de cartes : l’OpenCycleMap (très pratique pour pédaler dans le monde entier), et SityTrail Topo World, une carte topographique de bonne qualité. Chaque abonnement coûte 25€/an, un tarif assez intéressant pour préparer si facilement ses randonnées. Il est possible de prévisualiser le type de cartes disponibles sur leur boutique.

Avec Sitytrail, il est très intuitif de préparer un itinéraire sur ordinateur pour le retrouver ensuite sur son smartphone.
Avec Sitytrail, il est très intuitif de préparer un itinéraire sur ordinateur pour le retrouver ensuite sur son smartphone.

Prise en main de Sitytrail

Comme toute application de ce type, il faut toujours prendre un petit moment pour la prendre en main et comprendre son fonctionnement en détail. L’idéal est de s'entraîner régulièrement sur des balades autour de la maison, où en allant au boulot à vélo par exemple ! J’aime dire qu’il faut “jouer” avec le plus souvent possible, afin de ne pas se poser de question lors de randonnées et itinérances plus longues.

Je ne vais pas rentrer ici dans les détails du fonctionnement de l’application : ce serait bien fastidieux de décrire tout ce que peut faire Sitytrail. Et en plus d’être intuitive, l’application est très bien documentée, et vous trouverez facilement la réponse à toutes vos questions sur leur site internet. Malgré tout, en plus de ce qui a été évoqué précédemment, je dois mentionner quelques fonctionnalités très intéressantes :

  • Gestion du téléchargement de plusieurs types de cartes
  • Cartes stockées bien organisées : on peut supprimer quelques cartes sans tout supprimer, c’est super pratique pour gérer son espace de stockage
  • Réseau social et partage d’itinéraires : on peut rendre public ses itinéraires, ou voir ceux que d’autres membres publient. Ainsi, c’est une bonne source d’inspiration aussi !

De surcroît, je rajouterais aussi que la petite équipe qui gère le développement de Sitytrail est sympathique, dynamique, et à l’écoute. N’hésitez donc pas à les contacter si besoin, ce sont de vrais passionnés.

Une fois l'itinéraire synchronisé sur son téléphone, on peut télécharger les cartes de son choix et ainsi se situer sur les cartes topo même en pleine montagne, loin du réseau !
Une fois l'itinéraire synchronisé sur son téléphone, on peut télécharger les cartes de son choix et ainsi se situer sur les cartes topo même en pleine montagne, loin du réseau !

À la bourre pour préparer sa rando ?

Vous n’avez pas préparé d’itinéraire, ou pas eu le temps de le dessiner en détail ? Qu’à cela ne tienne, plusieurs options s’offrent à vous pour télécharger la cartographie quand même.

Solution n°1 : télécharger des cartes sur une zone.
Sans avoir tracé d’itinéraire, Sitytrail permet de télécharger toute la cartographie (à toutes les échelles) sur une zone carrée, jusqu’à 100 km de côté. Cela n’optimise pas l’espace de stockage puisque toutes les dalles sont téléchargées sur la zone, mais ça permet de couvrir rapidement une zone qui nous intéresse. C’est pratique pour partir en weekend à la dernière minute par exemple !

Solution n°2 : tracer un itinéraire très vite fait, sans détails
En quelques points il est possible de définir un itinéraire très approximatif, même s’il ne passe pas rigoureusement au bon endroit. De cette manière, Sitytrail télécharge les cartes le long de ce tracé : malgré le risque d’erreur, c’est un bon moyen de couvrir une zone assez précise.

Comment fonctionne la cartographie informatique ?

C’est un système de “dalles”, parfois aussi appelés “tuiles”. Ces dalles sont des images qui, mises côte à côte, reconstituent la cartographie d’un territoire. Plus on souhaite une échelle détaillée, plus on a besoin de dalles pour couvrir la même surface du globe.

De cette manière, Sitytrail gère intelligemment le téléchargement des cartes : il stocke toutes les échelles nécessaires le long du trajet, du zoom large au zoom le plus détaillé. Cela permet même d’envisager quelques petits détours, sans connexion réseau.

Note : on parle ici de cartes "raster". Les cartes vectorielles ne fonctionnent pas ainsi, mais celle-ci sont rares.

Plus on zoome, plus la zone couverte par chaque tuile est étroite. Ainsi, pour suivre la trace verte, on ne va prendre que les dalles qui sont concernées.
Plus on zoome, plus la zone couverte par chaque tuile est étroite. Ainsi, pour suivre la trace verte, on ne va prendre que les dalles qui sont concernées.

Des alternatives à Sitytrail ? ViewRanger, VisoRando, iPhiGéNie… 

Sitytrail n’est pas la seule application à proposer une interface simple pour préparer ses itinéraires sur ordinateur et utiliser son smartphone comme GPS. Par exemple, il existe aussi ViewRanger et VisoRando, basées sur le même principe.

Bien que j’affectionne particulièrement Sitytrail, ces alternatives peuvent vous intéresser pour diverses raisons. ViewRanger permet d’afficher davantage de cartes : leur boutique est très fournie. Par contre les tarifs sont très variables : on trouve l’abonnement IGN à 20€/an, tandis qu’on peut acheter toutes les cartes topographiques (1/25000e) de la Suisse pour 650€ environ… Parallèlement, ils proposent gratuitement une carte topographique de bonne qualité, basée sur l’OSM. L’application propose un peu plus de paramétrage que Sitytrail, tout en restant assez simple. Dommage que l’outil de préparation de rando ne gère pas les points d’intérêt. Et si vous importez un GPX avec plusieurs itinéraires dedans, seul le premier sera pris en compte.

VisoRando est très sympa aussi, mais un peu plus limité : l’outil de préparation n’a pas de magnétisme (il faut tracer point par point), il n’y a pas de système de points d’intérêt, et le choix de cartes est relativement limité. Malgré cela, l’outil fonctionne très bien et l’interface est assez simple. Pour accéder à toutes les fonctionnalités, il est nécessaire de souscrire à 2 abonnements : le “Club Visorando” (12€/an) et l’abonnement aux cartes IGN (19€/an). Notons qu’on peut visualiser les cartes topographiques de la France et de l’Espagne. À l’échelle mondiale, VisoRando propose une carte OpenStreetMap randonnée très pratique.

Et bien sûr iPhigénie, très connue dans le domaine : elle a largement contribué à la généralisation des cartes IGN sur smartphone. Toutefois, face au autres application citées ici, force est de constater qu’elle n’a pas assez évolué. Une interface austère, pas évidente à prendre en main, rend la prise en main compliquée. Ajoutons que les fonctions de synchronisation sont aussi peu intuitives : mieux vaut être un utilisateur averti et se plonger dans la documentation. Et j’avoue aussi avoir rencontré qq bugs gênants… Bien que ce soit la plus économique (15€/an pour les cartes IGN), ce n’est pas celle que je recommanderais, surtout pour un néophyte. Notons tout de même qu’il y a une belle volonté de proposer beaucoup de fonctionnalités. Le choix de cartes est plutôt restreint aussi.

L'outil de ViewRanger marche plutôt bien, avec un choix de cartes payantes plutôt fourni.
L'outil de ViewRanger marche plutôt bien, avec un choix de cartes payantes plutôt fourni.

Mise à jour (12/01/2020) : comme précisé précédemment, cet article n'a pas vocation à dresser une liste exhaustive des applications existantes, mais plutôt d'en explorer certaines en profondeur. Toutefois, il peut sembler utile d'en citer deux autres, assez connues également :

- OpenRunner : comparable à Sitytrail ou ViewRanger, c'est une application très riche en fonctionnalités, qui permet aussi de bien préparer son itinéraire pour de la navigation hors connexion. La grille tarifaire est complexe, mais on peut accéder à plusieurs fonds de cartes topographiques intéressants.

- Maps.Me : une application très simple, entièrement gratuite, avec très peu d'options, mais qui permet de télécharger rapidement des cartes pour y accéder sans réseau. Elle est parfaite pour de la navigation simple (pas de cartes topographiques en revanche !), et propose même du guidage dans connexion. Son interface dépouillée très intuitive, mais à la fois un peu trop limitée si l'on souhaite préparer davantage son itinéraire en amont.

Quelle est la meilleure appli ?

Aucune ! Chacune a ses avantages et ses inconvénients, et il serait impossible d’en dresser une liste exhaustive ici. D’ailleurs, cela dépend aussi et surtout de VOTRE utilisation : destination, activités pratiquées, fonctionnalités indispensables, types de cartes favorites… Bref, c’est plutôt à vous de vous faire votre idée.

Et ça tombe bien puisque justement, toutes ces applications proposent souvent des périodes d’essai, ou des versions gratuites limitées. Bien que ces essais soient courts, c’est suffisant pour faire le tour d’une application et voir si elle nous convient. De même, pour les cartes sur abonnement, il est parfois possible de ne prendre un abonnement que pour 1 ou 3 mois par exemple, qui revient un peu moins cher qu’un abonnement à l’année.

Je ne saurai donc que vous conseiller de tester, tester et tester ces applications. Jouez avec, dessinez des itinéraires imaginaires, parcourez les régions que vous connaissez déjà… On peut vite se faire une idée avant de partir en voyage.

Sur votre faim ?

Ces applications très complètes offrent un tas de possibilités. Mais il en existe encore d’autres, plus complexes, proposant des fonctionnalités encore plus complexes. Si vous voulez en savoir plus, ça se passe dans la partie suivante sur les applications GPS avancées.

Commentaires
share posté le 04 janv. mis à jour le 04 janv.

gbosnay
1 messages
bonjour et bonne année
share posté le 10 janv.

Anthony
168 messages
Merci :)
share posté le 09 févr. mis à jour le 09 févr.

Darius83
1 messages
Le gros avantage d Iphogénie est de propser-pour la France- le cadastre superposable aux vues aériennes, ainsi que les cartes géologiques, intéressanres si l'on veut miehx comprendre le terrain sur lequel on évolue.
share posté le 10 févr.

Anthony
168 messages
Bonjour Darius et merci pour ton message.
En effet, certaines utilisations spécifiques peuvent justifier de préférer une application à une autre : cadastre, géologie, cartes aériennes... iPhigénie étant très spécialisée sur les fonds de cartes français que l'IGN propose, c'est la seule à mettre à disposition toutes ces informations.
share posté le 24 févr.

SebL
19 messages
Resalut,

J'aurais besoin d'un éclairage de spécialiste en télécom.
Cet été (en milieu côtier), j'ai eu pas mal de soucis pour accéder à mon positionnement GPS, quand je n'activais pas les données mobiles. D'ailleurs, même avec les données mobiles, la réception semblait moins bonne par rapport à un téléphone munie d'une SIM card locale.

Désolé d'avance pour la naïveté de la question.
Mais, est-ce qu'avec un réseau de téléphone (mobile ou autre) activé, on a plus de chance de "capter" plus de satellites et donc de gagner en qualité de géolocalisation (précision, rapidité) ?
Et au final, quand on part vers des destinations "reculées", doit-on privilégier un réseau de téléphonie local ?

Merci d'avance,

Seb
share posté le 24 févr.

Anthony
168 messages
Re aussi :)
La question n'est pas naïve, elle mérite complètement d'être abordée même :)
J'ai oublié d'en parler pour ne pas embrouiller. La réponse est à chercher au niveau de l'A-GPS (pour Assisted GPS) : pour faire court, c'est une table de données qui permet d'intercepter les signaux GPS plus facilement. Cette table se périme vite... mais si on est connecté à un réseau de données, on peut la télécharger régulièrement, et donc plus rapidement obtenir une position GPS précise (le fameux "fix à froid", c'est-à-dire le temps d'acquisition d'une position précise, même avec un ciel parfaitement dégagé). À l'opposé, si l'on reste longtemps en mode avion, le téléphone mettra nécessairement plus de temps à faire ce "fix à froid".
Le mieux est de se référer à l'article Wikipédia sur l'A-GPS.