en

/ couchage / matelas /

NeoAir Uberlite (2019) de Therm-A-Rest

par Anthony 26 mars 1329 lecteurs Soyez le premier à commenter share(partager) 1

Résumé :

Dans le monde des matelas gonflables ultra-légers, Therm-a-Rest est incontestablement une référence depuis des années, notamment avec sa série de matelas NeoAir. Dernier-né de la gamme, l’Uberlite impressionne par ses caractéristiques : 250g pour une R-Value de 2,3. Tient-il ses promesses ? Est-il durable malgré ce poids plume ? Réponses dans ce test longue durée, après un an d'utilisation.

En bref

Note globale :
Poids total (constaté) : 233 g

Volume rangé

0.7L

Isolation

R-value : 2.3

Épaisseur

6.4 cm

Prix approximatif : 190 €

Toutes les caractéristiques

On aime

  • Ultra-léger et ultra-compact
  • Sans compromis sur le confort
  • Moins bruyant que son grand frère le NeoAir X-Lite
  • Résistance correcte, en étant précautionneux

Améliorable ?

  • Valve tétine correcte, mais une nouvelle valve existe désormais (système Wing-Lock)
  • Isolation qui pourrait être augmentée pour un usage 3-saisons prolongé ?
  • Pliage très compact pas toujours facile

Plus léger

Therm-a-Rest a frappé un grand coup lorsque le NeoAir Uberlite a été annoncé : un matelas gonflable et isolant pour 250 grammes, c’était du jamais vu ! Pour replacer dans le contexte, les modèles les plus légers se situaient aux alentours des 320g. Dans la gamme NeoAir, le grand frère X-Lite (340g en taille regular) était déjà un matelas incontournable que nous utilisions depuis des années. Passer de 340g à 250g (réduction d’un quart du poids !) est une sacrée prouesse, alors que les dimensions sont rigoureusement les mêmes. Histoire d’enfoncer le clou, le poids annoncé par le constructeur est même surestimé : mon exemplaire pesait 233g, et la pochette de rangement 7g, soit un total de 240g.
De loin, à part la couleur, il ressemble comme 2 gouttes d'eau à son grand frère, le X-Lite.
De loin, à part la couleur, il ressemble comme 2 gouttes d'eau à son grand frère, le X-Lite.

Compromis

Bien sûr, cette cure d’amaigrissement ne se fait pas sans compromis. Le premier, le plus évident, est le matériau de fabrication : l’enveloppe (dessus et dessous) est constituée d’un Nylon 15D, là où le X-Lite utilisait du Nylon 30D Ripstop. Au toucher, la différence est flagrante tant le tissu semble fin et léger. D’ailleurs, après une longue utilisation de l’Uberlite, quand j’ai réutilisé occasionnellement le X-Lite, j’avais l’impression que ce dernier était en tissu renforcé ! Est-ce que la durabilité en pâtit ? Pas à ma connaissance, mais nous y reviendrons plus loin.

L’autre compromis est sa capacité d’isolation : la R-Value est de 2.3, alors qu’elle est de 4.2 pour le X-Lite. L’allègement a donc aussi été obtenu par une simplification de la structure interne, et donc une diminution de son pouvoir isolant. Toutefois, une telle R-Value permet d’envisager sereinement ses bivouacs estivaux, voire plus. Nous y reviendrons également plus loin.

Suggestion d'article à lire : Comment choisir son matelas gonflable : comprendre la R-Value
Cette nuit-là, la température est passée sous 0°C, et la neige avait recouvert le sol les jours précédent. J'ai très bien dormi, le matelas m'a parfaitement isolé du sol.
Cette nuit-là, la température est passée sous 0°C, et la neige avait recouvert le sol les jours précédent. J'ai très bien dormi, le matelas m'a parfaitement isolé du sol.

Plus compact

Une conséquence directe de cet allègement est sa compacité, réduite drastiquement aussi. En comparaison avec le X-Lite, déjà bien compact, le NeoAir Uberlite est encore plus petit ! Désormais, l’Uberlite fait jeu égal avec les matelas les plus compacts que nous ayons testés jusqu’à présent, à savoir l’Exped Airmat HL et le Nemo Tensor Mummy. Toutefois, ces derniers sont moins isolants et plus lourds à la fois (pour rappel : le Nemo a une R-value de 1.6 et pèse 388g, alors que l’Exped a une R-value de 1.3 et pèse 314g). Petit détail pratique : la valve des matelas NeoAir s’intègre mieux lors du “roulage” du matelas, comme on peut le voir sur la photo suivante.

Avec un tel poids et une telle compacité, c’est le matelas idéal pour imaginer des itinérances ultra-légères à pied, à vélo... Honnêtement, c’est grâce à ce type de matériel ultra-léger et ultra-compact que j’arrive à envisager de nouvelles idées de trips vélo+parapente. Chaque gramme et chaque litre compte !
De gauche à droite : le NeoAir X-Lite, l'Exped AirMat HL, le Nemo Tensor Mummy, et le NeoAir Uberlite. Le X-Lite parait gros alors qu'il est déjà bien compact !
On remarque aussi que les valves des NeoAir sont mieux camouflées une fois le matelas plié.
De gauche à droite : le NeoAir X-Lite, l'Exped AirMat HL, le Nemo Tensor Mummy, et le NeoAir Uberlite. Le X-Lite parait gros alors qu'il est déjà bien compact !
On remarque aussi que les valves des NeoAir sont mieux camouflées une fois le matelas plié.

Moins résistant ?

On l’a dit, les matériaux de fabrication sont plus légers, donc potentiellement plus fragiles. Quand on tient le matelas en main, on se doute qu’il faut être précautionneux. Ce qui n’est pas une mauvaise habitude de manière générale si l’on veut prolonger la vie de notre matériel outdoor ! D’ailleurs, je n’attends pas d’un matelas ultra-léger qu’il puisse servir à même le sol sans protection. Il est normal de devoir le protéger, par une feuille de Tyvek par exemple.


Vous le savez, nous ne sommes pas partisan du matériel léger SI c'est au sacrifice de la durabilité. C'est pourquoi ce test du modèle 2019 est publié après un an d'utilisation.


Avec l’Uberlite, j’ai toujours été particulièrement attentif : gonflage, dégonflage et pliage dans la tente, jamais dehors, pas d’objets tranchants dans la tente… Certains appelleront ça de la maniaquerie ! En tout cas, en le traitant de la sorte, le NeoAir remplit parfaitement son rôle, sans souci. Bon, sauf une fois… où je lui ai mis un coup de couteau en plein dedans, en mangeant dans la tente ! La boulette, je crois qu’aucun matelas n’aurait résisté ! La réparation sur le terrain n’a pas été très efficace (je n’avais que du Duck Tape), mais heureusement, le lendemain, j’ai pu la réparer chez un ami avec le matériel adéquat. Depuis, cette réparation n’a pas bronché.

Comme à l'accoutumée avec Therm-a-Rest, un kit de réparation rapide est fourni. Je ne l’ai pas utilisé (puisque je ne l’avais pas au moment où il fallait…), mais je peux affirmer qu’il fonctionne bien pour une réparation facile et efficace sur le terrain. Notons aussi que la marque continue de proposer une garantie à vie, ce qui est rassurant pour ce type de matériel (même s’il sera compliqué de se faire remplacer le matelas en plein voyage évidemment).

La réparation improvisée en voyage suite au coup de couteau (colle et patch de tissu orange, le tout placé dans un serre-joint pendant quelques heures).
Autour, le kit "officiel" fourni avec : tampons alcoolisés, patchs de colle, et morceaux d’adhésif.
La réparation improvisée en voyage suite au coup de couteau (colle et patch de tissu orange, le tout placé dans un serre-joint pendant quelques heures).
Autour, le kit "officiel" fourni avec : tampons alcoolisés, patchs de colle, et morceaux d’adhésif.

Gonflage - dégonflage - pliage

Avec sa valve tétine, l’opération de gonflage est simple, mais pas aussi simple qu’avec une valve anti-retour. J’ai toujours utilisé un sac de gonflage (non fourni, mais désormais inclus dans la version 2020), mais il faut forcément finir l’opération à la bouche, avec un peu d’agilité et de rapidité. Ce n’est pas rédhibitoire toutefois.


Note importante : au moment d’écrire ces lignes, la valve a été améliorée sur le modèle actuellement commercialisé. Dénommée “Wing-Lock”, elle doit faciliter les opérations de gonflage et dégonflage. Dès que possible, nous vous en reparlerons !


Même en utilisant un sac de gonflage, dès la première utilisation, j’ai pu apercevoir quelques gouttes d’humidité à l’intérieur, par transparence. Mais cela n’a rien d’alarmant : l’air contient forcément de l’humidité qui condense à l’intérieur. C’est juste que ce tissu permet de le voir par transparence ! Cette humidité n’a causé aucune usure prématurée ni trace de moisissure même un an plus tard. Et comme l’isolation est garantie uniquement par la structure interne (sans ajout d’isolant synthétique), la matelas est toujours aussi performant.

Le pliage quant à lui se passe bien, mais n’est pas des plus simples. La faute au tissu très glissant et à la structure interne ? Quoiqu’il en soit, obtenir le volume minimal n’est pas aussi facile que sur son grand frère X-Lite, il faut souvent le plier une première fois pour vider la majorité de l’air, puis une deuxième en s’appliquant bien. Néanmoins, même en le pliant vite sur un sol imparfait, on obtient tout de même une taille compacte.

Notons enfin que le sac de stockage fourni est plutôt petit : il oblige à plier le matelas en 4 dans le sens de la longueur avant de le rouler. J’ai toujours plié mes matelas en 3 dans le sens de la longueur avant roulage, et je dois reconnaître que tenter de le plier en 4 le matin dans la tente est… assez délicat dirons-nous ! Et qu’une fois plié en 4, l’opération de roulage est plus compliquée je trouve. Personnellement, je me passe souvent du sac de stockage et ne prend qu’une sangle à scratch (ou un élastique) pour le maintenir en position compacte.
La valve tétine, remplacée en 2020 par le modèle "Wing Lock" que nous espérons tester prochainement !
La valve tétine, remplacée en 2020 par le modèle "Wing Lock" que nous espérons tester prochainement !
Gonflage avec le sac de gonflage du NeoAir XTherm
Gonflage avec le sac de gonflage du NeoAir XTherm
Par transparence, on remarque un peu d'humidité, mais il est normal qu'un matelas en piège un peu.
Par transparence, on remarque un peu d'humidité, mais il est normal qu'un matelas en piège un peu.
Bien plié, le matelas occupe moins d'1L.
Dans la bouteille, l'eau a gelé pendant la nuit, dans la tente : la nuit a été fraîche, mais le matelas m'a bien isolé du sol encore une fois.
Bien plié, le matelas occupe moins d'1L.
Dans la bouteille, l'eau a gelé pendant la nuit, dans la tente : la nuit a été fraîche, mais le matelas m'a bien isolé du sol encore une fois.

Confort et isolation

Comme d’habitude avec la série NeoAir, l’Uberlite est très confortable je trouve. Il se base sur le gabarit conventionnel (183cm de long pour 51cm de largeur en regular) de forme momie qui convient à la grande majorité des morphologies. Les grands gabarits pourront se tourner vers la taille large (196x64cm), tandis que les adeptes du light choisiront le format small (119x51cm), qui ne fait que 170 grammes ! Dommage qu'il n'existe pas une version "femme" comme pour le X-Lite ?

L’épaisseur de 6.4cm, similaire au X-Lite, contribue largement à son confort. Le toucher du tissu change, mais les sensations sont très similaires, donc on dort très bien dessus. Les plus sensibles au bruit seront ravis : il est moins bruyant que le X-Lite (que beaucoup accusent de produire un bruit de paquet de chips !). Toutefois, je dois avouer que je ne suis pas très sensible à ce point, car pour moi, après s’être installé dans son sac de couchage, on ne bouge plus, donc on dort bien :)

Le tissu très glissant demande d’être attentif à son lieu de bivouac pour trouver la zone la plus plane possible. Mais bon, honnêtement, on dort mieux sur du plat de toute façon… 

Quant à l’isolation, sa R-Value est annoncée à 2,3 avec la nouvelle norme. C’est peu en comparaison de son grand frère le X-Lite qui culmine à 4,2 désormais, mais assez pour envisager de nombreux bivouacs sereinement. Therm-a-Rest indique désormais l’Uberlite pour du 3-saisons (avant la nouvelle norme, sa R-Value annoncée était de 2,0, et il était préconisé pour du bivouac estival uniquement). Pour ma part, j’ai utilisé l’Uberlite sur du 3-saisons sans souci, avec le matériel adéquat, en remarquant qu’il était bien à sa limite d’utilisation lorsque le climat se rafraichissait nettement. 
La forme momie est parfaitement adaptée à nos morphologies.
La forme momie est parfaitement adaptée à nos morphologies.

Conclusion

Après un an d’utilisation, le Therm-a-Rest NeoAir Uberlite est mon matelas de prédilection pour tous mes trips où chaque gramme compte : sa compacité et son poids sont redoutables, et le confort toujours présent. Pour y parvenir, Therm-a-Rest a dû faire quelques compromis : sa R-Value est la plus faible de la gamme NeoAir, et le tissu est nécessairement plus fragile. Lorsqu’on ajoute son prix dans l’équation (190€), il convient de se poser les bonnes questions au moment de l’achat : même s’il est garanti à vie, ce n’est peut-être pas le matelas “passe-partout” qui conviendra à toutes les utilisations. À méditer donc, mais si vous cherchez l’outil ultime pour du bivouac ultra-léger, alors foncez !

Et pour d'autres tests de matelas légers, vous pouvez aller voir notre dossier sur les matelas légers, qui est toujours d'actualité !
Le NeoAir Uberlite m'a accompagné sur plus de 60 bivouacs, sans défaillir. Même quand il faisait plutôt froid !
Le NeoAir Uberlite m'a accompagné sur plus de 60 bivouacs, sans défaillir. Même quand il faisait plutôt froid !

Caractéristiques générales

Note globale :
Poids total (constaté) : 233 g
233g le matelas seul, et 7g la pochette de stockage.
Poids annoncé par le constructeur : 250 g

Accessoires

Kit de réparation

Type

gonflable

Forme

momie

Tissus

dessous : Nylon 15D
dessus : Nylon 15D

Kit de réparation

description : Kit complet fourni : patchs de colle, morceaux d’adhésif, tampons alcoolisés (pour nettoyer le tissu avant réparation)

Garantie

À vie

Housse de transport

poids : 7g

Valve

tétine
anti-retour : non
Le système de valve a été changé sur le modèle 2020.

Couleurs

Bleu-gris "orion"

Pays de fabrication

Irlande

Volume rangé

0.7L

Isolation

matériau d'isolation : air
R-value : 2.3

Épaisseur

6.4 cm

Prix approximatif : 190 €

Commentaires