en

/ abri / tente /

Carbon Reflex 2 de MSR

par Anthony 22 déc. 1519 lecteurs Soyez le premier à commenter share(partager) 3
Carbon Reflex 2

Résumé :

Testée il y a déjà 8 ans, la MSR Carbon Reflex a accompagné de longues années les bivouacs de l’équipe de Carnets d’Aventures. Elle sert d’ailleurs toujours, sans montrer de signes de faiblesse. À l’époque, certains randonneurs avaient rencontré des soucis de casse d’arceaux (voir la fin de l’article à ce sujet), tandis que ceux de notre précédente Carbon Reflex n’ont pas bronché depuis 8 ans. On touche du bois ? Ou du carbone :). Quoi qu’il en soit, MSR a revu sa copie en proposant une nouvelle version, encore plus légère, à la géométrie bien différente. Fini d’impressionner la balance, allons voir sur le terrain ce que ça donne !

En bref

Note globale :
Poids total (constaté) : 995 g

Prix approximatif : 450 €

Toutes les caractéristiques

On aime

  • Très légère ! Et très compacte !
  • Bonne protection grâce à la toile extérieure qui descend bas
  • 2 absides correctes pour une tente si légère
  • Facilité d'installation

Améliorable ?

  • Hauteur sur plafond assez basse
  • Système de porte peu pratique
item photo
Cadre du test : go light !

Chez MSR, parmi la large gamme de tentes 2 places, trois d’entre elles sont sujettes à la comparaison :
  • la Hubba Hubba NX est la tente sans compromis : spacieuse tout en restant assez légère
  • La Freelite en est une version allégée
  • Et la Carbon Reflex est la tente ultralégère, pensée pour grappiller des grammes partout où cela est possible !

Détail intéressant : ces 3 tentes sont dans des prix très similaires. Il s’agit donc plutôt de choisir en fonction de ses besoins qu’en fonction de son porte-monnaie ! Bien entendu, il existe d’autres modèles de tentes 2 places chez MSR : l’Elixir, l’Access et la Hubba Tour.

L’été dernier, j’ai voulu tester quelques tentes qui permettaient une certaine polyvalence : avoir une bonne tente double toit pour les conditions plus fraîches, mais également pouvoir l’emporter en mode tarp les beaux jours, pour s’alléger au maximum. Chez MSR, la Freelite et la Carbon Reflex se prêtent bien à ce jeu. Je me suis donc servi principalement de la configuration minimaliste : double toit, arceaux et footprint. Bien entendu, j’ai aussi utilisé la tente en mode double toit pour me faire un avis complet. En partant très souvent en mode BUL (Bivouac Ultra Light), je suis un fervent utilisateur de tarps, sous toutes ses formes : de l’abri minimaliste à 300g au modèle spacieux à près d’1 kg, j’essaye tout !
item photo
À la recherche du gramme perdu

Pour en revenir à la Carbon Reflex, j’ai une assez bonne expérience avec la précédente version, puisque je l’avais utilisée 3 semaines en Normandie, en mode tarp. Est-ce la tente la plus légère du marché ? Peu importe, le ton est donné : MSR est parti ici à la recherche de chaque gramme économisable.
Adepte du light, une tente qui arbore fièrement le titre de “modèle le plus léger” m’attire et me fait peur à la fois. Pourquoi ? Parce que souvent, pour y parvenir, les fabricants jouent avec des limites des matériaux qui n’ont pas été suffisamment testés sur le terrain, ou alors nous sucrent des petits détails qui sont pourtant importants (des haubans, quelques centimètres de zip… et j’en passe). Je me souviens des premières tentes en Cuben Fiber (maintenant nommé Dyneema Composite Fabric) : le poids était impressionnant, mais les déboires ont été nombreux pour ceux qui sont allés s’en servir ! Bref, des compromis pour s’alléger, oui, mais on n’est pas là pour avoir une tente de salon…

Petit récap’ des poids mesurés (versus précédent modèle) :
Double toit : 315g (contre 423g)
Chambre : 373g (contre 586g)
Arceaux : 166g (contre 221g)
Footprint : 195g
10 sardines : 95g
Sac rangement : 32g
Sac sardines : 5g
Sac arceaux : 9g

Ca donne une configuration tarp+sol (double toit + arceaux + footprint + 6 sardines) à 733g. Et une configuration complète à... 995g ! Une tente double toit pour 2 personnes sous le kilo, MSR a mis les petits plats dans les grands !
item photo
item photo
Montage et démontage : simple !

Voilà, nous y sommes en dehors du salon : en bivouac, l’installation de la tente est simple. Un peu comme toutes les tentes MSR d’ailleurs ! Bien entendu, pour ce poids, il ne faudra pas compter sur de l’autoportance. Cela ne gêne en rien la facilité d’installation : 4 sardines aux coins de la chambre, puis on enfile les arceaux en deux temps trois mouvements, et enfin on dépose la toile extérieure qui demande 2 sardines supplémentaires pour les absides. L’arceau supérieur doit être logé dans 2 encoches prévues sous la toile, dont la tension s’ajuste ensuite très facilement aux 6 points d’ancrage. Une fois l’ensemble installé, l’espace entre la chambre et le double toit est très correct.
item photo
Quant au mode tarp, le montage est assez aisé avec le footprint : moi qui suis habitué à faire un bricolage pour faire tenir l’arceau avec un bout de ficelle, le footprint rend la vie facile ! En effet, il suffit de le placer au sol, planter 4 sardines pour le maintenir, puis utiliser les encoches pour venir loger l’arceau principal. Toutefois, l’absence totale d’autoportance rend l’opération plus délicate avec du vent : l’arceau ne tient pas verticalement tout seul, mieux vaut être à 2 ou s’armer de patience et de méthode pour ne pas risquer de casse matérielle. Autre petit détail : les encoches du footprint pour faire tenir l’arceau sont étonnantes, puisqu’elle ne bloquent pas totalement l’embout de l’arceau. Souvent, ça ne pose pas de problème, mais parfois, au moment de dresser l’arceau, ça “ziiiipe” et on refait le tour de la tente pour le remettre… Un poil agaçant :). J’ai ma petite théorie : la petite pièce en aluminium qui fait “encoche” est une pièce générique, commune à tous les footprints MSR : sauf qu’ici, les arceaux carbone sont plus fins, et l’encoche trop grosse.

Le haubanage est identique à la Freelite et à la Hubba Hubba NX : aux 4 points cardinaux de la tente. Un système fiable, bien positionné. C’est toujours agréable quand le fabricant fournit toutes les sardines nécessaires pour un montage complet, haubans compris.
Le système de mise en tension est toujours aussi pratique : peaufiner l'installation de la tente est un jeu d'enfant.
Le système de mise en tension est toujours aussi pratique : peaufiner l'installation de la tente est un jeu d'enfant.
Des haubans sont présents aux 4 "points cardinaux".
Des haubans sont présents aux 4 "points cardinaux".
item photo
Petit bug chez MSR : la notice indique 81 cm de hauteur, soit 34 inches. Le problème, c'est que 34 inches, ça fait plutôt 86 cm. Et quand on sort le mètre, on mesure 91 cm !
Petit bug chez MSR : la notice indique 81 cm de hauteur, soit 34 inches. Le problème, c'est que 34 inches, ça fait plutôt 86 cm. Et quand on sort le mètre, on mesure 91 cm !
Une fois pliée - comme on peut s’en douter avec un poids si léger - la Carbon Reflex est très compacte. Un volume qui se prête très bien à nos trips BUL, et plus généralement, partout où l’on souhaite emmener le moins possible !
De gauche à droite : la Carbon Reflex, le CA#54, la Freelite 2, la Hubba Hubba NX. Mais attention, le sac de la Carbon Reflex n'est pas pourvu de sangles de compression.
De gauche à droite : la Carbon Reflex, le CA#54, la Freelite 2, la Hubba Hubba NX. Mais attention, le sac de la Carbon Reflex n'est pas pourvu de sangles de compression.
Si on utilise un sac adapté, la Carbon Reflex (dans le sac vert) est bien plus compacte que la Freelite. On remarque aussi que les arceaux sont plus compacts (et plus fins !).
Si on utilise un sac adapté, la Carbon Reflex (dans le sac vert) est bien plus compacte que la Freelite. On remarque aussi que les arceaux sont plus compacts (et plus fins !).
Adieu fermeture-éclair

La première fois qu’on installe la Carbon Reflex, on est frappé par un détail avant d’entrer : les portes extérieures n’ont pas de fermetures-éclair ! En lieu et place du zip, c’est un système de scratch et de crochet. Autant le dire : je n’ai pas été emballé à la première utilisation ! J’ai même été plutôt suspicieux sur 2 points : la praticité et l’étanchéité du machin !

En pratique, l’expérience a été conforme à l’idée que je m’en faisais : c’est relativement facile à fermer de l’extérieur, mais plutôt galère de l’intérieur. La raison est simple : les scratchs (mâle et femelle !) sont situés tout au bord des battants, sans surplus de tissus qui, de surcroît, est très glissant. Dans ces conditions, difficile de venir couvrir un battant avec l’autre (ce qui se fait sur certains modèles de tarps américains, dépourvus de zip). C’est ce qui m’a naturellement fait douter sur l’étanchéité de l’ensemble, dans des conditions pluvieuses et venteuses à la fois. Bien entendu, cette étanchéité n’est pas cruciale : on peut très bien avoir une petite infiltration d’eau dans l’abside, si on prend soin de bien ranger ses affaires. Par ailleurs, il ne faut pas pour autant s’imaginer un trou béant : dans la majorité des cas, ce système remplira ses fonctions. Je suis simplement surpris du si faible gain de légèreté pour une perte de praticité colossale. Si l’on regarde du côté des zip YKK#5 : 2 fois 1 mètre (longueur effective de l’ouverture de chaque porte ici) de zip + 2 curseurs = … Roulements de tambours… 50 grammes ! Ca parait peu, et en même temps, c’est déjà plus de 15% du poids de double toit. Je n’ai pas décousu la tente pour mesurer combien pèse ce système scratch + crochet, on doit tourner dans les 10g à vue de nez.

MSR s’est donc employé pour alléger cette Carbon Reflex, et c’est plaisant de voir que des grandes marques comme MSR s’aventurent sur de telles solutions jusqu’alors réservées au petit marché de l’ultralight. Ce système est perfectible et moins polyvalent à première vue, mais avec l’habitude, on prend le coup, et on s’allège. Et puis voyons le bon côté des choses : la fermeture-éclair est un élément fragile, alors c’est chouette de pouvoir s’en passer !
Feu la fermeture-éclair : place à un système crochets + scratch.
Feu la fermeture-éclair : place à un système crochets + scratch.
La fermeture se compose donc de 2 scratch (15cm chacun) et de 2 crochets (un au milieu qu'on aperçoit ouvert, et un tout en bas)
La fermeture se compose donc de 2 scratch (15cm chacun) et de 2 crochets (un au milieu qu'on aperçoit ouvert, et un tout en bas)
item photo
Néanmoins, ce système de fermeture laisse facilement un jour...
Néanmoins, ce système de fermeture laisse facilement un jour...
Habitabilité : tu aimeras ton prochain voisin

Par rapport à la version précédente, cette nouvelle Carbon Reflex a drastiquement changé de géométrie, à commencer par sa hauteur : 86cm ! C’est plutôt bas. À titre de comparaison, dans le CA#48, un des critères pour que la tente soit considérée comme spacieuse était d’avoir une hauteur intérieure supérieure à 95cm. On en est loin ici et ça se sent. Mieux vaut éviter d’utiliser des matelas aussi épais que le Big Agnès Insulated Q-Core SLX (10 cm d’épaisseur) si on ne veut pas avoir l’impression que le plafond est bas.

Cette faible hauteur a deux principales conséquences :
  • La porte d’entrée est très basse : à cause du système d’aération, l’ouverture ne monte qu’à 70cm de hauteur environ (cf. photo). Souplesse et dextérité sont de rigueur !
  • Le volume de l’abside est lui aussi réduit. Déjà, parce que la hauteur est nécessairement réduite, mais aussi la profondeur : 60cm, contre 70cm pour les Hubba Hubba NX et Freelite 2.
La surface au sol est quant à elle identique à une Hubba Hubba NX : 127cm x 213cm. Des valeurs très correctes donc, qui permettent de dormir à 2 sans souci. C’est quand on est assis, à deux, que le volume manque, parce qu’on cherche à se tenir proche du centre pour ne pas être trop courbé.
On voit bien qu'accroupi, on est plus haut que le plafond de la tente !
On voit bien qu'accroupi, on est plus haut que le plafond de la tente !
C'est pas haut !
C'est pas haut !
C'est pas haut, bis (je fais 1m76) !
C'est pas haut, bis (je fais 1m76) !
Couché, on y est très bien installé : plus de souci de hauteur.
Couché, on y est très bien installé : plus de souci de hauteur.
Et seul, ça deviendrait presque un palace :-)
Et seul, ça deviendrait presque un palace :)
Vie à bord

Si le volume intérieur est réduit, la Carbon Reflex n’en est pas moins une tente avec plusieurs bonnes finitions, comme les deux poches pour mettre du petit matériel. Au rayon des améliorations, on note aussi une meilleure protection au niveau des pieds et de la tête : la toile extérieure descend plus bas, et le tissu plein de la chambre monte plus haut. Un très bon point par rapport à la version précédente qui était une usine à courants d’air en conditions venteuses. Et d’autant plus en version tarp !

À ce sujet, je trouve un peu dommage que pour des tentes de cette gamme-là, il ne soit pas possible d’acheter une version avec une chambre qui comporterait moins de surface moustiquaire, et davantage de tissu plein. Est-ce parce que je bivouaque souvent en montagne ? Les conditions estivales n’y sont pas forcément rudes, mais une petite brise froide peut trop vite faire regretter une telle surface de moustiquaire !

Parlons aération justement : sur la toile extérieure, elle se limite à une ouverture en haut de chaque porte. Je reste toutefois dubitatif quant à leur réelle efficacité, puisque contrairement à d’autres modèles chez MSR, il n’y a pas de rigidificateurs prévus pour maintenir l’aération effectivement ouverte… La chambre, en moustiquaire, est évidemment très bien aérée quant à elle.

Enfin, même si je ne peux avancer de mesure purement objective, j’ai souvent eu la sensation que cette tente séchait incroyablement vite. La couleur de ce tissu aide nécessairement, mais le séchage dès les premiers rayons de soleil - sans vent ! - m’a tout de même bluffé !
On remarque bien que la toile extérieure descend très bas, c'est agréable !
On remarque bien que la toile extérieure descend très bas, c'est agréable !
item photo
Le petit bout de tissu en triangle en haut de la porte (sur lequel est 'posé' le hauban) permet de créer une légère ventilation. Mais on voit bien qu'il diminue considérablement la hauteur de l'entrée aussi !
Le petit bout de tissu en triangle en haut de la porte (sur lequel est 'posé' le hauban) permet de créer une légère ventilation. Mais on voit bien qu'il diminue considérablement la hauteur de l'entrée aussi !
Matériaux : ça passe ou ça casse ?

Désolé pour le titre, c’était plus fort que moi. Mais il me semblait nécessaire de revenir sur ce - tristement fameux - sujet de casse d’arceaux. Dans cette version, ils sont toujours fabriqués par Easton certes, mais 2 détails ont été sensiblement améliorés :
  • Déjà, l’arceau central présente deux “angles” en aluminium, ce qui diminue fortement la flexion nécessaire aux sections en carbone, un matériau qui n’apprécie guère ce type de contrainte. Je pense aussi (mais je ne peux en avoir la confirmation) que c’est pour cette raison que cette Carbon Reflex est assez basse : pour éviter d’imposer une trop grande courbure de l’arceau principal.
  • L’arceau sommital comporte 3 sections : celle du milieu est en aluminium. Un choix qui permet d’éviter le frottement carbone contre carbone.

Il est bien entendu impossible d’attester à 100% que cette conception évite tout risque de casse. Comme les arceaux en aluminium d’ailleurs, puisque c’est une conjonction de nombreuses choses qui mène à la casse d’un arceau. Toutefois, ces choix m’ont paru très pertinents pour avoir des arceaux rivalisant de légèreté, et avec une fiabilité qui me semble au rendez-vous.

Toujours au sujet des matériaux, abordons les tissus utilisés. MSR n’a pas fait dans la demi-mesure, en ayant recours à des nylons à très faibles deniers : 7D pour la toile extérieure, et 15D pour le sol de la chambre ! Manipulés avec soin, ça ne pose pas de souci, mais il faut rester prudent et doubler le sol avec un Tyvek ou le footprint vendu séparément par exemple.

Justement, en mode BUL, j’ai utilisé la tente en configuration double toit + footprint. Et c’est en comparant le footprint de la Carbon Reflex avec celui de la Freelite que je me suis rendu compte d’un détail : au sol, le rectangle couvert est le même (115cm x 205cm), mais la forme a été échancrée sur le footprint de la Carbon Reflex. Au milieu, au lieu de faire 115 cm de large, il ne fait que 100 cm, pour seulement 9 grammes gagnés !

Je finirai par un petit mot sur l’allègement : pour cette Carbon Reflex, MSR a fait de nombreux choix pour proposer une tente double toit complète et légère à la fois. Certains sont anecdotiques, comme le fait de mettre un seul curseur sur le zip des portes de la chambre. C’est toujours 10 grammes d’économisés certes. Cependant, certaines améliorations me semblent davantage prioritaires, comme :
  • alléger les haubans : ce sont les mêmes que sur la Hubba Hubba.
  • Utiliser des tissus plus légers pour les sacs de rangement : ce sont les mêmes tissus que pour la Hubba Hubba.
  • Proposer des sardines en titane : ce sont les mêmes sardines que la Hubba Hubba.
Ces trois solutions cumulées permettent de grappiller facilement 100 grammes, sans impact sur la praticité. Voilà, c’était un peu pour chipoter : qui aime bien châtie bien ! Plus sérieusement, je cite ces exemples parce que lorsqu’on s’aventure dans le monde de l’ultraléger de la sorte, chaque petit détail devient un sujet possible d’allègement. Or, ici, on remarque que certains éléments sont de “série” : ce sont les mêmes que pour d’autres tentes, bien moins légères pourtant. Poussons le raisonnement jusqu’au bout pour alléger tout ce qu’il est possible d’alléger :)
Difficile à distinguer sur cette photo, mais les sections d'arceaux mates sont en carbone, les brillantes sont en alu.
Difficile à distinguer sur cette photo, mais les sections d'arceaux mates sont en carbone, les brillantes sont en alu.
Le footprint de la Carbon Relfex superposé au footprint de la Freelite 2 : on voit bien la forme courbe pour ne gagner que quelques grammes...
Le footprint de la Carbon Relfex superposé au footprint de la Freelite 2 : on voit bien la forme courbe pour ne gagner que quelques grammes...
Une couleur qui se fond dans le décor !
Une couleur qui se fond dans le décor !
Conclusion

Avec cette nouvelle Carbon Reflex, MSR a concocté un joli modèle pour tout ceux qui souhaitent s’alléger au maximum. À moins de 1 kilo tout compris, c’est un joli pied de nez à la question : suis-je obligé de dormir sous un simple tarp pour partir léger ? Pas forcément donc, bien que quelques compromis restent nécessaires, surtout en matière d’espace intérieur. On apprécie que MSR ait pris le soin de faire évoluer ce modèle en tirant les enseignements de la précédente édition. Certains détails laissent penser qu’ils cherchaient impérativement à passer sous la barre du kilogramme (un élément marketing fort il faut bien avouer…) : une quête intéressante, mais il faut veiller à ce que la praticité n’en pâtisse pas. Le prix, quant à lui, est dans la moyenne de ce qui se fait d’aussi léger.
item photo

Caractéristiques générales

Note globale :
Poids total (constaté) : 995 g
Double toit : 315g / Arceaux : 166g / Sac arceaux : 9g / Footprint (vendu séparément) : 195g / 10 sardines : 95g / Sac sardines : 5g / Sac rangement : 32g

Pays de fabrication

Chine

Tissus

Toile extérieure : Nylon ripstop 7D enduit PU intérieur et silicone extérieur (1200mm)
Chambre : Polyester micromesh 10D
Tapis de sol : Nylon 15D enduit PU et DWR (1200mm)

Autoportance

Autoportance : non
marque : MSR

Prix approximatif : 450 €

Commentaires