Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
(fiction) Etrange rencontre au fin fond de la Sibérie 2
(partager)
posté le 22 déc. 2015 mis à jour le 22 déc. 2015

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
Voilà le récit d'une rencontre improbable,bonne lecture :)
(photos personnelles prises au fin fond du Québec et la première dans les Carpates )

La pluie tombe de manière incessante.Heureusement que la cabane n'est plus trop loin.
Peut-être quarante minutes tout au plus.
Je me hâte pour atteindre cette foutue cabane quand j'entends des craquements de branche dans les sous-bois ;

une masse sombre s'évanouit à travers l'amas végétal.





L'atmosphère est rendue sombre à cause de la densité de nuages.
Et ce sentier qui n'en finit pas !
L'obscurité et la nuit tombe progressivement , j'aperçois alors au loin une faible lueur orangeâtre vaciller,vision féerique dans la nuit...
Enfin la cabane et je pousse la porte pour trouver un grand blond hirsute , la barbe fournie,se tenant près du feu.




8o
Des guimauves sont en train de cuire sur le feu.

Mon arrivée provoque un mouvement brusque de recul.
Il me pose une question en Russe, je lui réponds "do you speak english ?"
-Where are you from ?
-I'm from France..
-Ah ! Comment ça va ? Cela fait longtemps que je n'ai pas croisé de français dans le coin..
on peut se tutoyer ?
-Mais oui pas de problèmes..
-j'ai crû que c'était mon ami Noël je l'attends depuis plusieurs jours il m'a dit qu'il prendrait l'avion pour Ulan-Ude et viendrait me voir.

8o
Telles des montres molles, des guimauves fondent sous l'effet de la chaleur
-T'as pas croisé un ours dans le coin ? Il y en a un qui rôde autour de l'Isba à chaque fois que je fais cuire des guimauves sur le feu..je l'ai prénommé Choubaka..
-eh oui j'ai entendu des craquements dans les bois..j'ai eu un peu peur !

-ton sac à dos semble lourd tu n'est pas M.U.L. alors ?
-je ne sais pas si je suis M.U.L., complétement trempé par contre oui..
-tu n'as pas pris un chariot de portage avec toi ça permet de soulager le dos.
Le sac à dos c'est totalement dépassé.

-je ne sais pas si un chariot aurait été bien pratique dans ces sous-bois...
c'est qui ton ami Noël ?
-bof un de mes meilleurs amis.Il est pâtissier en Belgique.
8o
Les flammes crépitantes du feu éclairent tant bien que mal le reste de la cabane plongée dans la semi-obscurité.
On distingue à peine une étagère où sont posées des bouteilles de vodka vides,des boites de conserves et des casseroles noircies par le feu.
Je lui demande s'il aime manger des guimauves chose qui parait évidente.

-eh oui les petits plaisirs de la vie ça n'a pas de prix surtout quand on reste 6 mois dans une cabane au fin fond de la Sibérie.
Comme tout le monde je suis un épicurien.

J'ai l'impression qu'on ne peut plus rien faire ; sous prétexte que ça détruit des forêts on ne peut pas manger de pâte à tartiner, ils nous cassent les pieds les écolos..
je suis végétarien je me fais des topinambours avec un peu de quinoa.

T'as emporté du lyophilisé je suppose?
-Eh oui mais à force de manger du lyophilisé ça devient barbant.
-je comprends oui...en tout cas je me mangerais bien une bonne entrecôte de boeuf !
8o
Je défais mes vêtements trempés et pose ma veste sur l'étagère.
Je suis un peu frigorifié, je lui lance

"On serait mieux à Ibiza devant une Tequila pas vrai ? ".
Mon interlocuteur me regarde fixément, le bleu de ses yeux semble infini...
Il y a dans le regard de ses yeux le bleu des Calanques inondées de lumière.
8o
Silence.
Brusquement il me dit
-Tu as raison mais la dureté de la vie c'est bon aussi.
Et puis de toute façon j'ai fait le pari stupide de rester à m'ennuyer dans cette cabane pendant 6 mois tout ça pour gagner un prix littéraire !
8o
Quelques minutes après j'arrive à me réchauffer auprès du feu et la conversation est bien engagée.
En mangeant je fais tomber le stylo qu'il y a dans ma poche.
D'un revers de la main mon interlocuteur le ramasse et devient livide.
Il y a marqué "Direction des Finances Publiques" dessus.
Je lui demande s'il va bien.
Il reste silencieux un moment avant de me dire : j'ai oublié de payer le troisième tiers provisionnel il faut que je rentre en France !
-Tu as certainement des amis ou des parents qui pourront faire ces formalités à ta place.
-oui mon ami Noël justement.Je l'attends toujours.
8o
Après avoir mangé moi mes lyophilisés, lui ses boîtes de conserve de "binzes" j'en profite pour sortir et voir si la pluie s'est arrêtée.
Dehors c'est le spectacle majestueux des étoiles qui s'étirent dans le ciel.
La cabane est noyée dans la forêt et seule la ligne de la cime des arbres se distingue sur l'horizon.




-on a beau dire c'est vraiment l'arbre qui cache la forêt...
-tu as raison on est rien face à cette immensité...dans quel état j'erre ha ha...
-en continuant dans n'importe quelle direction eh bien on peut disparaître dans la forêt à tout jamais.

T'imagines si tu as un problème ? personne ne te retrouvera..
-En tout cas je me pose souvent la question de savoir si c'est le destin qui nous pousse à quitter la société, à faire ce que l'on fait, partir pour nulle part..."
8o
Enfin j'essaie de trouver un repos réparateur, il y a un étage dans la cabanne.
Pour étaler le sac de couchage c'est toujours le même problème il faut tout sortir du sac.

Mon interlocuteur lit quasiment dans mes pensées:
"c'est ça le problème du sac à dos il faut tout sortir et puis après faut tout remettre dedans.
Vaut mieux faire comme moi rester dans une cabane plusieurs jours."
8o
Le sommeil de la nuit aura été réparateur, le jour se lève sur la forêt boréale;

mon acolyte est encore totalement endormi,je range les affaires dans mon sac.

Il murmure un "au revoir bonne chance" et j'en fais de même..
-Perseverare Diabolicum Est
-Alea Jacta Est.
J'espère que Noël va venir..j'attends toujours Noël.
-Pas mieux !
8o
Dehors il y a du brouillard et je prends le chemin de Ulan Ude,certainement pour 3 jours de marche peut-être moins s'il ne pleut pas.
En marchant je me retourne de temps en temps avec la vision de cette cabane qui disparaît dans le brouillard, l'image de ce bien étrange huluberlu qui s'évanouit.

J'ai complétement oublié de lui demander son nom !

posté le 25 juil. 2016

surlarivière
Martinet
(29 messages)
Inscription : 25/07/15

Message privé
sourire pour quand alors le roman?j'ai bien aimé ta petite fiction j'ai presque réussi à tomber amoureuse de ta descriptions des yeux de cet hurluberlu...
http://surlariviere.skyrock.com/
posté le 01 août 2016

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
Merci beaucoup Surlarivière ça fait plaisir.

Pour ce qui est du roman c'est plus difficile il faudrait développer tout une histoire ;)
(partager)
Remonter