1 membre et 21 invités en ligne
Accueil des forums
Le voyage à vélo 14

lyme

michelg - 09 nov. 2014
Je pose ça ici, ou où ? puisque mon voyage était en vélo.
Bonjour tout le monde.
Juillet 2011, vallée d'Aspe, zone endémique de la borreliose. Je me protège mais je prends une douche en plein air et la tique attaque. Surpris ( je surprend ce petit crabe grouiller et creuser à l'aine ), je tente paniquement de l'arracher. Un beau cercle rouge presque immédiat se répand autour de la petite bête sur ma peau.
Une heure plus tard, je tente d'ôter le rostre avec une aiguille, puis le lendemain chez une toubib ( qui me file des anibiotiques ), puis elle m'adresse à un chirurgien à Pau, qui va devoir en passer par une incision sous anesthésie locale.
Il faisait très très chaud, et je suis reparti sur les routes.
J'ai dû, hélas, arreter deux jours trop tôt les antibiotiques, à cause d'une hypersensibilité au soleil...

Depuis trois mois, divers troubles persistent que je ne sais pas trop comment décrire - fourmillements, douleurs musculaires, parfois articulaires, fatigabilité musculaire impressionante et sans doute aussi des troubles légers mais manifestes de la précision - me refont évidement penser à la nécéssité de savoir le plus exactement possible où j'en suis. Difficile d'obtenir le bon vouloir des médecins - ils ont l'air de considerer que la lyme est une "maladie pour hypochondriaque" - et il faut un peu batailler pour avoir droit à des examens sérieux. De mon côté, il apparait assez clairement rapidement que la lyme est une maladie qui sert de je ne sais quoi "idéologique" du côté des médecins: est-ce que ce n'est pas stupéfiant, qu'on en reste à un test dont tout le monde s'accorde à dire qu'il n'est pas absolument pas significatif ? Un test qui a comporte autant de faux négatifs que de faux positifs ?

Bref: résultat finalement du test "sérieux" - demandé par un spécialiste dans un hopital parisien: "résultat "borderline" ( c'est le terme imprimé ), ce qui implique, au dire du médecin, qu'alors on tient compte des circonstances de l'infection possible. Celles ci dans mon cas étant à risque - eh bien voilà, je dois me mettre à l'antibiotique pendant un mois.
L'amusant, c'est que, me précise ce médecin, ça n'a pas forcément à voir avec mes divers troubles; que même si c'est le cas, les symptomes ne régressent pas toujours...

Voilà voilà. Bon, c'est juste que ça me fait chier, c'est pour ça que je déballe un peu ici. Mais après tout, une maladie de lyme, ça peut aussi bien arriver en dehors de tout voyage ! ;)
Bonne journée à tous.

jules2 - 09 nov. 2014
En Allemagne, cette maladie serait mieux prise en charge, à confirmer.
On ne peut pas accéder à ton blog, mot de passe requis???

michelg - 09 nov. 2014
oui, j'aime pas le Net. Mais bon, je le rouvre quelques jours...

michelg - 09 nov. 2014
En fait, j'aurais assez aimé comprendre mieux un certain nombre de points: si il y a un médecin, dans le coin ?... En particulier, ça: comment se fait-il que le test puisse rester dans la rubrique "douteux" alors que le contact avec avec la bactérie est avèrée par la trace des anticorps ? ( il s'agit d'un Western blot ).

marie31 - 10 nov. 2014
Pas médecin mais biologiste
On commence effectivement par un premier test de dépistage pas bien terrible mais beaucoup moins chèr que le western blot ;)

Ce test détecte des anticorps que ton organisme aurait développé la détection est globale
les anticorps IgM signant une infection recente apparaissent 4 à 6 semaines après, suivis des IgG deux à trois semaines plus tard.

En cas de résultat positif on fait une recherche plus spécifique avec un western blot qui permet d'identifier les types d anticorps la présence d IgM est un signe d infection récente
De avant des IgG il est parfois difficile de trancher entre infection ancienne guérie et infection évolutive
Il faut s aider de l historique et de la clinique
en cas de prise d antibiotique avant le test la réponse immunitaire peut être perturbée et rendre les test négatifs
Il peut aussi y avoir des faux positifs en cas de maladie auto-immune

Enfin mauvaise nouvelle la maladie de lyme n offre pas d immunité durable
On gros tu n es pas a l abris de la le choper :(

michelg - 10 nov. 2014
Merci ! Difficile d'obtenir des explications détaillées de la part des médecins...
Donc, si je comprends bien, probablement: 1. j'ai été en contact avec la bactérie en 2011.
2. On ne peut pas savoir si je suis "guéri" ou pas.
3. Mais comme le traitement antibiotique a été interrompu à cette époque, et que c'est quand même une maladie à ne pas négliger, le toubib considère qu'il vaut mieux faire un traitement complet.

Voilà, c'est toujours mieux en comprenant ! :)

Pour la non immunité, ça n'a pas vraiment d'importance... Oui, le fait d'être guéri d'un lyme ne garantit pas contre une autre. Mais bon, ça, c'est seulement plus ou moins comme la grippe ou n'importe quoi. Si on commence à se soucier de ça, alors on n'a pas fini de s'inquiéter, hein !

Johanna - 10 nov. 2014
Voici la discussion et l'article sur la maladie de Lyme que nous avions publiés en 2011 (suite notamment à la découverte de mon infection Lyme).
Bonne continuation !

MichMich - 10 nov. 2014
Bonjour,

"J'ai dû, hélas, arreter deux jours trop tôt les antibiotiques, à cause d'une hypersensibilité au soleil..."

Désolé de faire le mec sérieux mais à mon avis, quand on connait la gravité de cette maladie, ce n'est pas les antibiotiques qu'il convient d'arrêter dans ce cas, mais le soleil. C'est certainement plus facile de vivre avec quelques plaques de couleur différentes sur la peau, qu'avec la maladie de Lyme. Mais peut-être ne connaissais-tu pas celle-ci...

michelg - 10 nov. 2014
Bonjour Johanna,

oui, j'ai lu article et discussion... Mes symptomes - si ce sont ceux d'une lyme - sont atypiques: en particulier il manque la fameuse douleur au genou - que je n'ai eu que de façon très sporadique ( mais j'ai arrêté à peu près toutes les activités sportives ). Le reste, ce sont des fourmillements ( au début, je pensais que j'avais mon téléphone en position vibreur sur ma jambe ), puis une lombalgie assez légère, puis une épouvantable cruralgie sans position antalgique, puis des mouvements involontaires ( mais que j'ai supposé dû à la morphine, puisqu'ils m'ont filé de la morphine, sans effet d'ailleurs... ), puis une névralgie d'arnold tout à fait sympathique, etc.
Le spécialiste des maladies infectieuses me dit qu'il n'est pas évident que ces symptomes soient liés à la lyme éventuelle. Que c'est possible aussi que les petites bêtes aient migrés dans le système nerveux... bref, on en saura plus dans un mois.
Mon elisa était négatif...
Bon, voilà, pour l'instant je suis assez crevé, pour la suite on verra bien.

( Michmich, ne sois pas désolé de faire le mec sérieux - ne le fais pas, c'est mieux. Tu ne sais pas quelle était la situation, et tu ne me connais pas non plus. :) )

JulienC - 10 nov. 2014
Bonjour à vous

J'ai trouvé ces documents intéressants (le second avait déjà été signalé par Bixente).
Si les médecins ne sont pas tous d'accord, il semble clair que nous ne sommes pas bien armés pour faire face à cette maladie (en particulier en France où elle est considérée comme une maladie rare).

Bon courage, Michel.

[video]youtube.com/watch?v=w_7md9e0M0Y[/video]

[video]youtube.com/watch?v=LswUuJH41vo[/video]

michelg - 11 nov. 2014
Merci JUlien. Eh ben ça promet ! Espérons que ma lyme, si c'en est une, aura le bon ton de se regler sans trop de problèmes avec les antibiotiques. Bon, je me prépare quand même à la guerre.... et pas seulement apparament contre la bactérie ! :(

http://www.rue89strasbourg.com/index.php/2014/09/24/societe/proces-traitement-maladie-lyme-lumieres-deni/

JulienC - 12 nov. 2014
Merci pour l'article qui permet de mieux comprendre la nature du procès qui est rapidement évoqué dans la première vidéo.
Le délibéré est annoncé pour demain jeudi !
A suivre...

michelg - 13 nov. 2014

JulienC - 13 nov. 2014
Eh ben... Ça va pas aider à avancer dans la bonne direction...
Merci pour l'info.

jules2 - 14 nov. 2014

Remonter