1 invité en ligne

Tour des Bauges

Tour des Bauges

(réalisé)
Tour des Bauges à pied, 3,5 jours en rando bivouac. Un itinéraire la plupart du temps sous les frondaisons qui fait le tour d'une grosse partie ouest du massif, laissant à l'est les plus hauts sommets et la Réserve Naturelle de la Chasse et de la Faune Sauvage (où le bivouac est interdit). Nous n'avons pas suivi le "tour" officiel au pied de la lettre et avons alterné GRP du Massif des Bauges, GR96 et autres sentiers locaux. Le tout entre Arith, Bellecombe-en-Bauges, Doucy-en-Bauges, Aillon-le-Jeune, Plainpalais, col de la Cochette et retour à Arith. Très esthétique et supers conditions météo en cette fin mai ! C'est un tour qui permet une première découverte du massif, familiarisation avec la toponymie, et repérage pour revenir faire, en mode plus léger, crêtes et sommets (beau potentiel de jolies randos aériennes où il faut parfois poser les mains).
randonnée/trek
Quand : 26/05/22
Durée : 3.5 jours
Distance globale : 62.1km
Dénivelées : +3298m / -3308m
Alti min/max : 580m/1678m
Carnet publié par ManonM le 16 juin
modifié le 30 juin
Coup de coeur ! 484 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 2 : La Fullie-Les Chavonnes (mise à jour : 30 juin)

Distance section : 14.1km
Dénivelées section : +944m / -1353m
Section Alti min/max : 905m/1678m

Description :

Petite étape : col de la Cochette, Aillon-le-Jeune, col de la Verne, les Chavonnes.

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 2 : La Fullie-Les Chavonnes (mise à jour : 30 juin)

Jolie ascension jusqu'au col de la Cochette sous le Colombier (sans le gravir), longue pause pour étudier la carte devant les multiples possibilités qui s'offrent à nous pour rejoindre Aillon-le-Jeune. Hésitation sur la traversée ou non des rochers de la Bodaz (nos gros sacs à dos nous font renoncer), ou bien descente par Les Esserts côté nord-ouest des rochers. Nous restons sur notre tracé initial finalement, avec une belle surprise, un sentier sauvage, que dis-je, une sente, à peine marquée parfois, pourtant balisée rouge et blanc plus loin, on se perd, descend façon sanglier dans le pentu pour retrouver la sente, croisons une vipère. Instants délicieux, seuls au monde.
Chaleur étouffante à Aillon-le-Jeune. Pique-nique à la fraîche les pieds dans le Nant d'Aillon. Au village, nous faisons le plein d'eau au cimetière et siestons en attendant 15h30 l'ouverture de la fromagerie, je compte bien déguster ce soir une tome des Bauges, un bleu des Bauges et un Margériaz vieux accompagnés d'une Mondeuse (cépage rouge de Savoie), ok c'est moi qui porte !
Le plein fait, en route pour le col de la Verne, mais par la combe de la Verne et non par le tracé du tour. De nouveau un très beau sentier forestier parsemé de Tannes, grottes et petites falaises.
La descente, soutenue, sous les va-et-vient d'un planeur rasant la falaise en mode soaring, fait mal aux jambes. Souhaitant nous arrêter plus tôt que la veille, nous repérons une zone déboisée sur la carte, mais aux courbes de niveau resserrées, on espère quand même trouver du plat. Pas gagné...

Joli mois de mai...
Joli mois de mai...
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Le Colombier depuis le début de la traversée des Roches de la Bodaz.
Piste qui monte au col de la Cochette sous le Colombier.
Piste qui monte au col de la Cochette sous le Colombier.
Joli mois de mai...
Joli mois de mai...
Sente sauvage vs. vipère.
Sente sauvage vs. vipère.
Bivouac malplat...
Bivouac malplat...
... bivouac bougon. Mais joli cadre tout de même.
... bivouac bougon. Mais joli cadre tout de même.
Commentaires