The Great Bike Adventure sur les routes du monde !

(en cours) share(partager)
Le 4 mars 2018, entouré de la famille, des amis, et quelques curieux Charlotte et Moi (Rémi) avons fébrilement donné les premiers coups de pédale de ce qui s'annonce être une sacrée balade à bicyclette…
En 2013, un ami me fait découvrir la randonnée itinérante, c’est l’électrochoc ! Je découvre ensuite le voyage à vélo ; nouvel électrochoc : tout en restant dans une optique de slow-travel, il est possible de parcourir plus de distance, la liberté est décuplée, l’effort physique intense et la joie immense !
C’est ainsi qu’en 2018, nous nous élançons pour un voyage sans date de retour. Avec 10 €/personne/jour, nous partons pour au moins 4 ans à travers les 5 continents et 100.000 km devant nos roues.
Suivez-nous également sur 
- Notre site : http://www.thegreatbikeadventure.com
- FaceBook : http://www.Facebook.com/TheGreatBikeAdventure
- Instagram : TheGreatBikeAdventure
vélo de randonnée
Quand : 04/03/18
Durée : 1500.5 jours
Carnet créé par TheGreatBikeAdventure le 28 janv.
modifié le 08 avr.
309 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : CHINE (mise à jour : 08 avr.)

[18/11/2018] - 8540 km - 
Ni hao !
Hé oui, comme annoncé dans l'épisode précédent, nous avons terminé la danse sur le troisième Stan de la valse :
La Chine ! La Chine, à vélo ! On y est !
De Murghab, nous avions repris la route le 11/11 en direction du Kulma (Qolma) Pass, col frontalier entre le Tadjikistan et le pays du soleil levant.
Encore peu empreinté par les cyclos, la route du Kulma pass - ouvert il y a un an aux voyageurs internationaux - nous a offert une nouvelle fois un spectacle étourdissant (et ce n'est pas que le manque d'oxygène !) sur le Pamir... 
Au milieu d'une vaste plaine et entourée de sommets à plus de 6000m, la route monte doucement pendant 80km, on croise de vielles cornes de mouton Marco Polo, quatres rapaces font une apparition, puis la montée se corse un peu plus pendant 10km jusqu'au sommet à 4362m (point le plus haut de notre debut de voyage !!).
Nous grimperons les 5 derniers kilomètres sur une route complètement gelée, des parties enneigés, du vent qui souffle la poudreuse....dans ta face ! Cela nous conforte un peu plus notre choix de zapper la partie nord de la M41 et la route jusque SaryTash au Kirghizistan : c'est bien pire là-bas ! 
En haut, passage de frontière, et changement de monde : un tampon de sortie, une poignée de main échangée avec l'agent Tadjike et nous voila officiellement en Chine !
L'accueil à beau être cordial, les contrôles eux, relèguent le Turkménistan au rang de Walt-Disney du passage frontière ! 
Fouille de toutes les sacoches, passage au rayon-X de celles-ci et et des pilotes, confiscation de la bouteille d'essence, quadruple contrôle des passeports... 
Nous avions eu du nez en cachant les couteaux dans le tube de selle des bicyclettes ! 
Une fois le tout terminé, pas si vite papillon ! Interdiction de descendre les premiers 15 km seuls ! 
Les vélos chargés sont balancés (le mot est juste !) dans un camion, on grimpe dans la cabine, et zou ! En avant jusqu'au second checkpoint !
Nouvelle radii rayons-X des bagages (ça va, rien d'cassé), prise d'empreintes digitales, et - CHEESE ! - photo ! Ca y est, notre visage est dans le système !
Cette fois, ça y est, nous sommes libres (en fait, nan, t'inquiètes !) de circuler librement dans la province du Xinjiang !
Une nuit au chaud dans une auberge (l'occasion de découvrir la toute puissance du par-feu chinois, le"Great FireWall") et le 13/11 à 16h30 nous reprenons la route vers Kashgar.
"16h30 ?! Mais vous etes une sacrée bande de faignasses !"
Alors oui, mais non, parole à la défense : au passage frontière, on s'est pris +3H de fuseau horaire dans la face ! 3H, calmement. En effet, toute la Chine est réglée sur l'heure de Pékin. Nous on est à 3500km à l'ouest - tu sens l'arnaque ?
Soit, 16h30 heure de Pékin, c'est 13h30 heure d'Asie Centrale, une belle heure pour se mettre en selle !
On fait une quarantaine de kilomètres sur la mythique Karakorum Highway. Les paysages sont magnifiques. La route ? Un billard !
On croise plus de chameaux que d'habitants... Du miel !
Le soir, on campera derrière un assemblage de cabanons en béton, au milieux des ordures et caca de yacks: interdiction (ah bon ?) de camper ici dans le Xinjiang Chinois... 
C'est con, parce qu'à 100m de là s'étendait le lac gelé de Karakul...
Le 14, on se lève à la fraîche ! Du givre recouvre nos sacs de couchage, et une énorme couverture nuageuse bloque les rayons du soleil. Pas grave se dit-on, il reste 190kms et 2300m de dénivelé négatif. De la rigolade !
Haha ! Tu parles !
On s'est tapé la journée la plus froide de l'histoire du cyclisme ! Et un vent de face à nous geler la gueule !
Arrivés à Ghez, alors qu'il commence à neiger, on s'écroule dans une échoppe pour manger un plat chaud !
500g de raviolis chauds chacun, crois moi, ça rend les idées claires ! Hors de question de se taper une nouvelle nuit à grelotter, et une nouvelle journée glacée !
On sors, et Charlotte lève le pouce !
15 minutes plus tard, on se trouve au chaud à l'avant d'une fourgonnette, les velos chargés à l'arrière. 
Direction Kashgar, à 110km !
Une brillante idée (les raviolis j'te dis !) puisque la meteo s'avère aussi ennuyante que la route : ca y est, c'est plat, on est surpris de ne pas voir une montagne à l'horizon. Pincement au coeur : le Pamir, c'est fini ! 
Sur les 110kms, on sera à nouveau contrôlé 5 fois par la police, devrons descendre du véhicule à 3 reprises pour une vérification du passeport, expliquer où on crèche le soir et prendre une photo !
"Bienvenue citoyen, bienvenue à Citée 17"*
(*Half Life 2 #culturegeek)
Vers 21h, on arrive à Kashgar. 
Une ville avec des rues et des gens dedans, des trottoirs avec du macadam et des lampadaires dessus ! On avait pas vu ça depuis un mois. Étrange ! 
C'est à Kashgar que nous sommes bloqués jusqu'au 24 novembre (bordel !!!). Pourquoi ? : 
- Hors de question de se balader dans le coin avec le froid qui règne encore ici (à peine plus de 0°c - on a déjà donné !), et surtout avec l'ambiance un peu tendue dans le coin... Je vous laisse vous renseigner sur le Xinjiang...
- Pas de train pour Chengdu dans le Sichuan avant le 24/11...
- Le Lonely Planet encense Kashgar* sauf qu'après avoir vu la beauté de Samarcande et de toute l'Asie Centrale, il faut se lever de bon-heure pour nous faire claquer le cul par terre ! 
Ouais, Kashgar, ça casse pas 3 pattes à un canard laqué, surtout en fin de saison et sous la grisaille...
*Kashgar était une étape de première importance sur l'ancienne route de la soie, elle recèlait de richesses, mais ça, c'etait il y a bien bien longtemps... 
Allez, je suis un peu dur. On va tenter de découvrir un peu plus cette vieille citée et ses vestiges - si il en reste. 
On a le temps egalement de préparer la suite ! Et quelques changements vont intervenir sur l'itinéraire de départ (pour le meilleur et pour le pire !), on teasera ça le moment venue ! 
Prochaine étape en tout cas, le Sichuan ! On a hate de découvrir un peu la Chine du "milieu" et de quitter le far-west !
Pour conclure, vous l'avez sans doute remarqué dans nos précédents récits, on a ADORÉ l'Asie Centrale ! Whaou, cette claque ! 
Des merveilles architecturales de l'Ouzbékistan aux paysages ******* ("Faudrait inventer des mots qui sont pas dans le dico") du Tadjikistan... Une chose est certaine : nous reviendrons ! (Et toi aussi, vas y !)
J'espère que nous aurons réussi à vous transmettre un peu la beauté de cette région du monde, et si les photos, recits et cartes cadeaux en papier de Samarcande ne sont pas assez, Charlotte vous propose dès aujourd'hui SA sélection d'écharpes en soie, coton et laine d'Ouzbékistan.
Quo qu'c'est qu'ça ?
C'est simple, la caravane 2.0 de La Poste a ramenée en France des tissus d'Asie Centrale en soie, coton et laine.
Superbes pièces que vous pouvez retrouver sur le site : https://www.etsy.com/fr/shop/KashmirScarfCraft
Un superbe cadeau pour toi, ta gonz' ou ta jolie maman, à l'occasion des fêtes de fin de l'An !
Allez, on vous laisse ! À bientôt pour de nouvelles aventure vélocipédiques !


[21/12/2018] - 9083 km -

Ni Hao du pays de Mao !
Le mois décembre est très vite passé depuis nos dernières nouvelles.

Nous étions à Kashgar dans le Xinjiang, nous y avions laissé un témoignage pour le moins négatif...

Pas de changement d'avis concernant la folie autoritaire de cette province autonome au confins de l'ouest Chinois. 
Kashgar par contre, nous a révélé un tout autre visage juste avant de la quitter...

Alors que nous étions restés cantonné (en Chine ! Cantonné ! Ha !) une semaine dans la nouvelle-vieille ville où tout semble être du "fake", nous avons enfourché nos bicyclettes pour quelques kilomètres jusqu'à la gare. Ce qui fut suffisant pour nous révéler une toute autre image de Kashgar. 
Nous avons vu les murs de la vieille ville, quelques boui-boui Ouïghours, et la vie qui suit son cours loin des boutiques d'antiquités, de bijoux, de chapeaux et d'autres attrapes nigauds du centre-ville historico-touristique. Une belle surprise donc, et le regret de ne pas avoir exploré un peu plus tôt, et un peu plus loin les ruelles de cette ville si spéciale - notamment son célèbre marché aux bestiaux.

À vrai dire, c'est surtout notre voyage à venir avec la découverte du centre de l'Empire du Milieu qui occupait notre esprit... Comme camp de base, nous avons choisi Chengdu, et pour s'y rendre, nous avons opté pour le train, d'une facilité déconcertante dès que l'on a compris le système.

Et ce voyage sur les rails alors ?
Un chiffre : 49. Le nombre d'heures (sans grèves !)
Un mot : interminaaaaaable.
Nous étions dans une petite cabine de 4 couchettes, avec une dame très discrète, et un jeune digne d'une caricature de chinois : entre pets odorants, rots bruyants, conversations téléphoniques à haut niveau sonore et suçage de nouilles sorti du meilleur des gonzos... Une bonne partie de rigolade ! 
Voici pour les acteurs de ce voyage en train. Le décor ? Très décevant. 
Il faut dire, j'avais l'image romantique du long voyage en train dans une cabine en lambris, rythmé par le tchoutchou de la machine à vapeur, entrecoupant de longues phases béates à admirer le paysage...
Tu penses ! Nous avons finalement eu l'autre puant et la platitude du désert du Taklamakan pendant une journée et demie. Il faut dire qu'il est grand ce désert... 1000km d'est en ouest, 270000km2 (la moitié de la France). Et qu'il y fait froid l'hiver : de -10°c à -20°c... Pour couronner le tout, il se trouve en majeure partie dans la province du Xinjiang. Nous ne voulions pas trop nous attarder par-là à bicyclette... Nous y avons vu a quand même vu quelques beaux reliefs, des chantiers énormes de centrales à charbon et pour compenser le bilan carbone, des champs d'éoliennes gigantesques, à perte de vue. Impressionnant !

"Chengdu - ici Chengdu. Tous les voyageurs descendent du train" 
Enfin, on s'imagine avoir entendu un truc comme ça.
Chengdu, c'est la capitale de la province du Sichuan. Une petite ville de 3,8 millions d'habitants intra-muros. Et... 
Cette ville nous a mise sur le cul ! Scotchés, bouche ouverte, et tout !
Moderne, un métro flambant neuf, des boulevards aérés, des zones piétonnes, d'énormes centres commerciaux, un dynamisme à faire tourner la tête, de la vie partout et surtout... Des chinois (incroyable !) super sympas, ouverts, drôles, souriants, qui ne se soucient pas du regard des autres... (Ça rote aisément, se racle longuement la gorge jusqu'à étouffer, et crache) À des années lumières de la Chine que je m'imaginais ! (Sad but true, on est façonné depuis toujours pas les clichés et les idées reçues...). On adore voir les p'tits vieux danser sur les places au son d'une minuscule chaîne hifi, les autres travailler leur Tai Chi ou s'entraîner au Ping-Pong, et badminton, et les équipes des restos être passées en revue avant le service...
Un régal de dépaysement, de diversité, de pétillant... Vraiment ! Et que dire de la nourriture du Yunnan... Oh bonne-mère ! À se taper le cul par terre ! Cerveau, pattes de poules, tofu, algues, cœur de pigeon, escargots, bambou, tête/cou/pattes de canard, pied/oreilles/groins/langue/queue/tripes de porc, crête de coqs, pois verts séchés au wazabi, le classique canard laqué, des légumes de toute sortes... Le tout assaisonné à la perfection ! Et attention ! On peut atteindre le ciel (ou l'incendie) en dégustant tout ça autour du hotpot !

"Le Hotpot ? Un film pour adulte ?"
Mais non ! Le hotpot c'est la spécialité du Sichuan, également appelé "fondue du Sichuan". Ce repas convivial consiste à manger autour d'une marmite à un ou deux compartiments, mise sur le feu, dans laquelle mijote un bouillon (très) gras, et (très) épicé. Et comme dans une fondue française, on y trempe des brochettes de fine tranche de viande, de champignon, d’algue, de tofu, du cerveau, une patte de poulet. Un délice... Qui arrache !

Bon, on a aussi quelques vraies bizarreries comme les crêpes sucrées à la viande de mouton, le croissant brioché à la saucisse,... Il est vrai que le sucré en Chine n'a pas l'air d'être la spécialité...

L'architecture de Chengdu n'est pas en reste, avec un mélange d'immeubles très modernes, parfois du beau, souvent du laid, des temples bouddhistes et taoïstes, des parcs,...
On a adoré se promener au People's Park, sur la Tianfu Square (plus grande place de Chine du Sud), le long de la Jiuyan street (la rue des bars, très animée), dans les petites rues Kuan Xiang, Zhai Xiang et Jing Xiang. On est allé faire un tour au New Century Global Center (le plus grand bâtiment au monde de par sa surface au sol), dans quelques bars à bières, et allez, marres-toi, chez Décathlon et à Carrefour !
Le top de la mignonnerie revient sans aucun doute aux pandas roux et géants du Panda Breeding Research Base au Nord de Chengdu... Les photos parlent d'elles-mêmes
Bref, le pied ! Nous sommes finalement restés quinze jours au Flip Flop Youth Hostel, alors que nous avions prévu une semaine. 
Des prix dérisoires pour le confort offert (je rappelle qu'on revient du Pamir.... hein !). De la bouffe pas chère, des bières belges (Oh grand dieu !), et une ambiance* de ouf tous les soirs...
*Ambiance en grande partie offerte par Josef, notre nouvel ami Tchèque venu à l'hostel faire la promotion de sa bière "King of Yacks" type Belgian Triple - titrée à 8%-, brassée à plus de 4000m avec l'eau de source du Tibet et du Houblon Tchèque...

Alors vous vous en doutez, entre le repos forcé d'une semaine à Kashgar et la déprave pendant deux semaines à Chengdu, nous n'avons pas battus nos records de kilomètres mensuels. Une plaie, car nous avions beaucoup de choses à voir dans les environs, et plus de 1000km à rouler jusque Kunming !

Des choses à voir ? Ha ! Pas grave ! On a qu'à faire les Chinois ! (En vrai, j'ai honte)
On voulait voir le grand Bouddha de Leshan, et la montagne sacrée du bouddhisme d'Emei Shan...On a pris un tour-bus de deux jours ! Et on s'est bien marré, à partager quelques signes pendant deux jours avec nos amis chinois ! 
Petite déception pour le Bouddha géant (le plus grand au monde) de Leshan : il est actuellement en rénovation, et nous n'avons pu voir que sa tête, sous la grisaille...
Un gros coup de chance par contre pour la montagne et le temple d'Emei Shan, perché à 3050m, que nous avons découvert sous son plus beau jour, c'est à dire sous un grand soleil (mais une température glaciale) au-dessus d'une mer de nuages sublime...

Voilà pour cette première période d'oisiveté - qui ne fait pas de mal, soit dit en passant.

C'est avec les jambes molles, et tous nos bénéfices de l'altitude annihilés (on est passés de Lance Armstrong à Jacques Legros) que nous avons repris la route le 11 décembre plein sud sur la petite route nationale G108, direction Kunming. 
Un réel plaisir de reprendre la route malgré le temps gris des premiers jours, le froid, la neige en haut des cols (encore !), et de beaux pourcentages dans les montagnes du sud Sichuan. 
Nous avons découvert un petit morceau de campagne chinoise avec ses couleurs, ses cultures, sa diversité, et la timidité des gens brisée au moindre sourire...
Cependant, après de très belles journées à plus de 2000m de dénivelé, nous avons dû nous rendre à l'évidence : impossible d'atteindre Kunming pour Noël en continuant à ce rythme. Alors on triche encore un tout petit peu. 
Nous prenons un train!

Que réserve la suite ?
Nous arriverons demain à Kunming, capitale de la province du Yunan pour quelques jours de visite, et un post-Noel avec nos amis cyclos français les RayonMix !
Le 28 nous lâcherons les vélos une nouvelle semaine, direction Hong-Kong pour fêter le nouvel an dignement avec un vieil ami de l'institution Saint Michel de Solesmes ! 
Enfin, le 02 Janvier nous serons de retour à Kunming pour la reprise, toujours plein Sud, direction le Laos...

Voici une nouvelle année qui touche à sa fin... Et quasiment 10 mois de voyages à vélo ! Une année riche de nouveautés, d'efforts, de rencontres, d'expériences inoubliables et bien plus encore...
Elle est belle la vie à vélo à deux...

Merci à vous toutes et tous d'être si nombreux(ses) à suivre nos aventures, de Liker/Commenter/Partager les publications !
Excellentes fêtes de fin d'année, profitez de votre famille, de vos amis. Amour - paix et bonheur sur votre foyer... (Et bordel ! On vous l'jure, en 2019, on se remet à rouler pour une nouvelle année !)
CHINE
CHINE
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°55