10 invités en ligne

Le Pic du Canigou par l'ouest (trek de 7 jours par les gorges de la Carença) 69 KMS

(réalisé)
Fort d'une première expérience avec mon fils Lucas d'une escapade autour de Gavarnie, nous voulions rééditer l'expérience de trek en semi-autonomie avec bivouac tant nous avions apprécié.
Comme certains randonneurs, à 50 ans on puise dans le présent sans attendre l'avenir et on s'engage sans trop réfléchir. Une période de ma vie où je suis en haut de la crête...la montée avec "des hauts et des bas" et l'incertitude de la descente comme tout un chacun : sera t-elle plus courte??? plus escarpée, plus difficile???

Partager ces moments avec son fils, c'est ce que je souhaite à tout le monde.

Dans cette mini-aventure, on a souvent de grandes idées puis les impondérables de la météo et ses caprices font qu'on revoit à la baisse nos espoirs et nos projets. c'est aussi l'occasion de rencontrer des gens formidables, des imprévus....mais toujours ensemble.

Un ressourcement assuré...

Suivez notre périple de jour en jour en espérant qu'il vous donne des idées d'escapades
randonnée/trek / alpinsime
Quand : 06/05/23
Durée : 7 jours
Distance globale : 71.2km
Dénivelées : +5549m / -5475m
Alti min/max : 779m/2680m
Carnet publié par JC Nightpixels le 26 mai 2023
modifié le 29 mai 2023
Mobilité douce
Réalisé en utilisant transports en commun (train, bus, bateau...)
C'est possible (ou réalisé) en train bus
Précisions : Train TGV depuis Paris - Gare de Lyon jusqu'à Perpignan puis TER jusqu'à Prades et bus jusqu'à Thues entre Walls
586 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : MANTET - Jour de repos (mise à jour : 27 mai 2023)

Description :

Nous nous réveillons sous un grand soleil.Nos chaussures sont encore trempées de la veille. Jean a lavé et séché tout notre linge.
On fait un point sur notre mésaventure d'hier.. 
Jean nous dit que nous n'étions pas forcément mal équipés mais que nius n'avions pas eu les bons réflexes en cas de pluie. «vous devez avoir une deuxième paire de chaussures, légères, souples et cramponnées. Pas de  chaussettes, en shirt ou en caleçon pour le bas. Le haut doit être protégé par une cape afin d'éviter que les vêtements du haut soient traversés par l'humidité. Le reste, on s'en fout. »
« Heureusement que vous ne vous êtes pas arrêtés. Certains font une pause, s'endorment et ne se réveillent jamais.»
Et de finir, «le renoncement est une forme de courage».
Il nous donne encore quelques conseils sur le portage du sac.
Nous profitons de cette journée pour faire une petite balade des environs. Mantet est appelé «le village du bout du monde» car jusque dans les années 80, aucune route ne menait à la plaine. L'électricité et l'eau potable est arrivé dans les années 90.
Aujourd'hui, il y a une dizaine d'habitants à l'année tout au plus. La mère de Jean a repris le gîte de son mari et s'est «emmourache» de ce village qu'elle ne quitte plus.
Nous goutons à la bière locale brassée au village et nous montons à la ferme chercher de la tomme de brebis. En redescendant au village, le troupeau remonte accompagné de deux borders colly qui travaillent sur le troupeau. Notre présence ne les dérange pas.
Demain, nous regagnerons notre refuge par une autre route que celle prévue initialement.

Le compte-rendu : MANTET - Jour de repos (mise à jour : 27 mai 2023)

Le gîte de Jean
Le gîte de Jean
Le village de Mantet, du haut de la colline
Le village de Mantet, du haut de la colline
La petite bière locale
La petite bière locale
Les environs
Les environs
La vue de notre lit
La vue de notre lit
Commentaires