Edito Carnets d'Aventures #51

par Johanna dans Edito 10 Jun 60 readers Soyez le premier à aimer ! : Soyez le premier à commenter share(partager)

À chacun son bout du monde !


"Le bout du monde commence quand on a fermé la porte de sa maison, tout est question de regard"

Cette pensée accompagnait le "bulletin de vote" d’un lecteur lors de l’élection (en ligne) pour la couverture de CA 51. Je me suis dit qu’elle exprimait bien l’idée qui nous animait alors que nous élaborions ce numéro, et, bien plus généralement, qu’elle était porteuse d’une belle philosophie de voyage !
S’ouvrir pleinement à la découverte dès que l’on quitte le pas de sa porte. Cultiver l’étonnement et la contemplation, laisser aller son regard, changer de référentiel… À pas petits ou grands, au gré d’un coup de pédale ou d’un coup de pagaie, au détour d’un chemin, à travers une rencontre. Le bout du monde commence bel et bien là, le voyage aussi.
Et si chaque bout du monde était prétexte à un voyage ?
Et si chaque voyage menait à un bout du monde ?
Rien qu’en France, il y a plus de cinquante lieux-dits et autres lieux naturels qui portent le nom de "bout du monde"... Je me suis amusée à questionner wikipédia : en toponymie française, « bout du monde » désigne un lieu difficile d'accès et éloigné des endroits habituellement fréquentés. Je me suis répété ces mots plusieurs fois, lentement, les yeux clos, en prêtant attention aux images qu’ils faisaient apparaitre dans mon esprit. Un col, une clairière, un cap, une petite crique, un village ancien, une petite route, une sente, une vallée reculée… Des lieux déjà visités, porteurs de beaux souvenirs et d’envies nouvelles, mais aussi des lieux supposés ou imaginés, catalyseurs de rêves d’exploration et de découverte.
Il y a mille lieux que nous ne connaissons pas, où nous ne sommes jamais allés, tout autour de nous. L’exploration de ces "dimensions repliées" (référence à la théorie des cordes de physique théorique) est sans fin. Une connaissance me racontait qu’elle avait dessiné un maillage sur la carte au 25 millième autour de chez elle, et que chaque fois qu’elle partait en balade, elle essayait de se rendre dans l’une de ces cases non encore explorées. Un puzzle de quelques dizaines de kilomètres carrés de territoire de montagne, ses mille bouts du monde à elle, où se gravaient des aventures toujours renouvelées et toujours différentes.
En rouvrant les yeux, j’ai songé qu’ils étaient nombreux ces bouts du monde, tout près de nous ou vraiment loin, qu’ils s’en cachaient un peu partout, prêts à se dévoiler à qui voudra bien les découvrir, prêts à nous surprendre et à alimenter nos rêves !
À chacun de trouver ceux qu’il lui plaira d’explorer !

Par Johanna

Edito Carnets d'Aventures #51
Commentaires