Laponie pratique

par Johanna dans Dans le monde 01 août mis à jour 01 oct. 382 lecteurs 2 2 commentaires share(partager)

Voyager en Laponie !

Située principalement au nord du cercle polaire arctique, la Laponie évoque pour beaucoup les magnifiques espaces sauvages du Grand Nord. À raison ! La liberté, les paysages, ambiances, couleurs, lumières... tout invite à la contemplation, à l’itinérance nature et à la pratique d’activités outdoor. Du trek de quelques jours aux longues expé dans des territoires reculés, chacun y trouvera son compte !
Nous vous donnons rendez-vous dans Carnets d'Aventures 57 qui comporte un dossier complet sur la Laponie, et les récits et photos de plusieurs voyageurs nature pour une belle immersion dans le grand wilderness lapon !
Vous trouverez dans le présent article nombre d'informations pratiques, de liens utiles, d'idées d’itinéraires...
C'est parti pour un voyage dans les hautes latitudes !

Texte : Guillaume Pouyau, Yannick Véricel, Carnets d’Aventures 

Superbes couleurs automnales dans le parc national du Sarek, Laponie suédoise.
Photo Guillaume Hermant
Superbes couleurs automnales dans le parc national du Sarek, Laponie suédoise.
Photo Guillaume Hermant
Sarek, Laponie suédoise.
Le delta de la rivière Rapa et ses curieux canaux qui semblent presque artificiels.
Photo Guillaume Hermant
Sarek, Laponie suédoise.
Le delta de la rivière Rapa et ses curieux canaux qui semblent presque artificiels.
Photo Guillaume Hermant

Laponie : géographie et climat

La Laponie est une aire géographique s’étendant sur la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie (également appelé Fennoscandie). Se situant principalement au nord du cercle polaire arctique, elle s’étend néanmoins jusqu’à Trondheim au sud. La Laponie est évidemment indissociable du peuple autochtone qui y vit : les Samis, que nous évoquerons ci-après. (Pour des raisons administratives de facilité d’accès pour nous Européens, nous évoquons principalement ici les 3 pays Norvège, Suède et Finlande).
Du fait de sa situation sur le globe, la Laponie connaît un climat de type arctique et subarctique, les étés y sont frais et les hivers froids voire très froids bien que le Gulf Stream qui longe la côte tempère quelque peu le climat en comparaison avec le Canada par exemple. Les températures peuvent toutefois descendre, en hiver, jusqu’à -40°C dans les terres ou en altitude. La météo est connue pour y être instable et changeante. Une tempête est très vite arrivée et il n’est pas rare de voir de la neige en été. En résumé, sortez couvert ! Prévoyez surtout des affaires permettant de faire face à des conditions difficiles. Si vous partez en bivouac, assurez-vous de toujours avoir un change sec dans le sac ! En effet, la Laponie est également un milieu (très) humide : il pleut beaucoup et vous progresserez souvent en zones humides comme des marais ou des traversées de gués.
Au nord du cercle polaire nos références françaises sont quelque peu perturbées : ici l’automne est déjà bien en place en septembre et le mois de juin est parfois encore bien neigeux. L’étage montagnard prend fin vers 1000 m et l’étage alpin peut déjà être présent dès 1500 m (ordre de grandeur), ce sont évidemment des caractéristiques à prendre en compte lors de sa préparation.
Selon la latitude, on pourra voir le soleil de minuit entre fin mai et mi-juillet (ou au moins bénéficier d’une très grande durée du jour) ; et, de septembre à avril, on pourra avoir la chance de voir des aurores boréales .
 

Parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : John Ferré
Parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : John Ferré
La Laponie
Carte : Anne-Sophie Rodet
La Laponie
Carte : Anne-Sophie Rodet

Laponie : wilderness et parcs nationaux

Avec une densité de population en moyenne très faible, les espaces sauvages sont légion en Laponie ! (Norvège : 14 hab/km² et 5,3 millions d’habitants ; Suède: 23 hab/km² - 10,2 millions ; Finlande: 16 hab/km² - 5,5 millions. La Norvège et la Finlande comptent parmi les 30 pays les moins densément peuplés au monde ; pour l’anecdote le « record » est la Mongolie avec moins de 2 hab/km². Quant à la Russie, malgré ses 146 millions d’habitants, il y a de la place avec seulement 8,5 hab/km²).
Les 3 pays comptent chacun de nombreux parcs nationaux, 37 en Norvège  (hors Spitzberg), 29 en Suède, et 40 en Finlande, dont bien entendu un certain nombre en Laponie, autant de lieux à découvrir en voyage nature !

Se renseigner pour chacun sur les éventuelles « restrictions », ou plutôt « précautions », en effet, grâce au « droit d’accès à la nature » (lire ci-dessous), on a souvent l’impression que les règles et conseils donnés ne sont pas là pour réduire la liberté mais plutôt comme des règles de bon sens que l’on comprendra et que l’on aura naturellement envie de respecter !
À noter que de nombreux parcs des 3 pays sont dotés de refuges, souvent bien entretenus, gardés ou pas (certains gratuits), dotés de gaz, bois, toilettes sèches, réserves de nourriture que l’on peut acheter pour se ravitailler. Ils peuvent être bienvenus au cours d’une itinérance en bivouac, ou même selon les endroits, permettre l’itinérance sans bivouac.

Parc national du Sarek, Laponie suédoise
Photo : Guillaume Pouyau
Parc national du Sarek, Laponie suédoise
Photo : Guillaume Pouyau
Parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : John Ferré
Parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : John Ferré

Laponie : droit d’accès à la nature

Les Scandinaves aiment leur nature et ont un lien fort avec elle. Ils ont donc inscrit en eux et dans leurs lois ce « droit d’accès commun » à la nature (allemannsretten en norvégien, allemansrätten en suédois, jokamiehen oikeudet en finnois, littéralement le « droit de tout un chacun »), ce qui est assez unique. L’idée est simple : tout le monde peut jouir de la nature comme il l’entend. Vous pouvez donc bivouaquer, camper, cueillir des baies, faire des feux, pêcher (avec un permis)... L’idéologie repose sur le civisme et la responsabilité de tout un chacun. La seule contrainte est le respect de la propriété privée : interdiction de camper à moins de 150 m d’un espace privé sauf accord du propriétaire.
Cette belle mentalité se retrouve également dans l’approche que les Scandinaves ont des activités outdoor : il y a par exemple plus de balisage pour les sentiers en général et l’idée prédominante est que si vous partez à l’aventure c’est que vous savez ce que vous faites, vous êtes responsable.
Cf. aussi CA53 : le dossier Lofoten, et l’édito “Droit d’accès à la nature”.

Le droit d'accès à la nature :

Bivouac en Laponie suédoise
Photo : Supervagabonds
Bivouac en Laponie suédoise
Photo : Supervagabonds
Cuisine de bivouac ! Confiture de myrtilles ramassées autour de la tente et cuites au réchaud
Photo : Carnets d'Aventures
Cuisine de bivouac ! Confiture de myrtilles ramassées autour de la tente et cuites au réchaud
Photo : Carnets d'Aventures

Flore de Laponie

On retrouve en Laponie un faune et une flore typiques des régions septentrionales. Les forêts sont principalement constituées de pins, d’épicéas et de bouleaux, ces derniers étant ceux que vous retrouvez le plus au nord et en altitude dans un format rabougri. Une fois la limite des arbres dépassée (entre 1000 et 1500 m), vous évoluerez dans des paysages de toundra, constitués de végétation basse et chétive, de quelques buissons parfois denses et d’arbustes nains comme le saule arctique ou le bouleau nain. Encore un peu plus en altitude c’est le royaume des mousses, des lichens et de la rocaille. Par contre, vous aurez peut-être la chance de pouvoir cueillir de nombreuses baies comestibles, surtout en été comme les camarines, mûres arctiques (ou mûres blanches), myrtilles, airelles, canneberges, etc. Pour plus d’infos sur les baies que l’on trouve en Laponie, voir par ex. ce site.
On trouve également beaucoup de zones humides ainsi que la flore associée. Attention, ces zones sont très fragiles et connaissent une croissance très lente (quelques millimètres par an). Empruntons bien les chemins de planches que l’on trouve souvent ou bien suivons les tracés déjà existants si possible afin de limiter l’impact de notre passage (un pas de 10 cm de profondeur peut détruire 100 ans de pousse !)

Plan de myrtilles en fleurs
Photo : Carnets d'Aventures
Plan de myrtilles en fleurs
Photo : Carnets d'Aventures

Faune de Laponie

Côté faune, le renne est omniprésent. Il n’en existe presque plus de sauvages et ceux que vous croiserez appartiennent certainement aux Samis. Ils vivent en semi-liberté et sont donc souvent peu farouches. En période estivale, il faut toutefois éviter de trop les déranger car c’est la période dédiée pour s’engraisser avant le long hiver.
On croise également des élans, des renards roux et polaires (très peu malheureusement) ainsi que le fameux lemming, un petit rongeur aux airs de hamster. Si vous êtes chanceux vous apercevrez peut-être un ours brun, un lynx ou un glouton mais ils sont extrêmement rares. Le loup quant à lui est absent de la région... La faune aviaire est bien présente également, avec notamment le lagopède que l’on croisera toute l’année mais c’est surtout en été que l’on peut voir le plus d’oiseaux car les migrateurs sont de retours.
Les mammifères marins sont également bien présents (phoques, dauphins…).

La faune qu’on aimerait mieux ne pas croiser

Vous avez dit räkkä ? Les fameux insectes de Laponie… Présents principalement en juillet août, dans certains endroits et à certaines heures, les moustiques et autres « highlands midges » (diverses variétés de mini-mouches qui mordent) peuvent vous faire regretter votre incursion sous ces latitudes. Mais avec un peu de préparation, vous parviendrez à les oublier et profiterez pleinement de votre périple. La moustiquaire de tête est un incontournable ; une ou deux en plus pour le groupe seront bienvenues car elles sont fragiles et faciles à perdre (le modèle Nano de Sea To Summit ne pèse que 11g, il ne faut pas se priver). Munissez-vous également de répulsifs que l’on trouve sur place (plus ou moins chimiques selon le degré d’acceptation de chacun, qui évolue souvent au fur et à mesure des rencontres avec lesdits insectes :-) ; attention, les versions enfant/famille de certains répulsifs sont peu efficaces). À n’utiliser qu’en cas de besoin et avec modération. Lisez attentivement les recommandations, évitez d’en pulvériser sur les tentes et lavez-vous bien les mains avant de faire à manger.
Selon les lieux et la saison, on pourra rencontrer des tiques, un tire-tique sera bien utile, ainsi que du répulsif (certains fonctionnent contre les insectes et les tiques), des vêtements longs et une inspection régulière du corps (qui constituera une petite activité récréative entre compagnons d’aventures…).
Voir l'article (en anglais) "How to deal with the mosquitoes in Lapland".

Paysages et rennes en Laponie suédoise
Photo : Supervagabonds
Paysages et rennes en Laponie suédoise
Photo : Supervagabonds
Rennes en Norvège
Photo : Carnets d'Aventures
Rennes en Norvège
Photo : Carnets d'Aventures
No comment :-)
Photo Yannick Véricel
No comment :)
Photo Yannick Véricel

Poissons et pêche en Laponie

La mer, les rivières et les lacs sont abondamment peuplés de poissons de toutes sortes. La pêche est d’ailleurs une activité commerciale de loisir assez pratiquée dans ces régions. Le voyageur pêcheur pourra s’y adonner avec plaisir ; pour les lacs et rivières, renseignez-vous localement pour l’achat de permis (achat souvent possible en ligne ; en général des permis de diverses durées existent). Truites, saumons, lieus, maquereaux, cabillauds ne sont pas rares ; en mer, on pourra ramasser (parfois aisément à marée basse) moules et autres coquillages.
En savoir plus sur la pêche :

La pêche en Norvège sur Visit Norway

Comment, quand et où pêcher sur Visit Sweden

Infos sur la pêche en Finlande dans le droit d'accès à la nature sur Visit Finland

 

Pêche fructueuse en Norvège
Photo : Carnets d'Aventures
Pêche fructueuse en Norvège
Photo : Carnets d'Aventures
Pêche en rivière en Finlande
Photo : Yannick Véricel
Pêche en rivière en Finlande
Photo : Yannick Véricel

Peuple Samis

Le peuple Saami (également appelés Sames ou Samis) est le peuple autochtone de la Laponie qu’ils nomment Sápmi. De récentes études semblent prouver que leur installation remonte à l'âge de bronze et qu’ils ont des traits génétiques communs avec les peuples Iakoute vivant en Sibérie.
Traditionnellement la culture same a pour point central l’élevage du renne (activité encore pratiquée par 10% des Samis aujourd’hui) mais également la pêche sur la ligne côtière.
Il y a évidemment une base culturelle commune mais l’étendue de la Laponie fait que les sous-régions connaissent quelques différences, à titre d’exemple on dénombre 10 langues Sames. Après de longues années de répression de leur culture, les Sames se sont regroupés en « Parlements » dans la seconde moitié du XXe siècle afin de faire valoir leurs droits et de protéger leur culture. À ces fins, ils jouissent aujourd’hui de droits particuliers notamment dans les parcs nationaux, comme par exemple le droit d’y faire paître leurs rennes ou de réaliser certaines chasses traditionnelles.
 

Cabane de pêcheurs dans le nord de la Norvège (îles au nord de Tromsø)
Cabane de pêcheurs dans le nord de la Norvège (îles au nord de Tromsø)

Activités de pleine nature en Laponie

Randonner en Laponie

Les  possibilités de randonnées sont virtuellement infinies en Laponie, c’est un terrain de jeu extraordinaire pour qui aime les grands espaces sauvages et les paysages à couper le souffle ! Voici quelques exemples de treks bien balisés ou de lieux où aller marcher (parmi d’innombrables possibilités !) :

Suède

  • Kungsleden, La « Voie Royale » : 425 km entre Abisko et Hemavan offrant un magnifique panel de paysages typiquement lapons. La portion Nikkaluokta - Abisko est très prisée car relativement simple, bien équipée en termes de refuge et aux paysages somptueux.
  • Abisko : petite « station » le long de l’E10, Abisko est un excellent camp de base pour des randonnées ou autres activités à la journée ou sur de plus longues périodes.
  • Parc national du Sarek : randonner ici s’adresse à ceux qui veulent vraiment partir loin de tout ! Les 2000 km² du parc offrent des panoramas et des paysages marquants et un sentiment de liberté totale.
     

Norvège

  • Les Îles Lofoten : cet archipel est unique. Des montagnes de 1000 m qui se jettent directement dans la mer, des petits villages typiques, des plages perdues... Passez votre matinée en kayak avec les orques et l’après-midi en montagne à contempler ce joyau du Grand Nord depuis les hauteurs. Voir le dossier complet consacré aux Lofoten dans CA53 et l'article Lofoten pratique.
  • L’île de Senja, une autre perle de la Norvège non loin des Lofoten et de Narvik. Ici encore les possibilités de randonnées sauvages sont incroyables et les décors vous feront oublier le climat parfois capricieux du Grand Nord.
  • Alpes de Lyngen : situé au nord de la Norvège, ce massif offre de belles possibilités de randonnées à pied et à ski. Facilement accessible depuis Tromsø.
     

Finlande

  • Parc national d'Oulanka, trek Karhunkierros, le Chemin de l’Ours, 82 km au nord de la Finlande au cœur d’un des parcs les plus réputés du pays. Un beau moyen de découvrir la région et la Laponie finlandaise.
  • Traversée du Riisitunturi : la traversée de ce parc national sera l’occasion de découvrir la riche avifaune et la forêt boréale.


Transfrontalier : on pourra imaginer bien sûr des itinéraires passant les frontières. C’est le cas par exemple du Le Nordkalottleden (ou Kalottireitti en finnois) : un sentier balisé qui relie Kautokeino en Norvège à Sulitjelma (ou alternativement Kvikkjokk) sur une longueur totale de 800 km.
Plus d'infos sur le site nationalparks.fi, infos et itinéraire sur traildino.fr, l'itinéraire sur une carte sur le site de Guillaume Hermant, la carte papier du Nordkalottleden.

Parc national du Sarek, Laponie suédoise
Photo : Guillaume Pouyau
Parc national du Sarek, Laponie suédoise
Photo : Guillaume Pouyau
Trek dans les Lofoten, Norvège
Photo : Hélène Degousée
Trek dans les Lofoten, Norvège
Photo : Hélène Degousée

Voyager à vélo en Laponie

On peut également trouver son bonheur à vélo évidemment avec, entre autres, les Eurovélo 1 et 7 qui rejoignent toutes deux le cap Nord en traversant la Norvège ou la Suède. En composant avec toutes les routes, les chemins, etc., il y a de quoi user quelques pneus. De nombreux voyageurs à vélo viennent pédaler sous ces latitudes ! Voir par ex. CA53, CA23, et bien sûr aussi MyTrip pour des récits et idées d’itinéraires.

Il existe diverses véloroutes longue distance (réseau de pistes cyclables de longue distance) qui permettent de parcourir de beaux itinéraires !
Les vélos route de Norvège, le vélo en Norvège sur le site de Visit Norway.
Vacances à vélo en Suède sur le site de Visit Sweden ; la Suède à vélo : cartes et itinéraires cyclables (en anglais).
L'article Cycling in Finland.
À noter que la Norvège, compte tenu de sa topographie compliquée (montagnes et fjords) compte nombre de tunnels (+ de 900) sur ses routes, dont certains très longs (plusieurs km, 24 pour le plus long !), des paramètres à prendre en compte pour un périple à vélo !
Voir la carte des tunnels norvégiens, et la liste des tunnels longs.

En ce qui concerne le VTT, le type de terrain ne sera pas toujours des plus favorables (terrains granitiques caillouteux et pouvant être cassant, terrains spongieux…) mais en se renseignant et en choisissant bien la zone, l’itinéraire et son équipement (voir le récit du périple de Huw et Annie à fatbike dans CA57 !), on pourra s’amuser ! Il existe d’ailleurs des itinéraires balisés dans divers endroits.
Quelques infos sur :
- le VTT en Finlande,
- le VTT en Norvège
- VTT Freeride en Norvège

Laponie pratique
A vélo de Tromsø au Lofoten
Photo : Manu d'Adhémar
A vélo de Tromsø au Lofoten
Photo : Manu d'Adhémar

Kayak et canoë en Laponie

Comme en randonnée, les possibilités de navigation en Laponie sont sans limite. Entre les kilomètres de côte maritime, les centaines d’îles, les nombreux lacs et les rivières, les amateurs de kayak et de canoë ne seront pas en reste !
Le plus compliqué sera de trouver un loueur sur place et d’organiser la logistique. Il sera souvent nécessaire d’utiliser vos propres canoës ou kayaks, gonflables, pliants, etc.
Repérez les possibilités de bivouac au préalable, que ce soit en mer, lac ou rivières : de nombreux endroits ne permettent pas de débarquer. L’idéal étant de se pencher sur une carte et d’affiner son parcours avec les photos satellite (google maps par exemple). Voici tout de même quelques idées :

Pour les îles Lofoten, on trouvera principalement des parcours en kayak de mer comme le tour des îles Moskenesøya, Flakstadøya, Vestvågøya, Austvågøya, quelques fjords comme celui de Reine, etc. (voir CA53).
MyTrip sera aussi une bonne source d’inspiration ; par exemple les différents périples des Supervagabonds, Yann et sa fille Amélie, qui ont arpenté la Laponie (suédoise et finlandaise) en canoë à plusieurs reprises des mois durant ! (Voir leurs articles dans CA56 et CA48 ainsi que les carnets complets et films).
Choisissez votre parcours en fonction de votre niveau, du matériel utilisé et de la saison. Un enneigement tardif, les crues de printemps suite au dégel ou la sécheresse estivale peuvent rendre une rivière non navigable. Vous pourrez aussi choisir certains des nombreux lacs qui sont une valeur sûre. En mer, les conditions météo changent très rapidement et seuls les fjords pourront vous permettre de naviguer davantage en sécurité.

Itinérance en kayak de mer entre Tromsø et les Alpes de Lyngen
Photo : Carnets d'Aventures
Itinérance en kayak de mer entre Tromsø et les Alpes de Lyngen
Photo : Carnets d'Aventures
Canoë en Laponie suédoise
Photo : Supervagagonds
Canoë en Laponie suédoise
Photo : Supervagagonds
Itinérance en kayak de mer entre Tromsø et les Alpes de Lyngen (que l'on voit sur la photo)
Photo : Carnets d'Aventures
Itinérance en kayak de mer entre Tromsø et les Alpes de Lyngen (que l'on voit sur la photo)
Photo : Carnets d'Aventures
Canoë en Finlande
Photo : Yannick Véricel
Canoë en Finlande
Photo : Yannick Véricel

Itinérances sur neige et ski en Laponie

La pratique du ski (de fond, nordique / de randonnée, et alpin) fait partie des activités intégrées dans l’esprit outdoor des 3 pays. Des itinéraires sont balisés, et les itinéraires de randonnée sont pour la plupart réalisables en hiver à ski (ce qui multiplie par deux les raisons de découvrir ces régions !), et on pourra bien sûr en inventer d’autres.
Selon les endroits, le type de relief peut être extrêmement divers : montagnes typées alpines, environnements glaciaires, hauts plateaux, taïga, forêts et reliefs plus arrondis, grands lacs, etc. Une bonne étude du terrain et des conditions (météo et nivo) au préalable, une bonne connaissance du milieu de montagne (et haute montagne), de ses envies et son niveau de pratique seront bienvenus. Cela permettra de choisir à la fois des lieux, itinéraires et équipements adaptés. Par exemple, les dispositifs relatifs aux avalanches (DVA, pelle, sonde ET compétences pour les utiliser) pourront être soit indispensables, soit quasi inutiles selon les environnements.
On pourra aussi pratiquer la rando raquettes et/ou avec chiens de traineaux.
Quelques idées de massifs parcourus à ski :

  • Norvège : région de Tromsø et Alpes de Lyngen, Lofoten, Vesterålen, Senja…
    Quelques infos sur le site de Visit Norway : sur le ski de randonnée, le ski de fond, et le ski alpin.
  • Suède : région autour d’Abisko (parc national), Nikkaluokta et Kiruna, massif de Kebnekaise, Kungsleden (la « Voie royale »), parc national du Sarek…
    Voir la rubrique Skier en Suède sur Visit Sweden.
  • Finlande : autour d’Ivalo (Saariselkä) et parc national Urho Kekkonen (cf. article dans CA57), région d'Inari (le plus grand lac de Laponie), région de Enontekiö/Kilpisjärvi (seule zone montagneuse ou presque de Finlande)...
    Voir la rubrique Skier en Laponie finlandaise sur Visit Finland.
Itinérance ski pulka dans le parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : Augustin Le Rasle
Itinérance ski pulka dans le parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : Augustin Le Rasle
Ski de randonnée dans les Lofoten
Photo : Matthieu Baltzinger
Ski de randonnée dans les Lofoten
Photo : Matthieu Baltzinger

Cartes de Laponie

Dans les 3 pays, on peut trouver assez facilement des cartes topographiques papier assez bien faites, au 1/100.000, au 1/50.000 ou même au 1/25.000 pour certaines zones. Sur place ou à commander avant sur Internet, de même que quelques topo-guides de randonnée (par exemple sur aventurenordique.com très bien achalandé, en cartes et topo-guides). Par exemple les séries Turkart ou Norge éditées chez Nordeca pour la Norvège, Outdoorkartan et Fjällkartan pour la Suède,  et Karttakeskus pour la Finlande.
À noter qu’il existe plusieurs sites web et applications pour smartphone (Android et IOS) qui fournissent, souvent gratuitement au moins pour bon nombre de fonctionnalités, des accès à des cartes topo précises. Voici quelques exemples :

  • Norvège : le site web Norgeskart.no et l'appli mobile Norgeskart outdoors fournissent gratuitement de très bonnes cartes topographiques, avec plusieurs fonds de carte au choix, et permet poru l'appli mobile de télécharger des morceaux de cartes pour les consulter offline gratuitement pendant 15 jours. D’autres fonctionnalités payantes existent mais la version gratuite est déjà très bien.
    Pour les Lofoten, voir aussi le site rando-lofoten.net qui permet de télécharger gratuitement (moyennant de créer un compte gratuit) les cartes de Lofoten au 1/50.000 au format Tiff.
  • Suède : l'appli mobile Sweden Topo Maps, cartes topographiques.
  • Finlande : appli mobile Finland Topography Lite, cartes topographiques.

Précautions

Comme nous l’avons dit précédemment, la Laponie est un milieu rude. Il faut donc se préparer en conséquence.
Un des premiers enjeux sera le climat : changeant, humide, parfois violent ; il faut donc s’équiper en conséquence tant en habits qu’en abri. Gardez toujours un set de vêtements secs en fond de sac au cas où. Randonner en Laponie c’est également évoluer dans des zones isolées, sur des chemins (s’il y en a) parfois peu ou pas balisés et souvent loin de la couverture du réseau téléphonique. Tout cela exige donc prudence, préparation et équipement adéquat.
Vous serez potentiellement autonome pour quelque temps en nourriture et en combustible pour le réchaud, encore un aspect à bien prendre en compte et à préparer avec soin (une petite marge de sécurité est la bienvenue).
Un autre danger potentiel en Laponie et lors de vos randonnées sera la traversée de gués surtout en zones reculées. Il faut encore une fois être particulièrement prudent et éviter de traverser les cours d’eau avec un niveau supérieur aux genoux. Si la zone que vous abordez vous paraît difficile, remonter vers l’amont, on trouve souvent un passage plus facile, ou bien vérifiez sur la carte s’il n’y a pas un petit pont plus loin (il vaut mieux un détour de quelques kilomètres qu’une chute dans une eau glaciale !). Cf. la chronique de l’ours des bois de CA14 « Traverser les cours d'eau ».
 

Le grand wilderness et de nombreux cours d'eau à traverser
Parc national du Sarek en Suède
Photo : Guillaume Pouyau
Le grand wilderness et de nombreux cours d'eau à traverser
Parc national du Sarek en Suède
Photo : Guillaume Pouyau
Savoir s'orienter et être équipé correctement sont indispensables.
Itinérance ski pulka dans le parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : Augustin Le Rasle
Savoir s'orienter et être équipé correctement sont indispensables.
Itinérance ski pulka dans le parc national Urho Kekkosen en Finlande
Photo : Augustin Le Rasle

Se rendre et circuler en Laponie

Se rendre en Laponie est moins difficile qu’on pourrait le penser. En effet les réseaux ferroviaires norvégien, suédois et finlandais sont particulièrement bien développés et agréables, le tout pour un prix raisonnable. Côté Norvège nous trouvons des gares notamment à Trondheim, Narvik, Bodø ; en Suède à Kiruna, Abisko, Gällivare par exemple ; en Finlande à Kolari, Rovaniemi, Oulu... Dans les 3 pays, les réseaux de bus sont également développés et efficaces. On peut donc utiliser la mobilité douce pour venir arpenter ces vastes territoires sauvages !
Il est aussi possible de venir par la route avec l’E6 qui traverse la Norvège du sud au nord ou l’E10 qui relie Å à Luleå. Enfin, certaines villes ont un aéroport (par exemple Bodø, Tromsø, Kiruna, Ivalo, Enontekiö…).
À lire sur le sujet : le dossier « Mobilité douce » de CA56, l’article sur les transports motorisés, leur empreinte carbone et de nombreuses infos et références pour trouver des transports de surface un peu partout !

Voici quelques liens utiles (compagnies ferroviaires et routières, sites et applications mobiles pour consulter les horaires et réserver aisément ses billets, etc.) :

On trouve également des sites et souvent des applications pour téléphones mobiles qui permettent de consulter les horaires et réserver aisément ses billets (de train, de bus, de ferry…), par ex. EnTur pour la Norvège.
 

Vélos dans le train en Norvège
Photo : Manu d'Adhémar
Vélos dans le train en Norvège
Photo : Manu d'Adhémar
Ferry entre les îles en Norvège
Ferry entre les îles en Norvège
Ferry entre les îles Lofoten en Norvège
Photo : Hélène Degousée
Ferry entre les îles Lofoten en Norvège
Photo : Hélène Degousée

Laponie : administratif

La Suède et la Finlande font partie de l’UE, et la Norvège (seulement) de l’Espace Schengen (on peut donc s’y rendre sans passeport).
Pour un Français, le coût de la vie dans les 3 pays sera plus élevé qu’en France. Toutefois, si l’on utilise principalement le bivouac comme mode d’hébergement, ou le camping dont les tarifs sont assez raisonnables, que l’on se ravitaille dans des supermarchés,
Pour le reste – transports, visites (musées, téléphériques, centres touristiques), restaurants, cafés, glaces et assimilés… – il faut compter des prix un peu plus élevés qu’en France.
Côté monnaie, la Finlande est à l’Euro ; Norvège et Suède ont chacun leurs couronnes aux taux de conversion assez proches : 1 € = 9,96 NOK = 10,69 SEK.
Pour ce qui est du réseau téléphonique mobile, la plupart des forfaits français sont utilisables sans surcoût dans les 3 pays (tél et données). Ceux-ci sont particulièrement bien équipés et on trouvera du réseau 4G dans de nombreux endroits (pas totalement partout non plus hein, ce n’est pas magique ?).

Quelques exemples de prix de certaines denrées et services se trouvent en ligne, par exemple sur le site combien-coute.net, un exemple avec le coût d'une bière locale en magasin : en Norvège, en Suède, en Finlande.

Laponie pratique

Se ravitailler en Laponie

On trouve pas mal de supérettes et supermarchés. L’été ils sont souvent ouverts sur de larges plages horaires. Moyennant de choisir un peu ses aliments (et certains supermarchés moins chers que d'autres), on pourra manger pour des prix raisonnables (moins de 1,5 fois les prix français ; selon les endroits, certains produits sont même à des prix plus intéressants que chez nous, le poisson par exemple). On trouve en gros la même variété qu’en France, y compris pour du bio et de la nourriture adaptée au bivouac. Vu l’enthousiasme pour les activités de pleine nature dans ces pays, on trouve relativement aisément du gaz pour les réchauds et autres items pour le bivouac ; nous avons même été surpris du nombre de magasins outdoor bien achalandés, même dans des petites villes pas spécialement touristiques.
En ce qui concerne l’eau, dans ces contrées, elle coule naturellement dans de nombreux endroits ! Vu la faible densité de population (et donc aussi de troupeaux), elle est souvent assez saine ; on prendra les mêmes précautions qu’en montagne en France.
 

Commentaires
share posté le 01 oct.

Thierry
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 30/12/15

Message privé
Article très complet mais je me permet juste une petite rectification : il n'y a pas de gare à Tromso. Le train ne monte pas plus haut que Narvik.
Pour planifier un voyage en train, le site de la Deutsche Bahn est parfait, on peut même par téléphone faire toutes les réservations de train et de couchettes, il y a un interlocuteur qui parle français.
Aller en train en Laponie, c'est facile et c'est génial et peu onéreux si on prend la carte Interrail.
share posté le 01 oct.

Johanna
Milan noir
(495 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Merci Thierry pour ta remarque tout à fait pertinente sur cette coquille ! :)
Je viens de corriger !
Vers l'infini et au-delà :-)