Chaussures de randonnée Keen Wanderer

par Loic dans Chaussures 06 mars 2016 mis à jour 10 mars 2016 1773 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

La semelle interne de bonne factureAvec la belle saison qui va tout doucement revenir, les randonneurs que nous sommes vont avoir envie de ressortir les chaussures de randos. Si en ce début 2016, vous êtes à la recherche d'une nouvelle paire et, qui plus est, une paire made in Europe, cet article est fait pour vous. Keen propose un nouveau modèle baptisé « Wanderer ». Avec un nom pareil que l'on peut traduire en français par "vagabond" (dans le bon sens du terme ; un peu comme Chrisopher McCandless), on s'attend à ce qu'elles nous donnent envie de voyager. Dans mon cas, je les ai utilisées lors de nos randonnées familiales en moyenne montagne sur des sentiers parfois un peu technique. Je portais Chloé, 15 mois, dans un sac à dos bébé Vaude Jolly Comfort I. Le poids sac + enfant + matériel devait avoisiner les 14 kilos. Voyons ce que ces chaussures de baroudeurs valent et commençons tout d'abord par les caractéristiques du constructeur.

Test : Loic Guénin

 

 

I] Caractéristiques des Keen Wanderer

  • Poids : 550 g/chaussure en 42 pour homme, et 450 g/chaussure pour femme en 37,5
  • Matériaux : membrane imperméable et respirante Keen Dry, cuir nubuck et caoutchouc
  • Couleurs : noir-rouge, noir-brun, noir-gris
  • Made In: Roumanie,
  • Année du modèle : 2016,
  • Style : semi-montante (un peu moins que la Keen Durand MID WP)

Quelques points techniques :

  • Amortisseur en polyuréthane intégré au talon de la chaussure,
  • Tige : nubuck et daim première qualité
  • Doublure : membrane Keen Dry pour la gestion de l’imperméabilité et de la respirabilité
  • Semelle intercalaire de polyuréthane avec technologie injection directe,
  • Semelle en caoutchouc bi-densité pour l'adhérence et la durabilité,
  • Bout de pied avec anti-choc,
  • Sangle de serrage au niveau de la cheville (tendue via le laçage)
  • Existe en modèle femme

Recommandations constructeur : la marque recommande de prendre une 1/2 pointure de plus que d'habitude. Personnellement, j'ai testé cette paire en taille 42, ma pointure habituelle, et le confort est au rendez-vous.

II] Test des Keen Wanderer

Première approche

A la première découverte, j'aime regarder, toucher, analyser l'objet car cela permet de se faire un premier avis sur le produit. De suite, on peut apercevoir que la qualité de fabrication (coutures, finitions...) est au rendez-vous. Le prix de 160 € semble donc cohérent surtout que pour une fois et pour ce type de matériel, la fabrication est made in Europe (Roumanie). Ça fait toujours plaisir que le savoir-faire n'est pas uniquement basé en Asie. En poussant un peu plus loin l'analyse et comme les Keen Durand MID WP testées récemment, j'ai pu apercevoir l'amortisseur dans le talon (sous la semelle fournie), le bout de chaussures anti-chocs ou encore le système de sangle permettant de serrer la chaussure autour de la cheville lors du laçage. Par contre, toujours pas de crochets autobloquants pour le lacet ce qui ne facilite pas un laçage serré. La tige est un peu moins haute que les Durand mais suffisamment pour offrir un bon maintien de la cheville. Cette diminution permet plus de légèreté. Pour finir, un petit coup d'oeil à la semelle qui semble bien travaillée en bi-matière pour assurer un maintien sur tous types de terrains.

Et sur le terrain ?

Le premier avis laisse place à un test plus approfondi et réel sur le terrain. Lors de nos randonnées avec 14 kilos sur le dos, j'ai pu confronter ces chaussures à des pressions importantes et sur différents sols. De plus, par les temps pluvieux, les chemins étaient boueux et la roche calcaire glissante. J'ai trouvé que ces Wanderer ont "assuré" et je me sentais en sécurité. La sécurité est essentielle lorsque l'on a un enfant sur le dos et que la chute n'est pas autorisée ! Les semelles accrochent bien sur les différents matériaux rencontrés. Bien sûr, on ne pourra pas éviter quelques petites glissades mais rapidement elles trouvaient de quoi s'accrocher. Les Salomon de Florence n'en étaient pas exemptes également. Moins souples que les Durand au niveau de la semelle et de l'ossature, les Wanderer restent confortables une fois bien lacées (point faible de cette paire). L'amorti général est bon, celui du talon très efficace. Le déroulé du pied est excellent. La légèreté de la chaussure permet de gagner en efficacité et de limiter sa fatigue. La hauteur de la tige permet une bonne souplesse tout en ayant une bonne tenue de la cheville. Le compromis entre tige basse/tige haute est excellent. C'est une chaussure tout-terrain qui saura s'adapter aux multiples configurations qu'on lui fait rencontrer hormis l'alpinisme car non cramponable de façon automatique.
J'ai vraiment eu de bonnes sensations avec ces Wanderer. La pointure 42 est parfaite pour moi, c'est ma pointure habituelle.
J'ai remarqué également que l'humidité semblait mieux gérée qu'avec les Durand, même avec des chaussettes assez chaudes. Concernant l’étanchéité, j'ai réitéré le test de la bassine en plongeant les chaussures 10 minutes dans l'eau après plusieurs sorties. Il en ressort que contrairement aux Durand MID WP, ces Wanderer n'ont pas pris la moindre goutte d'eau même après 10 minutes immergées (et plus, voir photos). C'est une excellente avancée de la part de Keen qui rend vraiment très intéressante cette paire de chaussures de randonnée. Cet état de fait montre que la membrane a dû être retravaillée d'où mon meilleur ressenti concernant la gestion de l'humidité lors des marches. La déperlance est aussi excellente. Bref, il semblerait que tous les feux soient aux verts. Encore un petit travail sur le laçage et la perfection ne sera pas loin !

On aime

  • Le poids
  • La qualité de fabrication
  • Les + technologiques (amortisseur talon, pare-choc au bout du pied,sangle de serrage au niveau de la cheville via le lacet)
  • Hauteur de la tige qui permet la souplesse d'une tige basse et le confort d'une tige semi-montante.
  • Imperméabilité et déperlance

On a moins aimé

  • Pas de crochets autobloquants pour le laçage

III] Conclusion

Une paire de chaussures que j'aime bien porter car elles ont l'avantage de proposer une hauteur de tige idéale permettant une utilisation sur de nombreux type de sorties. Elles sont légères mais aussi efficaces sur tous les sols rencontrés lors de mes tests avec Chloé sur le dos (roches, pierriers, boue, feuilles et route). Le confort n'est pas non plus oublié avec un tour de cheville bien moelleux et une bonne position et maintien du pied dans la chaussure. Le bout est assez large un peu à l'instar de la Durand MID WP mais un peu moins prononcé. L'amortisseur de talon et le pare-choc avant fonctionnent bien tout comme la semelle. Le laçage mériterait d'être un peu mieux étudié car il faut bien forcer pour que les chaussures soient bien serrées pour éviter les mouvements/frottements. Aussi, j'ai l'impression que la respiration est mieux gérée que pour la MID WP testée il y a peu, ce qui montre que la membrane Keen Dry progresse. Ceci semble confirmé avec une étancheité parfaite suite au test des 10 minutes sous l'eau. Au final, on se retrouve avec une bonne paire de chaussures bien construites, made in Europe, bien finies qui se trouvent être très homogènes et utilisables sur de nombreuses configurations.

 

Photos des Keen Wanderer

Déballage des Keen Wanderer
Déballage des Keen Wanderer

La semelle bi-matières
La semelle bi-matières

La semelle interne de bonne facture
La semelle interne de bonne facture

La semelle interne de bonne facture - dessous
La semelle interne de bonne facture - dessous

L'intérieur de la chaussure
L'intérieur de la chaussure

Laçage assez simple (trop ?)
Laçage assez simple (trop ?)

De côté
De côté

Au pied
Au pied

Au pied - suite
Au pied - suite

Wanderer versus Durand MID WP (en rouge)
Wanderer versus Durand MID WP (en rouge)

En action
En action

En action avec Chloé sur passage
En action avec Chloé sur passage "technique"

En action -suite
En action -suite

 test étanchéité - efficace
test étanchéité - efficace

 test étanchéité - niveau de l'eau
test étanchéité - niveau de l'eau

 test étanchéité - niveau de l'eau arrière
test étanchéité - niveau de l'eau arrière

Commentaires