Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
Traversée du Sarek 24
(partager)
posté le 15 févr. 2010 mis à jour le 17 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Bonjour à tous!

Cela fait déjà un bon moment que je suis lecteur de Carnet d'Aventures et de ce forum, mais je n'avais encore jamais osé m'inscrire. Pour me présenter vite fait, j'ai 26 ans, je pratique la randonnée dans les Pyrénées et les Alpes depuis mon adolescence, puis depuis sur les terres "d'en haut". De quelques jours au début à maintenant plusieurs semaines en autonomie, été, bivouac hivernal, bref, comme tous ici, j'adore marcher.

J'habite actuellement au Havre et je suis en passe de déménager pour une nouvelle vie dans nos contrées alpines cette année (j'ai hâte!). J'en avais marre de devoir attendre les vacances ou les congés pour aller marcher dans ces paysages que j'affectionne tant.

Je viens vous parler ici d'une virée nordique que j'ai eu la chance de réaliser avec un ami en juillet dernier, dans la parc national du Sarek en Laponie suédoise. Notre itinéraire de base devait rallier Kvikkjokk au sud, jusqu'à Ritsem au nord. Nous voulions être libre d'avoir le temps de bifurquer où l'envie nous pousserait, pour cela nous avions prévu 20 jours de marche (le double de ce qu'il est nécessaire en gros, avec un sac optimisé, il est possible de rallier Kvikkjokk à Ritsem en 8 à 10 jours en fonction de l'itinéraire choisi).

Il semble qu'il soit plus commun de partir de Ritsem pour relier Kvikkjokk, mais c'était une volonté de notre part de cheminer avec le nord pour azimut et avec en point de mire le majestueux Ahkka.


Notre itinéraire :

- Kvikkjokk à Aktse en suivant la Kungsleden (le sentier est plutôt "emprunté" l'été et nous avions hâte de nous enfoncer dans le coeur du parc).


















- Le lac de Laitaure se traverse avec un bateau géré par les Sames (environ 150 sek la traversée). Si on veut rejoindre la Rapadalen sans passer par Aktse, il est possible de négocier pour rejoindre directement le Rapadelta moyennant un surcoût. C'est également possible depuis Aktse, mais il serait dommage de ne pas monter au Skierfe.






- D'Aktse au sommet du Skierfe pour la vue magique sur le magnifique Rapadelta.








- Du sommet nous avons rejoint le fond de la vallée Rapadalen en contournant le Nammasj par le sud-est. Le but était de rejoindre une piste empruntée par quelques randonneurs et par les Sâmes. La descente au niveau de Tjasskavarasj est assez "sport" car elle se fait sans trace à travers une végétation dense de sous-bois et de taillis, sur un sol parfois spongieux, mais avec de la patience et en faisant attention où on met les pieds, ça se fait et on arrive en bas où il faut prendre soin d'éviter au mieux les marais et les traversées de gués.








L'été les gens évitent le fond de la Rapadalen qui est un vrai enfer à cause des moustiques, mais nous voulions absolument nous y rendre pour la faune (et voir, si possible, des élans. Nous avons été recompensés par deux magnifiques rencontres). Il est possible de rester sur les hauteurs pour remonter vers le nord à partir du Skierfe.








- Nous avons ensuite remonté la Rapadalen rive gauche.






- Coupé par le lac Snavvajavvre sur les hauteurs.






- Rejoint la Mikkastugarn au coeur du parc. A noter que le refuge non gardé qui existait avant a brûlé suite à des randonneurs maladroits... Il reste le poste d'appel secours dans lequel ont été aménagés une table et des bancs.






- A ce point, nous n'avons pas pu parcourir les crêtes comme nous le voulions à cause d'un temps exécrable persistant. Mikka est un carrefour de plusieurs vallées et le coeur du parc, aux dires des Suédois rencontrés sur place, le mauvais temps s'y installe souvent et y stagne. Après 3 jours et demi de mauvais temps (vent fort, pluie constante, environ 5°c, plafond nuageux très bas), nous rendons les armes et décidons de poursuivre la route vers le nord. Nous avons pu tout de même profiter d'un après-midi durant lesquel le plafond nuageux est remonté un peu pour aller à la rencontre du glacier Mihkajiegna, imposant et magnifique. Encore une belle rencontre. L'étude des repères de recul du glacier qui y ont été mis en place est très intéressante, surtout l'accélération que l'on constate sur les deux dernières décennies.




- Nous avons ensuite remonté la Ruohtesvagge en direction du magnifique trio Kisuris - Nijak - Ahkka.


















- Comme nous avions par conséquent du temps devant nous (par rapport à nos prévisions), nous avons rejoint le Padjelentaleden à partir de Kisurisstugan, puis direction l'ouest jusqu'aux 3 ponts situés à l'est de Sallohaure.








- De là nous avons rejoint le Nordkalottleden afin de rallier vers le nord-est Vaisaluokta où il est possible de prendre le bateau de Ritsem. Ce que nous n'avons pas fait. Nous avons continué à marcher en longeant le lac Akkajaure vers le sud pour rejoindre Anönjalmne à proximité d'Akkastugorna où nous avons pris le bateau de Ritsem (175 sek).











Voilà en gros pour situer notre route (ça fait un peu inventaire à la Prévert mais ça permet de situer:p)

Etant donné l'autonomie, nous étions plutôt chargés (environ 30kg au départ) et nous avons mis un peu moins de 14 jours (dont 3 de "repos et flâneries") pour relier Kvikkjokk au Ahkka. C'est pourquoi nous n'avons pas repris le bateau directement au Ahkka mais sommes partis vers l'ouest.


Côté pratique :

La carte de référence pour le Sarek est la Fjällkarten "Sareks National Park" BD10 au 1:100 000, échelle qui suffit étant donné le type de relief.

Pour les horaires et prix des traversées de lac, après moultes recherches, nous avons trouvé ce lien, il est assez difficile à trouver sur le site du STF car il faut passer par la partie suédoise du site : http://www.svenskaturistforeningen.se/sv/Inspiration/Vandring/Tag--flyg--bat--busstrafik-till-sommarfjallen-/

Nous avons pris l'avion via Ryanair Beauvais-Stockholm Skavsta. Skavsta est situé à un peu plus d'une heure de Stockholm centre. Les navettes (Flybussarna par exemple) sont fréquentes (même la nuit). Elles arrivent directement à la gare centrale de Stockholm.

Il est possible de reprendre un avion qui rejoint directement Kiruna, beaucoup le font, notamment ceux qui commencent la marche depuis Ritsem, qui est plus facilement accessible que Kvikkjokk en prenant le train Kiruna > Gällivare, où un bus permet de rejoindre Ritsem.

Comme nous n'aimons pas beaucoup l'avion (ça va trop vite!), que nous préférons voir les paysages se modifier progressivement et que la lenteur est un luxe que nous aimons, nous avons préféré prendre le train pour rejoindre le Nord depuis Stockholm Centralstation.

Les trains les moins chers sont (a priori) ceux de la SJ http://www.sj.se/sj/jsp/polopoly.jsp?d=10&l=en

Nous avons acheté les billets en ligne, impression des tickets à la maison, etc... aucun problème. Il ne faut pas hésiter à comparer les prix avec ceux des lignes Veolia, etc... mais pour nous SJ était le plus intéressant.

Plusieurs choix s'offrent à vous. Dans notre cas, ne sachant pas si nous trouverions nos derniers achats, notamment de gaz, dans les villages du nord, nous avons opté à l'aller pour une étape à Boden où nous avons trouvé tout ce que nous voulions.

Pour les courses, les magasins ferment tôt dans la journée mais sont ouverts tous les jours y compris le dimanche. On trouve à peu près tout dans les Coop forum et ICA. Les stations services sont souvent munies d'un petit rayon gaz, essence, couteau de rando, etc... Le Coop Forum de Boden est muni d'un rayon randonnée plutôt bien fourni en gaz.

On trouve des ICA dans à peu près tous les villages de taille raisonnable du nord (sauf Ritsem qui, en réalité, n'est qu'une grosse station du STF et un haut lieu de la pêche suédoise. La boutique du camping permet quand même de trouver du gaz, de la nourriture, etc.. mais les stocks sont évidemment moins grands qu'en ville, on peut avoir des surprises...).

Autour de la gare centrale de Stockholm se trouve quelques magasins typés sports de montagne dans lequel on peut trouver du gaz, mais dans notre cas, ils étaient fermés à l'heure à laquelle arrivait notre avion.

Au terminus des trains, il faut ensuite utiliser les bus pour rejoindre les derniers villages. Il faut compter environ 1 couronne du km. Nous nous en sommes tirés pour 150-200 SEK maxi par trajet pour relier Boden à Jokkmokk, puis Jokkmokk à Kvikkjokk. Au retour, nous avons fait Ritsem-Gällivare en bus où nous avons repris le train directement pour Stockholm.

Pour les horaires des lignes du nord (Länstrafiken Norrbotten) : www.ltnbd.se/

Pour les logements temporaires à Jokkmokk et Gällivare, nous avons opté pour les campings qui sont très abordables et très agréables, celui de Gällivare possède notamment un sauna et après deux ou trois semaines de marche, c'est un bonheur indescriptible!


Niveau condition de progression et météo :

L'été est une période instable dans le Sarek. Je ne vous apprends pas grand chose mais il faut prévoir des vêtements de pluie complet, car il possible d'avoir à subir un temps très trèèèès irlandais pendant des périodes plus ou moins longues :D

Nous avons essuyé 3 jours et 3 nuits de pluie continue, mêlée à un vent fort avec des périodes de grosses rafales (80-90 km/h) et une température fraîche d'environ 5°c. Les facteurs cumulés peuvent rendre la situation pénible par moment.

A l'opposé; nous avons bénéficié de 3 jours anticycloniques magnifiques dans la Rapadalen avec 20-25°c et pas un nuage à l'horizon (ce qui fût un régal pour les moustiques... :D)

Le beau temps "type" est quant à lui ensoleillé, avec des cumulus et des averses de courte durée assez régulièrement. On prend vite le pli de laisser la housse étanche sur le sac à dos.

Je vous conseille tout de même de prévoir une tente avec une abside confortable qui facilite grandement la vie les jours d'intempéries. Nous nous étions munis d'une deux places (Husky Flame, très agréablement surpris par la qualité de fabrication de cette tente qui ne nous a pas fait défaut) avec une abside un peu réduite pour nos gros sacs (2 sacs de 70L) et une ouverture qui donne dans la chambre et ce fut parfois humide à l'intérieur...

Niveau température, le plus faible que nous ayons eu est 0°c sous tente, durant une nuit très venteuse. Avec l'effet vent ça a dû tomber à -5 / -8°c ressenti à l'extérieur.

Niveau orientation, pas vraiment de souci. Les vallées sont larges et les points de repères nombreux. Hormis problème de visibilité les jours de nuages très bas, en restant attentif, il n'y a pas trop à se tromper.

C'est une bonne idée d'emporter des guêtres, car les taillis, bouleaux nains, etc... sont omniprésents dès qu'on sort des sentiers battus. Pour certains passages de gués peu profonds, cela évite de déchausser si vous avez des chaussures étanches et elles rendent de fiers services dans les traversées de marais (nombreux au fond de la Rapa notamment).

Pour les marais sur les sentiers balisés (ex : Kungsleden), des planches permettent de les franchir sans abîmer ces milieux fragiles, dans les autres cas, en prenant le temps de lire un peu le marais, on s'enfonce en général au dessus de la cheville, avec moins de chance parfois jusqu'aux genoux, surtout s'il y a eu de grosses intempéries auparavant (ce qui fût notre cas).

Les gués se passent globalement bien mais il faut parfois déchausser pour les plus importants. Si vous arrivez suffisamment tôt dans la saison (juin-juillet), des ponts de neige permettent d'en franchir un certain nombre. Des ponts sont mis en place sur les plus gros rapides (notamment aux cascades de Mikka). Lors de notre progression dans la Ruohtesvagge, la pluie depuis 3 jours, ajoutée à la vidange des glaciers, a fait sortir les cours d'eau de leurs lits. Un des gués fût assez difficile à traverser (de l'eau à la taille et pas mal de courant). Il faut de toute façon tout mettre sous plastique étanche dans son sac à dos, surtout le sac de couchage, mais là encore, je ne vous apprends rien.

Le point à ne pas négliger l'été reste la gestion des insectes. Les moustiques sont en quantité inimaginable dans le fond des vallées, surtout la Rapadalen avec ses nombreux méandres et ses marais. Ils sont assez assoiffés et il n'est pas rare d'en avoir plusieurs centaines autour de soi dans les moments de délire. Prévoir des manches longues, même s'ils piquent au travers, cela limite le nombre de piqûres. Un filet de tête est un invention bénie dans ces moments là. Je trouve que la barrière physique reste la meilleure option pour les moustiques. En restant sur les hauteurs, leur nombre devient plus faible, et de manière générale il y en a "un peu" moins le matin (du moins pour les moustiques).

Les différents types de moucherons sont très nombreux également (midges, knott, etc...) et mordent comme les taons. Même s'ils mordent moins que les moustiques, ils s'insinuent partout et à la fin, je préférais de loin les moustiques. Les mouches sont quant à elles très appréciables, peu nombreuses (relativement) et ne piquant pas, on apprend vite à les aimer! Il reste enfin les taons (surtout là où se trouve la faune), leur nombre étant beaucoup plus faible, ce n'est pas un problème.

Globalement, avec un filet de tête, des vêtements longs et un peu de produit anti-moustiques, on s'adapte assez vite, mais cela dépend des personnes. Il faut utiliser l'arme du "flegme" tout de même assez souvent au risque de pêter un plomb car par moment l'impression d'oppression est grande, surtout au moment des besoins naturels ou de la toilette. Il faut choisir ses lieux et ses moments quand c'est encore possible...:p

Une bonne astuce est d'imbiber un peu de produit anti-moustique sur un bandana ou autre que l'on noue autour du cou. Cela évite de se barbouiller le visage et le cou de produit chimique et marche plutôt bien la plupart du temps, et très bien si on met en complément le filet de tête.

Après la mi-septembre, les premiers froids tuent un grand nombre d'insectes. Le tout allié aux couleurs rousses et brunes des bouleaux sur fond de glacier et d'eaux turquoises, ce doit être magnifique en cette saison. Les cours d'eau de la Rapadalen ont une couleur magnifique à cause du sable gris qui tapisse ses méandres (farine glaciaire).

Au-delà de ça, le Sarek est vraiment un endroit magique dans lequel je souhaite retourner user mes semelles à l'avenir, en passant par des coins qui s'approchent plus des glaciers, des plateaux, etc... Mon seul regret est de n'avoir été muni que de mon petit bridge numérique (déjà assez vieux) et je n'ai pas pu faire les photos que j'aurais voulu y faire.

Voici un lien vers un diapo réalisé au retour : http://www.youtube.com/watch?v=x0aq1o3BBfU

En espérant que ces quelques infos donnent un petit coup de pouce à ceux qui auraient envie d'aller marcher dans ces paysages qui vous marquent profondément.

(Un peu désolé pour le pavé, mais je suis un peu bavard :D)


Au passage, un grand merci à l'équipe du magazine qui fait un travail précieux pour les adeptes du voyage nature :)
posté le 16 févr. 2010

Olivier
Caribou
(1645 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Super ce message en plus avec les infos pratiques tout y est ! Merci beaucoup.
Les photos sont très sympa également
Question subsidiaire : est-ce que tu crois qu'un tel itinéraire peut se faire en VTT BUL ? A-t-on le droit d'y être à VTT ?
Merci encore
Et pourquoi pas ?
posté le 16 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Pour les photos, je n'ai pas eu le temps hier soir mais je vais essayer d'agrémenter le message rapidement.

Niveau réglementation, je ne crois pas qu'il soit interdit d'utiliser un VTT dans le Sarek (même si j'avoue que je trouve ça très surprenant) : http://www.naturvardsverket.se/en/In-English/Menu/Enjoying-nature/National-parks-and-other-places-worth-visiting/National-Parks-in-Sweden/Sarek-National-Park/Regulations-for-Sarek-National-Park/

Il faudrait peut être interroger le STF pour être sûr. En tout cas sur le site, ce n'est pas interdit.

Niveau technique, il y a des portions de l'itinéraire que nous avons emprunté qui risquent d'être vraiment très difficiles à vélo, je pense notamment au fond de la Rapadalen où, même s'il y a une trace plutôt praticable pour les pieds, le haut du corps nage dans des taillis épais très très souvent, il faut se frayer un chemin avec les bras, donc à vélo ça me paraît carrément difficile en été.

Les ascencions peuvent être un peu longues aussi (cailloux, pierre, etc...) mais je ne pratique pas le VTT BUL donc c'est peut être un a priori (les dénivelés sont tout de même modérés)

La descente du Skierfe au Nammasj est à proscrire à vélo, c'est déjà tendu à pieds. Vous pouvez toujours prendre le bateau pour rejoindre la Rapa si vraiment vous voulez tâter du taillis :D

De même, la descente depuis le lac de Snavvajavvre me paraît dangereuse avec un vélo sur l'épaule (beaucoup de roches glissantes, instables, etc... alors imaginons sous la pluie par exemple...)

Dans la Ruohtesvagge, la trace me paraît par contre tout à fait praticable à vélo.

De manière générale, hors des sentiers et traces, on trouve un tapis de végétation rase qui doit être pénible pour la progression à vélo et les crevaisons (à moins de monter un peu en altitude). Au delà de ça, je pense qu'il y a possibilité de se faire un bel itinéraire en restant sur les sentiers (Padjelenta, Nordkalott, Kungsleden) qui me paraissent praticables à VTT et sur les hauteurs pelées.

J'essaie de mettre des photos ce soir :)
posté le 16 févr. 2010

Olivier
Caribou
(1645 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Merci :)
Et pourquoi pas ?
posté le 16 févr. 2010 mis à jour le 16 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Photos ajoutées! :)
posté le 16 févr. 2010

jak91
Milan noir
(357 messages)
Inscription : 03/09/08
Lieu : 91510

Message privé
Super récit, belles photo, une véritable incitation au voyage
Adepte des rand'eaux longues distances sur rivières (maxi cl4), descentes contemplatives et touristiques. Le cyclo-tourisme de préférence sur les voies vertes est également une autre de mes activités.KG Sea Eagle 420 et KR d'eaux vives
posté le 16 févr. 2010

renaud.guilhou
Etourneau
(86 messages)
Inscription : 11/03/09
Lieu : Grenoble

Message privé
Merci pour ce beau récit.
Même s'il ne donne qu'une envie... aller s'y perdre!

As-tu une carte approximative de votre trajet? Une carte qui situe le sarek sur la carte de suede?

Merci
:)
mon site photo
posté le 16 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Pour la situation du Sarek, il est proche de la frontière norvégienne, un peu au-dessus du cercle polaire dans la partie nord de la Suède. J'ai trouvé cette carte sur internet (merci à son auteur) :

http://www.portail-rennes-le-chateau.com/images/lebeau/sarek_suede.jpg

Pour l'itinéraire effectué, ça donne à peu près le schéma ci-dessous (bricolage en 5min sous paint, pardon aux familles tout ça...) sachant qu'on a fait pas mal de petits détours pour se balader autour de cette trame de base (on avait du temps pour profiter)



Il y a plein de boucles intéressantes à faire à l'intérieur du parc en partant des "refuges" STF situés à sa périphérie, c'est vraiment un coin magique.
posté le 16 févr. 2010

renaud.guilhou
Etourneau
(86 messages)
Inscription : 11/03/09
Lieu : Grenoble

Message privé
Merci bcp :)
mon site photo
posté le 17 févr. 2010 mis à jour le 17 févr. 2010

mgk
Martinet
(19 messages)
Inscription : 05/10/08

Message privé
Belle ambiance Nordique. On respire à plein poumons au travers de ton récit. Bravo :)
petites randos en kayak: lacs de Lacanau et Hourtin, canal de Lège et bassin d'Arcachon, en images. 2 Roues Pour 2 Midis: 1500 km à vélo itinérant, en images.
posté le 17 févr. 2010

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
Super récit et belles photos !!!
C'était pas trop dur de porter au début 30kg ?
C'est vrai que en été le temps est souvent dégoutant dans le nord de la Scandinavie
posté le 17 févr. 2010 mis à jour le 17 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
La progression a été assez exaspérante les premiers jours effectivement (6 à 8kms dans la journée environ), eau comprise on frisait même les 32 kgs (je ne le dis pas trop fort pour ne pas nous faire taper par les MUL). Nous avons fait nos "gros" ravitaillements (pâtes, riz, semoule, etc...) en Suède, à cause du poids limité des bagages pour l'avion, et il a été difficile de viser juste une fois speedé dans le magasin entre le train et le bus.

On s'est basé sur un apport d'environ 2500 Kcal par jour mais surtout sur 3 repas au réchaud par jour (habitude prise en France où on aimait bien nos petites popotes l'été). Bilan, c'est pénible, lourd, nécessite pas mal de gaz et ça manque de polyvalence (quand il faut tout sortir à midi pour faire sa popote au réchaud sous la pluie ou dans le vent...).

Ca nous a bien vacciné de ce côté là, à l'avenir ce sera ration de course pour le midi (des trucs énergétiques, sans cuisson, facilement disponibles et qui font plaisir à manger, comme ça le temps de la pause sera consacré au repos et au paysage et non à la popote/vaisselle) et un poids volontairement limité. Moins de gaz à emmener aussi. Il faut dire que nous partions pour 21-22 jours d'autonomie. Même en faisant les choses rationnellement, cela représente un certain poids. Niveau équipement, nous avions aussi emmené de quoi affronter tous temps (sauf gros froid), ce qui monte aussi vite en terme de poids.

On aurait pu faire des sacrifices sur certains matériels, mais on aime bien le bushcraft et les photos aussi alors... :p

Pas mal d'expérience acquise sur cette virée pour les prochaines fois en tout cas, c'est bénéfique.

PS : on n'a quasiment pas mangé de lyophilisés (1 ou 2), merci le dossier nourriture de CA et les écrits de Jean-Louis Etienne :D

PPS : Nous avons croisé deux Hollandais qui avaient 42 kgs sur le dos pour un peu plus de deux semaines d'autonomie, dont une semaine complète à travers forêt dans le bush en dehors des traces. Et non, ils n'étaient pas militaires :huh:
posté le 17 févr. 2010

mad
Oie des neiges
(594 messages)
Inscription : 06/07/07

Message privé
Superbe traversée, et superbes photos !
Ca fait vraiment envie - j'aurai des questions à te poser, je vais peut-être mettre ça au programme des années à venir :) !

PS : 32 kg quand même :siffle: ... T'es repéré par les MULs ;) !
"Marche ou vogue ..." Embarcations : Quarter Tonner Dufour 1300, Doris, Nautiraid Expé 520, deux Hélios 380, Twist 1 Gumotex, canoë Old Town Discovery 158 - Présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=31931#p31931
posté le 17 févr. 2010 mis à jour le 17 févr. 2010

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Aussi lourd on ne fera plus. Il faut qu'on trouve un ratio dépense d'énergie/apport plus équilibré et plus raisonnable pour l'organisme. Avec un tel poids, les traumatismes articulaires et musculaires ne sont jamais très loins. A l'avenir, moins de poids à porter, donc moins d'apport nécessaire. Il faut trouver le juste équilibre en fonction de sa manière de concevoir la marche.

Pour info, l'ensemble des gens croisés sur place, avec qui nous avons discuté, avaient tous une base matériel et vêtements (hors nourriture, sac à dos compris) autour de 15kgs en gros. (C'est juste pour donner un ordre de grandeur).
posté le 18 févr. 2010

kanaky
Sterne arctique
(172 messages)
Inscription : 26/01/08
Lieu : nievre

Message privé
:):) magnifique. 9a donne envie !!!!
ou on veut, quand on veut, comme on veut !!! www.les-kanaky-s-roulent.fr www.simplement-savons.com
posté le 19 févr. 2010

paleo_pat
Sterne arctique
(189 messages)
Inscription : 01/06/06

Message privé
Super ça donne envie... mis à part les petites bébêtes !!!
N'est pas grand celui qui ne tombe jamais, mais celui qui se relève et continue.
posté le 30 déc. 2010

bayernd77
Martinet
(17 messages)
Inscription : 03/03/10
Lieu : nomade sur la planète

Message privé
Concernant la tente Husky Flame, est-ce que tu l'as réutilisée depuis ? Si oui, en es-tu toujours satisfait ?
Vis tes rêves, ne rêve pas ta vie http://www.cyclonomas.com/
posté le 17 janv. 2011

steppenwolf
Martinet
(23 messages)
Inscription : 18/02/10

Message privé
super récit très instructif. Que dire des photos...tu me fais rêver.
posté le 11 mai 2011

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Pour ce qui est de la Husky Flame, nous n'avons pas eu l'occasion de la réutiliser depuis, ayant fait du bivouac hivernal en ferrino syncro 3 (+ de place à deux) et utilisant le plus souvent un équipement plus léger dans nos contrées l'été. A priori, on devrait la ressortir cet été.
posté le 11 mai 2011

Franky
Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 31/03/11

Message privé
Super récit.
Le problème du Sarek c'est la pluie, très souvent présente....

En passant, un p'tit coucou, voisin Havrais...

Francky
posté le 11 mai 2011

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
La pluie fait effectivement partie intégrante du paysage estival du Sarek, il faut faire avec même si l'on préfère les belles journées ensoleillées :D

Un petit coucou également, mais cette fois-ci des Alpes où j'ai (enfin) déménagé ! :)
posté le 11 mai 2011

Franky
Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 31/03/11

Message privé
Chanceux va ;)

S'il n'y avait pas le problème du boulot, j'y serai depuis longtemps....

Mais bon, malgré la distance j'y vais tous les ans quand même ;)

Francky
posté le 15 mai 2011

charrier_marie
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 15/05/11

Message privé
Salut,
Avec un ami nous voudrions partir au Parc National du Sarek en Mai 2012 et en kayak beplace.
Que penses-tu de ce projet ? Est-ce faisable?!

En tout cas merci pour ta description c'est vraiment bien expliqué!!

Marie.
posté le 08 mai 2012

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Désolé de mettre un an à répondre mais j'ai eu une année assez mouvementée :D

Pour le kayak, je n'ai pas assez d'expérience pour juger mais il y a un gros réseau hydro dans le Sarek et autour. Les grands lacs au nord du Padjelenta doivent valoir le détour. Pour ce qui est de remonter la Rapadalen, ça doit être faisable mais je pense que ça nécessitera forcément des portages plus ou moins longs, car il y a des rapides (dont je ne connais pas la classe). Idem à Mikka où il y a des cascades.

Désolé, j'ai trop peur de dire une bêtise car même si je vois bien la configuration des cours d'eau pour les avoir longé, je ne sais pas ce qui est faisable raisonnablement sur un long trip en canoë. Je pense qu'il y a peut être dans ce coin de Suède des endroits plus adaptés, peut être dans le Stora Sjofallets.
posté le 08 mai 2012

two_feet_a_stick
Martinet
(25 messages)
Inscription : 15/02/10

Message privé
Je viens de voir que vous vouliez partir en mai 2012, bon bah vraiment désolé d'avoir tardé à répondre :)
(partager)
Remonter