Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
Rivière Rupert en canot... et petit coup de Gueule! 5
(partager)
posté le 15 nov. 2007

fanny85
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 28/06/07

Message privé
Bonjour,

Quelques images de la rivière Rupert, principale rivière de la baie James.
Dans le cadre d’un voyage au Québec, nous avons put découvrir le canot et avons sillonné durant un été les rivières québécoises.

Durant une semaine, nous avons « canoter » et « portager » sur la rivière Rupert de la route de la Baie James à l’embouchure, dans la baie James au village Cree de Waskaganish.
Petits français débutant en canot, nous nous sommes régalés dans cette taïga sauvage.
Principale rivière du nord Québécois, la rivière Rupert abrite un riche écosystème :ours, orignaux, oies sauvage, multiples poissons…
Les indiens cree sont installés sur ces terres depuis plusieurs millénaire et ont utilisé cette rivière comme principale voie de communication.
Notre route a ainsi été jalonnée par tipis, aurores boréales, rapides et lumières du grand nord…

Cependant, je tiens à parler d’une chose qui me tient à cœur. Nous avons fait parti des derniers chanceux a naviguer sur cette rivière. Hydro-Québec a fait le choix de détourner cette rivière vers les usines hydrélectriques d’Eastmain .
je viens d’apprendre que les travaux ont commencé. Il ne restera rien. Ecoeurant.
Je vous invite à consulter ce site http://www.reverencerupert.org. Il vous donnera un aperçu du devenir des rivières au québec.
Désolée pour ce message un peu terne mais il me semble important de communiquer sur le sujet !
Et puis, voilà les photos de notre petite aventure dans la « wilderness » québecoise ! rivière Rupert

Fanny
posté le 16 nov. 2007

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
Superbes photos Fanny qui font rêver mais dommage qu'il n'y ait pas un petit récit..
j'habite au QC comment atteindre la Rupert ? Il faut aller jusqu'à Wakaganish ?
Pour ce qui est de Hydro Québec c'est déplorable de toute façon tous les moyens sont bons pour se faire de l'argent au détriment de l'environnement mais ceci est une autre histoire...
les ressources naturelles du Canada sont malheureusement trop exploitées en détruisant largement l'environnement ( exemple autourde Fort Mac Murray en Alberta )
posté le 19 nov. 2007 mis à jour le 20 nov. 2007

fanny85
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 28/06/07

Message privé
Bonjour,

A la demande de khutzeymateen, un petit récit d’une descente en canot sur la Rupert.

Nous étions 4 et demi à filer sur les eaux de la Rupert. 1 couple français, 1 couple québécois…et un bébé de tout juste un an.

Nous sommes partis de Montreal le 25 août 2006 au soir, pour un voyage auto de 16h direction plein Nord, Matagami, et la route de la baie James. Au petit matin, surprise ! La foret de feuillus a laissé sa place à la forêt boréale… La route de la baie James traverse ces immensités sans aucun virage. Elle ne doit son existence qu’à l’hydroélectricité.

Notre première vision de la rivière Rupert est….dantesque ! Un rapide infranchissable (R6) nommé Oatmeal Rapids, des vagues de 3 mètres, tout ceci sur 1,5 km.
La rivière Rupert se découpe en trois sections. Nous avons choisi la section aval de 110 km qui se termine dans la baie James. C’est la section la plus…remuante ! Rapides infranchissables et « grands plats » vont donc ponctuer le voyage.

Mais aujourd’hui, ce 26 août, nous n’en sommes pas là… En effet, bien que les canots nous poussent au départ, il faut avant tout assurer l’arrivée !
L’arrivée est à waskaganish, village Cree sur la baie James à l’embouchure de la Rupert. Le but de la journée est donc de descendre la voiture dans celui-ci…et de remonter !
La route de Waskaganish est une route gravelée de 100 km. Nous arrivons en plein milieu d’une fête. Odeurs de poisson grillé, les enfants courent dans les rues… Projection dans un autre monde ! Un monde cependant bien terni lorsque l’on connaît la situation des autochtones en Amérique du Nord. Mais aujourd’hui, le village est à la fête.
Nous laissons la voiture à la gendarmerie à coté d’une voiture bien défoncée…Comment allons nous retrouver la notre ?
Ensuite, commence l’aventure ! Il faut remonter en stop les 100 km… Aïe. Une voiture par heure… Des indiens qui se rendent à la décharge toute proche ! Au bout de quatre heures, c’est un ingénieur d’hydro-québec qui nous prend… décidément on aura quand même bien profités de cette entreprise !
Nous retrouvons nos compagnons dans la soirée, et décidons de partir sur le champs. Il ne reste pas longtemps de jour. Peu importe. Les premiers coups de pagaies laissent un sentiment d’intense liberté.
Après 2 heures sur l’eau et trois portages d’une longueur totale de 600 mètres (pour éviter un R6) nous posons notre camp pour une soirée inoubliable.
Le jour décline avec un voile blanc dans le ciel… Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Normalement, les étoiles sont invisibles derrière les nuages ! Incompréhension totale ! Au bout d’une demi-heure, le ciel se teinte de vert, de rose… la lumière défile, pleut… tourbillon de lumière. A l’infini dans la voûte céleste. L’Aurore boréal, notre premier cadeau du Nord.

Les jours suivants ne sont que du bonheur. Aux planiols de 15-20 km succèdent des rapides infranchissables, véritables monstres sur cette rivière. La concentration est de mise lorsque nous sentons l’aspiration du rapide bien avant celui-ci ! Faisant en moyenne 2 à 3 km, ces rapides imposent de longs portages dans la foret. La sente est toujours marquée. Evidemment, les portages constituent la partie la plus dur physiquement. Après avoir porté les canots en aval, il faut remonter pour redescendre les bidons de bouffe (ça reste le plus important !)
Alors, un portage de 3 km en fait souvent … neuf ! Peu importe, ça fait longtemps que nous avons oublié le temps !
Et puis les portages sont aussi l’occasion de découvrir la forêt : tantôt humide, tantôt boueuse, toujours très belle. Les ours ne sont jamais loin comme en témoignent les traces toutes fraîches devant nous ! La vision de ces traces donne des scènes bien épiques : les hommes devant qui avancent et qui s’en fichent, les femmes et le bébé derrière qui parlent très fort pour oublier !
Les bivouacs ont pour la plupart lieu à la fin d’un important portage. Ainsi, le lendemain, il ne reste plus qu’à remonter dans le canot !
Avec Elise le bébé, nous naviguons souvent pendant les siestes. Lorsqu’elle en a marre ,nous nous en profitons pour pêcher pendant qu’elle se dégourdit les jambes ! Les journées commencent vers 9–10h et terminent vers 18h voir plus, suivant les portages.

Voyager avec un enfant est une expérience inoubliable. Elise nous a fait ses premiers pas dans la forêt boréal… L’engagement est important dans ce type d’opération. Nous n’avions aucun moyen de communication. Ainsi, la concentration est de mise dans les rapides franchissables pourtant très ludiques. Les repérages sont importants et il ne faut pas hésiter lorsque c’est possible à cordeler le long de la rive lorsqu’il y a le moindre doute.

La rivière Rupert est utilisée depuis trois millénaires par les Cree et a longtemps été sur la route des fourrures. Des tipis sont donc installés à quasiment tous les bivouacs. Les ordures laissées sur place laissent entrevoir une occupation ponctuelle… Pour notre part, sur une semaine, nous n’avons rencontré que deux canots. La rivière est large, nous nous retrouvons vite seuls…

L’arrivée à waskaganish avec un vent à décorner les orignaux marque la fin de notre voyage. Sur un petit quai, trois jeunes nous regardent accoster. Rencontre de deux mondes…

Cette petite expédition sur la Rupert ne sera pas la dernière, c’est sur. Nos amis québécois ont d’ailleurs descendus la Nahanni cet été après avoir grimpé un big wall au passage.

Les moments sur cette rivières ont vraiment été Rupert cool !


Voici un lien vers le topo: http://www.cartespleinair.org/

Fanny
posté le 28 nov. 2007

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
oups pardon merci bcp pour ce récit fort intéressant Fanny85.
Je ne savais pas que la Rupert était si mouvementée partiellement.
En tout cas très intéressant
Avez-vous retrouvé la voiture en bonne état laissée à la Gendarmerie ?
posté le 28 nov. 2007

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
fanny85 :
http://www.cartespleinair.org/

Fanny

Malheureusement un canoëiste qui a perdu la vie dans des rapides :(:( et qui contribuait au site
posté le 28 nov. 2007

fanny85
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 28/06/07

Message privé
khutzeymateen :
o
Avez-vous retrouvé la voiture en bonne état laissée à la Gendarmerie ?

Pas de soucis pour la voiture ;)
(partager)
Remonter