Traversée du Canada en Velo

(réalisé) share(partager)
Notre projet est de réaliser la traversée du Canada en vélo.
Nous partirons de Monreal, nous enfourcherons notre vélo direction Vancouver, pour près de 5000 km. Arrivés à Vancouver nous laisserons nos vélos pour 2-3 semaines et partirons en randonnée pédestre pour faire le célèbre sentier “West coast trail” d’une distance de 72 km.
vélo de randonnée / randonnée/trek
Quand : 10/05/19
Durée : 160 jours
Distance totale : 7180.7km
(dont réalisés 1567.5km)
Dénivelées : +2376m / -2353m
(dont réalisés d+:786m / d-:798m)
Alti min/max : 14m/1096m
Carnet créé par Les Stop Trotters le 05 mai
modifié le 09 oct.
750 lecteur(s) - 5
Vue d'ensemble

Le topo : Quebec (mise à jour : 22 juil.)

Distance section : 184.4km Dénivelées section : +208m / -351m
Section Alti min/max : 170m/378m

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Quebec (mise à jour : 22 juil.)

Ce matin nous quittons Tadoussac, il nous faudra prendre un ferry pour traverser le Saguenay. Ici, le ferry est gratuit pour tous, passe toute les 20 min et la traversée dure 10 min. C'est juste assez long pour nous réveiller et nous motiver comme il faut pour notre journée.


La route longe le Saint Laurent. Toute la matinée une brise légère nous accompagne. Malheureusement elle s'est vite transformée en un vent de face insupportable.


Quebec
Petit flash-back :
Pendant que nous nous dirigions vers Tadoussac, nous avons croisé plusieurs personnes de différents horizons. Elles nous ont toutes dit à peu près la même chose, qu'à Tadoussac nous allions souffrir avec les montées. Jusqu’à présent je ne comprenais pas, je trouvais la route plutôt tranquille, pas plate mais ce n'était pas quelque chose d'insurmontable.
En quittant la ville je pensais que nous avions passé le plus dur, que cette histoire de montée n'était qu'une légende inventée pour effrayer les cyclistes.

Aujourd'hui je me suis retrouvée face aux collines. C'est avec un grand sourire d'innocence que je me lance dedans. Ça a eu beau être la première grosse montée de la journée, j'y ai perdu 2 poumons en route, et mon cœur a essayé de se faire la malle lui aussi. La prochaine je la gérerai mieux. Enfin c'est ce que je me suis dit, et bien : Surprise ! La seconde fut tout aussi laborieuse que la précédente.
Les 18kg que je traîne derrière moi se font sentir. J'ai même l'impression de tirer les voitures dans les côtes.
Je n'ai pas vu tous les pourcentages de pente que j'ai franchi entre Tadoussac et Québec. Mais je sais maintenant que lorsqu'un camion passe a coté de toi en sentant le frein brûlé, c'est que la pente était supérieure a 8%. Ils y avait toujours cette odeur...
Je crois que le plus marrant lorsque je regardais les camions passer, (oui j'avais le temps de les regarder, j'avançais pas très vite malgré tout mes efforts). C'est qu'ils n'allaient pas forcément plus vite que nous. Certains parfois mettaient 1 min a nous dépasser entièrement.. J'aurais eu tout a fait le temps de m'accrocher à certain pour passer l'obstacle.


Quebec
La journée défile, on avance peu, les collines n'ont pas l'air de vouloir diminuer. Les dénivelés augmentent. Le sourire innocent se transforme peu à peu en un rire nerveux. Une des montées a « popé » d'une manière tellement magistrale, et inattendue, que j'ai dû m’arrêter pour finir de rire sans tomber de ma selle.


Enfin tout ça pour dire qu'un vélo électrique n'aurait pas été de refus, voire même une voiture. J'ai hâte de voir les Rocheuses.


Que dire de cette route sinon, elle longe le Saint Laurent, et vous savez quoi ? On a eu la chance de passer à coté d'un banc de béluga. Une quinzaine d'individus dans la rivière. Un spectacle incroyable.

Quebec
Sur la route pour Québec, nous avons rencontré Philippe, un autre cyclo-touriste. Il compte faire Vancouver – Québec en vélo lui aussi.
Nous avons continué la route jusqu'à Québec avec lui. Que dire sur lui à part qu'il est impressionnant. Et que c'est une vraie machine de course. C'est la personne qui a son vélo chargé qui monte la pente deux fois plus rapidement et qui la redescend pour nous encourager. Selon lui c'est lui qui a besoin d’entraînement. À le voir, nous aussi on en a vraiment besoin.


On touche le paradis du sucre à Chocolato
On touche le paradis du sucre à Chocolato
Le rencontrer fut une sorte de bénédiction. Il nous a refilé plein de trucs et astuces pour notre voyage. Par exemple saviez-vous qu'il existe une version de CouchSurfing, mais réservée au cyclistes ? Parce que nous ce n'était pas le cas.
Le site web s'appelle WarmShower. Le principe est simple tu t'inscris, tu complètes ton profil. Et ensuite tu peux contacter des gens pour dormir chez eux. C'est simple, efficace, gratuit et tu peux faire de super rencontres. Grâce à ça, nous avons pu rester deux jours sur Québec.
Durant notre séjour dans cette ville c'est Philippe qui s'est improvisé en tant que guide touristique. On a vu les points essentiels de la ville, visité une école le tout avec le récit historique de la ville. Une journée très enrichissante. On connaît même les bons spots pour manger de la poutine et autres mets tout a fait délicat, tels que les crèmes molle trempées dans un chocolat blanc au sirop d'érable. C'est un truc de malade.


Quebec
Une creme molle trempé au sirop d'érable
Une creme molle trempé au sirop d'érable
La malbaie, un camping municipale sur les rives du saint laurent
La malbaie, un camping municipale sur les rives du saint laurent
C'est le ventre lourd que nous repartirons vers Montréal. En route vers plus de pétage de bide
Commentaires

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°57