Ski et vol : les Ecrins en 3 dimensions

(réalisé) (partager)
À la découverte d'un vallon peu fréquenté des Ecrins, à skis, en parapente, et en bivouac. Un combo palpitant :)
ski de randonnée / parapente vol-rando
Quand : 25/02/17
Durée : 2 jours
Distance totale : 28.2km
Carnet créé par anthony le 27 févr.
modifié le 12 avr.
1560 lecteur(s)
(6 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur !

Vue d'ensemble

Le topo : Jour 1 (mise à jour : 12 avr.)

Distance section : 14.4km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 1 (mise à jour : 12 avr.)

Irrésistible ?
L’irrésistible envie d’aller parcourir des espaces sauvages aux portes de la maison est un moulin à idées, parfois plus farfelues les unes des autres. Nous sommes la dernière semaine de février, l’enneigement est déficitaire à basse altitude cette année. Le mardi, j’ai skié dans le secteur du Rocher de l’Homme, depuis Prapic. Là-haut, la vue est imprenable : la face nord de la pointe de Serre, striée à 45° et surplombant le très sauvage vallon de Chargès, me fait de l’oeil.

Inaccessible ?
Mais, il y a un mais : ce vallon est d’accès… disons exténuant ! Deux options classiques s’offrent au randonneur à ski qui souhaite glisser sur ces pentes souvent vierges : soit partir depuis Prapic, et donc obligatoirement devoir avaler un gros dénivelé (+ de 2000m), soit passer par le “défilé de Maillassore”, la porte d’entrée obligatoire de ce vallon... Pour qui connaît le secteur, Maillassore donne froid dans le dos : enneigé, il a la réputation de coupe-gorge, car de gros écoulements de neige peuvent se déclencher sur des pentes supérieures invisibles depuis le bas. Dégarni de neige, comme cette année, le portage sur le sentier, bien long, n’enchante guère. Autrement dit, son austère renommée en décourage plus d’un, à juste titre... Mais c’est aussi la clef d’un espace sauvage et préservé.

Irrépressible !
Résolument décidé à explorer ce vallon le week-end suivant, l'envie d'y bivouaquer vient naturellement : prendre une journée pour monter tranquillement, installer un bivouac, puis profiter du vallon à ski le lendemain avant de retourner en vallée. Voilà une solution plutôt simple et efficace.
Tout à coup le vendredi, ingurgitant mon café matinal, je me souviens qu’il est possible de décoller en parapente depuis le col de Reyssas voisin. Pourquoi ne pas amener une voile pour redescendre par les airs ?!? Aussi saugrenue soit-elle, cette idée sonne immédiatement comme une évidence en moi, pourquoi ne pas tenter ? Le soir venu, alors que je n’ai aucune idée de la faisabilité de la chose, j’essaye de préparer un sac : tout rentre ! Né d’un courant d’air aventureux dans mon esprit divaguant le matin même, l’envie de concrétiser ce projet devient irrépressible : le lendemain matin, je suis aux Gourniers avec tout mon attirail, prêt à en découdre :)

(liste du matériel emporté en fin de carnet)
Au départ, il faudra porter "tout ça" sur le dos pendant un petit moment... Les chaudes lumières matinales donnent du baume au coeur pour s'atteler à la tâche :-)
Au départ, il faudra porter "tout ça" sur le dos pendant un petit moment... Les chaudes lumières matinales donnent du baume au coeur pour s'atteler à la tâche :-)
L'imposante pointe de la Diablée se dessine derrière le "coupe-gorge" de Maillassore.
L'imposante pointe de la Diablée se dessine derrière le "coupe-gorge" de Maillassore.
Je peux enfin chausser les skis, le portage est terminé. Délesté des spatules, le sac me parait léger... alors qu'il y a encore le matériel de bivouac et la voile de parapente dedans !
Je peux enfin chausser les skis, le portage est terminé. Délesté des spatules, le sac me parait léger... alors qu'il y a encore le matériel de bivouac et la voile de parapente dedans !
Lorsque j'arrive vers la côte 2000, un premier vallon se dessine : il mène vers Roche Méane (2650m). J'ai l'impression d'être en forme, la neige semble bonne : je décide alors de laisser une grosse partie de mes affaires sur place pour aller skier ce sommet en aller-retour.
Au sommet de Roche Méane, belle vue sur les aiguilles de Chabrières et le lac de Serre-Ponçon.
Au sommet de Roche Méane, belle vue sur les aiguilles de Chabrières et le lac de Serre-Ponçon.
Je retrouve mes affaires après une belle descente : c'est reparti avec le paquetage complet !
Je retrouve mes affaires après une belle descente : c'est reparti avec le paquetage complet !
Je poursuis la montée encore un peu avec mon "chargement", puis c'est au tour du vallon suivant de me donner envie d'un petit aller-retour vers Revire Souléou (2700m). Rebelote : je laisse mes affaires et skie en direction d'une antécime dont la neige semble très bonne...
La vue depuis l'antécime.
La vue depuis l'antécime.
Depuis la même antécime, on aperçoit bien la pointe de Serre en arrière-plan.
Depuis la même antécime, on aperçoit bien la pointe de Serre en arrière-plan.
Encore une descente bien agréable avant de retrouver mes affaires laissées plus bas. Je continue d'avancer vers la pointe de Serre. Arrivé à son pied, j'hésite. Il n'est pas si tard, et l'une des raisons pour lesquelles je suis venu ici est à portée de spatule : une petite rampe, au milieu de cette étonnante formation géologique, semble skiable. Elle n'est pas référencée sur Skitour, ce qui ajoute une nouvelle dimension exploratoire à cette virée sauvage :)
La fameuse rampe : le haut paraît bien exposé (chute interdite) mais de loin, cette ligne me donnait envie, au milieu de ce décor strié. De près, j'ai encore plus envie d'aller voir ! C'est parti...
La fameuse rampe : le haut paraît bien exposé (chute interdite) mais de loin, cette ligne me donnait envie, au milieu de ce décor strié. De près, j'ai encore plus envie d'aller voir ! C'est parti...
Presque en haut du couloir : le sommet sur la droite est le Mourre Froid.
En arrière-plan, très loin, on distingue bien 3 sommets emblématiques des Ecrins : Ailefroide, Pic Sans Nom et Pelvoux.
Presque en haut du couloir : le sommet sur la droite est le Mourre Froid. En arrière-plan, très loin, on distingue bien 3 sommets emblématiques des Ecrins : Ailefroide, Pic Sans Nom et Pelvoux.
La vue depuis le couloir s'ouvre sur tout le vallon de Chargès.
La vue depuis le couloir s'ouvre sur tout le vallon de Chargès.
Pratiquement arrivé en haut du couloir, je suis contraint d'arrêter, la neige devient dure et peu agréable : j'en ai assez pour aujourd'hui. Je n'ai ni crampons ni piolet, il faudra que je revienne pour voir si on peut skier depuis le sommet :)

La descente terminée, l'heure tourne, il est temps de se mettre en quête d'un lieu de bivouac. Pour couronner cette journée où j'étais en forme olympique, je cherche un bivouac 5 étoiles : je suis persuadé qu'il est possible de trouver une zone de laquelle je pourrai à la fois profiter du coucher et du lever de soleil. Du haut de ses 2700m, l'exposition du col de la Règue s'y prête à merveille.
Au col de la Règue. L'ouest est à gauche, le nord au milieu et l'est à droite : on devine que l'exposition y est parfaite pour capter le soleil !
Au col de la Règue. L'ouest est à gauche, le nord au milieu et l'est à droite : on devine que l'exposition y est parfaite pour capter le soleil !
Coucher de soleil somptueux sur mon bivouac. Ce luxe a une contrepartie : à 2700m, fin février, les couleurs sont chaudes, les températures le sont un peu moins.
Coucher de soleil somptueux sur mon bivouac. Ce luxe a une contrepartie : à 2700m, fin février, les couleurs sont chaudes, les températures le sont un peu moins.
Jeux de lumières...
Jeux de lumières...
La pointe de Serre surveille mon bivouac.
La pointe de Serre surveille mon bivouac.
En pleine nuit, le froid qui venait du sol m'empêchait de dormir : en plaçant la voile de parapente sous le matelas pour améliorer l'isolation, j'ai pu retrouver Morphée :-)
En pleine nuit, le froid qui venait du sol m'empêchait de dormir : en plaçant la voile de parapente sous le matelas pour améliorer l'isolation, j'ai pu retrouver Morphée :-)
Section suivante
Commentaires
posté le 12 avr.

Anne
Papillon monarque
(2 messages)
Inscription : 15/03/07

Message privé
Les photos font rêver et donnent envie d'apprendre à voler ;)
Merci! Mais le bivouac n'est-il pas un peu en pente ?
posté le 12 avr.

anthony
Hirondelle
(8 messages)
Inscription : 19/08/15

Message privé
Les photos sont droites, c'est bien le bivouac qui est en pente... Mais un petit coup de pelle à neige dans l'abri et l'horizontale a vite été retrouvée :)