Ski et vol : les Ecrins en 3 dimensions (partager) Vue d'ensemble

À la découverte d'un vallon peu fréquenté des Ecrins, à skis, en parapente, et en bivouac. Un combo palpitant :)
ski de randonnée / parapente vol-rando
(réalisé) Quand : 25/02/17 Durée : 2.0 jours
Carnet créé par anthony le 27 févr. modifié le 12 avr.
1528 lecteur(s)
(6 personnes aiment ce carnet)

Coup de coeur Expemag !

Le topo : Jour 2 (mise à jour : 12 avr.)


Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 2 (mise à jour : 12 avr.)

Au réveil, je suis déjà excité à l'idée de voir le lever de soleil. L'excitation mélangée à un zeste d'anxiété me rendent opérationnel dès les premiers rayons : vais-je pouvoir boucler la boucle en volant ?
Quelques cirrus viennent rosir le lever de soleil.
Quelques cirrus viennent rosir le lever de soleil.
Lever de soleil imminent.
Lever de soleil imminent.
Effet étonnant : côté ouest, les cirrus ont une frontière ombre soleil très marquée.
Effet étonnant : côté ouest, les cirrus ont une frontière ombre soleil très marquée.
Ces rayons valent de l'or !
Ces rayons valent de l'or !
Le Mourre Froid (à droite) et la pointe de la Diablée (à gauche) se délectent eux aussi des premiers rayons de soleil.
Le Mourre Froid (à droite) et la pointe de la Diablée (à gauche) se délectent eux aussi des premiers rayons de soleil.
Ça donne le sourire :-)
Ça donne le sourire :-)
Je plie le bivouac et entame un bout de descente. Ce sera la seule descente avec tout mon paquetage sur le dos : avec du matériel léger, ça passe très bien !

Je garde en tête qu'il faudra que je ne sois pas trop tard vers les crêtes de Vallon Pion pour y décoller sereinement. D'ici là, il me reste bien du temps pour continuer à me balader dans le secteur : je recommence la routine de la veille, en laissant mes affaires pour aller skier le Mourre Froid. 
Quelques virages en poudreuse alors qu'il est à peine 8h30 : c'est encore mieux qu'un bon café !
Quelques virages en poudreuse alors qu'il est à peine 8h30 : c'est encore mieux qu'un bon café !
Dans la montée vers le Mourre Froid. Sur la droite, toujours la pointe de Serre. Au point bas de l'arête qui y mène (sur la droite de la photo) c'est le col de la Règue où j'ai bivouaqué. A gauche de la pointe de Serre, au premier plan, c'est l'arête de Vallon Pion, derrière laquelle j'espère décoller un peu plus tard.
Dans la montée vers le Mourre Froid. Sur la droite, toujours la pointe de Serre. Au point bas de l'arête qui y mène (sur la droite de la photo) c'est le col de la Règue où j'ai bivouaqué. A gauche de la pointe de Serre, au premier plan, c'est l'arête de Vallon Pion, derrière laquelle j'espère décoller un peu plus tard.
Depuis le sommet du Mourre Froid, je suis toujours fasciné par les stries de la pointe de Serre. On distingue bien, en plein milieu, le couloir que j'ai skié la veille.
Depuis le sommet du Mourre Froid, je suis toujours fasciné par les stries de la pointe de Serre. On distingue bien, en plein milieu, le couloir que j'ai skié la veille.
Au sommet du Mourre Froid, il est tôt, et j'ai encore l'impression d'avoir de l'énergie à revendre. Je descends alors un peu en face nord avant de remonter au sommet, ça laisse ainsi le temps à la face sud de "décailler" !

Timing parfait, la face sud du Mourre Froid est à point pour la descente. Je retrouve encore une fois mon paquetage. Il me reste une grosse traversée montante pour atteindre la crête de Vallon Pion. Pour y parvenir, ce sera une belle bavante : il fait chaud, et il n'y a pas un souffle d'air. Toutefois, cela me rassure à la fois : j'espérais une journée sans vent pour que le décollage à ski soit facile !
Arrivée sur la crête de Vallon Pion... mode skieur !
Arrivée sur la crête de Vallon Pion... mode skieur !
...puis mode parapente ! Paré à retourner directement en vallée.
...puis mode parapente ! Paré à retourner directement en vallée.
(Micro rappel sur le parc des Ecrins : à cette période de l'année, son survol est totalement interdit. En me rendant sur la crête de Vallon Pion, je peux ainsi rentrer en volant en bordure du parc, dans la zone autorisée :))

Sur la crête de Vallon Pion, je mets un bon moment à me préparer : placer toutes les affaires dans la sellette, préparer la voile, tailler une plateforme pour chausser les skis... Le vent est nul, j'assure ma préparation sereinement.

Et bien entendu, au moment d'enfiler la sellette, la loi de Murphy opère : une rafale de "vent de cul" vient semer la zizanie ! Puis une autre, puis encore une autre... Aïe ! Heureusement, en ayant pris soin de poser un peu de neige sur la voile, elle ne bouge pas, je reste prêt à décoller.

Je profite alors d'un très court instant entre 2 rafales : banzaï, ni une ni deux, je décolle !
Je contourne la tête de Lucie en volant. On voit bien la lac de Serre-Ponçon en arrière-plan.
Je contourne la tête de Lucie en volant. On voit bien la lac de Serre-Ponçon en arrière-plan.
Le mont Guillaume est entre mes élévateurs.
Le mont Guillaume est entre mes élévateurs.
Mes skis se seraient ennuyés sur ces faces sud dégarnies :-)
Mes skis se seraient ennuyés sur ces faces sud dégarnies :-)
Une voile light, c'est pratique pour rentrer directement !
Une voile light, c'est pratique pour rentrer directement !
Bientôt l'atterro, la boucle sera bouclée.
Bientôt l'atterro, la boucle sera bouclée.
Heureux !!!
Heureux !!!
Je savoure chaque seconde de vol, c'est magique. Le sentiment d'ajouter une nouvelle dimension est si présent, d'où le titre de ce carnet ! Je prends un malin plaisir à voler jusqu'aux Gourniers, d'où j'aperçois le défilé de Maillassore : cette fois, je n'y repasserai pas au retour, et toc !

En quelques minutes, je suis de retour à la civilisation, après 2 jours sans avoir croisé âme qui vive si ce n'est quelques chamois. Sans palier de décompression ? Pas vraiment, ces moments ont été si palpitants que je crois avoir été un peu rêveur tout le reste de la journée...

À l'heure d'écrire ce carnet, qui a eu lieu à quelques kilomètres à vol d'oiseau de chez moi, cette citation de Claude Marthaler prend tout son sens : “Voyager est souvent un sentiment plus qu'un réel déplacement”. Ce projet n'avait rien d'extraordinaire en soi, mais il m'a procuré un véritable sentiment d'Aventure !

D'autres idées fourmillent, c'est tellement grisant de mélanger les activités ainsi !
La liste du matériel : au total, 11.1kg sans eau ni nourriture. Je portais aux maximum 1.5L d'eau et 1kg de vivres.
Beaucoup de points sont encore améliorables pour passer sous la barre des 10kg :-)
La liste du matériel : au total, 11.1kg sans eau ni nourriture. Je portais aux maximum 1.5L d'eau et 1kg de vivres. Beaucoup de points sont encore améliorables pour passer sous la barre des 10kg :-)
Section précédente
Commentaires
posté le 27 févr.

Olivier
Caribou
(1626 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Excellent, hâte de voir les photos !
Et pourquoi pas ?
posté le 11 avr.

Olivier
Caribou
(1626 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Ah ben voilà, elles sont bien sympas
Et pourquoi pas ?