La mer par les airs

(réalisé) (partager)
2 jours de vol-bivouac pour aller de Gap (05) à la mer
parapente vol-bivouac
Quand : 03/04/17
Durée : 2 jours
Distance totale : 229.7km
Carnet créé par anthony le 18 avr.
modifié le 02 mai
584 lecteur(s) - 10
Coup de coeur !
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 2 (mise à jour : 30 avr.)

Distance section : 129.8km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 2 (mise à jour : 30 avr.)

La veille au soir, nous avons réfléchi sur notre "option du jour" (le fameux point n°2 : être au bon moment au bon endroit pour décoller :)). Notre choix se porte sur le sommet du petit Cordeil : il est un peu plus loin, mais c'est un décollage "officiel". Malgré tout, nous trouvons très peu d'informations sur celui-ci, même en faisant appel à nos amis parapentistes par SMS !
Le matin, nos sacs restés à l'extérieur sont recouverts d'une fine pellicule de givre.
Le matin, nos sacs restés à l'extérieur sont recouverts d'une fine pellicule de givre.
Nous attendons avec impatience les premiers rayons de soleil.
Nous attendons avec impatience les premiers rayons de soleil.
Nous bénéficions du soleil assez tôt le lendemain matin. Café, petit déj et rangement : le rythme est tranquille, nous avons le temps pour monter au décollage choisi, sans se presser. Quelques doutes subsistent sur notre choix de décollage, mais nous les repoussons d'un "on verra bien" optimiste :)
Plaisir du petit déjeuner au soleil. Le sommet avec la petite antenne (tout à droite) est notre objectif pour décoller.
Plaisir du petit déjeuner au soleil. Le sommet avec la petite antenne (tout à droite) est notre objectif pour décoller.
Les sacs perdent vite leur écrin de givre dès les premiers rayons.
Les sacs perdent vite leur écrin de givre dès les premiers rayons.
Peu après le départ : nous descendons légèrement vers le lieu dit "le Moustier".
Peu après le départ : nous descendons légèrement vers le lieu dit "le Moustier".
Ensuite, la montée en forêt est très agréable : ombragée avec quelques percées du soleil, que nous apprécions, il ne fait pas si chaud !
Ensuite, la montée en forêt est très agréable : ombragée avec quelques percées du soleil, que nous apprécions, il ne fait pas si chaud !
Dans une trouée, nous apercevons bien l'endroit où nous avons bivouaqué : pour faire simple, c'est à peu près au pied de la "grosse bute" en plein milieu de la photo (la montagne de Chamatte).
Dans une trouée, nous apercevons bien l'endroit où nous avons bivouaqué : pour faire simple, c'est à peu près au pied de la "grosse bute" en plein milieu de la photo (la montagne de Chamatte).
Au sortir de la forêt, la vue se dégage tout autour. En arrière-plan, c'est le Cheval Blanc.
Au sortir de la forêt, la vue se dégage tout autour. En arrière-plan, c'est le Cheval Blanc.
La montée a été très agréable : dénivellation douce, alternance d'ombre et soleil, belle végétation. Bien que plutôt fainéant, le parapentiste sait apprécier une belle rando ;)

Nous arrivons sur le site de décollage. La journée soit annoncée très bonne, mais nous sommes seuls : les "volants" préfèrent le site de Saint-André-les-Alpes, à quelques kilomètres d'ici.

C'est alors reparti pour une session de parawaiting ! Aujourd'hui, il s'agit d'attendre patiemment que les conditions soient idéales pour décoller. Nous ne connaissons pas l'endroit, il est plus prudent d'attendre pour ne pas faire un "plomb" (c'est-à-dire se retrouver à se poser en bas de la vallée juste après avoir décollé, faute de trouver des ascendances !).
Toujours avec le Cheval Blanc en arrière-plan, nous arrivons au décollage du Petit Cordeil (1800m).
Toujours avec le Cheval Blanc en arrière-plan, nous arrivons au décollage du Petit Cordeil (1800m).
Parawaiting au soleil :-)
Inutile de préciser que le cadre s'y prête... En contrebas, c'est le village de Thorame-Basse, surplombé par Côte Longue, la crête sur laquelle nous avions essayé de nous poser la veille.
Parawaiting au soleil :-) Inutile de préciser que le cadre s'y prête... En contrebas, c'est le village de Thorame-Basse, surplombé par Côte Longue, la crête sur laquelle nous avions essayé de nous poser la veille.
La parawaiting vu de plus près :-)
Alors que nous ne sommes qu'à 1800m d'altitude, la doudoune est déjà de rigueur : cela laisse présager des températures bien fraîches en altitude !
La parawaiting vu de plus près :-) Alors que nous ne sommes qu'à 1800m d'altitude, la doudoune est déjà de rigueur : cela laisse présager des températures bien fraîches en altitude !
Nous ne pourrons glaner de conseils auprès de pilotes locaux : après une heure d'attente, nous sommes toujours aussi seuls ! Toutefois, le parawaiting porte ses fruits : une petite brise thermique vient caresser régulièrement la pente, nous incitant à nous préparer à décoller.

Avant le décollage, nous établissons une esquisse de "plan". Un bien grand mot puisqu'il est aussi élaboré que celui de la veille : "si ça le fait bien, on fait un tour dans le sud, sinon on remonte tout de suite vers le nord". Plan d'autant plus drôle que nous ne connaissons absolument pas le secteur, la communication en radio s'annonce folklorique :)
Très rapidement, les ascendances nous propulsent encore très haut ! On aperçoit le lac du Castillon sur la droite.
Très rapidement, les ascendances nous propulsent encore très haut ! On aperçoit le lac du Castillon sur la droite.
Aujourd'hui encore, le ciel nous réserve une belle surprise dès les premiers instants de vol : les ascendances sont bien là, et montent au-delà de 3500m d'altitude. Commencé là veille, le festin de paysages se prolonge : on en redemande !

Et pour cause, si nous ne connaissons pas le secteur, à de telles altitudes, lire le paysage est énormément facilité et il devient plus évident de trouver une "route" pour nos objets volants. L'appel du sud sonne encore plus fort : en route vers la mer !
Au-dessus du Grand Cordeil : Côte Longue est "sous" le parapente, et le Cheval Blanc à gauche.
Au-dessus du Grand Cordeil : Côte Longue est "sous" le parapente, et le Cheval Blanc à gauche.
La vue vers l'est
La vue vers l'est
Encore la vue vers l'est
Encore la vue vers l'est
On continue vers le sud...
On continue vers le sud...
...en se baladant de nuage en nuage.
...en se baladant de nuage en nuage.
Les nuages créent des puits de lumières esthétiques.
Les nuages créent des puits de lumières esthétiques.
Nous avons bien le temps d'apprécier les Alpes-de-Haute-Provence vues du ciel.
Nous avons bien le temps d'apprécier les Alpes-de-Haute-Provence vues du ciel.
Comme la clue de Saint-Auban.
Comme la clue de Saint-Auban.
Les légendes des photos précédentes sont plus courtes ? C'est normal, nous naviguons "à vue" vers la mer, cachée pudiquement derrière un voile laiteux. Pudeur qui nous pousse à s'en rapprocher le plus possible pour voir la côte méditerranéenne se dessiner : le parapentiste est voyeur !

Notre dialogue radio est aussi fantastique qu'invraisemblable : "je vais vers le sommet là-bas avec de la neige... ah non plus à gauche là-bas...", "tiens je crois que c'est le col XXX... ah non ça doit être ailleurs...". Nous survolons agréablement l'inconnu :)

À l'aplomb du col de Bleine, alors que la mer est bien visible depuis notre point de vue à 3700m, nous faisons demi-tour : il faut bien rentrer. Nous savons que nous avons passé beaucoup de temps à descendre vers le sud, mais qu'importe, nous verrons bien jusqu'où nous pourrons remonter au nord désormais...
Cette fois, ce sont les énormes nuages qui créent de forts contrastes.
Cette fois, ce sont les énormes nuages qui créent de forts contrastes.
Dans le jargon libériste, on appelle ceci un ciel allumé comme un sapin de Noel :-)
Dans le jargon libériste, on appelle ceci un ciel allumé comme un sapin de Noel :-)
Après Annot, nous nous trouvons sous un nuage bien large : les couleurs sont momentanément tristes, et la température ressentie chute énormément ! À 3700m, chaque rayon de soleil est capital, surtout pour les mains.
Après Annot, nous nous trouvons sous un nuage bien large : les couleurs sont momentanément tristes, et la température ressentie chute énormément ! À 3700m, chaque rayon de soleil est capital, surtout pour les mains.
À la sortie du gros nuage tout gris, on retrouve la couleur !
Au bout des pieds, c'est le Grand Cordeil : nous bouclons la boucle du jour.
À la sortie du gros nuage tout gris, on retrouve la couleur ! Au bout des pieds, c'est le Grand Cordeil : nous bouclons la boucle du jour.
Direction Côte Longue pour retourner le plus possible dans le nord...
Direction Côte Longue pour retourner le plus possible dans le nord...
Malheureusement, juste après cette photo, ma radio tombe en rade de batterie. Johanna est un peu derrière : je passe Côte Longue de justesse, me retrouvant côté Bléone, tandis qu'elle ne parvient pas à franchir le col. Impossible de faire demi-tour, nous nous poserons chacun dans notre vallée. 

Aucun regret toutefois, nous nous doutions que nous manquerions de temps pour remonter davantage au nord. Et nous avions prévu d'arrêter le vol bivouac le soir même : le lendemain n'était pas "volable". Un gros bout de stop (et de chance !) nous permettra de nous retrouver à Dignes, puis de rentrer en bus. Cela montre bien l'intérêt de l'enjeu n°3 : rester ensemble ! Pas toujours évident...

Une belle invitation à y retourner sur des durées plus longues :)



Liste du matériel simplifiée :

Voler
- voiles : Ozone Swift 4
- sellettes : Supair Delight 2
- parachutes de secours : Supair Fluid
- sacs à dos : Supair Trek 90
- casques : Petzl Meteor
- radios

S'habiller
- doudounes : RAB Positron
- polaires et t-shirt manches longues : RAB 
- gants : RAB Icefall

Dormir
- matelas : Therm-a-rest NeoAir
- duvet : quilts Cumulus
- tente : Helsport Ringstind Superlight 2 (double toit uniquement)
- tapis de sol en tyvek

Manger
- popote et réchaud alcool P3RS
- poches à eau

Autres
- appareil photo
- frontale
- téléphone + batterie rechange
- balise Spot
Section précédente
Commentaires
posté le il y a 3 jours

Rob Air
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 20/10/17

Message privé
salut,
moi c'est Robert, le parapentiste qui a discuté avec Johanna juste après son atterro à côté de la Chapelle St Thomas dans la vallée de Thorame.
Elle était assez désemparée de ne pas avoir pu passer Côte Longue et heureuse de discuter avec quelqu'un de sa mésaventure dans le nuage.
Je suis tombé sur le lien de ce récit grâce au blog de mon club: lacadiereparapente.
encore bravo pour ce vol et ces magnifiques photos.
on se croisera peut-être un jour dans le ciel de St André.

Robert
posté le il y a 2 jours

Johanna
Milan noir
(447 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Hello Robert,
C'est amusant de te "retrouver" sur Mytrip ! :)
Oui en effet, ça m'a fait plaisir de discuter avec un parapentiste ! J'étais surtout peu fière de mon aventure dans le nuage comme tu dis :). Après du stop de chaque côté, j'ai retrouvé mon compagnon de vol (qui avait posé à prats) à Digne où un pote nous a accueillis pour la nuit avant le bus le lendemain :).
A une prochaine et bons vols à toi !
Vers l'infini et au-delà :-)

Actuellement en kiosque

Carnets d'Aventures N°49

Sommaire détaillé

COMMANDER, S'ABONNER

Points de vente

Prochain numéro
(CA #50) :
fin décembre 2017