1 invité en ligne

Hardangervidda - Ski, kite, pulka

(réalisé)
Escapade de 2 semaines (trajet inclus) en solo au pays des rennes sauvages et au paradis du kite ski.
kite ski
Quand : 12/03/20
Durée : 7 jours
Distance globale : 182km
Dénivelées : +1635m / -2019m
Alti min/max : 828m/1441m
Carnet publié par Alimatok le 20 déc.
modifié le 12 avr.
Mobilité douce
Réalisé en utilisant transports en commun (train, bus, bateau...)
C'est possible (ou réalisé) en train
Précisions : Grâce aux billets de train Interrail. J'ai opté pour un billet 4 jours utilisable pendant 1 mois. 2 jours sont nécessaires pour rejoindre Finse depuis la Suisse. La plupart des trains avaient le wifi gratuit et des prises électriques, idéal pour p...
Coup de coeur ! 286 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : Section 4 (mise à jour : 20 déc.)

Distance section : 28.8km
Dénivelées section : +256m / -248m
Section Alti min/max : 1216m/1441m

Description :

Première partie: Relief accidenté, congères, "trous", dangereux par une journée sans visibilité...
Deuxième partie: Relief plus plat, succession de lacs

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 4 (mise à jour : 20 déc.)

L'attente dans la cabane fut un bon choix. La visibilité est désormais bonne, neige et vents se sont apaisés, température -5°C
Durant la première partie de la journée, la trace se faufile dans un relief accidenté composé de congères, de pentes raides et de "trous". Même avec une bonne visibilité, j'ai failli me faire surprendre par l'une de ces cassures de pente surmontée d'une petite congère. Dévaler là, seul et avec la pulka n'aurait pas été une bonne idée. Enseignement du jour: Un accident peut vite arriver, rester vigilant à tout instant et éviter d'évoluer en terrain inconnu lors d'un jour blanc...
La partie ouest du Hardangervidda est plus montagneuse et sauvage que la partie est. Par contre, on y voit beaucoup plus de traces de rennes, renards et lièvres. Les nuages jouent avec le soleil avec parfois de jolie éclaircies dévoilant un panorama grandiose. Le vent dessine sur la neige des sortes de vagues recouvrant des lacs entiers, il sculpte les congères et tout cela sur d'énormes étendues. Et cerise sur le gâteau, aucune trace d'origine humaine.
Après 33km dont quelques-uns tractés par mon aile, je décide de m'arrêter au nord du lac Bismarvatnet. Le petit vent de 25-30km/h ne pose pas de problème pour monter la tente. Une fois installé, je reçois une mise à jour des prévisions météo. Les 40km/h de vent annoncés pour la nuit sont passés à 70km/h! Je perfectionne mes ancrages, construit un mur de protection et me réfugie dans mon petit cocon alors que vent soutenu et neige refont leur apparition.
Les kilomètres défilent...
Les kilomètres défilent...
Bivouac au bord du lac Bismarvatnet
Bivouac au bord du lac Bismarvatnet
Commentaires