Expédition Objectif cercle polaire arctique

(réalisé) share(partager)

 Le 3 juin 2018, je me suis lancé dans une aventure éthique et ambitieuse, celle de rejoindre le Cercle Polaire Arctique avec des moyens de locomotion non motorisés.
« J’ai conçu un canoë aux allures indiennes, une voiture en bois issue dune branche darbre et une tente canadienne à partir d’un drap de lin, étanchéifiée avec de la graisse de porc ».
Mon objectif, en plus de rejoindre la Laponie, est de défendre les associations KALAWEIT et KOLERE.   
 Au départ de Ligné, près de Nantes, dans l'ouest de la France, un long voyage de plus de 4300 kms commencera. Mais réussirais-je à tenir la distance ? A traverser Paris avec Arbre-de-Tempête ? A remonter les rivières avec son canoë de 50 kg? Réussirais-je à rejoindre ces terres sauvages du Grand Nord à ma manière ?      
 « Si je pars, je ne reviendrai qu’après avoir foulé la terre des rennes ».

Plus d'infos sur : corentinleduc.fr 
 Instagram : corentinleduc1
 Facebook: corentin leduc auteur et aventurier
 
canoë / vélo de randonnée vélo couché randonnée/trek
Quand : 03/06/18
Durée : 120 jours
Distance globale : 3987km
Dénivelées : +8868m / -8644m
Alti min/max : 0m/940m
Carnet créé par CorentinL le 31 mars
modifié le 04 avr.
135 lecteur(s) - 3
Vue d'ensemble

Le topo : Section 6 (mise à jour : 02 avr.)

Distance section : 844km
Dénivelées section : +4214m / -4180m
Section Alti min/max : 0m/940m

Description :

6ème étapes: Plus que 800 kilomètres à pied / La Norvège / La Laponie / Les tartines du Cercle Polaire

Après avoir déposé mon vélo malade à Sveg, en Suède. je continue à pieds sur 800 kilomètres pour rejoindre le cercle polaire arctique. 

Du à un soucis logistique, je doit continuer mon expédition avec un matériel non adapté aux températures froides. Les risques d’hypothermie se sont donc accentués au fur et à mesure de mon ascension vers le Cercle Polaire. Combien de fois ai-je du fabriquer un abri de fortune pour me protéger du vent. ( ci-dessous) 

Tout comme mon canoë, ma voiture en bois et ma tente Canadienne, j’ai souhaité que mes habits soient biodégradables en textile végétal. Déchiré de partout, j’ai bien recousu dix fois mon pantalon en coton.

 Après 92 jours, le 2 septembre 2018, j’arriverai enfin devant cette Borne tant attendue. Cependant mon plus beau souvenir sera d’apercevoir l’étoile polaire presque au dessus de ma tête.

 

 

 
Voir ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 6 (mise à jour : 02 avr.)

Après avoir déposé mon vélo malade à Sveg, en Suède. je continue à pieds sur 800 kilomètres.
Après avoir déposé mon vélo malade à Sveg, en Suède. je continue à pieds sur 800 kilomètres.
Ce renne est le premier que j’ai vu de ma vie. Sans tout ce temps et tous ces kilomètres parcourus pour atteindre ces terres lointaines, cette rencontre n’aurait pas été la même.
Ce renne est le premier que j’ai vu de ma vie. Sans tout ce temps et tous ces kilomètres parcourus pour atteindre ces terres lointaines, cette rencontre n’aurait pas été la même.
Tout comme mon canoë, ma voiture en bois et ma tente Canadienne, j’ai souhaité que mes habits soient biodégradables en textile végétal. Déchiré de partout, j’ai bien recousu dix fois mon pantalon en coton.
Tout comme mon canoë, ma voiture en bois et ma tente Canadienne, j’ai souhaité que mes habits soient biodégradables en textile végétal. Déchiré de partout, j’ai bien recousu dix fois mon pantalon en coton.
Alors que je traversais la taïga, je tombe nez à nez à avec une mère élan et ses deux petits. Observer des animaux épanouis dans leur milieu est toujours un moment émotionnellement fort.
Alors que je traversais la taïga, je tombe nez à nez à avec une mère élan et ses deux petits. Observer des animaux épanouis dans leur milieu est toujours un moment émotionnellement fort.
Sans un équipement adapté, les risques d’hypothermie se sont accentués au fur et à mesure de mon ascension vers le Cercle Polaire. Ici, j’ai fabriqué un abri de fortune, à l’aide d’une corde, de mes bâtons de marche et d’une bâche tendue entre deux arbres.
Sans un équipement adapté, les risques d’hypothermie se sont accentués au fur et à mesure de mon ascension vers le Cercle Polaire. Ici, j’ai fabriqué un abri de fortune, à l’aide d’une corde, de mes bâtons de marche et d’une bâche tendue entre deux arbres.
Indéniablement, plus j’avance vers le nord, plus les nuits sont froides. Malgré tous mes vêtements, je n’arrive pas à me réchauffer. Ça devient vraiment critique, ma tente gèle tous les matins.
Indéniablement, plus j’avance vers le nord, plus les nuits sont froides. Malgré tous mes vêtements, je n’arrive pas à me réchauffer. Ça devient vraiment critique, ma tente gèle tous les matins.
Après 92 jours, le 2 septembre 2018, j’arriverai enfin devant cette Borne tant attendue. Cependant mon plus beau souvenir sera d’apercevoir l’étoile polaire presque au dessus de ma tête.
Après 92 jours, le 2 septembre 2018, j’arriverai enfin devant cette Borne tant attendue. Cependant mon plus beau souvenir sera d’apercevoir l’étoile polaire presque au dessus de ma tête.
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°60