Canal latéral entre filles

(réalisé) (partager)
Petit trip entre filles de Toulouse à Bordeaux le long du canal latéral.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train
Précisions : Retour en train de Bordeaux à Toulouse
vélo de randonnée
Quand : 03/09/15
Durée : 4 jours
Distance totale : 247.4km
Carnet créé par delphine31 le 02 févr. 2016
modifié le 15 mars 2016
4151 lecteur(s)
(14 personnes aiment ce carnet)
Vue d'ensemble

Le topo : Toulouse - Moissac (mise à jour : 15 mars 2016)

Distance section : 63.2km

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Toulouse - Moissac (mise à jour : 15 mars 2016)

Les voyages à vélo, qu'on soit novice en la matière ou une rouleuse expérimentée c'est toujours une expérience incroyable. A force d'en faire et de lire les récits d'autres globe trotteurs, j'ai eu envie de faire partager cela à mes amies: Hélène, Camille et Vanessa. C'est ainsi qu'on s'est lancé, en septembre dernier, dans un petit périple 100% girly, le long du canal latéral qui relie Toulouse à Bordeaux. Un grand classique, mais une valeur sure!

Bouclez vos jugulaires et en route  pour l'aventure!

Hum, enfin en route, c'est vite dit... Jeudi matin, il est 8h50, avec Camille on est presque au point de rendez-vous, quand tout à coup, on reçoit un appel de Vanessa... "Euh... je sais pas si c'est grave mais il y a un morceau de plastique cassé qui bloque ma pédale..." Heureusement on n'est pas loin alors on fait demi tour et on retrouve Vanessa toute dépitée à côté de son vélo. Fausse alerte, c'est seulement le cache du pédalier qui a rendu l'âme. On démonte la pièce cassée (parties depuis moins de 30 minutes et les mains sont déjà noires de cambouis... C'est ça qu'on aime!^^) et tout le monde remonte en selle. On repart toutes les trois en direction du stade toulousain, où l'on retrouve Hélène et son harnachement (assez spectaculaire!) visant à maintenir ses sacoches éloignées de sa roue. Et oui, pour Hélène c'est le porte bagage qui pose problème. Un VTT c'est pas ce qu'il y a de plus facile à équiper pour un voyage à sacoche, mais on fait avec les moyens du bord!
Vous l'aurez compris, notre petite troupe fait plaisir à voir. Alors pour présenter tout le monde brièvement, on a donc: Vanessa notre néophyte en matière de voyage à vélo. Une petite brune que la bonne humeur et le sourire ne quittent jamais. Hélène, notre wariorette qui même avec 2 genoux en moins, un coude en vrac et en vélo rafistolé de partout nous avale les kilomètres sans broncher. Camille, notre aventurière rodée à l'itinérance ultra light, qu'on a réussi à convaincre d'emmener un slip de rechange et une brosse à dent, pour une fois, histoire de remplir ses sacoches. Et enfin moi, qui commence à avoir quelques coups de pédale à mon actif et qui ai rassemblé cette petite troupe. Maintenant que l'équipe est au complet, on peut y aller!
Les premiers kilomètres le long du canal ne sont pas vraiment les plus beaux, mais on nous avait prévenu. On longe l'autoroute et le ciel est grisounet, mais il ne pleut pas, c'est déjà ça! Heureusement, au bout de quelques kilomètres, l'autoroute s'éloigne et on se retrouve dans la nature. Au cours de l'une de nos nombreuses pauses pipi (équipe de filles oblige!^^), un petit compagnon vient s'ajouter à notre troupe... Le cheval de Barbie! Ce sera notre mascotte pour le reste du voyage.  On profite de la traversée d'un village pour aller faire les courses pour le pique nique du midi. Fromage, tomates, concombres, chocolat, fougasse. Un vrai festin! Mais encore faut-il trouver un coin tranquille où déguster tout ça!

C'est Camille qui déniche le spot de rêve, au bord d'un petit étang à l'écart de la piste cyclable. Après un bon casse croute, on repart le ventre bien rempli. C'est à partir de là que ça se corse. Au fur et à mesure des kilomètres, on commence à voir des feuilles, des branches, puis carrément des troncs s'accumuler le long de la route et surtout en travers du chemin. Jusqu'au moment où il devient impossible de passer, même en portant. On décide alors de quitter le canal et de prendre la route le temps de s'éloigner de la zone la plus sinistrée par les orages du début de semaine. Sur la route, le constat est accablant, beaucoup d'arbres sont couchés au sol, abattus par la tempête. Les câbles téléphoniques sont au sol, les poteaux cisaillés, les barrières arrachées, les tuiles envolées, quand ce ne sont pas les toits complets qui se sont effondrés.
On décide donc de garder la route jusqu'à Castelsarrasin. 
Les voyages à vélo c'est renversant... Mais ça c'était avant le drame!
Les voyages à vélo c'est renversant... Mais ça c'était avant le drame!
Mais ca, c'était avant le drame.... A peine le temps de faire une pause carte, que pchhhht... Le pneu arrière de Vanessa rend l'âme. Changement de chambre à air express et on repart  en direction du port de Castelsarrasin. Petite pause dans une buvette au bord du canal. Il s'agit en réalité d'un bus transformé en bar pour la belle saison. Ce sera l'occasion d'apprendre que la voie fluviale est interrompue dans tout le Tarn et Garonne à cause des chutes d'arbre.
La piste cyclable, par contre, est praticable jusqu'à Moissac avec quelques passages d'obstacles. En effet tous les 100m on est obligé de contourner, voire escalader, des arbres couchés sur la voie. 
Finalement on arrive à Moissac sans encombre et le camping est idéalement situé au bord du Tarn. Après avoir installé le campement et fait un petit plouf dans la piscine (à 2°C!!!), on part visiter Moissac, c'est l'occasion de trinquer à notre première journée et ses 84km au compteur!
Section suivante
Commentaires
posté le 15 mars 2016
François91
Bonjour très sympa ce petit voyage à vélo ! vous ne précisez pas comment vous étiez organisées pour les tentes...deux tentes pou quatre personnes ? chaque tente transportée sur un porte-bagage ?
Et pour la nourriture ? vous en aviez apporté, en plus des achats en route...?
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 15 mars 2016
LN
Bonjour! Nous avions 2 tentes de 2 places et c'était parfait :) Nous avions réparti le matos sur les 4 vélos: chacune avait ses propres affaires et un peu de matos camping/nourriture. Justement, côté nourriture, nous avions emmené des basiques (pâtes, riz, soupes en sachets, biscuits, céréales,...) et chaque jour, nous faisions un petit passage par un marché ou un petit village pour compléter avec du pain frais, des légumes, et du bon camembert!
Invité (utilisateur non inscrit)