Bikerafing - Combo VTT et packraft dans les Alpes

(réalisé) share(partager)
Conjuguer le vélo avec une autre activité, ça devient presque une habitude ! Cette fois, c’est un combo VTT et packraft que nous avons exploré, à quelques pas de la rédaction. Encore de quoi s’émerveiller et changer de regard, dans un cadre pourtant maintes fois parcouru.
VTT / kayak gonflable
Quand : 27/06/20
Durée : 5 jours
Distance globale : 174km
Dénivelées : +4099m / -4102m
Alti min/max : 464m/2023m
Carnet créé par Anthony le 17 juin
modifié le 26 sept.
Coup de coeur ! 639 lecteur(s) - 7
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Le projet (mise à jour : 26 sept.)

Le projet traînait dans les cartons depuis des années. Faute de temps, de motivation, de partenaire, rien ne se concrétisait. Mais en 2020, les planètes s’alignent enfin pour réaliser ce bikerafting.

➜ Photos du carnet : Anthony et Sébastien

Bikerafting ou pédalo ?

Cet anglicisme vient de la contraction de 2 mots : bikepacking, et packraft. Le bikepacking, c’est ni plus ni moins que du voyage à vélo. Le packraft, c’est une petite embarcation gonflable légère et très compacte une fois pliée. Ses atouts permettent d’envisager des itinérances sur l’eau où il serait compliqué (voire impossible) d’emmener tout autre forme d’embarcation. La contraction syntaxique de ces deux activités, le bikerafting donc, consiste naturellement à les conjuguer au sein d’un même périple. En français, marier vélo et embarcation ça donnerait… un pédalo ? 
Le projet

Un packraft made in France

Ce qui a tout déclenché, c'est l'arrivée récente d'un nouveau constructeur de packraft : Mekong. Il y a très peu de fabricants de packrafts dans le monde, mais celui-ci a une particularité : il est basé à Crest, dans la Drôme. 
Après avoir réalisé, l'été 2019, un tour à vélo+parapente pendant lequel j'avais rencontré 6 artisans français de matériel outdoor, cette nouvelle réveille toutes mes envies de bikerafting. Quel plaisir d'utiliser du matériel créé par des passionnés à quelques 100 km de la maison !
Le projet
L'équipe joviale et passionnée de Mekong packraft.
L'équipe joviale et passionnée de Mekong packraft.
Il ne restait plus qu'à former notre trio : Sébastien (qui est aussi l'auteur de jolis compte-rendus MyTrip) et Pascal (qui a déjà effectué plein de beaux voyages à VTT), et moi. Nous n'avons jamais voyagé ensemble, mais déjà avant de partir, le courant passe si bien que l'on voit mal comment ça pourrait mal tourner !
Le trio. Le plaisir.
Le trio. Le plaisir.

Choix de l'itinéraire

L'objectif est simple : combiner de beaux singles VTT avec des sections navigables. Côté vélo, nous devons limiter les montées et sentiers trop techniques au strict minimum. Lesté d’un packraft, le VTT devient difficilement portable, et un peu moins maniable à la descente ! Quant à la navigation, notre niveau et le VTT installé sur le pont du packraft nous restreignent à des descentes plutôt faciles.
Et finalement, après avoir regardé aux 4 coins de la France, nous trouverons notre bonheur sur le pas de la porte : la Durance et les Monges. Tout y était réuni : une navigation facile, et un massif parfait pour le VTT.
Mais que fait ce VTTiste avec des pagaies sur son guidon ?
Mais que fait ce VTTiste avec des pagaies sur son guidon ?
Navigation paisible lors du retour sur le lac de Serre-Ponçon.
Navigation paisible lors du retour sur le lac de Serre-Ponçon.
Commentaires
share posté le 02 oct.

jeanpatriceveilhan
140 messages
Superbe parcours et superbes photos. Ca donne envie d'y aller immédiatement... sauf que c'est octobre, et qu'il pleut ! (je préfère le solstice et sa chaleur...)

Une question sur le retour: Le parcours me paraît assez physique, notamment avec les 4/5kg du packraft en plus (packraft+pagaie+gilet). Est-ce qu'on peut facilement se tracer un itinéraire moins physique qui traverse les Monges (quitte à renoncer à quelques crêtes et quelques cols) ?
share posté le 06 oct. mis à jour le 06 oct.

SebL
26 messages
Salut Jean-Parice,

Merci pour ton retour !

Je laisse préciser Anthony mais voici déjà quelques éléments de réponse :
- oui, il est possible de traverser les Monges par de belles pistes moins physiques que les singles que nous sommes allés chercher sur l'échine du massif. Par contre, ça nécessitera probablement quelques détours par des petites routes goudronnées à faible trafic,
- si tu veux privilégier les pistes, il y a aussi de belles choses entre Serre-Ponçon et Sisteron, par les petits massifs en rive droite de la droite de la Durance : en traversant les secteurs de Saint-Genis, Aujour, Barcillonnette et Ceüse par de belles pistes.

Si tu vas trainer ta pagaie dans ce secteur, n'hésite pas à nous faire partager ton ressenti.
Belle journée,
Seb
share posté le 06 oct.

jeanpatriceveilhan
140 messages
Merci, Sébastien, d'avoir pris le temps de me donner toutes ces suggestions. Je vais déplier mes cartes au 1/100.000e et voir ce que tu me suggères. C'est tellement bon ce moment où le voyage commence à exister virtuellement !!

Pour ma part, ayant habitué deux ans à Pertuis et désormais à Manosque, c'est la partie médiane/basse que je connais bien, entre les Mées et Mallemort. Souvent en packraft + fatbike, mais à la journée.

Votre trip m'a irrésistiblement donné envie de faire l'intégrale au printemps: d'Embrun à Avignon. Pour compléter les parties que je ne connais pas ou mal. (En plus, ironie du sort: je viens de recevoir aujourd'hui par la poste 3 éléments de bike-packing qui n'étaient pas disponibles depuis des mois!! Alors forcément je trépigne!)

Si jamais toi ou les deux autres êtes tentés par la partie basse, n'hésitez pas à m'en parler, je suis partant (en gros quelle que soit la saison, quitte à aménager). Je vous joins mes coordonnées par message perso.

Bonne journée, avec ou sans pagaie!
share posté le 08 oct.

Rikou
55 messages
Tout est au top dans ce CR qui donne envie de se frotter à la Durance. Peut-être est-ce un appel auquel je succomberai... En attendant ce jour, j'aimerai savoir quels étaient les modèles de sacs à dos que vous avez utilisez... Merci...
Abusus Non Tollit Usum
share posté le 12 oct.

Anthony
195 messages
Salut les packracyclistes et pratiquants de pédalo.
Merci pour vos messages, ça fait toujours plaisir de voir d'autres motivés. Désolé pour la réponse tardive, je rentre tout juste de voyage.

@jeanpatrice : Seb a tout dit, j'aurais pas dit mieux et je partage son avis à 100%.
@Rikou : j'espère que tu t'y frotteras un jour oui, c'est un bel itinéraire qui ne demande qu'à être allongé si tu as le temps.

Quant aux sacs à dos :
- j'ai utilisé l'Osprey Exos 38 (ancienne version) que j'ai toujours adoré à VTT, et à pied. Mais j'utilise aussi beaucoup la version actuelle de l'Osprey Exos 38, selon l'humeur. Ces sacs à dos sont très agréables, je te laisse lire les tests si ce n'est pas déjà fait.
- Pascal avait un Vaude Bike Alpin 32+5 : c'est un sac qui m'intéressait déjà à l'époque et je viens de commencer à le tester sur 15 jours de voyage. Et, pour te faire un teaser, je vais en dire du bien ;) En tout cas, Pascal en était déjà très satisfait, il utilise le sien depuis un moment je crois.
- je ne sais plus le modèle du sac de Seb en revanche ?
share posté le 12 oct.

SebL
26 messages
Pour ma part, c'était un vieux sac de ski de rando Dynastar d'une trentaine de litres.
J'aime bien les filets latéraux et les sangles porte-ski qui permettent de porter verticalement les pagaies 4 parties sur le sac !
Comme pour le VTT-BUL plus "classique" le meilleur volume semble être autour de 35 L, à ajuster en fonction de la durée de l'autonomie.
share posté le 14 oct. mis à jour le 14 oct.

Rikou
55 messages
Merci pour le retour. Les 2 sac (Osprey et Vaude) sont pas mal du tout. C'est une drôle de coïncidence que Seb parle de son vieux sac de ski de rando Dynastar. J'en ai un également, qui date de l'an pebre, un Dynastar Cham DP 30 rouge, dont les sangles sont déchirées à certains endroits, il a quelques trous également, il n'est pas du tout étanche, et je trouve que 30 litres c'est un peu juste. J'ai du mal à m'en séparer et je ne l'utilise donc que pour mes petites rando (1 à 3 jours). Bon, ben Yapluka ! comme on dit... (ou presque)
Je complète... il me semble que le Vaude n'a pas de poche à eau...
Abusus Non Tollit Usum
share posté le 15 oct.

Anthony
195 messages
Voilà qui ne va pas aider ton choix : le Vaude Bike Alpin et l'Osprey Exos ont tous les 2 un compartiment prévu pour la poche à eau ;)
share posté le 16 oct.

Rikou
55 messages
Ah ben non, si les 2 ont effectivement un compartiment pour la poche à eau, ça ne va pas aider... Il ne reste plus qu'à comparer le prix et l'esthétique.
Abusus Non Tollit Usum
share posté le 16 oct.

Anthony
195 messages
Je crois, de mémoire, que les prix sont très similaires. L'esthétique... chacun ses goûts :)

Actuellement

Carnets d'Aventures N°61