My Happy Canada Tour seule à vélo

par Johanna dans Récits 14 mars 318 lecteurs 1 1 commentaires share(partager)

Traversée du Canada seule et à vélo

C’est avec audace que Sandrine s’est lancée dans l’aventure seule : elle a traversé le Canada d’ouest en est à vélo. Sa soif de liberté lui a donné des ailes quand les routes devenaient longues et monotones. Son sourire lui a ouvert les portes de bien des maisons. Ce que l’on en retient ? Osons !
Sandrine nous raconte ce voyage dans Carnets d'Aventures 55 (spécial "Année sabbatique"), et nous livre ici son témoignage sur le fait de voyager seule à vélo, ses astuces pour dépenser moins et trouver des cofinancements.

Texte et photos : Sandrine Laporal
myhappycanadatour.com


Depuis mon plus jeune âge, les grands espaces canadiens me font fait rêver. Pour ma 35e année, j’ai tenté ma chance pour décrocher un Permis Vacances Travail pour ce pays. La loterie canadienne en a décidé autrement, mais n’a pas anéanti mon rêve pour autant. Un jour, je suis tombée sur un article de presse relatant la traversée du Canada à vélo d’un jeune couple français et je me suis dit « pourquoi pas moi ! ». Quant à la décision de partir seule, elle était pour moi une évidence. Je voulais me détacher du regard des autres, me réapproprier ma vie et découvrir mon espace intérieur...
« Ne laisse jamais personne te dire ce dont tu es capable. C’est à toi de choisir et de vivre ta vie » Laurent Gounelle

J'ai pédalé pour découvrir avec émerveillement un paysage de carte postale qui me faisait tant rêver : le lac Peyto dans le parc national de Banff (Alberta, Rocheuses canadiennes) et sa forme évoquant une tête de loup.
J'ai pédalé pour découvrir avec émerveillement un paysage de carte postale qui me faisait tant rêver : le lac Peyto dans le parc national de Banff (Alberta, Rocheuses canadiennes) et sa forme évoquant une tête de loup.

Voyager seule au Canada lorsqu’on est une femme

La phrase de Sénèque résonne tous les jours en moi « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». Pour ma première expérience à vélo en solo, j’ai forcément choisi une destination qui m’attirait, mais qui en plus me rassurait afin de faire le grand saut.
Le Canada est un pays accueillant et où les habitants sont bienveillants, surtout avec une femme qui voyage seule. J’ai été surprise de voir le nombre de personnes en chemin qui me proposaient un toit pour dormir, m’offraient de la nourriture ou de l’argent pour s’assurer que je mangerais à ma faim. Faire confiance aux autres n’est pas chose aisée, lorsqu’on nous met en garde contre les hommes depuis notre plus jeune âge. En biologie, l’immunité fait référence à la capacité qu’a le corps à se défendre contre des substances menaçantes pour son bon fonctionnement ou sa survie. En voyage, notre instinct est l’équivalent de notre système immunitaire. Plus on le sollicite et plus il se renforce. Plus il se renforce et plus on prend confiance en soi. Plus on prend confiance en soi et plus on peut accorder notre confiance aux autres. C’est ce cercle vertueux qui est à l’origine de tant de rencontres toutes aussi improbables que merveilleuses.
Ne pas prévoir l’imprévisible, c’est accepter d’embrasser la route sans savoir ce qu’elle nous réserve. C’est également se laisser envahir par un sentiment de liberté auquel on prend rapidement goût et se rendre à l’évidence que de cette équation à plusieurs inconnues, on ressort plus forte, avec davantage de confiance en soi et dans le monde qui nous entoure. Le « J’irai dormir chez vous Tour », comme je me suis amusée à l’appeler, fut pour moi l’occasion de faire des rencontres toutes aussi belles, touchantes et surprenantes les unes que les autres.
Mesdames, ne laissez pas vos peurs, et encore moins celles véhiculées par votre entourage, vous empêcher de réaliser votre rêve. Il est plus facile de se débarrasser de ses peurs que de ses regrets, trop lourds à porter.
 

Au pieds du Rocher Percé Gaspésie
Au pieds du Rocher Percé Gaspésie

Quelques astuces pour dépenser moins en voyage à vélo

  • Négocier des partenariats. En contrepartie, il faudra que vous soyez prêts à tenir un blog, partager votre expérience sur la route, sans pour autant passer à côté de votre aventure : c’est un équilibre qui n’est pas toujours facile à trouver.
  • L’hébergement est l’un des postes les plus coûteux lors d’un voyage au long cours (au Canada comptez entre 40 et 55 dollars pour une nuit en camping et 90 dollars dans un motel). J’ai fait appel aux réseaux d’hébergements Warmshowers ou Couchsurfing essentiellement dans les grandes villes, sinon j’ai très souvent sollicité les habitants pour leur demander l’autorisation de planter ma tente sur leur terrain et cela a très bien fonctionné.
  • La nourriture est l’autre poste coûteux. Au Canada, comme dans tous les pays industrialisés, les poubelles des supermarchés et des fast-foods regorgent de denrées alimentaires parfaitement comestibles et dans les petites supérettes, il est parfois possible de récupérer des invendus alimentaires.
  • Certaines marinas ou encore des stations-service sur les aires de repos, proposent des douches pour un tarif raisonnable.
  • Si vous disposez de temps, travailler en échange du logis et du couvert est une bonne opportunité pour découvrir une région et faire des rencontres tout en se rendant utile. Il existe des sites répertoriant les offres comme HelpX ou WWOOF.
     
Glacier Athabasca
Glacier Athabasca

Partenaires et sponsors : qui ne tente rien…

Au début de mon projet je n’avais pas forcément prévu de chercher des partenaires et puis le magasin de vélo m’a fait une remise, m’a appris quelques bases de mécanique, ce sont des amis aujourd’hui. Lorsque j’ai vu l’engouement que suscitait mon projet, je me suis prise au jeu et ça a plutôt bien marché. Les gens disent de moi que j’ai un enthousiasme communicatif et contagieux ?. Quelques mois avant mon départ j’ai réalisé une modeste vidéo que j’ai publiée sur la page Facebook de la compagnie aérienne Air Transat avec comme message « Et si Air Transat devenait à son tour partenaire de My Happy Canada Tour ? ». Je n’y croyais pas trop mais comme on dit, qui ne tente rien n’a rien. Une semaine après il y a eu une notification Facebook sur mon écran me disant d’envoyer un dossier de candidature avec le mail de la chargée marketing. Le message a disparu 1h après. J’ai envoyé une présentation powerpoint de mon projet et j’ai été aussitôt contactée par la chargée marketing qui m’a dit qu’elle devait justement présenter à la commission des projets pour décider lesquels ils allaient soutenir. À peine 1 semaine après elle m’apprenait par téléphone qu’Air Transat m’offrait mes billets aller-retour (j’espérais juste avoir une remise...). Mon dossier a été retenu pour mon audace, parce que c’est rare qu’une femme seule se lance dans pareille aventure et pour mon enthousiasme.
 

Remerciements à toutes les personnes qui m'ont suivie et soutenue durant cette belle aventure.
Remerciements à toutes les personnes qui m'ont suivie et soutenue durant cette belle aventure.
Avec mes hôtes Warmshowers à Kamloops Colombie Britannique
Avec mes hôtes Warmshowers à Kamloops Colombie Britannique
My Happy Canada Tour seule à vélo
My Happy Canada Tour seule à vélo
Coucher de soleil proche Chemainus Ile de Vancouver
Coucher de soleil proche Chemainus Ile de Vancouver
Commentaires
share posté le 22 mars mis à jour le 22 mars

Bisounours
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 22/03/19

Message privé
Woooowww... Scotchant 👌