12 invités en ligne

Dépenses énergétiques et besoins en calories

Johanna
par Johanna
31 mars 2023
298 lecteurs
Lecture 2 min.

Il existe plusieurs méthodes pour évaluer nos dépenses énergétiques et donc nos besoins caloriques. Voici quelques éléments, une des formules parmi les plus utilisées, et des valeurs de référence en fonction du type d'activité pratiquée : repos, activité physique légère, modérée, élevée, intense, et voyage nature !

Retrouvez notre grand dossier Porter moins, manger mieux, la nourriture de bivouac.

Parmi les différentes méthodes pour évaluer ses dépenses énergétiques, la formule de Harris et Benedict ajustée présente l’avantage de la simplicité. D’autres formules (base + coefficients) sont maintenant utilisées mais elles sont plus complexes et donnent des résultats peu différents pour les cas moyens.

Besoins de base par 24h :

Femme = 9,74 x poids (en kg) + 172,9 x taille (en m) - 4,737 x âge (en année) + 667
Homme = 13,707 x poids (en kg) + 492,3 x taille (en m) - 6,673 x âge (en année) + 77

On applique ensuite des coefficients multiplicateurs en fonction de l’activité pour obtenir les besoins moyens en kcal. 
À titre d’exemple, on donne les valeurs : en vert une femme de 40 ans, 1,65 m et 55 kg, et en bleu et un homme de 40 ans, 1,75 m et 68 kg.

  • Au repos : multiplication par 1,2   (1558 - 1924)
  • Activité physique légère : x 1,375   (1785 - 2205)
  • Activité physique modérée: x 1,55   (2013 - 2486)
  • Activité physique élevée : x 1,725   (2240 - 2766)
  • Activité physique très intense : x 1,9   (2467 - 3047)
  • Voyage nature : on peut considérer au moins 1,9 en voyage nature, car l’activité physique, même si elle n’est pas forcément très intense, dure en général toute la journée. D’autre part, étant donné que nous sommes constamment exposés aux éléments extérieurs (pluie, vent, température nocturne plus faible, etc.), la consommation va s’en trouver accrue. Cas particulier du froid : la thermorégulation peut nécessiter beaucoup d’énergie ; selon les conditions, une approximation à x 2    (2597 - 3207) voire plus ne semble pas ridicule. (On estime les besoins à 5000 kcal environ pour une expé en milieu polaire ; Mike Horn estimait les siens à des valeurs autour de 8000 kcal !).

Évidemment, cela n’aura échappé à personne que nous sommes tous différents, il s’agit là de valeurs moyennes. Amusez-vous à faire les calculs et vous verrez toutefois que les résultats ne sont pas si élevés que cela et que « nous » (cas moyen en Occident) mangeons sans doute trop par rapport à nos vrais besoins. Sachant que la nourriture que nous consommons a un coût écologique (et que presque 30% de l’humanité est en surpoids), on a tous quelque chose à gagner à baisser notre consommation globale. Ainsi, tester différents types et volumes d’apports caloriques semble intéressant ; on s’apercevra bien souvent qu’on peut faire pareil avec moins. Less is more :-). Et si l’on consomme moins, on peut aussi consommer mieux, privilégier la qualité grâce aux économies réalisées sur la quantité.

Texte et photos Carnets d'Aventures.