5 invités en ligne

Le Vercors : petit guide pratique

ManonM
par ManonM
12 déc.
239 lecteurs
Lecture 8 min.

Vercors, la forteresse préservée

En complément du dossier Vercors publié dans Carnets d'Aventures 70.

 

Texte : la rédac' et Sébastien Langlais

 

PORTRAIT
S'Y RENDRE EN MOBILITÉ DOUCE
DORMIR
ACTIVITÉS DE PLEINE NATURE ET ITINÉRANCES
L'EAU
RÉSISTANCE ET PRÉHISTOIRE
SPÉCIALITÉS
CURIOSITÉS
LIENS ET BIBLIOGRAPHIE

Carte : Thibault Pluvinage
Les itinéraires en couleur correspondent au récits publiés dans CA70.
Bleu = Grand Tour à VTT / Violet = traversée des Hauts-Plateaux à ski-pulka / Rose = Rando en famille avec des ânes
Carte : Thibault Pluvinage
Les itinéraires en couleur correspondent au récits publiés dans CA70.
Bleu = Grand Tour à VTT / Violet = traversée des Hauts-Plateaux à ski-pulka / Rose = Rando en famille avec des ânes

Portrait

Le Vercors a une allure de forteresse de calcaire culminant à 2341 m (Grand Veymont), et percée de scialets (nom local pour gouffre). On le caractérise généralement comme un vaste plateau perché entre la vallée du Rhône et les Alpes cristallines, délimité par des escarpements rocheux abrupts et imposants et des gorges profondes, qui font sa renommée. Massif contrasté entre une partie septentrionale, couverte de hêtraies-sapinières, et une partie méridionale, prémices provençales avec les lavandes sauvages de la vallée de la Drôme.
Géographiquement, si le Vercors fait partie intégrante du Dauphiné historique, il est traversé aujourd’hui par la frontière qui sépare la Drôme et l'Isère. Cette ligne administrative délimite également des mentalités bien différentes avec d’un côté une partie iséroise plutôt « citadine » (à l’exception des Coulmes, plus isolées) car largement fréquentée et occupée par les Grenoblois venant de la métropole toute proche, et de l’autre une partie drômoise plus rurale (voire farouche et poétique, vu du randonneur de passage 😊). Au cœur du massif, sur le plateau, la toponymie différencie d’ailleurs la partie iséroise, au nord (secteur des « Quatre-Montagnes ») et la partie drômoise, au sud (secteur du « Vercors drômois », autrement dit le Vercors au sens strict et historique). Pour l’anecdote, lorsque, au sortir de la guerre, les communes de Corrençon et Lans ont voulu ajouter « en-Vercors » à leur nom, ça avait pas mal jasé chez les Drômois, les « vrais » Vertacos ! Le Parc Naturel Régional du Vercors, quant à lui, englobe aujourd’hui la commune de Lus-la-Croix-Haute et son point culminant (le Rocher Rond, 2453 m) se trouve alors dans le massif voisin du Dévoluy.
Sous terre, sa réputation n'est plus à faire avec le fameux gouffre Berger (premier -1000 m), et les merveilleuses stalactites fistuleuses de la grotte de Choranche. Côté flore et faune, ses emblèmes sont la tulipe sauvage et le tétras lyre, on y trouve tous les ongulés des montagnes de nos latitudes (chevreuils, cerfs, bouquetins – réintroduits et forts nombreux –, chamois, mouflons – réintroduits mais sectorisés), et le col de Rousset est quant à lui réputé pour ses vautours. Le Vercors a été le dernier bastion alpin français de l'ours brun, dont le dernier individu a été observé en 1937, à Tourtre, sur la commune de Saint-Martin-en-Vercors.
Au cœur du PNR, une vaste réserve naturelle préserve en son sein une forêt très ouverte, composée entre autres de pins à crochets caractéristiques des Hauts-Plateaux. C’est la zone la plus haute, la plus sauvage et la plus protégée du massif ; vous n’y croiserez aucun résident permanent. La réserve naturelle nationale des Hauts-Plateaux fait l’objet d’une attention renforcée ces dernières années et la surfréquentation des zones sensibles du PNR pose question. Récemment, des réglementations nouvelles sont apparues, telles que l’interdiction du bivouac au sommet du mont Aiguille par arrêté municipal, ou la mise en place d'une navette pour accéder à la Molière (voitures interdites). L’enjeu lié aux effets induits par le bivouac (feux, déjections humaines, détritus) est important sur la réserve – comme partout en France d’ailleurs où les arrêtés se multiplient en faveur d’une règlementation plus stricte –, d’où, encore plus, l’importance de ne laisser aucune trace (cf. Ours des bois CA60 « Leave no trace »). Règlementation détaillée sur parc-du-vercors.fr/RNNHPV.

Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Jean-Baptiste Caverne

S’y rendre en mobilité douce

Le massif est accessible en transports en commun et les collectivités locales œuvrent au développement des mobilités douces. Accès direct au parc en train depuis les gares de Clelles (sous le mont Aiguille), Die, Lus-la-Croix-Haute et Saint-Nazaire-en-Royans. Sinon, depuis Grenoble, des bus Cars Région (anciennement Transisère) relient Villard-de-Lans, Corrençon ou Autrans. En hiver, un service de car est assuré les week-ends pour rejoindre les principales stations depuis Grenoble et Valence-TGV (Transaltitude, EtHopVercors) et des navettes gratuites sont mises en place entre les villages et leur station. On regrettera l’absence de lignes de bus régulières entre le Vercors nord (Isère) et le sud (Drôme), par exemple pour relier les deux portes d’entrée principales de la réserve, le col de Rousset et Corrençon ; n’hésitez pas à solliciter les transports à la demande, accessibles (sur réservation, et à prix souvent intéressants) depuis les gares de bus ou de train, comme Villard-de-Lans, Clelles, ou Die.
Enfin, l’autostop est très répandu dans le massif, plusieurs communes adhérant à Rezo Pouce avec des arrêts dédiés matérialisés par des panneaux verts (plus d’infos sur rezopouce.fr).
Pour trouver idées et infos de randonnées dans le Vercors sans prendre la voiture, on pourra consulter le Mobiguide, 50 randonnées sans voiture en Isère (rando-sans-voiture.fr et CA69).

Photo : Vincent Martin
Photo : Vincent Martin
Photo : Vincent Martin
Photo : Vincent Martin
Bus programmé sur Gresse-en-Vercors un dimanche de l'été 2022 par l'association Alpes Là. Photo : Vincent Martin
Bus programmé sur Gresse-en-Vercors un dimanche de l'été 2022 par l'association Alpes Là. Photo : Vincent Martin

Dormir

En dehors d’interdictions localisées, le bivouac est généralement autorisé (montage après 17h, démontage avant 9h) et beaucoup de cabanes ouvertes parsèment la réserve des Hauts-Plateaux (voir refuges.info). Au moment de la création de celle-ci, pour limiter la fréquentation de cet espace unique et fragile, il avait été convenu de ne pas développer de refuges gardés.

 

Activités de pleine nature et Itinérances

Ski (de randonnée, de randonnée nordique, de fond/skating), VTT, trek, parapente, escalade, spéléologie, le massif se prête bien à de nombreuses activités. Voici quelques idées.
À pied, outre le Grand Tour du Vercors et la traversée nord-sud le long du GR91, de nombreuses itinérances sont possibles, comme la classique traversée des Hauts-Plateaux de Corrençon à Die (de 2 à 4 jours suivant le niveau, les détours, etc.), ou sa version parallèle sur les balcons est ; ou encore la traversée, moins connue, sur les balcons sud par le GR93 de Léoncel à Archiane. Pour les amateurs de randonnées du vertige, le massif est un très beau terrain de jeu (cf. les livres de Pascal Sombardier, Vertiges d’en haut et Vercors secret, tous deux chez Glénat).
Côté escalade, quelques jolies courses d’arêtes (Gerbier et Cornafion pour ne citer qu’elles) sont possibles, environ 150 sites permettent une escalade sportive et la mythique falaise de Presles offre un beau potentiel de « voyages » en grandes voies.
Connu pour sa célèbre Foulée Blanche (course de ski de fond qui se décline d’ailleurs maintenant en trail l’été), le Vercors accueille aussi la doyenne des courses populaires françaises (1968), la Trans'Vercors, dont le parcours fabuleux traverse les Hauts-Plateaux, damés une seule fois par an pour l'occasion.
Terre de VTT, le Vercors a accueilli les premiers championnats du monde de mountain bike organisés à Villard-de-Lans en 1987. De nombreux parcours et traversées sont balisés (Grand Tour du Vercors, Traversée Grenoble-Lus par les Chemins du soleil, Traversée par la réserve des Haut-Plateaux). Ces itinéraires sont généralement assez abordables et plutôt typés cross-country. Pour les amateurs de singletracks et de parcours plus techniques à VTT de montagne, n’hésitez pas à aller découvrir les jolis petits sentiers à l’est d’Autrans et de Méaudre et surtout la multitude de sentiers magnifiques du Diois, comme ceux d’Archiane, de Sagatte, de la Croix de Justin, ou le parcours de grande ampleur des balcons du Glandasse.  Pour les « goudronneux », les « routes du vertiges » sont parmi les plus belles de France. Elles se situent dans l’ouest du massif (Bourne, Écouges, Combe Laval…) et permettent aux cyclistes de se faufiler dans les rares points de faiblesse de cette forteresse calcaire.
Enfin, plusieurs sites de parapente officiels (ou usuels) se trouvent sur le Vercors et ouvrent la porte à divers types de vols dont de grands voyages aériens. Et l’on rappelle que le survol de la réserve est interdit au-dessous de 300 m sol.

Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes
Photo : Mathieu Prodhommes

Eau

Comme tout massif calcaire, l’eau dans le Vercors ne reste pas en surface et file directement sous terre, donnant lieu à un important relief karstique (lapiaz, dolines, gouffres, grottes). Le randonneur itinérant devra donc veiller à emporter suffisamment d’eau au départ et penser à vérifier en amont si les sources sont alimentées. Pour cela, les gardes mettent régulièrement à jour une page Infos Sources sur le site du PNR (parc-du-vercors.fr/info-sources) au retour de leurs sorties sur le terrain. Et pour localiser précisément les sources, on peut se rendre sur le site refuges.info. À noter qu’elles sont parfois le seul point d’eau de l’alpage et des dispositifs de partage de l’eau entre activités pastorales et randonneurs ont donc été installés.

 

Résistance et Préhistoire

Si le Vercors est célèbre pour avoir été l’une des plus importantes poches de résistance en France – de nombreux sites de commémorations et de monuments émaillent le territoire –, moins connu peut-être est son rôle important dans la recherche préhistorique. En effet, le massif, avec ses caractéristiques géologiques particulières, a abrité de nombreuses populations humaines depuis la Préhistoire et les fouilles archéologiques y sont encore actives de nos jours.  À Vassieux, deux musées leur sont respectivement consacrés.
Cf. entre autres le livre d’Antoine de Baecque, Ma Forteresse. Journal du Vercors, Paulsen.

 


 

Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson
Photo : Gwenc’hlan Poisson

Spécialités culinaires

Le Bleu du Vercors-Sassenage, une AOP circonscrite aux limites du parc naturel régional. Emblème du massif, il côtoit tommes, Saint-Marcellin et fromages frais.

La noix de Grenoble, cultivée au pied du massif.

Les ravioles. On raconte que ce serait des bûcherons italiens qui, travaillant dans les forêts du Vercors et privés des raviolis de leur pays, auraient remplacé une farce à base de viande par une farce à base de fromage frais et de persil. La raviole était née. Elle s’est depuis imposée comme une des spécialités de la gastronomie des montagnes du Vercors et se prépare de multiples façons, de l’apéritif au plat principal. La raviole du Royans a la taille de celle que l’on connaît aujourd’hui alors que dans le canton de Villard de Lans, les ravioles étaient de la taille d’un ravioli.


Curiosité

Un monument en bronze représentant l’hémisphère nord matérialise le passage du 45e parallèle dans le parc régional du Vercors, près de Corrençon. Il signifie qu’à cet endroit (et donc partout le long du 45e), nous nous trouvons à équidistance (5000 km) de l’Équateur et du pôle Nord. On y apprend qu’il traverse également la Réserve du Delta du Danube et le parc du Yellowstone.


Liens et bibliographie

PNR du Vercors : parc-du-vercors.fr
Info sources : parc-du-vercors.fr/info-sources
Randos : rando.parc-du-vercors.fr ; montourenvercors.com
Tous les carnets MyTrip

Livres :

- Antoine de Baecque, Ma Forteresse. Journal du Vercors, Paulsen, 2022.
- Jean Daumas, Vercors, les sentiers de la Résistance, Glénat, 2017.
- Pascal Sombardier, Vercors secret. Randonnées hors des sentiers battus, Glénat, 2020 (4e éd.).
- Pascal Sombardier, Vertiges d’en haut. Courses et randonnées insolites en Dauphiné, Glénat, 2010.
- Jean-Marc Rochette, La dernière reine, Casterman, 2022.

 

Photo : Jean-Baptiste Caverne
Photo : Jean-Baptiste Caverne
2 COMMENTAIRES
Vinc1 - 04 janv.
Pour les accès transport en commun, petite "coquille", les bus "Transisère" n'existent plus, ils sont maintenant appelés "Cars Région" https://carsisere.auvergner...
les réseaux de transport changent régulièrement avec une relative inertie... donc pas toujours facile à suivre et à en comprendre la logique ! (certains bus et navettes sont gérées par des stations, communes ou communautés de communes quand des bus de la Métropole de Grenoble permettent de prendre pied sur le Parc du Vercors... sans compter l'unique bus programmé sur Gresse en Vercors un dimanche de l'été 2022 par l'association Alpes Là, voir photo n°3 ;)

ManonM - 05 janv.
Vinc1 :
Pour les accès transport en commun, petite "coquille", les bus "Transisère" n'existent plus, ils sont maintenant appelés "Cars Région" https://carsisere.auvergner...
les réseaux de transport changent régulièrement avec une relative inertie... donc pas toujours facile à suivre et à en comprendre la logique ! (certains bus et navettes sont gérées par des stations, communes ou communautés de communes quand des bus de la Métropole de Grenoble permettent de prendre pied sur le Parc du Vercors... sans compter l'unique bus programmé sur Gresse en Vercors un dimanche de l'été 2022 par l'association Alpes Là, voir photo n°3 ;)


Merci Vincent pour la précision et les explications, je corrige ici.