Edito Carnets d'Aventures #62 : Le chemin parcouru

par Johanna dans Éditos 09 déc. mis à jour 19 févr. 618 lecteurs 2 Soyez le premier à commenter share(partager)

Le chemin parcouru

Par Olivier

Ce numéro est l’occasion d’une rétrospective. Comment la nature et le bivouac se sont immiscés dans nos vies pour en modifier durablement le cours. Parcours de vie de voyageurs. J’en connais qui, pour l’occasion, ont exhumé avec une émotion non feinte leurs vieilles photos…
Quand on se revoit, tout jeune en train de découvrir le monde, de faire ses premières expériences de bivouac, on mesure le chemin parcouru. Sur ces clichés oubliés, les « erreurs » et approximations d’alors nous sautent aux yeux. Et pourtant, le plaisir était bel et bien là ! L’essentiel en somme. Malgré des sacs énormes coiffés de tout un barda débordant maladroitement – les mêmes qui nous font aujourd’hui sourire lorsqu’on les voit sur le dos de randonneurs, souvent des jeunes d’ailleurs –, malgré des kayaks chargés à ras bords avec un fardage énorme.
Finalement, ce qui ressort de ces images, c’est bien l’insouciance, la fin plutôt que les moyens, cette envie d’être dehors, cette joie de la découverte, l’œil qui pétille du jeune chien fou de joie à l’idée de se balader dans la nature. Une envie brute qui, par sa force, vient le plus souvent à bout des embûches.
En regardant ces photos anciennes, on peut se replonger dans notre vision du monde de l’époque ; un peu comme le moustique préhistorique figé dans l’ambre, un instantané de nos croyances et de nos connaissances. Nos croyances sur ce qu’il nous était possible de faire, ce dont on se pensait capables. Et, là aussi, on peut mesurer le chemin parcouru. Souvent cette évolution est conséquente. Et la somme de tout ce dont on n’avait pas conscience – des techniques non encore acquises, des compétences et des savoirs qui élargiront le champ des possibles, des croyances limitantes qui voleront en éclat, des rencontres qui ouvriront des perspectives insoupçonnées – peut être très significative. Ce qui est drôle, c’est que ces images du passé témoignent de cette dynamique de vie, et que nos photos d’aujourd’hui sont le passé de demain. Et avec un peu de chance, on les regardera de la même façon, avec le recul que la vie nous aura fait prendre. C’est sacrément encourageant de songer au potentiel qui se cache encore en nous, à tout ce qu’il reste à découvrir, aux libertés à conquérir.
 

Edito Carnets d'Aventures #62 : Le chemin parcouru
Commentaires