kayak sur le lac de Serre-Ponçon

par olivier dans En France mis à jour 30 oct. 2012 32681 lecteurs Soyez le premier à commenter

Hautes-Alpes (05)

Voir aussi Serre Ponçon en kayak au coeur de l'hiver

C’est l’un des plus grands lacs d’Europe (une trentaine de kilomètres entre l’extrémité Ubaye et l’extrémité Durance) avec de belles sections de côte sauvage. On peut y faire des randos à la journée ou même un petit trip itinérant sur 2 ou 3 jours. Le lac a un peu une forme de boomerang car il noie deux vallées principales : celle de la Durance et celle de l’Ubaye. De petits « fjords » rentrent dans les terres à certains endroits. Le paysage montagnard environnant est vraiment sympa et dépaysant. On peut y naviguer toute l’année mais les belles journées d’hiver sont très sympas car il y a peu de vent et le soleil bien présent, permet de supporter les températures un peu basses. L’été un régime de brise se met régulièrement en place.

Best of livres voyage nature

par olivier dans Livres et Films mis à jour 30 oct. 2012 9377 lecteurs Soyez le premier à commenter

Livres : le « best-of »

Depuis le début de Carnets d’Aventures, nous avons lu pas mal de récits de voyages ou proches de la ligne éditoriale du magazine. Certains nous ont vraiment emballés. Chacun des livres sélectionnés dans ce « best-of » a été lu et très apprécié par plusieurs d'entre nous. Voici cette liste dans le désordre :
  • L’expédition du Kon Tiki, de Thor Heyerdahl (phébus)
  • Les mutins de la mer, des frères Berque (Robert Laffont)
  • Latitude 0 de Mike Horn (editions X0)
  • Docteur Vertical d’Emmanuel Cauchy (Glénat)
  • Nomade du grand Nord : en kayak avec un chien esquimau de Kim Hafez (Transboréal)
  • La trace de l’ange, la vie de Marco Siffredi, d’Antoine Chandellier (Guérin)
  • Les livres de Henry de Monfreid (Les secrets de la mer rouge, La croisière du hachich, et les autres aux éditions Grasset)
  • Le plein s’il vous plaît de Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean (Seuil et en poche chez Points)
      • Le DVD Coast to Coast de Olivier Aubert et Mike Blyth (dispo sur leur site)

kontiki_titmutins-de-la-mer_titnomade-grand-nordla-trace-de-lange_tit...

Le hors-série Voyager à Vélo est maintenant disponible seulement à la commande

Le Hors-série n'est plus en kiosque à partir d'aujourd'hui, il sera dorénavant disponible seulement à la commande.

couverture Voyager à véloUne mine d'informations pour préparer votre voyage à vélo, court ou long, proche ou lointain... Dossiers techniques : choisir son vélo, son équipement, réparer, bricoler ; récits, infos destinations...

 

Voyager à vélo… Jouir pleinement de sa liberté, filer, cheveux au vent, à travers les grands espaces sauvages de la planète, découvrir de nouveaux horizons, respirer, contempler, rencontrer, partager, rêver…
Vivre, simplement mais pleinement.

 

Voir le sommaire

Le commander

Le 8 octobre 2005, la terre a tremblé au Pakistan faisant plus de 80.000 morts et laissant 3 millions et demi de personnes sans abris. Cette catastrophe naturelle, l’une des plus meurtrières de notre époque, est restée dans l’ombre de « l’après Tsunami », oubliée par communauté internationale.
L’opération « Karakorum 2007, les sommets de la solidarité », évènement international où sport, science et culture se mettent au service de l’humain. L'association va récolter auprès des partenaires financiers sollicités, les fonds nécessaires à la reconstruction des écoles du Cachemire.

Karakorum pakistan Solidarite

Trek au Mera Peak

par Johanna dans Dans le monde mis à jour 30 oct. 2012 14443 lecteurs Soyez le premier à commenter

Les chemins du Mera

La principale difficulté du Mera Peak n’est pas son ascension, qui est très abordable (III/F+ neige en cotation Himalaya), mais le choix d’un itinéraire de trekking permettant une acclimatation optimum. Khare, point de départ de l’ascension du Mera Peak est très/trop rapidement accessible depuis Lukla, en seulement 4 ou 5 jours. L’itinéraire passe par un col élevé, le Zatrwa La et cette montée en altitude très rapide pose de vrais problèmes d’acclimatation pouvant avoir des répercussions sur le déroulement de l’ascension. Mais d’autres itinéraires ont vu le jour pour trouver une réponse à ce problème et un nouveau sentier a même été construit à flanc de vallée, spécialement pour faciliter l’accès à la vallée de l’Hinku.
Il est donc possible de choisir un itinéraire adapté, en fonction du temps disponible, en sachant que ce temps passé dans la marche d’approche est indispensable et incompressible. Et, si vous observez bien la carte (au bas de ce topo), un itinéraire reste encore à inventer, un itinéraire pour retrouver « le regard d’Adam »… Je vous livre ici ce topo d’un trek aux alentours du Mera Peak.

Par : Paulo Grobel
Ce topo complète la chronique Himalaya de Carnets d'Aventures n°9 de Paulo Grobel (guide de haute montagne à La Grave, passionné d’alpinisme lointain et d’exploration)

Trek Himalaya Mera Peak

Le sommet du Mera : la petite bosse au milieu de la photo (photo Paulo Grobel)

Remorque à vélo enfant : le Chariot Corsaire XL

par Pac - Pascal Darré dans Vélo mis à jour 30 oct. 2012 78630 lecteurs Soyez le premier à commenter

Emmenez vos enfants en voyages !

remorque à vélo pour enfant Chariot Corsaire XL

Faute de temps, mais pas d’envie, nous n’avions pu tester une remorque pour enfant(s) lors de notre hors-série Voyages à Vélo. Chose réparée avec le test de la Corsaire XL de Chariot (merci au site www.carrioles.com pour avoir permis ce test). Fondé au début des années 1990 au Canada, Chariot est une des marques les plus réputées dans le domaine des remorques en tous genres pour enfant. Nous testons ici le modèle haut de gamme de la série Classic, la Corsaire XL. Le premier contact met immédiatement dans le bain en comparaison avec des productions de moindre qualité (telles que la remorque B’Twin de Decathlon, au prix aussi beaucoup plus doux) : assise très confortable, 2 (ou 1 centrale) ceintures 5 points molletonnées, suspension, des protections très solides partout, protection pluie, etc. Bref, d’évidence, ce genre de remorque est fait pour ménager sa progéniture et donc pouvoir l’amener le plus loin possible sans problème. Deux enfants y prennent place sans se gêner et avec même de l’espace pour mettre des bagages dans une soute arrière...

Kayak Arktika

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 25211 lecteurs Soyez le premier à commenter

Kayak de mer Arktika de Polyform

Kayak de mer en fibre, monoplace (la version "non Ultima" a été testée) Kayak de mer Arktika
Longueur : 550 cm
Largeur : 60 cm
Poids : 25 kg
Volume : 360 litres (300 litres en version Ultima)
Durée et lieu du test : 3 jours dans et en dehors du Golfe du Morbihan
Construction : coque à bouchains vifs, forme assez droite (peu bananée)
Finition : plutôt bien. La dérive (autorétractable) reste fréquemment coincée quand on part de la plage (à cause des grains de sable) ; un coéquipier la décoince facilement en l’actionnant directement avec la main. Le réglage de la dérive d’une seule main est un bon point, mais idéalement il faudrait pouvoir la régler avec les pieds histoire de ne pas avoir à lâcher la pagaie. Cette dérive se rétracte automatiquement en cas de contact avec un rocher et ça aussi c’est un très bon point.
Volume de chargement : très bon
Stabilité : très stable
Comportement marin : l’Arktika tape plus dans les vagues que les kayaks plus bananés. Il semble cependant marin (nous ne l’avons pas testé dans de la mer formée).
Vitesse : assez élevée.
Avis subjectif : c’est un bon kayak, la forme est surprenante mais le résultat est bon. Sa grande largeur lui donne un air balourd mais, étonnamment, il est tout de même rapide et facile à faire avancer. Malgré sa largeur, il s’esquimaute plutôt bien. Son gros volume de chargement et sa stabilité le destinent plutôt au voyage. Un débutant le prendra rapidement en main et s’y sentira en sécurité. Ce kayak existe dans une version plus fine que nous n’avons pas testée : l’Arktika Ultima ; son volume de chargement est cependant nettement moins élevé.
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.polyform.fr

Voir les photos

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer

la Mongolie à pied, à vélo et à cheval

par Johanna dans Récits mis à jour 30 oct. 2012 33366 lecteurs Soyez le premier à commenter

Voyage en Mongolie

2 mois d'immensités sauvages à pied, à cheval et à vélo 

MONGOLIE-chevauchée; Olivier, Johanna et Jean de l’équipe de Carnets d’Aventures sont partis avec quelques amis en Mongolie durant l’été 2005. À pied, à cheval et même à vélo chinois, le petit groupe a cheminé deux mois durant du sud (Gobi) au nord (Khövsgöl) du pays, à travers des régions très différentes en terme de climat, géographie et paysage ; du désert à la taïga en passant par les montagnes et la steppe. Le caractère sauvage des terres mongoles – rappelons qu’il s’agit du pays ayant la plus faible densité de population au monde, et que celle-ci est majoritairement concentrée dans les villes – en fait un lieu de prédilection pour qui souhaite voyager au contact de la nature tout en rencontrant un peuple d’une gentillesse et d’une hospitalité authentiques.
Récits et impressions d’un voyage grandeur nature.

Texte : Johanna Nobili
Photos : Carnets d’Aventures
Article publié dans Carnets d'Aventures n°4 (n° épuisé)

Kayak Bélouga 1

par olivier dans canoë kayak mis à jour 30 oct. 2012 31784 lecteurs Soyez le premier à commenter

Kayak de mer Bélouga 1 de Plasmor

Kayak de mer belouga 1 Kayak en fibre, monoplace
Longueur : 509cm
Largeur : 64cm
Poids : 26 kg
Volume : N.C.
Durée et lieu du test : plus de 2 mois dans toutes sortes de conditions en Méditerranée
Construction : son grand hiloire (trou d’homme) est bien agréable. Le bélouga est assez plat et large. Il est confortable ; son pont un peu bas réduit un peu la mobilité des cuisses. Plusieurs autres versions du Bélouga existent (le Pelikan avec un pont rehaussé pour les grands gabarits ; le Caugek, plus court et plus large, peu adapté à l’expédition ; en version biplace : voir notre fiche sur le Bélouga 2…)
Finition : bien. Les passages pour la ligne de vie, directement dans la masse du kayak, sont solides. Il est agréable de l’utiliser avec un gouvernail vendu en option.
Volume de chargement : le Bélouga 1 se charge bien ; nous conseillons une trappe avant ovale car le fond de ce grand compartiment est difficile à accéder. De plus les petites trappes ne facilitent pas le passage des objets.
Stabilité : très stable ; un peu plus difficile à esquimauter qu’un kayak plus étroit, mais avant de se retourner accidentellement avec un Bélouga 1, il en faut. On remonte sans problème à bord, sans aide ni paddlefloat.
Comportement marin : sa proue, qui ressemble plus à celle d’un voilier qu’à celle d’un kayak traditionnel, a tendance à forcer le passage dans la vague. Le Bélouga tape et ce n’est pas très agréable car il est freiné à chaque vague.
Vitesse : ce n’est pas un kayak très rapide ; on peut le faire monter en vitesse mais il faut déployer une énergie conséquente.
Avis subjectif : ce kayak est sécurisant. Sa grande stabilité rassure et on peut envisager un long voyage assez sereinement. En revanche, il est assez pataud, c’est la rançon de sa stabilité. Je préfère nettement une carène bananée qui passe mieux les vagues et vaguelettes (moins ralentie).
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.plasmor.fr

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer
Voir les photos

Les derniers commentaires