Accueil des forums
Voyager sur l'eau 4

Testé : Packraft MRS Alligator 2S

share(partager)
share posté le 20 janv. mis à jour le 20 janv.

petit tetras
Etourneau
(87 messages)
Inscription : 23/02/10

Message privé
Hello,

Cet automne, j'ai eu l'occasion de tester pendant plusieurs jour le packraft Alligator 2S de MRS, sur le bassin de slalom de Sault-Brénaz.

Tout d'abord, j'avais loué l'engin sur un site Allemand très fonctionnel et très réactif :

https://www.packrafting-sto...

Plusieurs modèles sont disponibles à la location. On vous l'envoie à l'adresse voulue pour la durée de votre choix, à la fin, vous le lavez, le séchez, le remettez dans la boite avec le bon de retour et il y a juste à le déposer à la poste.

L'Alligator 2S est moins large que les autres modèles. Il est équipé de sangle cale-cuisse et d'un hiloire pour être jupé.

Sur eau plate, l'engin est très lent, très peu directionnel, ultra sensible au vent... Encore pire qu'un kayak de rivière. Mais, ce n'est pas fait pour ça.

En eau remuante, par contre, il réserve bien des surprises.

Toutes ses performances vont être dictées par son fond plat et sa très grosse flottaison :

- Très peu sensible aux mouvements horizontaux : clapot, marmites, variations de courant (sur ce bassin, il peu y avoir 3 ou 4 mouvements d'eau différents sur un mètre de large) : le bateau glisse par dessus tout ça sans se faire remuer ou attrapé.

-  Très sensible aux mouvements verticaux : du fait de la très forte flottaison de ses boudins latéraux, la moindre variation de hauteur d'eau (trou, vagues...) fait fortement gîter le bateau, voir le retourne. Il va donc falloir exagérer les mouvements de (contre)gîte dans les vagues. Les sangles de cales-cuisses sont là pour ça !
Aime ce que tu fais, fais ce que tu aimes. Depuis 20 ans, les Alpes et l'Europe à pied, à vélo, en kayak et sur la neige... https://treksandkayak.com/ (site pro)
share posté le 20 janv. mis à jour le 20 janv.

petit tetras
Etourneau
(87 messages)
Inscription : 23/02/10

Message privé
Voici mon ressentit pour les principales situations qu'un kayakiste connais :

- Reprise : Vu la légerté du bateau, le moindre coup de pagaie vous permet de quitter le contre courant ou vous étiez arrêté. Pour une belle reprise, il faudra vraiment tirer sur le genoux amont pour bien marqué la gite. Sinon, le courant poussera le boudin et tourner sera plus difficile. En cas de reprise dans une vague, cette gîte sera très importante, autrement, le boudin aval se fera soulever et on se retrouve alors avec une gîte dans le mauvais sens, ce qui est généralement synonyme de retournement...

- Stop : Le bateau étant très maniable, il est facile de se jeter dans le stop de son choix. Par contre, il est difficile de si arrêter. Le raft ayant un fond très plat, il glissera sur le contre courant au lieu de s'y heurter, de tourner vers l'amont et de remonter. Donc encore une fois, il faut forcer la gîte, faire un bel appel ... là en général, ça tourne, mais ça ne s’arrête pas. Avec son inertie, le bateau dérape sur le contre vers la berge, qu'il faut repousser avec la pagaie.

- Bac : Très facile vu le peu de sensibilité du bateau aux mouvements d'eau. Dans les bouillons et les remous, malgré des veines d'eau puissantes et désordonnés, le bateau flotte et glisse au dessus de tout ça.

- Bac surfé : Là, ça se corse ! Les cales cuisses devront être parfaitement ajustés ! Vu la flottaison des boudins, le côté aval va très facilement se soulever, au point de retourner le bateau. Il va donc falloir gîter très très fort (du bon côté, bien sûr, celui de la vague !), quitte à se mettre presque sur la tranche (dans les très grosses vagues) en faisant un gros appui avec la pagaie. Comme en kayak, partir avec la bonne incidence est indispensable, car le raft est très léger et il tourne vite sur lui même. Entre bac et reprise, la limite est très fine...

- Surf : Ça devient délicat, mais ça se fait. La principale difficulté, c'est que le raft tourne très facilement. Donc si le nez pointe un tout petit peu trop d'un côté ou de l'autre, le bateau tourne et quitte la vague. L'autre difficulté, c'est qu'il flotte beaucoup... Alors l'arrière se lève, l'avant enfourne... Donc encore plus qu'en kayak, il faut mettre son poids vers l'arrière.

- Surf involontaire et rappel : attention, attention : ce bateau est capable de rester coller dans des vagues minuscules, tellement il flotte ! Ça m'est arrivé en entrant dans un contre qui était précédé d'une vague minuscule, qui avait tendance à rappeler, mais qui était toute petite ! Impossible d'en sortir autrement qu'en abandonnant le navire et en le tirant à la nage ! Un peu plus tard, alors que son pilote s'était fait proprement éjecté, il s'est mis tout seul à surfer et à tournebouler dans une vagues, cette fois ci très puissante, qu'il est dure de surfer même en hydrospeed (il a encore fallu aller le chercher à la nage:D).

- Parcours en slalom : c'est là que ce bateau m'a beaucoup surpris, parce qu'il m'a permis de passer des enchainement de portes qui même en kayak ne sont pas toujours facile : bacs surfé, reprise, stop dans des contre-courant amont, portes décalé... une fois qu'on l'a en main, c'est un vrai régal.

Par rapport au kayak, les mouvements doivent être exagérés, notamment les gîtes. Il faut bien anticiper les dérapages quand on tourne. Bien prendre en compte la flottaison du bateau, qui est une alliée dans les remous mais une ennemie dans les vagues.
Aime ce que tu fais, fais ce que tu aimes. Depuis 20 ans, les Alpes et l'Europe à pied, à vélo, en kayak et sur la neige... https://treksandkayak.com/ (site pro)
share posté le 20 janv. mis à jour le 20 janv.

petit tetras
Etourneau
(87 messages)
Inscription : 23/02/10

Message privé
Pour conclure :

Point positif :

- Légerté (4kg), faible encombrement et facilité de mise en service.
- Facilité de prise en main pour un débutant, sur des parcours faciles.
- Capacité d'effectuer des parcours difficiles pour des kayakistes aguerris, après un temps d'adaptation.
- Équipé d'une jupe et de cales cuisses.

Point négatifs :

- Assise peu ergonomique et trop molle (mauvais calage des fesses)
- Pas de calage pour les pieds, ce qui est essentiel en eaux vives.
- Cales cuisse un peu trop souple.

C'est un bateau qui m'a un peu dérouté au début, mais qui m'a donné beaucoup de plaisir ensuite. Il a des vrais capacités de navigation en eaux vives. On peut être exigent avec lui, il est à l'aise même sur des tracés délicats et finauds. 

On peut sans soucis envisager des navigations en classe trois avec, que se soit en gros volume ou en rivière manœuvrière. La facilité de location et aussi un sacré plus, que ce soit pour un test ou pour une expé.

A votre dispo si vous avez des questions.

A+
Aime ce que tu fais, fais ce que tu aimes. Depuis 20 ans, les Alpes et l'Europe à pied, à vélo, en kayak et sur la neige... https://treksandkayak.com/ (site pro)
share posté le 22 janv.

Anthony
Sterne arctique
(124 messages)
Inscription : 19/08/15

Message privé
Salut !
Merci pour ce retour très détaillé, en véritable eaux vives :)
As-tu eu l'occasion de tester d'autres packraft dans des conditions similaires ?
share posté le 24 mars mis à jour le 24 mars

petit tetras
Etourneau
(87 messages)
Inscription : 23/02/10

Message privé
Bonjour

Il manquait à ce descriptif quelques photos pour présenter l'engin. C'est chose faite.
message image
message image
message image
Aime ce que tu fais, fais ce que tu aimes. Depuis 20 ans, les Alpes et l'Europe à pied, à vélo, en kayak et sur la neige... https://treksandkayak.com/ (site pro)
share(partager)
Remonter