Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Le voyage nature écoresponsable
Brève de "Tipi" 7
(partager)
posté le 24 déc. 2014

Nomade en mer
Etourneau
(81 messages)
Inscription : 26/07/10
Lieu : Namur
Belgique

Message privé
Me voilà installé dans la forêt afin d’y passer l’hiver, plusieurs mois de sédentarité débute pour mon plus grand bonheur.
Les prévisions météos annoncent un froid durable et enfin la neige, confortablement installé dans ma nouvelle tanière, la très spacieuse Kéron 4 GT de Hilleberg, je m’étonne encore d’être arrivé jusque-ici…
Mon environnement est optimal, une cabane de bois dispose de 2 toilettes sèches, une autre ouverte, dispose d’un emplacement et d’une réserve de bois sec pour le feu…
Hier, j’y ai fait le premier, je ne vous cache pas mon plaisir, quelques randonneurs purs et durs, les vrais, font parties de mon décors, certainement de nouvelles rencontres insolites en perspective…
Bien installé sous la tente, j’ai un plaisir fou à écrire, enfin les conditions sont réunies pour libérer les mots emprisonnés depuis tant d’années !
C’est d’autant plus facile que ma dernière acquisition, un petit Lenovo Miix 2.10 dont l’écran sert de tablette tactile rend l’usage de la technologie d’une facilité extrême. Dès qu’il est sur sa base qui peut également servir de clavier, il se connecte en quelques secondes à internet !
Grâce à mon partenaire Bewan.be, je dispose de la suite Office 2014, et de ce fait, je bénéficie d’une capacité de stockage de 1 T0 dans OneDrive entreprise et la synchronisation se fait automatiquement dans le Cloud…
L’autre énorme avantage du petit Lenovo est sa tension d’alimentation, 12 volts, avec une très faible consommation ce qui me permet de le brancher en directe sur mes batteries ! L’écran 10 pouces rétroéclairé même au minimum me suffit pour écrire sans autre source de lumière. Quelques heures de bonne luminosité suffisent aux panneaux solaires de 80+50 watts à recharger la batterie de 22 Ah LiFePO4 12V-22Ah (j’en ai 2 avec moi), tant sa consommation est faible. Je suis donc en capacité d’être à 100% autonome en énergie au rythme de 10 heures par jour sur mon joujou….
Un petit bijou de technologie qui tourne sous Windows 8.1 et qui dispose d’une mémoire SSD de 128Gbytes, fini les fragiles disques durs…
Côté réserve en nourritures, grâce à Viliam et son colis Bio de plus de 20 kg et mes derniers achats, tous Bio aussi, je devrais être autonome pour 2 mois au minimum, plus certainement… En plus du lac, une source d’eau fraiche coule à une centaine de mètres de mon campement, un luxe infini et encore un élément d’autonomie rencontré ….
Au niveau cuisson, je dispose d’une réserve de 5 litres de méthanol Bio pour alimenter mon P3RS (petit réchaud fait dans une cannette en alu) pour cuisine en toute sécurité sous la grande abside de la tente, l’autre possibilité étant la cuisine au feu de bois en extérieur… là aussi l’autonomie…
Au niveau couchage, mon ami Viliam m’a offert le jour de mon départ pour mon lieux de bivouac hivernal un nouveau sac de couchage Bergans dont la t° de confort est 0°, en glissant le mien à l’intérieur, (t° de confort +5°) je pense être en mesure d’affronter du – 15° sans trop de difficultés… sachant que j’ai toujours en réserve un sac à viande thermo lite qui ajoutera quelques degrés à l’ensemble !
Coté clopes, j’ai 120 grammes de tabac Bio (sans additifs) pour ma pipe, et ensuite une e-cigarette sans nicotine pour ma période de sevrage, je veux être libre, et voilà ma derrière chaîne à briser ! La liberté et l’autonomie n’ont rien à faire avec une quelconque dépendance….
Côté financier, la partie la plus difficile de l’autonomie que je tente d’atteindre, on y est presque….mais en tout cas, suite à ma décision de ne pas me rendre au rendez-vous fixé par l’Onem, la fin du chômage est annoncée…
Je vous avouerai qu’avec un peu de recul maintenant, c’est finalement plus une libération qu’autre chose, bien que je ne cherchais pas d’emploi, cela ne me posait aucun problème moral, vraiment aucun, et certainement pas la sensation de profiter de qui ou de quoi que ce soi !
Même si bien des situations et certains besoins seront plus difficiles à gérer, mon nouveau chemin de vie m’impose comme mode de fonctionnement l’Autonomie, la vraie, celle que je pense et écris avec un grand A, pas l’autonomie d’une randonnée à la journée ou à la semaine ou même d’une expédition de quelques mois …
Pour moi, l’autonomie n’a de sens que si elle totale, c’est je pense le seul défi de mon nouveau mode de vie….
Mais est-ce vraiment un défi ? Je ne le pense pas finalement, c’est plus selon moi un besoin d’indépendance, une recherche de liberté absolue, d’une vie sereine et paisible en harmonie et à l’écoute de soi.
Il m’aura fallu 6 longues années pour me désincarcérer du système qui m’était devenu nuisible, j’ai pour éviter au maximum certaines difficultés de santé fait le choix radical de me faire retirer les 26 dents qui me restaient, pour quitter mon obésité morbide, ultime refuge à l’époque de ma faillite, j’ai également fait un choix radical, celui du by-pass ! J’ai grâce à cette intervention chirurgicale lourde quitter rapidement mes 132 kg bien encombrant… mais si rassurant à l’époque…
Le médecin qui m’a opéré m’avait mis en garde, une fois votre convalescence terminée, faites du sport, marcher, faites du vélo, il ne savait pas à quel point j’en manquais !
Après quelques semaines, mes premières randonnées pédestres étaient au programme, d’autres à vélo, un aller-retour à Paris en partant de Namur pour visiter un ami, 3 jours aller et 3 jours retour (120-150-180km), j’ai vite, très vite retrouvé mes jambes. Une autre fois, c’était Namur à l’île de Bréhat en Bretagne, 1500km le long du littorale, longer la mer dont je ne peux me défaire, c’était pour moi comme un récompense, le pardon du corps que j’avais négligé tant et tant d’années, sur place, j’ai avec des amis venus me rejoindre, parcouru plus de 100km à pied le long du chemin des douaniers (GR34) le retour pour des raisons de congés c’est fait à mon grand regret en voiture.
Ensuite pour continuer à me remettre en forme, il y a eu en plus des randonnées dominicales, le tour des Glaciers de la Vanoise, sac à dos chargé à 32kg, le tout en autonomie, ensuite pour terminer l’entraînement j’ai réalisé l’entièreté de La Kungsléden, d’Abisko à Hemavan en passant par l’ascension du Kebnekaise pour rejoindre Nikkaluokta et d’autres ascensions et détours, soit + de 600 kms de bien être , sac à dos, dans les merveilleux espaces du Grand Nord Suédois.
Aujourd’hui mes kilos inutiles sont le souvenir d’une autre vie, celle d’avant, mon poids est stable depuis quelques années, 70kg essentiellement en muscles, souvent les gens me disent que je dois être fort ou costaud, moi je me sens proche de l’oiseau, pas bien costaud mais endurant comme lui, moi aussi capable de longues migrations... à la différence d’eux, je m’en vais au Nord, vers le froid que j’affectionne tant…
De toute façon l’hiver fera place à la douceur du printemps et avec lui je reprendrai ma route pour atteindre les fjords norvégiens dont je rêve, naviguer dans les Lofoten et remonter ainsi paisiblement vers le Cap Nord pour un autre hiver, d’autres rencontres et un autre livre
Aujourd’hui me voilà posé, libre de profiter de l’hiver à pleins poumons, je ne sais pas si je suis heureux, mais une chose est certaine, je ne me suis jamais senti aussi bien, aussi libre et paisible !
Je peux enfin profiter pleinement de mon voyage, je rêvais de ce moment de calme, jouir comme nul autre de ce privilège que je me suis offert un beau matin d’avril 2014, la vie en Nature me comble et contrairement à ce que l’on peut croire, je suis et reste dans Ma zone de confort perdu au fond de cette forêt de bouleaux qui jouxte le lac de Vattern, quelque peu sauvage sous les assauts des vents soutenus en cette saisons.
Toutes les conditions sont réunies pour m’abandonner durant de longs mois à ce besoin devenu obsédant lors de mes derniers kms de marche, l’écriture et la mise en forme de mon premier bouquin.
Vous n’imaginez pas le bien être que cela me procure, moi-même je découvre ce plaisir avec étonnement et puis il y a cette liberté infinie, celle de disposer du temps long, s’offrir le privilège de s’approprier le temps, sans contrainte d’horaire, sans pressions d’aucunes sortes, c’est pour moi un luxe rare, une qualité de vie que je n’échangerai avec personne pour tout l’or du monde.
Je n’ai jamais été aussi riche qu’aujourd’hui, et puis, toutes ces belles rencontres, ces cadeaux, ces amitiés offertes tout au long de mes errances, celles que seul ce voyage permet de faire, mais pourquoi tant de générosité et d’Amour ?
Est-ce statut « d’aventurier » qui suscite l’admiration, je ne le pense pas et pour en avoir souvent parlé lors de mes rencontres, le constat est souvent le même, c’est mon mode de vie d’homme libre fait qui fait envie, qui suscite le respect et l’admiration, bons nombres des gens croisés en rêvent, et de ce fait ont envie à leurs manières de participer, d’être acteur ou contributeur à mon nouveau chemin de vie. Certains aussi mon posé de belles et bonnes questions, faut-il avoir souffert pour trouvera le courage de partir ?
Bien des coups de pagaille et bien des kms ont été nécessaire pour trouver la réponse… à la différence des jeunes voyageurs, le nomade que je suis devenu est bien né d’une succession de mal être, de souffrances et de désespoir, lorsque l’on a tout perdu, bien des chaines sont déjà brisées et puis il y a eu la crise de 2008 qui ne pardonne aucune erreur, le moindre faux pas se paie comptant et puis à quoi bon résister à toujours plus de pression, une quinzaine d’années de vie « d’indépendant» vous use, vous vide de toutes énergies, pour survivre dans cet univers impitoyable où il faut être bon en tout pour survivre, il faut non seulement maitriser un savoir-faire, mais aussi être comptable, gestionnaire, visionnaire, stratège, commercial, juriste et j’en passe… je suis loin d’être bon en tout et quand bien même, vous manquer de temps et de recule pour tout faire correctement…
Alors oui, merci la crise, finalement libératrice, d’autant qu’en finale, l’objectif était d’offrir à mes enfants (j’en ai 3) le coup de pouce pour leurs permettre de mieux démarrer financièrement dans la vie…
Mais le combat était inégal devant la difficulté d’entreprendre fin 2007, je n’ai aucuns regrets en regard de ce que d’autres appel un échec, ou ma faillite, j’ai, je crois le mérite d’avoir tenté…
Oui, je le redis, merci la crise et ces années de réflexions qui ont suivis, où je retrouvais du temps pour réfléchir à ma vie, à mes envies et à mes besoins… rapidement l’essentiel est devenu évidence, simple…
Mes rêves d’enfant se sont retrouvés plus vivant que jamais, une lumière, le chemin du possible, là devant mon nez, à portée de mains… il fallait juste oser !
J’ai mis 6 ans à me préparer, à douter et à rêver ce mode de vie, vivre en Totale Autonomie en Nature, rêve fou !
Aujourd’hui, cette vie me comble au-delà de toute espérance, me reste à trouvera le bonheur tout au long de ce merveilleux chemin, mais j’y ai déjà trouvé la sérénité, la liberté et le bien-être, le bonheur sera la cerise sur le gâteau, et puis le bien être, le bien vivre c’est du concret, le bonheur n’est peut-être encore qu’un concept de nos sociétés dites modernes ? Je fini par le croire, parce que j’ai beau chercher, il ne me manque rien !
Entre les belles rencontres, marié avec Dame Solitude que j’ai plaisir à retrouver le plus souvent possible, elle aussi me comble, et n’a que peu d’exigence, discrète par nature elle est facile à vivre, d’une fidélité irréprochable elle accepte en tout amitié le hasard des rencontres de qualités, c’est d’ailleurs sa seule exigence à mon égard, des rencontres, oui, mais de qualités ! Pas bien compliqué, d’autant plus que soit, je suis un voyageur transparent, soit ma visibilité est extrême et de ce fait, je ne rencontre que des gens intéressants et intéressés par mon mode de déplacement et ensuite par mon projet de vie… je ne suis donc jamais déçu ! C’est l’autre aspect de ce voyage riche de mille sensations, la découverte et la rencontre d’hommes et de femmes merveilleux avec qui le partaget valeurs communes est aisé, dans la simplicité et la complicité.
Plus habitué à donner qu’à recevoir, il m’aura fallu un certain temps pour m’habituer et le vivre sans gêne, recevoir et accepter les présents n’était pas simple et suscitait à chaque fois un questionnement, pourquoi moi, pourquoi tant… pourtant je connais le plaisir d’offrir, comme ça, juste pour le plaisir… je découvre aujourd’hui le plaisir de recevoir… certains accompagnent leurs gestes de mots et me remercie d’avoir partagé un morceau de mon histoire, d’être libre pour eux…
A chaque fois je suis ému et troublé, c’est bien la première fois de ma vie que je fais rêver ou que je suscite l’admiration, quel privilège, quel cadeau… moi qui suis devenu Vagabond Voyageur en Nature !
Pendant que j’écris, le soleil fait une rare apparition, les panneaux solaires s’en donnent à cœur joie, le chargeur solaire donne le meilleur de lui-même pour stocker dans les batteries cette précieuse énergie, c’est à chaque fois un émerveillement, cette technologie me surprend à chaque fois en m’offrant l’autonomie qui m’est si chère…
C’est quelques rares moments d’ensoleillement donne à l’intérieur de mon campement, dont la chambre intérieur est jaune, une lumière qui me rappelle ces belles journées d’été sur les îles danoises, dont les couchés de soleil me manquent tant, ce spectacle majestueu que Dame Nature offrait chaque soir pour mon plus grand plaisir ! La contemplation, fait partie intégrante de mon voyage, profiter encore et encore de la beauté qu’offre notre si belle terre !
Une autre source d’émerveillement est ce petit Lenovo 2 en 1, à la fois ordinateur et tablette, dont la prise en main est rapide, facile pour écrire, peu énergivore et permettant une connexion internet rapide, là aussi il s’agit d’une belle Autonomie, se retrouver dans un bois connecter avec le monde entier ! Cela reste magique, la technologie au service de l’homme lorsqu’elle est bien utilisée est un enchantement, je vais bientôt m’essayer à la reconnaissance vocale pour tenter de libérer les mots avec plus de rythme, pas que je sois dans l’urgence, juste le plaisir d’expérimenter ce nouvelle outil à ma disposition.
Il est 15h00 la luminosité baisse déjà, je n’aurai pas quitté la tente aujourd’hui, cette tanière dans laquelle je me sens si bien, bien difficile aussi de quitté le plaisir d’écrire, que ma vie est douce et sereine, l’organisation pour un bivouac longue durée est facile, l’espace qu’offre la Kéron 4 GT est très confortable et permet de rationaliser le rangement, pour offrir un confort de vie optimal.
Un des facteurs déclencheurs de ce mode de vie, suite à la crise de 2008 est le résultat d’une réflexion sur mes futurs possibles et le constat était consternant et peu engageant, j’ai 53 ans, il me reste donc 12 longues années avant «la pension» où enfin je pourrais vivre sereinement mes passions… mais quel sera mon état de santé ? Chercher un travail, se faire saisir au-delà de 1050€, non ! Et puis pourquoi attendre pour profiter des dernières années de bonne santé… pour qui, pourquoi ? Et puis il me manquera toujours et ce quoi que je fasse bien des années de cotisation pour bénéficier d’une pension décente… d’après mes informations, j’aurai droit au minimum veilleuse complète je suppose par un complément du CPAS, soit un total comme isolé de +/-650€ / mois ! Sachant qu’une simple chambre d’étudiant avec partie commune revient à 350€ par mois, vivre ainsi où plutôt survivre, dans l’indifférence et l’isolement, non et non, très peu pour moi !
J’ai donc décidé de donner vie à mes rêves, sans attendre que le temps me dévore. Alors oui, merci la crise, merci au système de la finance folle, finalement c’est à la folie de ce début de siècle que je dois mon salut, que je retrouve une vie sereine ! Est-ce courageux, bien sûr que non, c’est plus un sursaut de lucidité qu’autre chose, une puissante envie de vivre, je rêvais déjà de cette vie enfant, j’étais bâtisseur de cabanes, c’était déjà des refuges de bien être, de petits havres de paix…
Mon amour pour la mer date de la même époque, lorsque gamin j’ai eu la chance de devenir capitaine à bord de mon Optimiste…
Il y a bien longtemps j’écrivais ceci…
« En préparant mon futur voyage, celui que je surnommai « ½ tour du monde en Kayak de mer » sur le forum des Carnets d’Aventures, je pris petit à petit conscience du pourquoi de ce départ. Cet appel irrésistible de mer, être en mer était devenu presque obsessionnel ! Je portais ce rêve en moi depuis que maman m’avait mis sur un Optimiste à mes 8 ans, je me rappelle très bien de mon père vociférant sur la rive, fais ci, fais ça, pas comme ça, choque, borde sort ta dérive et moi chantant dans mon bateau, j’étais sur l’eau, lui à terre…nous n’étions plus dans le même monde… J’étais Capitaine de mon navire, et seul maître à bord, causes toujours que je chantais doucement, s’agissait pas qu’il m’entende, tout navire rentre au port ! Merci maman de ces moments d’évasions, de liberté intense. Avec le recul, je l’imagine complice de la situation, j’irais même jusqu'à dire qu’elle devait fredonner la même chansonnette, rien de méchant de la part du père, il suffisait de suivre ses instructions pour que tout se passa bien. J’ai rapidement eu le sens du vent, la recherche de la moindre risée, pour gagner en vitesse, un œil toujours sur la voile, la recherche constante de la meilleure allure, que j’étais fier lorsque je dépassais les autres, tribord amure m’écriais-je à la bouée ! J’attendais les week-ends avec impatience en cherchant le vent dans les arbres, il n’y en avait jamais assez ! si trop léger pour maintenir le bateau dans sa bonne assiette, je me mettais une ceinture de plongée pour être plus efficace en rappel et si cela ne suffisait toujours pas, je mouillait mon gros pull de laine par-dessus ma combinaison de plongée, j’en avais mal au abdos, mais qu’importe l’Optimiste était au planning et moi le plus heureux des gamins ! Je participais à toutes les régates organisée en Belgique, ainsi qu’aux différents championnats nationaux, la voile immatriculée B2, et mon bateaux s’appelait Toutounix »
Et nous voilà 45 ans plus tard, mon plaisir est le même lorsque je navigue à bord de mon canoë chargé à plus de 200kg, plus de 800 kms parcourus depuis Hambourg pour rejoindre la Suède en longeant les côtés danoises, et en naviguant d’îles en îles… que de merveilleux souvenirs…
Je me réjouis déjà à l’idée de naviguer dans les fjords de Norvège, découvrir les îles Lofoten, évolué entre terre et eau, dans ces paysages majestueux, presque vierge…
Ma vie aujourd’hui est une succession de rêves, personne ni rien ne me fera changer ma route, ni mon errance de Vagabond Voyageur…
A moi d’être inventif pour subvenir aux besoins vitaux qu’est manger et de continuer à m’équiper… j’ai encore pleins de ressources à exploiter, de techniques à apprendre, inventer de nouvelles solutions, c’est aussi ça l’aventure…
Et puis cet autre rêve fou, celui de la fin de vie en Nature, j’y pense aussi, lorsque mon physique m’abandonnera, que vivre deviendra pénible, marcher difficile, naviguer impossible… je me suis promis une fin de vie digne, m’offrir un ultime cadeau, allez m’endormir sur la banquise, comme le faisait les esquimau, l’idée me plait…
Mais rassurez-vous je ne suis pas presser, j’aime à me réveiller chaque matin, j’ai encore bien des choses à vivre, de contrées à découvrir, de livres à écrire, tant de choses à explorer...
Et puis libre de tout, je dévore la vie comme personne, disponible et ouvert à tout… alors, bien des choses sont possibles, l’avenir heureusement n’est pas connu, pourquoi pas l’amour en chemin… une ultime cabane à bâtir, pourquoi pas ?
Rien n’est écrit à l’avance, le mystère de la vie reste fort heureusement entier, d’autant plus si la liberté fait partie intégrante de votre vie, tout redevient possible !

Nomade en Mer
Ni course, ni défi, ni extrême, Mais changer mon mode de vie… dans le respect de la nature et des hommes.Monture et Embarcation: Wheelie IV Traveller + remorque Cyclone, Canoë Nautiraid rando 450 et Windrider 17 :) En route pour Cap Nord, au départ
posté le 28 déc. 2014

Johanna
Milan noir
(441 messages)
Inscription : 06/05/06
Lieu : Chorges, Hautes-Alpes

Message privé
Merci beaucoup Frédéric pour ce texte authentique, vivant et touchant !
J'encourage ceux qui passeront dans ce forum à dépasser l'impression "gros bloc" de ce long message pour s'y laisser emporter et suivre le cheminement de vie de Frédéric qui l'a mené à ce voyage-mode-de-vie !
Profite bien et continue de nous donner des nouvelles et nous livrer tes pensées !
Vers l'infini et au-delà :-)
posté le 28 déc. 2014

mad
Oie des neiges
(594 messages)
Inscription : 06/07/07

Message privé
Salut Frédéric,
J"ai moi aussi beaucoup aimé ton récit et j'ai l'intention de t'envoyer un assez long mail !
Amitiés
mad
"Marche ou vogue ..." Embarcations : Quarter Tonner Dufour 1300, Doris, Nautiraid Expé 520, deux Hélios 380, Twist 1 Gumotex, canoë Old Town Discovery 158 - Présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=31931#p31931
posté le 01 janv. 2015

locololo
Martinet
(19 messages)
Inscription : 08/06/10

Message privé
bonjour ,

Récit émouvant .
Je vais profiter de ce jour pour te féliciter, t'encourager et te souhaiter de tenir tes projets, tes bonnes résolutions .
Santé et amour à toi

Que les vents te portent !
posté le 23 janv. 2015

Nomade en mer
Etourneau
(81 messages)
Inscription : 26/07/10
Lieu : Namur
Belgique

Message privé
Avant cet hivernage, pourtant ressenti depuis longtemps comme un besoin attendu, je ne pouvais imaginer à quel point il serait libérateur et bénéfique.
Voilà bientôt un mois que je profite comme jamais de cette nouvelle vie, que j’en prends pleine conscience, la forêt aujourd’hui désertée en semaine me procure l’isolement nécessaire.
Bien que momentanément sédentaire, pour autant mon voyage se poursuit dans d’autres contrées, plus intérieurs celles-ci !
Jalonnées de méandres, de vastes océans, de pleines arides, et de forêts luxuriantes.
De ces voyages, découvertes et rencontres naissent en chemin, une autre forme d’errance.
Cette solitude tant recherchée et si difficilement gagnée semble conquise et apprivoisée, ce chemin commun, souvent, se fait de nuit avec pour seul regard les ombres animées de ces géants qui cerclent mon refuge.
Solitude et nuit font bon ménage, j’aime cette douce ambiance où s’éveille en moi des lucioles imaginaires qui éclairent ma route.
Le temps long permet de vivre pleinement ces moments de vies, où passé et futur se conjuguent au présent, l’horloge où défilent, heures, minutes et secondes semble arrêtée, comme libérée du temps.
N’est-ce pas ça la liberté ?
Vivre au présent chaque instant, le ressentir, l’observer et le comprendre…
Ces moments de bonheur éblouissent mes nuits et éclairent mes pensées, tous devient simple, lumineux, le bien-être d’être soi.
De ces instants magiques où l’harmonie se décline en couleurs et libère la pensée.
N’est-ce pas cela le bonheur, la félicité ?
Voyages parsemés d’arc-en-ciel escaladés marche après marche, où de couleur en couleur on se libère des pensées formatées et de tout credo…
Sans besoin de combattre ou lutter, sans besoin de débattre ou composer, simplement le plaisir d’être soi, dans un environnement sain et naturel sans artifice.
Là… maintenant et tout de suite.
Nul besoin d’attendre ou de procrastiner…

Suite dans le bouquin…..

Nomade en Mer
Ni course, ni défi, ni extrême, Mais changer mon mode de vie… dans le respect de la nature et des hommes.Monture et Embarcation: Wheelie IV Traveller + remorque Cyclone, Canoë Nautiraid rando 450 et Windrider 17 :) En route pour Cap Nord, au départ
posté le 24 févr. 2015

Nomade en mer
Etourneau
(81 messages)
Inscription : 26/07/10
Lieu : Namur
Belgique

Message privé
Bonjour à toutes et à tous,

Fin avril début mai, je reprendrai ma route vers le Grand Nord, je quitterai ma zone d’hivernage par le port d’Hastholmen situé juste avant la forêt d’Omberg sur la côte Est du Lac de Vättern.



L’objectif étant de rallier les Iles Lofotens en Norvège pour septembre 2015 afin d’y passer l’hiver prochain au Nord du Cercle Polaire. La distance à parcourir essentiellement à bord du canoë avoisine les 2000 kms.



Trois jours de navigation sur le Lac de Vättern seront nécessaires pour rejoindre le dernier tronçon du canal de Göta à l’entrée de Motola et ainsi rejoindre SöderKöping dernière ville avant de retrouver la Mer Baltique.



Mer que je quitterai rapidement pour rejoindre Söderlälje en vue de rallier Stockholm. Via la Mer d’Åland je rejoindrai les Iles finlandaises de Åland.
Une bonne vingtaine de jours de navigation seront nécessaires pour rejoindre les côtes de Finlande et parcourir ainsi les 550 kms qui m’en séparent.



L’objectif sera de longer les côtes de Finlande jusqu’aux Iles à l’ouest de la ville finlandaise de Waasa pour ensuite en traversant le Golfe de Botnie et ainsi rejoindre Uméa en Suède, distante de 550 kms des l’Iles Åland.
D’Umeá je poursuivrai la route en mode pédestre pour parcourir au travers de la Suède les 550 kms qui me séparent de la ville de Rognan en Norvège.

De Rognan, je reprendrai la mer en direction de Bodø et ensuite les l’Iles Lofotens.

Ni course, ni défi, ni extrême, Mais changer mon mode de vie… dans le respect de la nature et des hommes.Monture et Embarcation: Wheelie IV Traveller + remorque Cyclone, Canoë Nautiraid rando 450 et Windrider 17 :) En route pour Cap Nord, au départ
posté le 25 févr. 2015

aerodynamics
Hirondelle
(12 messages)
Inscription : 08/02/15

Message privé
Superbe récit, superbe projet!! ça inspire ...

(ps : on se croisera peut être aux lofotens en septembre :) )
posté le 25 févr. 2015

Sesska
Martinet
(33 messages)
Inscription : 23/02/15

Message privé
aerodynamics :

Superbe récit, superbe projet!! ça inspire ...


pas mieux, ce ''gros et très beau pavé'' atterrit à un moment de gros questionnement métaphysique d'ordre d'orientation générale... et me donne le sourire depuis la grisaille de ma cage-bureau...

admiration, un peu... respect bien sûr... jalousie pas du tout, mais beaucoup de bienveillance et de bonnes pensées par rapport à toi et ta belle aventure!

ici, dans la campagne tranquille de la France du milieu, les loups sont revenus cette année, un jour on les suivra aussi ]:D
(partager)
Remonter