Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Le voyage à pied
Premier départ, première marche : le pèlerinage de Compostelle. 11
(partager)
posté le 05 juin 2011 mis à jour le 05 juin 2011

Nathanaelle
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 05/06/11

Message privé
Bonsoir à vous tous,

Il est toujours assez difficile de commencer, surtout en n'ayant véritablement aucune vraie question à poser. Ceci dit j'aimerais bien avoir vos avis sur ce que je vais dire.

Je vais tout d'abord me présenter. Nathanaelle 19 ans. Bac littéraire en poche, de mon sud natal je monte à Paris. Premier semestre d'hypokhâgne placé sous le signe d'une prise de conscience. La pédagogie par la terreur ? Non, je n'y ai jamais cru. Dissection d'un texte ? Non, je n'y ai jamais cru. Réorientation. Fac de lettres. C'est donc ça la passion de la littérature ? Seigneur dans quel monde ai-je foutu les pieds ...

Donc vous l'aurez compris, je suis une passionnée de littérature. Hélas le système tel qu'il est ne me convient pas. Je dois bien l'avouer aussi, je ne suis pas quelqu'un de particulièrement stable...

Voilà le sujet qui m'amène ici...

Etant totalement dans l'impasse de vieilles aspirations passées me reviennent au coeur. Tiens : partir, marcher, se perdre pour se retrouver. Me voilà en plein préparatif pour Compostelle.

Mais ...

Je n'ai jamais fait de randonnée. Je n'ai jamais campé. Je ne marche pas. Bien entendu je compte m'entraîner avant de partir. Seulement je ne peux pas occulter toutes les remarques de mes proches sur le fait qu'une telle aventure nécessite un minimum de connaissance et de pratique. Et la fameuse remarque : "Et après Compostelle que comptes-tu faire?" m'étrangle un peu ...

Tout ce que je sais c'est que je ne veux pas faire partie de tous ces gens qui subissent une vie qui ne leur convient pas. Je ne veux pas me bourrer d'anti-dépresseur pour tenter d'oublier que je ne supporte pas l'existence. Alors voilà je me suis donnée cette chance de partir, de me retrouver je l'espère ...


Merci à ceux qui auront lu jusqu'à la fin et bonne route à tous ...

PS : Si jamais vous avez des conseils ... :)
posté le 06 juin 2011

remy40
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 04/06/08

Message privé
De nombreuses personnes de ta génération ont la même réflexion que toi donc pas d'inquiétude ;)

Pour ton projet de marche jusqu'à Compostelle, c'est un beau projet qui devrait t'apporter beaucoup de choses. Je ne peux pas trop te donner de conseils n'ayant jamais marché aussi longtemps (uniquement des randos de 2-4 jours), à part de bien écouter ton corps. S'il te dit qu'il est fatigué, alors repose toi. C'est la meilleure façon d'arriver au bout je pense.

A part ça, essaie de t'alléger au maximum. Plus tu marcheras léger, plus ta balade serait agréable et moins ton corps en souffrira. Ma toute première rando, j'avais 25kg sur le dos pour 3 jours en autonomie totale, dur dur ... Maintenant j'ai plutôt autour de 10kg et j'aimerai descendre encore plus bas. Et déjà, entre 25 et 10kg c'est le jour et la nuit !

Dernier conseil: n'écoute pas trop les remarques de tes proches si elles t'incitent à abandonner tes projets. Prends plutôt celles qui t'encouragent ;) Et puis, pour le retour, tu verras bien à ce moment là, tu auras eu du temps pour y réfléchir non ? ;)

N'hésite pas à poser des questions pour tes préparatifs.

Bon préparatif et bon voyage !
posté le 06 juin 2011

Nathanaelle
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 05/06/11

Message privé
Merci beaucoup de m'avoir répondu !
Oui, on a l'air tout de même assez nombreux à se poser les mêmes questions !

Je vais m'écouter moi et puis je verrais bien ...

Oui pour le sac à dos je vais essayer de ne pas trop me charger pour ne pas trop souffrir.

Et puis Seigneur, je verrais bien ce que la vie me donne !
posté le 06 juin 2011

Oscar
Etourneau
(74 messages)
Inscription : 16/06/08

Message privé
Pour une telle marche, un entrainement physique n'est pas trop nécessaire. Il convient tout de même d'avoir au moins fait une rando de quelques jorus auparavant pour tester le matériel, et pouvoir l'adapter avant de partir. Le secret, bien évidement, est de partir léger. Pour le reste, ça ira toujours : le sentier est bien balisé et emprunté par des milliers de personnes chaque année, il y a des dizaines de guides le décrivant.

Par contre, partir marcher 2 mois ou plus ne résoudra pas la question de savoir quoi faire en revenant, et je t'incite à bien y penser avant. En effet, le passage à vide après une longue sortie, un peu hors du temps, peut être vraiment très difficile mentalement si tu n'as pas prévu ton retour, et surtout ta vie après la marche.

Occulter cette question ressemblerait plus à une fuite, et il ne faudrait pas que tu retrouves tes problèmes actuels décuplés en rentrant, et tes interrogations sans réponses.

Bonne marche.
Quelques récits de mes randos dans ma présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=48159#p48159
posté le 06 juin 2011

remy40
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 04/06/08

Message privé
Je trouve quand même que c'est plus facile de réfléchir à l'après périple durant le périple que quand on a la tête dans le guidon au boulot ou dans les études, mais après ça dépend de chacun :)

Ce qui est sur, c'est qu'il faudra y réfléchir à un moment donné :D
posté le 06 juin 2011

Oscar
Etourneau
(74 messages)
Inscription : 16/06/08

Message privé
remy40 :
Je trouve quand même que c'est plus facile de réfléchir à l'après périple durant le périple que quand on a la tête dans le guidon au boulot ou dans les études, mais après ça dépend de chacun :)

Effectivement je pense comme toi que ça dépend de chacun. Moi, quand je pars "longtemps", j'aime bien avoir l'esprit libre et ne pas avoir à penser à gérer le retour. Pour cela, il me faut donc le faire avant. Sinon, pendant ma rando, ça me gâche un peu celle ci de réfléchir à des problèmes "logistiques" hors rando.

Mais peut être que d'autres fonctionnent autrement, et ont besoin de provoquer la rupture pour pouvoir commencer à envisager autre chose.

Je tenais surtout à signaler que, pour certains voyageurs, le retour est quelquefois très difficile, et qu'il est rare que des problèmes laissés derrière soit se résolvent par magie en notre absence.

Je trouve très bien de vouloir partir, mais pas comme une fuite. Comme une pause, un interlude, une respiration. Mais je n'envisage pas de partir comme une fin en soi. Surtout pour quelqu'un qui ne semble pas avoir d'expérience dans le domaine.
Quelques récits de mes randos dans ma présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=48159#p48159
posté le 07 juin 2011

catli
Papillon monarque
(3 messages)
Inscription : 29/03/11

Message privé
Bonjour,
c'est un trés beau projet que de faire Compostelle.
En ce qui concerne le côté "marche", il faut se préparer correctement avant d'envisager de faire le chemin dans sa totalité.
Quelqu'un qui est sportif un minimum au quotidien n'a pas besoin de se préparer spécialement mais d'aprés ce que tu dis, tu ne marches pas.
Pour un randonneur le chemin est trés facile. J'ai fait le Puy Fisterra en 2005 et n'ai pas eu de difficultés particulières mais j'ai croisé des gens qui souffraient vraiment et étaient en galère.
Il faudrait que tu marches plusieurs fois par semaine avant de partir et bien faire tes chaussures et surtout avoir un sac léger.

Pour le côté spiritulel, il se passe plein de choses sur le chemin; Comme dans la vie, il y a des hauts et des bas mais il faut toujours avancer.

Ne laisse personne te dissuader de faire le chemin mais prépare toi bien physiquement.


Quand comptes-tu partir et d'où?
posté le 07 juin 2011

Nathanaelle
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 05/06/11

Message privé
Merci pour toutes ces réponses !

Pour répondre à Oscar je dirai qu'effectivement mon projet ressemble à une fuite. Disons que c'était soit Compostelle soit l'hôpital, j'ai fait mon choix...
Les choses ne vont certainement pas se résoudre par miracle mais me retrouver seule, face à moi-même avec toutes les difficultés que cela suppose me fera, je pense, le plus grand bien.

De toute façon j'ai arrêté mes études et cela bien avant de faire le choix de partir. Si jamais le retour est très difficile, là oui, je pourrais opter pour l'hôpital. Je préfère garder cette solution pour l'urgence.

Pour répondre à Catli, je compte partir mi août d'Arles. & je prévois un mois "d'entraînement" parce que sinon comme tu le dis je vais vraiment souffrir ...

Stevenson disait "le dehors guérit" ... J'ai vraiment envie de croire en ce bonhomme !

PS : Rémy, je pense que j'y réfléchirai pendant...
posté le 08 juin 2011

remy40
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 04/06/08

Message privé
en tout cas, le dehors et le temps de la réflexion font beaucoup de bien, ça c'est sur :)
posté le 13 juin 2011

Saint Jacques
Papillon monarque
(1 messages)
Inscription : 13/06/11

Message privé
mais allez y jeune fille !
L'entrainement se fait en marchant, pas la peine d'en faire plus
Il faut partir doucement, et léger. Vous allongerez les étapes au fur et à mesure.
Méfiez-vous des dragueurs. Les jeunes filles comme vous sont alléchantes et il y a de sombres histoires qu'on ne raconte pas trop mais qui sont bien réelles.
Bonne route
posté le 13 juin 2011

G.O_
Etourneau
(58 messages)
Inscription : 09/11/06

Message privé
Bonjour,
Nous aussi nous parcourons le chemin vers Compostelle, en famille, à notre rythme et par étape.
Nous venons de Bretagne, nous avons déjà fait du Finistère à Nantes par un chemin atypique.
http://memepaspeur.over-blog.com/article-6592873.html
Pour l'étape suivante, Clisson Bordeaux nous cherchons le topo qui correspond. Visiblement il y a un manque de publication sur ce tronçon.
Sportivement
G.O!
posté le 01 sept. 2011

Sidney Colvin
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 30/08/11

Message privé
j'espère que ta fuite a été toute une réussite.. Ça m'a rappelé le vers de Rimbaud "Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées". J'ai fait hypokhâgne-Khâgne à Chaptal, Paris, et je conseille vivement de faire une hypo. Moi aussi j'étais réticent, je séchais énormément de cours, mais en fin de compte, quelques années plus tard, je suis sûr que ça m'a servi à quelque chose, et même à beaucoup. Cela dit, bien qu'ils te diront que c'est bien d'être original au niveau de la réfléxion et de l'écriture, le système fait que ce ne soit pas exactement vrai. Conseil: garde toujours ta lecture des textes, et surtout garde le plaisir de la lecture car en prépa beaucoup d'étudiants le perdent.

Voilà, bonne continuation!
Ce petit livre raconte un voyage qui me fut aussi agréable que bienfaisant.
(partager)
Remonter