Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
Saint Jaques de Compostelle partie 2, le Camino Francès 2006
(partager)
posté le 28 mars 2011

senechalmontagne
Sterne arctique
(162 messages)
Inscription : 29/03/08
Lieu : 38460 MOIRANS

Message privé


Logiquement, le chemin se poursuit, après celui du Puy, par le chemin en Espagne, le chemin Français...

Jour 30 (10/07/2006): Saint Jean Pied de Port (HUNTO) - Roncevalès

Dénivelée positive: 1071 m
Dénivelée négative: 626 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 6h40
Km: 21,5 ; Nombre de kilomètre parcourus : 737,3
Météo: mer de nuages / Soleil

Superbe journée qui commence par une montée dans le brouillard, puis en passant au-dessus, par une mer de nuages époustouflante. Le chemin continue ensuite entre montées et horizontales, avant de passer à 1400 m d'altitude le col. Une dernière descente raide et c'est Roncevaux. (Nathalie nous quitte à 16h pour la France)...Après deux bières, c'est l'installation dans le dortoir de cent places (en lits superposés), dans une immense salle voutée ; Tout le monde y est regroupé sans distinction de sexe. Il y a une mère et ses trois filles, une japonaise, des italiens bien sympa qui joue les « kakous » après leur victoire hier contre la France en final de la coupe du monde de football, un groupe de Guides (jeunes filles scouts) aux poitrines imposantes ; et Claude, rencontré durant la descente qui se joint à nous demain. Quand à moi je tiens plutôt la forme.



Jour 31 (11/07/2006): Roncevalès – Larrasoaña - Villava

Dénivelée positive: 727 m
Dénivelée négative: 1234 m
Nombre de descentes: 3
Horaire: 9h52
Km: 37,5 ; Nombre de kilomètre parcourus : 774,8
Météo: couvert / beau

Superbe étape dans les contreforts sud des Pyrénées. Partis de nuit à 5h40, car tout le monde commençait à se réveiller à 5h. La première partie sous les bois de nuit, puis deux petits villages, dont le premier Burguete, éclairé par des lanternes. On zig-zague entre les rivières, crêtes, vallées, pour retrouver Espinal. C'est ensuite Zubiri, Larrasoana et Villava terme de notre étape. L'ambiance est bonne enfant entre cyclistes et leur problème de crevaison mais qui foncent comme des malades et pédestres comme nous. Le soir, c'est dans un resto au premier étage, dans une ambiance typiquement espagnole, que nous terminerons la soirée...



Jour 32(12/07/2006): Villava – Pamplona – Cizur Menor – Zariquiegui – Puente la reina – Mañeru - Cirauqui

Dénivelée positive: 733 m
Dénivelée négative: 653 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 8h51
Km: 35,8 ; Nombre de kilomètre parcourus : 810,6
Météo: chaud 41°C et brise

magnifique étape par des chemins empierrés de Navarre où les couleurs ocres contrastent avec un temps ensoleillé et nuageux. A la fin de la journée, les 41°C de température chaufferont les pas.

Après le départ à 5h25, un thé et des biscuits au beurre, nous traversons les faubourgs de Pamplona, puis le centre, qui après une nuit de fête (du 10 au 14 juillet), se réveille et se prépare pour les courses de taureaux au milieu de la ville. L'ambiance y est encore très festive, et les quelques bars encore ouverts permettent à des jeunes bien éméchés et bien fatigués, en pantalon blanc, chemise blanche, foulard et ceinture rouge (la tenue basque traditionnelle), de boire encore un petit coup!Les espagnoles sont belles.

On quitte peu à peu Pamplona, pour monter au milieu des champs fauchés ou non, vers un col, au milieu d'une crête couverte de tout côtés par des éoliennes. Le franchissement est en plein vent, et l'occasion d'une photo au milieu de figurines de métal. Au loin, vers Pamplona, le paysage d'une beauté inouïe, se perd dans l'infini de ces collines aux couleurs ocres...De l'autre côté, la platitude est de mise. Toujours colorés, de petites collines plus basses, des villages épars, ponctuent le paysage. Nous descendons et sa platitude se fait plus présente. Champs d'asperges, d'oliviers, amandiers. Obaño et sa splendide église, sera bientôt le théâtre d'un spectacle. Nous passons un porche et rejoignons Puente la Reina, village touristique, avec un superbe pont. A la majorité (sauf une voix, la mienne) nous continuons vers Cirauqui, en plein cagnard !!!Nous passons un pont, puis montons 200 m sous une chaleur juste aérée par une petite brise. Un premier village : Mañeru et Cirauqui se dessine au loin, entourant une colline. Magique ! Les 41°C sont atteint et c'est dans un gîte privé, calme, frais que nous nous installons. Demain réveil à 4h...



Jour 33 (13/07/2006): Cirauqui – Estella – Irache – Villa Mayor de Montjardin – Los Arcos


Dénivelée positive: 686 m
Dénivelée négative: 730 m
Nombre de descentes: 3
Horaire: 9h14
Km: 35,9 ; Nombre de kilomètre parcourus : 846,5
Météo: beau 38°C

« Quel est le C...(censuré) qui à réglé les cloches de l'église pour deux heure du mat tous les ¼ d'heure !!! »Donc après une nuit un peu bouffée par les bestioles, et surtout par cette cloche à répétition tous les ¼ d'heure, accompagné par l'oiseau du coin (comme en Grèce), on se lève à 4 h du mat. Petit dej rapide, et c'est à la lumière de la pleine lune, que nous entamons notre périple de ce jour. Les senteurs du sud se font sentir, et je retrouve un peu du Péloponnèse au fur et à mesure que les oliviers de dessinent. Petit à petit, le soleil faisant son oeuvre, les prairies et les collines, passent de couleurs sombres à pastelles colorées, vivantes, tel qu'on peut les imaginer en Espagne, au Maroc. L'influence du sud, de l'Afrique, se fait sentir. Après 16 km, Estella et vite traversé pour rejoindre le monastère d'Irache et sa fameuse cave à vin. Le monastère attire naturellement maître Yoda (jean-Jacques) et ce n'est qu'à Villamayor de Montjardin que nous l'attendrons à l'ombre du clocher de l’église romane, qui se détachait depuis déjà longtemps au milieu des champs. Ensuite les 14 km restant seront vallonnés jusqu'au bout, au milieu d'un bon cagnard ; Jusqu'à Los Arcos, qui comme le guide le dit bien à un air de « Bagdad Café », posé au milieu des collines ocres.



Jour 34 (14/07/2006): Los Arcos - Logroño

Dénivelée positive: 452 m
Dénivelée négative: 516 m
Nombre de descentes: 3
Horaire: 6h15
Km: 28,2 ; Nombre de kilomètre parcourus : 874,7
Météo: beau 31°C

Belle journée avec un super lever de soleil sur les champs légèrement ondulés... Un petit village au charme sympathique, qui comme à l’habitude depuis que nous sommes en Espagne, sont principalement situés sur une colline qu'ils entoure. Ensuite, de vallons en vallons, nous rejoignons peu à peu Logroño. Arrivés à 12h30, il nous faut faire la queue en file indienne (surtout les sacs), pour avoir une place. En une demi heure nous voilà installés dans un dortoir de 18 places, climatisé à 16°C. Après une visite à 18h30 d'une partie de la ville, je rentre ranger le matos. Resto sympa et dodo...



Jour 35 (15/07/2006): Logroño - Azofra

Dénivelée positive: 554 m
Dénivelée négative: 395 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 8h29
Km: 34,6 ; Nombre de kilomètre parcourus : 909,3
Météo: chaud / variable beau 38°C

Journée sous le signe du moyen. Les paysages se dessinent le long de la nationale 120, que l'on longe pendant un bon moment. Le bord des chemins, qui longe celle-ci est d'ailleurs bordée de grillage parsemé de Croix en bois. L'histoire raconte qu'une pèlerin, se serait fait fauché par une voiture à coté. Le début de la journée passe par un lac que nous contournons, et là nous servons de petit déjeuner aux différentes sortes de moustiques et leur cousins...Nagara atteint, nous continuons à Azofra, 1h30 plus loin, en plein cagnard.



Jour 36 (16/07/2006): Azofra – Villamayor del Rio


Dénivelée positive: 570 m
Dénivelée négative: 350 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 7h57
Km: 32,9 ; Nombre de kilomètre parcourus : 942,2
Météo: chaud

Vous connaissez les punaises?! NO COMMENT !



Jour 37 (17/07/2006): Villamayor del Rio – San Juan de Ortega

Dénivelée positive: 508 m
Dénivelée négative: 294 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 6h42
Km: 29,9 ; Nombre de kilomètre parcourus : 972,1
Météo: chaud

Journée « bof ». Grosses chaleurs, l'arrivée à San Juan de Ortega par la forêt à 1000 m d'altitude est belle, mais longue est chaude. San Juan est un monastère construit aux alentours de 1100. Il garde son cachet Roman. Simple, dépouillé, comme devrait être toutes les églises.



Jour 38 (18/07/2006): San Juan de Ortega - Burgos

Dénivelée positive: 175 m
Dénivelée négative: 313 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 7h20
Km: 21 ; Nombre de kilomètre parcourus : 993,1
Météo: beau / nuageux

La journée, belle dans son ensemble, commence par un chemin en forêt, de nuit, à 5h25 du matin, en partant du petit monastère où nous avons passé la nuit. Après un petit village, puis une montée d'où nous voyons Burgos à 15 km de là, nous redescendons à travers champs en direction de la ville. La meseta, immense désert de champs, plats, se fait sentir. Après le franchissement d'un pont qui traverse l'autoroute, c'est quatre kilomètre de zone industrielle, puis la banlieue et enfin le centre de Burgos. L'après-midi, après l'installation dans l'auberge de pèlerin dans le parc à deux kilomètres du centre, sera consacrée à visiter la cathédrale si belle, toute sculptée en dentelle, avec des retables extraordinaires Le soir : averses mais il fait chaud.


Jour 39 (19/07/2006): Burgos - Castrojeriz


Dénivelée positive: 309 m
Dénivelée négative: 363 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 8h55
Km: 37,9 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1031
Météo: couvert / beau 28°C

D'accord, d'accord,on à fait deux étapes en une ! Mais bon, faisait pas trop chaud et puis j'avais la pêche !!! La Meseta que nous allons suivre durant plus ou moins 200 km, c'est plat avec quelques collines et quasi aucun arbre. Des champs de blé, de foin et de graminées à l'infini. Au milieu, Hornillo del Camino, se situe dans une petite vallée que nous rejoignons en descendant. Superbe, avec ses maisons en tuf !!! Puis à flanc de colline en suivant une route, nous rejoindrons le monastère roman de San Anton. La route passe d’ailleurs sous une de ses arches. Puis la route droite, permet de rejoindre la halte du jour, au pied d'une colline dont les restes d'un château à son sommet domine toute la Meseta.



Jour 40 (20/07/2006): Castrojeriz – Población de Campos

Dénivelée positive: 279 m
Dénivelée négative: 302 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 7h18
Km: 29,2 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1060,2
Météo: chaud

De Castrojeriz, réveillé plusieurs fois à cause d'un ronfleur et de douleurs dentaires diffuses, nous partons à 5h45. Une descente pour rejoindre la vallée, une superbe montée pour rejoindre un plateau aussi vite descendu, en plein vent. Ensuite c'est plat sur des kilomètres ; Nous rejoignons le Rio Pisuerga que nous traversons grâce à un superbe pont. Pause café. On suit ensuite un canal, jusqu'à Fromista, aux superbes écluses. Puis c'est trois kilomètres de ligne droite longeant la route sur un chemin balisé de coquille Saint Jacques symbolisé avec des traits, à chaque intersection. Nous rejoignons l'auberge en allant chercher la clef à un bar .



Jour 41 (21/07/2006): Población de Campos – Calzadilla de la Cueza

Dénivelée positive: 140 m
Dénivelée négative: 62 m
Nombre de descentes: 0
Horaire: 7h16
Km: 32,4 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1090,6
Météo: beau / chaud

Une longue ligne droite, telle pourrait être le résumé de cette journée, dans une meseta plate, sans quasi aucun relief. La première partie, jusqu'à Carrion de los Condes, suit, pendant plus ou moins 15 km la route en dodelinant vaguement. Marrant les trois derniers kilomètres, nous rencontrons des espagnoles, se baladant sur le chemin sans rien ! Après Carrion, et deux kilomètres de bitume, c'est plus ou moins 15 km tout droit, au milieu des moucherons et de quelques vagues plantations. Le village, où nous arrivons pour la nuit, se verra d'abord par son clocher en hauteur. Le village lui-même, plus en contre-bas, ne se verra que cent mètres avant d'y arriver. Le gîte et avec piscine et ronfleur GRRRRR !!!



Jour 42 (22/07/2006): Calzadilla de la Cueza – Calzadilla del Coto


Dénivelée positive: 191 m
Dénivelée négative: 238 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 7h
Km: 29,7 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1120,3
Météo: grand beau

Nuit...pas paisible ; Mister swing m’a empêché de me reposer. Cet allemand ronflait en séquence toutes les heures, avec des décibels équivalents au décollage d'une fusée Saturne V pour la lune. Je m'installe dans le dortoir fermé en haut, mais j'ai besoin de ¾ d'heure pour me ré endormir. 4H45, le réveil sonne trop tôt ! En ¾ d'heure de préparation, à 5h30, nous partons. En évitant le détour du GR qui passe par le bar. S'en suit un sentier en bordure de l'autoroute et qui, jusqu'à Sahagũn, va dodeliner. Entre temps, la pause traditionnelle, va permettre de remettre la machine en route. Ensuite c'est de la nationale jusqu'à notre gîte, municipal, au look pas top et à la propreté moyenne en arrivant. Heureusement le nettoyage fait par la dame du bar, aura raison de cet inconvénient !



Jour 43 (23/07/2006): Calzadilla del Coto – Mansilla de la Mulas

Dénivelée positive: 138 m
Dénivelée négative: 151 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 7h25
Km: 32 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1152,3
Météo: chaud / beau

Beau mais monotone. Après le départ de ce matin, et une nuit correcte (un toutou à pleuré car ils arrosaient), c'est en pleine nuit que nous suivons un chemin large, en plein milieu des champs. Après de vagues dodelines, une mini foret pendant trois kilomètres avec des arbres de ¾ m de haut, genre chênes ; Enfin, en suivant une ligne de chemin de fer, vingts kilomètres de ligne droite pour arriver à notre étape du jour, en plein cagnard et en suivant d'anciennes bornes qui au final ne nous font pas passer par Reliegos. Ville sympa mais bruyante et toujours ces espagnols exubérants. Anecdote marrante : on a beau être au milieu de nulle part, on à quand même des surprises, tel ce chien qui nous aboie alors que nous marchons...


Jour 44 (24/07/2006): Mansilla de la Mulas - Leon

Dénivelée positive: 130 m
Dénivelée négative: 108 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 4h17
Km: 18,7 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1171
Météo: chaud / beau

Étape droite, au milieu des champs, sans vraiment d'intérêts si ce n'est la traditionnelle pause café.




Jour 45 (25/07/2006): Leon – San Martin del Camino


Dénivelée positive: 212 m
Dénivelée négative: 167 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 6h44
Km: 25,1 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1196,1
Météo: chaud / beau

Ce sont des étapes transitions, que nous faisons actuellement, sans vraiment d'intérêts, en longeant la N120 qui va jusqu'à Santiago. Aujourd'hui, pendant près de dix kilomètres, c'est la banlieue d’après Leon. Nous rejoignons San Martin del Camino, désert à cause de la Saint Jacques, où dans une ambiance cool et décontracté, accompagné de bonnes bières, nous terminerons la journée à la table du diner, de la famille qui gère cet albergue de Peregrinos !



Jour 46 (26/07/2006): San Martin del Camino – Hospital de Orbigo – Astorga – Murias de Rechivaldo


Dénivelée positive: 204 m
Dénivelée négative: 178 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 8h39
Km: 28,4 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1224,5
Météo: chaud / beau

Étape un tantinet fatigante ; La traversée du pont de Hospital est à noter d'une croix. On rejoint Astorga , où grâce à un dentiste hyper sympa et son assistante, me re-cimente ma dent. Je rejoint l'albergue du jour avec son patio. Le soir discussion passionnante avec Luc, jeune prêtre catholique. Pâtes et dodo.



Jour 47 (27/07/2006): Murias de Rechivaldo – Rabanal del Camino – Riego de Ambrơs

Dénivelée positive: 715 m
Dénivelée négative: 684 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 8h30
Km: 36,4 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1260,9
Météo: couvert/ beau

Étape de Montagne, qui commence avec une partie bien plate, pendant plus ou moins dix kilomètres et qui va progressivement monter jusqu'à la Cruz del Fero à plus de 1500 m d'altitude. Cela redescend et remonte à 1510 m, après une petite descente. Une tendinite aidant, je redescend cool sur Riego de Ambros où nous nous installons.


Jour 48 (28/07/2006): Riego de Ambrơs – Villafranca del Bierzo


Dénivelée positive: 417 m
Dénivelée négative: 864 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 8h
Km: 37,6 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1298,5
Météo: grand beau

Étape en solo, magnifique, longue. Elle commence par une longue descente jusqu'à Molinaseca, rejoint quasi de nuit, au milieu d'une ambiance très grecque. Tout ici invite à la détente. La traversée de Pontferrada, est quand a elle quasi sans intérêt, surtout avec les travaux de voirie en cours. Ensuite, via Componaraya, Carabelos, c'est du dodelinage au milieu des vignes, de plus en plus dans une ambiance montagne. A Pieros, un papy du coin me donne trois belles prunes délicieuses et sucrées en me souhaitant bon voyage. A travers les vignes, puis dans un creux à l'opposé de ce que je pensais, je rejoint l'albergue municipale. Claude arrive. Courses, on mange avec Luc le prêtre français.



Jour 49 (29/07/2006): Villafranca del Bierzo – Pradela – O Cebreiro


Dénivelée positive: 1269 m
Dénivelée négative: 532 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 8h31
Km: 32,9 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1331,4
Météo: beau

Belle journée mais fatigante. De Villafranca, avec Xavier un jeune français, qui devait faire le mur de son gîte pour me rejoindre, nous allons sur les crêtes qui surplombent la vallée . De là, en dodelinant on arrive a Pradela, petit village où l'on à la chance de croiser un couple de retraités qui retourne la terre de leur culture avec une haraire tirée par deux bœufs. Juste le temps de boire un café, nous descendons rejoindre Karine et reprenons l'itinéraire normal. A 10 km de l'arrivée je lâche Xavier dans la dernière montée en plein soleil, rencontrons ça et là des vaches. Arrivé à O Cebreiro, petit village sur la crête, je retrouve le groupe, qui lui va continuer, à cause du monde. Ce que je ne fais pas, trop fatigué.



Jour 50 (30/07/2006): O Cebreiro – Tricastela - Samos


Dénivelée positive: 439 m
Dénivelée négative: 1193 m
Nombre de descentes: 4
Horaire: 6h59
Km: 30,6 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1362
Météo: beau / chaud

Étape seule, les copains étant partis de plus loin. C'est dans une ambiance sauvage, due au brouillard et au crachin que je rejoint Tricastella. En pleine nuit je photographie la statue du Pèlerin Descente sous la pluie drue jusqu'à Tricastella. Après 3km de route en partant sur la gauche, le chemin en zig zag passe par de nouveaux petits villages typiques, des fermes typiques, de nouveau au soleil, avant de rejoindre Samos et son monastère Baroque. Nuit dans un dortoir comme celui de Roncevales. Nous retrouvons d’ailleurs Luc, après qu'il ait fait une étape de 55 km hier.


Jour 51 (31/07/2006): Samos – Sarria - Ferreiros

Dénivelée positive: 586 m
Dénivelée négative: 467 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 7h38
Km: 29,2 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1391,2
Météo: beau / nuages / chauds

Quelques souvenirs, écrits un peu après. Notamment ce couple composé d'un autrichien et d'une polynésienne rencontré un peu avant. Luc, le soir, ne sais pas s'il va continuer avec nous et décide que si. Le soir, superbe messe en plein air, avec Luc, en haut d'un champ. Flore et son ami italien sont là aussi.



Jour 52 (01/08/2006): Ferreiros – Portomarin – Palas del Rei

Dénivelée positive: 654 m
Dénivelée négative: 744 m
Nombre de descentes: 3
Horaire: 8h28
Km: 34,5 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1425,7
Météo: beau / chaud

Étape longue, difficile, car je n'ai pas bien dormis à cause des ronfleurs et de moi qui ait perdu les bouchons d'oreille pendant la nuit. Étape superbe cependant. Installation le soir dans une petite auberge/pension privée, à 10 € la chambre individuelle où Jean Jacques et moi allons manger sur la terrasse. Luc s'est fait couper les cheveux, Jean-Jacques et moi faisons de même....



Jour 53(02/08/2006): Palas del Rei - Arzúa

Dénivelée positive: 563 m
Dénivelée négative: 704 m
Nombre de descentes: 5
Horaire: 6h33
Km: 29,5 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1455,2
Météo: grand beau

L'étape se passe en Galice, avec de plus en plus d'eucalyptus. Nous terminons un peu espacés, les deux jean-Jacques de leur coté et Claude et moi du notre. Installation à la troisième auberge. Une petite halte dans une petite chapelle un peu avant , où le prêtre très sympa nous explique la signification du Christ qui tend la main vers le ciel et l'autre vers la terre, pour relier les hommes au ciel


Jour 54 (03/08/2006): Arzúa - Santiago

Dénivelée positive: 669 m
Dénivelée négative: 794 m
Nombre de descentes: 5
Horaire: 8h38
Km: 39,8 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1495
Météo: beau / Chaud

Étape de près de 40 km qui commence avec Claude, à 4h20 du mat, sous un superbe et consistant crachin galicien, dans des forêts de mélèze, où les odeurs sont persistantes et amplifiées par la pluie. Au loin, les lumières Arzua, s'éloignent peu à peu. Après 5 heures de marche, nous rejoignons un café où nous retrouvons les deux Jean-Jacques et Luc, qui ont dormis sous la pluie et qui sont trempés. La piste d’atterrissage de l'aéroport local passée, nous cheminons jusqu'à un monument qui rappelle le passage de Jean- Paul II ; Descente chacun à son rythme sur Saint Jacques de Compostelle, où nous arrivons enfin, vers 13h à la cathédrale. A l'office des pèlerins, derniers tampons et la Compostella !

Nous nous installons dans les chambres d'un gite et passons la soirée tous en ensembles avec des italiens dans un resto.



Jour 55 (04/08/2006): Santiago de Compostella


Messe des Pèlerins

Luc est avec les prêtres qui participent à la messe dans le cœur. Les autres sont rentrés en bus . Ambiance magique



Jour 56 (05/08/2006): Santiago - Negreira


Dénivelée positive: 592 m
Dénivelée négative: 659 m
Nombre de descentes: 3
Horaire: 4h41
Km: 22 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1517
Météo: beau / Chaud

Après une tentative ratée de récupérer ma polaire oubliée hier au cyber café (car il ouvre tard), je part finalement à 11h, après m'en être racheté une autre. Quand au chemin, il est magnifique, passe par de petits villages, de belles forêts d'eucalyptus, chaudes mais sentant bon le sud. Au début, au fond, se détache la cathédrale de Compostelle, belle majestueuse, se détachant dans le lointain. Une montée, quelques descentes, une montée, et au milieu des villages que les greniers à maïs égrènent de leur authenticité : l'Histoire. Un col via une très grosse côte, on rejoint sous le cagnard Pontemaceira, avec son superbe pont enjambant une magnifique rivière où les gens se baigne. Se dessine enfin Neigrera, où l'auberge, à la sortie du village, se fait désirer...


Jour 57 (06/08/2006): Negreira - Olveiroa


Dénivelée positive: 687 m
Dénivelée négative: 594 m
Nombre de descentes: 2
Horaire: 7h54
Km: 33 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1550
Météo: beau / Chaud

Départ à 6h20, on voit les flammes d'un incendie en face à gauche. Le départ est sport, près d'une église auquel j'indique le bon chemin à une hongroise. Rejoins par deux espagnoles, nous allons traverser des zones où les restes du feu sont encore bien présents : de petits foyers caractérisés par deux petites flammes de 10/15 cm de hauteurs se consument A une intersection, je laisse seul tout le monde, les autres préférant faire le choix de passer par la route par sécurité, d'autant qu'un camion de pompier passe tout proche. Quand à moi, cela passe sans problème par l'autre itinéraire un peu plus risqué. Je rejoint les éoliennes, puis à un bar où tout le monde est là, y compris l'autrichien qui il y a quelques jours marchait avec la polynésienne. Dans de superbes paysages, de crêtes dénudées, nous rejoignons Olveira, où nous attendons au bar son ouvertures en buvant des bières. Idem le soir après des bocadillos frio...



Jour 58 (07/08/2006): Olveiroa -Fisterra – Cap Finistère

Dénivelée positive: 758 m
Dénivelée négative: 930 m
Nombre de descentes: 5
Horaire: 9h08
Km: 35 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1585
Météo: beau / Chaud

Étape longue. Le matin je démarre seul en contournant les éoliennes en face de l'albergue, par la gauche, se qui prend facilement une heure. Le sentier monte ensuite jusqu'à Hospital où je prend la bifurcation pour Fisterra, laissant à droite celle pour Fisterra. Belle descente accompagnée par Agnès, une française de 55 ans, rencontrée à Neigrera. On rejoint Cee, où on longe la côte, et remontons enfin, via la plage de Langoustern, Fisterra. Par la gauche de la presqu'île, qui forme le Cap Finistère, nous rejoignons son extrémité. Bivouac seul, à 30 m au-dessus de l'eau. MAGIQUE....


Jour 59 (08/08/2006): Cap Finistère - Fisterra

Dénivelée positive: 109 m
Dénivelée négative: 125 m
Nombre de descentes: 1
Horaire: 1h03
Km: 4 ; Nombre de kilomètre parcourus : 1589
Météo: beau / vent

Simple retour, le matin à la fraîche, et installation dans une pension pour 4 jours de repos obligatoires à cause des feux de forêts qui bloque tout passage vers Muxia.


Jour 60, 61 et 62 (09, 10, et 11/08/2006): Fisterra



Km: 4; Nombre de kilomètre parcourus : 1593
Météo: incendies de forets

Reconnaissance, Bouquinage. Les journées sont rythmées par les canadairs qui éteignent les feux, la fumée qui englobe le village de son aura grisâtre





Jour 63 (12/08/2006): Fisterra – Ria de Lires – Touriñan - Muxia

Dénivelée positive: 1047 m
Dénivelée négative: 1049 m
Nombre de descentes: 5
Horaire: 10h27
Km: 41; Nombre de kilomètre parcourus : 1634
Météo: beau / vent

Avec Nathalie, après un café et la récupération de ses affaires, nous partons vers 9h10 après encore de belles rencontres, dont une avec un papy qui me donne des adresses où trouver des remèdes pour toutes sortes de maladies. On commence à marcher donc, le long de l'itinéraire repéré la veille, puis le long de la route jusqu'à la plage de Restro. Nous allons passer ensuite par des variantes, quand nous avons décidé de traverser la rivière qui nous sépare de la plage de lires. En longeant de plus en plus en hauteur celle-ci, puis à proximité d'un radar qui surplombe une magnifique presqu'île, nous redescendons à gauche dans une piste pleine de piquasses, pour en rejoindre une autre, puis le petit village de Tourinan, d'où nous rejoindrons la route. La direction de Muxia enfin indiquée, nous tombons sur un couple de « 38 » français en voiture avec qui nous passons un bon moment. C'est ensuite après quelques kilomètres, un chemin qui monte après une petite ferme pleine de chiens. Une descente, où enfin, nous retrouvons la Coquille Saint Jacques et « Super Papy », avec qui j'avais discuté le matin même, pendant que Nathalie prenait son petit dej. On atteint une plage, et en longeant la route sur 500 m, on atteint Muxia, tranquille village, aux maisons certes neuves, mais calme. Il est 19h30. Après la Muxialla (diplôme remit par l'office des peregrinos) direction l'auberge dans un gymnase, puis resto avec Nathalie.
On est jamais perdu, mais momentanément dans l'incertitude.
(partager)
Remonter