Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
Informations sur le Artic Circle Trail (Kangerlussuaq-Sisimiut)
(partager)
posté le 30 sept. 2010 mis à jour le 30 sept. 2010

yalena
Martinet
(16 messages)
Inscription : 10/12/08

Message privé
Bonjour !

Voici quelques informations utiles pour aller randonner sur ce trail. C'est ce que j'ai fait du 19 aout au 28 cette année, j'ai mis un temps fou à recopier les informations de mon petit carnet :p
J'ai bénéficié grâce à ce forum de l'aide de Fred, que je remercie chaleureusement.
J'espère que mes infos serviront à d'autres.
J'ai rencontré Sabine, randonneuse autrichienne, qui surfe également sur ce forum et a bénéficié également de l'aide de Fred... le monde est petit chez les light-backpacks :siffle:

C'est un itinéraire que j'ai trouvé relativement facile tant que le trail était marqué, c'est à dire les 6 premiers jours.
C'était facile aussi car la météo était clémente... (beau ciel bleu, 15-18°C en journée, 5-10°C le matin)
Notre itinéraire passe par Sarfannguit, un village situé sur une île au sud de Sisimiut.
Le trail "classique" passe au nord (et se contrefout de Sarfannguit).

Au bout de 6 jours, nous avons donc bifurqué vers le sud et à partir de là, c'était difficile et non-marqué.
En plus la météo est devenue baveuse et fraiche (pluie fine, petit vent histoire de dire qu'il y a du vent, mais pas assez pour dégager les nuages, un brouillard épais à vous jeter dans les lacs, température de 0°C, assez froid pour ne pas rester immobile trop longtemps).

Le faire à cette période (fin aout) nous a permis de rencontrer moins de randonneurs, dommage... Mais aussi moins de moustiques (youpi !) L'été était sec donc les marais étaient vraiment franchissables sans problème...
Quant aux franchissements de rivière, même pas de quoi choper un rhume, au pire, 1 m franchi en crocs et ça repart !
Par contre, fin aout, c'était déjà l'automne, donc plus d'humidité au matin, plus froid aussi, mais de superbes couleurs sur la toundra !!

Si jamais vous pensez compléter ce trek avec un trajet en ferry vers le nord (au hasard, Ilulissat, LE spot touristique 200 km au nord de Sisimiut avec son glacier généreux en Icebergs), le dernier ferry passe fin aout...

Si vous avez envie de varier les plaisirs, sachez aussi qu'un festival de rock se tient la première semaine de septembre à Aassiaat, petit port de pêche de 3000 habitants entre Sisimiut et Ilulissat (mais vu les dates, il faudra y aller en avion... A moins que vous n'ouvriez la route à pieds... bon courage).

Concernant les paysages, bien entendu c'est très pauvre en arbres :) mais riche en toundra, en lacs et montagne à vache/rocheuse... On dirait un peu les Alpes, l'étage alpin (voir sur http://cyberechos.creteil.iufm.fr/cyber10/ailleurs/montagne/etagement1.gif) mais en moins haut, puisque le trek culmine à 500 m d'altitude.
Il y a un pin à Kangerlussuaq, saurez-vous le trouver ?

Deux sommets peuvent vous intéresser si vous êtes adeptes, il s'agit du pingu (1306m, soyons précis) et du pingup sallia (950). Ils se situent en territoire de chasse, habillez-vous en rouge !! Vous pourrez peut-être rencontrer ici plus de Groenlandais. Quoique... Je n'ai pas l'impression que les Groenlandais affectionnent particulièrement la randonnée, surtout quand ça dure longtemps et quand ça monte...
Par contre, ils font des km avec une moitié de renne sur les épaules (50 kg), après l'avoir chassé... Voilà pourquoi vous trouverez peut-être des têtes de renne ou de boeuf musqué. Lourdes et peu comestibles, elles sont abandonnées là. Tous les Groenlandais que j'ai rencontrés pratiquent la chasse et ont un fusil chez eux. Mais ils ne chassent pas sur le Artic Circle Trail, donc relax !

Ce qui m'amène à parler des animaux rencontrés. Nous avons vu seulement 3 rennes. Et quelques lièvres arctiques. Il suffit d'être silencieux et de bouger lentement... Ils se laissent approcher en faisant mine d'être super-occupés à brouter pendant qu'on les prend en photo.
Pas de boeuf musqué (pas vivant du moins), mais il est possible d'en voir. J'ai juste pas eu de chance :)
Pas d'ours blanc, ils ne descendent pas à cette latitude et encore moins en été. C'est pas plus mal.

Une petite déception, que je préfère voir comme un axe d'amélioration... Les endroits où l'on peut camper sont un peu constellés d'ordures :(
C'est de loin le trek le plus "sale" que j'ai vu, après les carpates ukrainiennes en 2006.
Mais cela évolue, le Groenland prévoit du personnel pour nettoyer les refuges et le trail... Nous sommes arrivées en fin de saison, c'est peut-être aussi la raison pour laquelle nous avons vu autant d'ordures.
Je pense que plein de déchets ne sont pas emmenées par les randonneurs : grosses bouteilles de gaz, énormes boites de conserves... Peut-être plutôt par les chasseurs ou bien les guides de traineaux à chiens... Je ne voudrais accuser personne, que ce soit justifié ou non. Juste prévenir les randonneurs qu'ils risquent de voir de l'emballage délavé sur le chemin. ça fait jamais très plaisir. J'en ai brulé parfois, quand c'était juste des papiers. Une goutte d'eau dans l'océan (mais c'est MA goutte :))
D'ailleurs dans d'autres endroits au Groenland, des classes font des sorties du genre : "ramassez le plus de sacs plastiques en 1 h" et nettoient donc la nature. Je pense que les mentalités sont en train d'évoluer, comme partout ailleurs, et que les personnes laissant des ordures sur place se raréfient (heureusement !)

Mon récit des étapes est un peu mélangé anglais-français car je l'ai fait avec Piia, une amie finlandaise, avec qui je parle anglais (j'apprends le finnois, mais c'est dur, quant à Piia, elle a déjà abandonné tout espoir de parler français et l'assume pleinement :roll:)

DAY 1
A taxi from Kangelussuaq to Kelly Ville 16 km (ou alors vous pouvez faire du stop, il y a pas mal de monde qui va de Kangerlussuaq à Kelly Ville car c'est la direction du port...)
Début de la rando ! 10 km + 4km + 3 km = 17km
Overnight: camping site on the Eastern end of Lake Qarlissuit.

Cet endroit est divin pour planter la tente : plat, sol meuble, et deux lacs pour choper de l'eau.
Malheureusement, l'endroit n'est pas terrible pour se baigner, mais il y en a d'autres plus tard :)

DAY 2
8 km to the Katiffik Bryllupshytten (Tourist hut - Katiffik Bryllupshytten, ça veut dire la hutte de la jeune mariée, comme vous auriez deviné, bande de coquinous polyglottes) -> vous pouvez y faire une pause, endroit très joli par beau temps !
+ 9 km = 17 km
Overnight: Camping site on Southern point of Lake Amitsorsuaq

Rien à dire sur ce camping site.

DAY 3 - D'ordinaire, avec Piia, nous faisons un jour léger pour le jour 3 car c'est le jour où les muscles comprennent qu'ils vont en prendre plein la face et ils se rebellent un peu... Avant de comprendre qu'en fait ils sont capables de marcher et de porter un sac et de toute façon c'est pas eux qui commandent (non mais).

4 km + 6 km + 2,5 km + 3 km= 15,5 km

Cette étape suit un immense lac . Des canoes sont disponibles et disséminés sur les bords du lac, au hasard des randonneurs qui les ont utilisés puis laissés...
Vu que la majorité des trekkeurs fait le trajet Kangerlussuaq-Sisimiut, les canoes sont à peu près tous du "mauvais" coté du lac...
En plus, ils ne sont vraiment pas tous en bon état... Vous pouvez aussi trouver un canoe sans rame (dans ce cas, vous pouvez utiliser des bois de rennes, prenez des photos !).
Si vous ne trouvez pas de canoe, vous allez devoir longer le lac sur la rive sud, et pendant quelques mètres, c'est très dur car il faut escalader des gros cailloux (je fais 1,57m, mais quand même... Piia fait 1,81m et elle a eu du mal).
On n'est jamais à l'abri d'un coup de bol... C'est ce qui nous est arrivé, après ce passage scabreux dans les roches, nous avons chopé un des meilleurs canoes, avec trois pagaies, que nous nous sommes empressées d'accompagner du mauvais coté du lac :D
Cette journée faisait donc 15 km dont 10 à ramer. Une des plus belles journées du trek.
L'eau du lac est si claire que j'ai eu le vertige en regardant le fond !!
J'ai adoré les cris des plongeons (http://www.hww.ca/hww2_f.asp?id=53) qui nous ont suivies tout au long de cette journée. J'avais toujours mes jumelles à portée de main. Quand vous les voyez approcher d'un lac, ne loupez surtout pas leur atterrissage : le plongeon se précipite le ventre en avant et tente de réduire progressivement sa vitesse avant de toucher la surface de l'eau, ce qui lui fait une silhouette assez comique. Pour peu qu'il arrive trop vite, vous allez assister à un ricochet d'oiseau ! ça doit faire un peu mal aux plumes, mais c'est rigolo vu de loin (surtout quand on n'a pas de plume en fait). Ces oiseaux sont impressionnants aussi quand ils plongent pour faire leurs courses au fond du lac.

Au bout du lac, vous arrivez à la canoe hut.
Elle est VRAIMENT spacieuse, un vrai château !! Je pense qu'elle peut accueillir 20 personnes, chacune dans un lit avec des matelas en mousse !
En prévision du jour 5 assez long (20aine de km et premiers contacts avec de la montagne dure), nous n'avons pas dormi dans cette cabane mais 5 km plus loin, sous la tente. Comme il faisait beau, ça ne posait aucun problème...

Le lac immense a de nombreuses superbes plages. Si vous avez le temps, plantez la tente près de l'une d'elles, une baignade à la fin de la journée, ça fait du bien ! Mais regardez bien avant car certains coins sont assez peu faits pour la baignade (rochers très glissants, algues et champignons suspects, eau stagnante), notamment vers l'extrémité ouest du lac.

DAY 4
12 km + 3 km + 3 km = 18 km
Overnight: une cabane pas écrite sur la carte, la coquine :D
Enfin si, il y a un carré au milieu des montagnes, entre le lac Kangerluatsiarsuaq et la rivière Itinneq, mais elle n'est pas répertoriée comme "tourist hut", alors qu'on peut tout à fait dormir et ronfler dedans en toute quiétude.

Cette cabane est très petite et mignonne comme tout. Les lits n'ont pas de matelas et il n'y a que 3 places, mais bien entendu il est possible de dormir par terre. La cabane est grise, c'est la seule qui n'a pas été peinte en rouge, du coup, faut vraiment la distinguer et sur fond de rocher, ce n'est pas facile.

Pour votre pause du midi, vous avez une plage tout simplement divine de sable fin et argenté, elle "tombe" à peu près au milieu de la journée, alors profitez !

DAY 5
3 km + 10 km + 5 km + 2 km = 20 km
Journée riche en marais. Pas au point des tourbières lapones qui vous avalent les bottes en sifflotant, mais cela dépend de la pluie tombée les jours d'avant.

Il s'agissait de descendre de la montagne, traverser la vallée marécageuse, puis la rivière et enfin de remonter un brin jusqu'à la cabane. Un "nouveau" pont est installé depuis 2007.
L'ancien chemin descend direct, traverse le marécage à l'extrémité est et passe à gué (apparemment l'eau ne dépasse pas la hauteur du genou, mais ça doit dépendre des années... A mon humble avis, s'ils ont construit un pont avec du bois importé de loin, il doit bien y avoir une raison...).
Le nouveau chemin descend de la montagne, se tape le marécage dans sa plus grande longueur, traverse avec le pont et arrive à la cabane.
Nous avons tracé notre route en descendant lentement de la montagne, puis en longeant le marécage, pour le traverser là où il était moins étendu et avons profité du pont quand même !

En fait, vu la sécheresse, le marécage était piece of cake à traverser. Donc ça ne servait à rien de faire les malignes.

Overnight: Equaluguaar Niarfik hut

Cabane chouette avec des matelas et de l'espace, un peu loin de la rivière peut-être... Mais vous allez me dire que je m'embourgeoise :/

DAY 6 La fameuse bifurcation vers Sarfannguit...
We take the Southern route to Sarfannguit direction.
1 km + 5 km + 7 km = 13 km
Overnight: Camping site N-W of Suluppaavarsiorfik ("Sulup..." est l'extrémité du bras de mer)

Le premier jour où il a fait moche. Le premier jour aussi où les cairns et le chemin ont disparu. Rayés du paysages (pas de la carte). Orientation à la boussole requise. Le problème, c'est que le brouillard s'est invité aussi. Nous ne distinguions plus une montagne, plus un lac. Donc vraiment il a fallu d'orienter à la boussole uniquement, car le GPS n'était pas assez précis. Le trail est marqué sur la carte, mais certaines fois son tracé paraît un peu hasardeux, voire fantaisiste. Le relief s'accentue. Les précipices se multiplient, il faut vraiment faire attention aux endroits où descendre et monter. LE jour où il fallait qu'il pleuve, en gros :siffle:

Nous avons planté la tente quand nous n'en pouvions plus. Et quelques km plus tard en fait, une cabane flambant neuve nous attendait, sur la rive du lac situé au sud-est de l'Igalassat (381m)... Si nous avions su :p !!

DAY 7 -
7 km + 5 km + 10 km = 22 km
Encore une journée assez dure, même topo que la veille, à ceci près qu'il pleut moins et que le soleil permet de faire sécher quelques trucs pendant la pause-déjeuner :)
Arrivée sur le rivage... Le village de Sarfannguit nous nargue en face, après un bras de mer large d'un kilomètre. On peut s'approcher du village en longeant la côte vers le sud-ouest, afin de s'approcher d'une largeur de 50m de mer, mais dans ce cas, on regarde le village de coté, depuis un endroit dans l'ombre et il y a peu de chance de se faire remarquer. Oui parce que pour aller au village, il faut appeler, faire des drapeaux, des signaux avec un miroir... Bref, tout est bon pour attirer l'attention des groenlandais de Sarfannguit, qui viendront nous chercher en bateau ;)

Je suis sure que vous avez tous vos recettes pour faire des signaux...
Perso, j'ai un peu pris tout ce que j'avais sous la main et comme j'aime les couleurs, je n'ai pas eu à chercher bien loin. La couverture de pluie ROUGE de mon sac à dos montée sur un de mes batons de marche, mon collant thermique JAUNE sur l'autre baton, le tout planté en hauteur... Puis mon miroir (heureusement qu'il faisait beau !), mes jumelles, mon sifflet ...

Alors le sifflet, bien entendu, ils ne l'ont pas entendu.
Le miroir par contre a bien marché. Quand aux drapeaux rouge et jaune, ils ont été repérés aux jumelles...

A Sarfannguit, où nous sommes restées 2 nuits et 1 jour, tout le monde a apparemment la télé (et je vous parle de la grosse télé qui couvre la moitié du mur !), mais aussi une paire de jumelles derrière chaque fenêtre.

Nous avons été hébergées par Peter, le gérant du Pilersuisoq (petite épicerie locale), qui nous a dégagé une chambre entière et nous a donné accès aux douches.
Il revenait d'une saison de chasse et j'ai pu gouter au boeuf musqué séché.
C'est une véritable tuerie, j'ai adoré, et je n'en ai JAMAIS retrouvé, dans aucun supermarché, ni en demandant aux personnes rencontrées (et c'était tellement bon que j'étais motivée au point de demander à tout le monde que je croisais). Encore maintenant si jamais je croise un Groenlandais, je vais avoir du mal à ne pas lui en demander (d'ailleurs j'ai demandé à Copenhague).

Les Groenlandais chassent, découpent la viande, la sèchent sur place et la congèlent sitôt arrivés à la maison, pour les longues soirées d'hiver. C'est un met de choix, ils le mangent à Noël. Donc ils sont peu à le partager avec des touristes inconnus...
Les supermarchés en vendent parfois. MAIS dès que cette viande est en rayon (surgelée), le casier se vide en moins de 2 heures et je suis toujours arrivée trop tard (en danois ça s'appelle Roget Moskus)...

Après nos deux nuits chez Peter, nous avons demandé combien nous lui devions et il nous a demandé combien il nous semblait juste de payer. Nous avons donc donné 350 DKK (47 euros) pour deux nuits et deux personnes, ce qui est relativement modeste par rapport à d'autres hébergements au Groenland.

Pour la personne qui nous a fait le trajet en bateau, nous avons donné 50 DKK, soit 7 euros environ.

Après un jour off, le jour 8 pour ceux qui suivent (il fallait bien ça pour se remettre, et de toute façon, il pleuvait à nouveau), nous avons demandé un largage en bateau directement un peu plus loin sur la côte, à "Utoqqaat" (j'appréhendais déjà de retourner sur ce chemin pas tracé au milieu des montagnes marécageuses sous la flotte)... Le village a fait la fête juste avant notre départ... Donc le lendemain matin, c'était dur d'avoir quelqu'un de frais pour nous ramener, ils avaient tous mal aux cheveux :D
Mais nous avons fini par tirer du lit vers 8 h un homme courageux qui nous a emmenées 30 minutes après à l'endroit voulu pour 300 DKK (40 euros).

Ca casse l'ambiance de parler d'argent, mais j'aimerais avant tout donner des informations utiles à ceux qui veulent se rendre là-bas, et le budget à prévoir fait partie des informations utiles.

Si vous avez des batteries de format "pile AA" à recharger et pas de chargeur (peu en ont, elles tiennent pas longtemps, mais on ne sait jamais), allez donc voir la maison verte au bord de la mer, dans la 2ème partie de la ville, c'est le bureau communal et vous pourrez emprunter un chargeur, qui sert à tout le village.

Aussi bête que cela puisse paraitre, j'ai attendu que la personne de ce bureau soit disponible en jouant aux cartes avec des groenlandaises occupées à la laverie voisine, on s'est prises en photo, on a bu du café et on a bien rigolé.

Comme quoi oublier son chargeur sur son canapé peut mener à des rencontres intéressantes.

DAY 9
On continue to Sisimiut depuis Utoqqaat:
6 km + 4 km + 10 km + 4 km = 20 km

Overnight: Kangerluarsuq Tulleq hut (nous n'y sommes pas allées, on m'avait dit qu'elle était sale... Vu la pluie, je me fichais un peu de son état, mais la tourist hut suivante permet de s'avancer sur le chemin et de toute façon il allait pleuvoir le lendemain aussi...)

La tourist hut suivante (donc la dernière sur le trajet dans le sens Kangerlussuaq-Sisimiut) est toute petite et propose 3 places. Comme elles étaient déjà occupées, nous avons dormi par terre, euphoriques comme des camées de ne pas avoir à dormir sous la pluie. Pendant la nuit, le föhn s'est déchainé... C'était l'angoisse ! Vu que nous étions 5 dans la cabane, nous avions laissé ouverte la porte, qui claquait méchamment. Piia, levée en pleine nuit pour un arrêt technique, avait du mal à marcher dehors. Pourtant, je ne l'ai jamais vu bloquée par quoi que ce soit de naturel, à part peut-être la faim après 2 jours sans porridge.
Je nous voyais déjà avancer à 1 km/h, de front, pour lutter contre ce vent capable de déraciner des pierres et de faire pirouetter les boeufs musqués !

Et en fait non, le lendemain, c'était comme s'il ne s'était rien passé. Plus de vent, seulement cette sale pluie qui s'immisce partout et qu'on finit par ne plus voir.

Le seul défaut que je reproche aux cabanes situées sur ce trek est l'absence totale d'un quelconque moyen de chauffage en été. Ou alors il faut emmener le combustible... Du coup, se réchauffer se fait bien si vous avez réussi à tout garder au sec (sac de couchage, matelas, etc). Par contre, si vous voulez faire sécher vos chaussettes, peut-être mouillées après plusieurs heures de marche dehors, bon courage...

(je pourrais incriminer mes chaussures soit-disant waterproof, mais peut-être que les trimbaler dans mes voyages depuis 2 ans a entamé leur potentiel... Apparemment les chaussures de marche encore waterproof après une journée de marche sous la pluie n'existent pas dans mon univers - ou alors flambant neuves peut-être...)

DAY 10 Arrivée à Sisimiut !
12 km + 7 km + 3 km = 22 km

Nous avions la fin de journée à tuer en cherchant un endroit chaud et sec, car l'embarquement sur le ferry était le soir-même.
Re-découvrir les supermarchés avec des fruits frais fut un enchantement, bien évidemment, surtout qu'ils étaient chauffés.
Se trouver un café où passer le temps au chaud et au sec fut plus difficile.
Au port, il n'y a pas un seul abri où attendre le ferry au sec (je ne parle même pas du chaud).

Nous avons finalement échoué dans le café en face du gros Brugsen (supermarché) situé à coté de la poste. Mais les sympatiques gérantes ont fermé plus tôt ce jour-là et n'ont pas hésité à ouvrir en grand les portes du café pour nous faire dégager.
:) Cool les filles :)

Il y a des endroits où "passer" la soirée au chaud et au sec (c'est à dire après 17h), mais ce sont surtout des magasins qui vendent des gadgets du monde entier... Pas moyen de s'assoir et de poser le sac.
Sauf à l'auberge de jeunesse de Sisimiut, mais c'est payant (et plutôt cher pour une auberge de jeunesse, voir mon post sur Sisimiut).

Voilà pour le trek !!

Ensuite, nous avons chopé le ferry qui remonte vers le nord (www.aul.gl) et sommes restées 7 jours à Ilulissat.
Nous sommes ensuite redescendues à Sisimiut, puis à Kangerlussuaq. J'ai écrit un post par ville afin de ne pas surcharger celui-ci, qui était déjà bien rempli à ras bord :)

N'hésitez pas à me poser des questions tant que c'est encore frais dans ma tête !
Au fait, félicitation d'avoir lu jusqu'au bout, quelle motivation !

Si vous pensez à de bonnes chaussures qui seraient waterproof même après deux ans de crapahutage dans des coins froids et mouillés, ce serait gentil de m'envoyer la marque et le modèle (et j'espère qu'ils les font en 37 fillette).

Yalena

ps: une liste de données utiles, parce que je suis sympa et que vous me le rendez bien.
position des huts :
http://www.sisimiut.gl/Files/Billeder/Turisme/Kort/Kommunale_hytter_oversigt.jpg
coordonnées GPS des huts :
http://www.sisimiut.gl/Tourism/Activities/Hiking/Tourist-huts/GPS-positions.aspx
nouveau pont !
http://sisimiut.gl/Files/Billeder/Turisme/Kort/Aktiviteter/New_riverbridge_gps_position.jpg
topo :
http://www.sisimiut.gl/Tourism/Activities/Hiking/Overnight-hikes/Arctic-Circle-Trail.aspx
(partager)
Remonter