Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Vos récits de voyages
VTT : 270 km d'histoire Cathare. 8
(partager)
posté le 17 mai 2010 mis à jour le 16 juin 2010

gregory
Papillon monarque
(2 messages)
Inscription : 27/04/10

Message privé
De Port la nouvelle à Foix, par le sentier Cathare en VTT.



Dates : Du 12/04/10 au 18/04/10
Type : Randonnée itinérante VTT, hébergement en gîtes.
Kilomètres parcourus : 270
Dénivelé : Env. + 7500m / - 7000m

Matériel :
Vélos : Kona Dawg (tout suspendu 130 mm) & Giant Trance (tout suspendu 100 mm)
Sac à dos : Décathlon 40 L air light & sac a dos 35 L

Pour le contenu, nous avions chacun :

Un pantalon de vélo et un short
2 cuissards.
3 sous-vêtements + chaussettes
3 Maillots de vélos (2 courts et 1 long)
1 pull
1 veste + Kway
1 drap de soie
1 serviette microfibre
1 mini trousse de toilette + pharmacie
1 Poche à eau 2L
Divers outils VTT (pas mal en fait)
Nourriture du jour
Bouts de cartes IGN, Téléphone, baladeurMP3, livre, chargeur GPS

Compte tenu des possibilités de lessive dans les gîtes, nous aurions pu ne prendre qu’un seul sous-vêtement (qui ne servait que le soir en fait) et qu’un seul maillot à manche courte.
Pour le reste, il n’y avait pas de superflu.

J’estime le poids des sacs entre 6 et 7 Kg, maxi, tout compris.

Sur les vélos nous avions un bidon de 700 ml chacun, qui nous permettait de ne remplir qu’à moitié la poche à eau.
Nous avions également des sacoches sous selle où nous rangions les outils lourds.

Récit :

1er Jour : De Port la Nouvelle à Embres et Castelmaure : 45 Km 1000m d+

Réveil à 8H, dans un hôtel de Port la Nouvelle, petit déjeuner face à la mer. Le temps, gris, est plutôt frais, 10°c. Les gros nuages bas ne sont pas des plus rassurants, mais il faut partir. Nous nous décidons pour le short, le maillot manche longue et le sur maillot.



Les 10 premiers kilomètres sont marquants : Une piste très caillouteuse nous fait vite ressentir le poids du sac sur le dos…. Il va falloir s’y habituer et anticiper les réactions du vélo.
Nous attaquons ensuite les contreforts des Corbières : la pente s’accentue : Une jolie montée de 17% dans la rocaille donne le ton…. La bataille est engagée !
Plus tard nous aurons droit à une belle descente très technique : 20% d’inclinaison, grosses marches et petites épingles : pilotage précis de rigueur, surtout si l’on jette un œil au « gaz » qui nous entoure !



La suite de la journée est moins cassante, il faut néanmoins compter deux bons portages de 150 m de dénivelé, le premier pour rejoindre le rocher de Sainte Raphine, le second pour rejoindre le sommet au-dessus d’Embres. Portages éprouvants, peu gratifiants compte tenu de la descente sur piste qui suit…. reposante, mais trop peu ludique pour les enfants que nous sommes !

Le bilan de la journée n’est pas énorme : 45 Km pour 1000m de dénivelé positif, mais les sentiers cassants, les portages et le temps frais ont bien entamé notre forme.

Points forts : 2 descentes techniques entre Port la Nouvelle et Durban.

Nous dormons dans un joli gîte (25€ par personne), où la propriétaire a eu la gentillesse de nous faire des courses… et la surprise du pain frais et des croissants le lendemain matin !

2eme jour : De Embres à Duilhac sous Peyrepertuse : 43 Km 1000 m d+

Réveil à 8H. Le soleil brille, mais la nuit a été fraîche et de la gelée persiste encore dans les champs. Aujourd’hui, ce sera manches courtes !
Après quelques montées tranquilles sur route et pistes, nous empruntons un single magique qui nous mène quasiment jusqu'au château d’Aguilar.
Ce single, bondissant et rapide dans un premier temps devient un peu plus technique en entrant dans la forêt. Rien d’insurmontable non plus, juste de quoi s’amuser.
La montée sur Aguilar se fait remarquer : 18% sur terrain collant… ça grimace un peu, mais heureusement c’est assez court.

Aguilar :



Une portion de route sans intérêt nous mène à Paziols où nous entamons une longue ascension vers le château de Queribus. Nous quittons alors le sentier cathare pour une large piste qui serpente sur les Rocs Negres. C’est une montée sans peine qui nous attend tandis que le paysage se glorifie de plissements montagneux. Nous profitons pleinement du panorama sans forcer.



Depuis Queribus nous décidons d’emprunter la descente du sentier pédestre… malgré l’avertissement « sentier très difficile »… Effectivement, sur un vélo, c’est périlleux… mais très joli. Pour ma part, 3 courts passages à pied… le reste sur le vélo, concentration maximale : c’est engagé, il y a du gaz, de la pente, des marches et du rocher. Une des plus belles descentes du parcours, à déconseiller aux débutants. Nous croisons le curé.

Nous rejoignons Cucugnan, puis Duilhac.

Les 43 km ont été avalés sans soucis, les sentiers roulants y sont pour beaucoup.

Quéribus :








Points forts : Le single avant Aguilar, et la descente de Queribus.

Nous dormons au gîte communal pour 10€ par personne.

3eme jour : de Duilhac à Caudiès de fenouillèdes : 36Km 1000 m d+

Réveil à 8H : Le soleil est toujours là, très légèrement voilé par quelques nuages. Rien de méchant. Nous attaquons par un peu de route, sous la protection de l’impressionnant château de Peyrepertuse. La pente est moyenne (10%) et la route se poursuit par une piste relativement roulante. De très courts portages nous permettent ensuite d’atteindre le pla de Brezou.

Peyrepertuse :



Le décor change progressivement et nous sentons clairement l’arrivée des montagnes. Aujourd’hui l’altitude maximale sera de 900 mètres.
Nous quittons le pla de Brezou par une descente difficile… peu raide dans l’ensemble, mais remplie de cailloux et rocher. Pas d’engagement particulier, mais beaucoup de placement, d’équilibre et de trajectoire… La sanction étant de laisser un dérailleur sur un rocher ou de plier une roue sur un caillou. Cette descente réjouira ou démoralisera, selon le degré d’aisance!
La remontée des gorges de Galamus par la route nous permet de souffler un peu et d’apprécier ce paysage si pittoresque.
Vient ensuite la dernière montée de la journée… Une longue ascension de 600 m de dénivelé sur une piste alternant ornières, boue, cailloux, bosses, creux et épingles… et une pente qui dépasse régulièrement les 17 %. Un grand moment de bravoure, moralement épuisant ! D’autant plus qu’une fois en haut il faut encore traverser le plateau par une piste qui hésite entre descendre et monter…
La descente arrive enfin…. décevante à souhait ! 3 Km de piste 3 Km de route… Aucun intérêt !

Cette journée pourtant courte (36 Km pour 1000 m de dénivelé) aura été épuisante et trop peu gratifiante. Heureusement que le panorama est là.

Point fort : La descente avant les gorges de Galamus.

Nous dormons dans une sorte d’hôtel-chambre d’hôte tenu par un couple hollandais, pour 23€ par personne. Tout est bleu, froid et sombre, mais la nuit fut merveilleuse et le petit déjeuner gargantuesque. Ne jamais se fier aux apparences!
.
4eme jour : de Caudiès de fenouillèdes à Quillan : 45Km 1500 m d+

Réveil à 8H. La nuit a été bonne et nous nous réveillons en pleine forme.
C’est l’étape la plus longue : 45 Km et 1500 de dénivelé. Le ciel est gris mais rapidement, le soleil prend place et nous troquons vite les manches longues contre le maillot court. C’est bon pour le moral.
Nous commençons par remonter les gorges de St Jaume… petite monotrace au fond des gorges…c’est magnifique, il faut jongler avec des passerelles, des petits ponts, des passages étroits et bas (le casque touche la roche quelque fois !)… Petits surplombs au-dessus du ruisseau en contrebas : il faut bien regarder ou l’on pose ses roues. Attention aux cintres larges, il y a des passerelles où il faudra jouer des coudes !



Le paysage est maintenant franchement montagneux ; l’ambiance pastorale s’installe tandis que nous remontons une vallée qui nous conduit au château de Puylaurens.



Nous atteignons ensuite le col Camperié sans difficulté, sans trop d’amusement non plus car la piste est large et rapide.
S’ensuit une belle et longue grimpette qui nous mène au col del Fraiche. Remontée facile sur piste de type « autoroute »… jamais vraiment raide, 8% en moyenne, à l’état de surface impeccable. Nous roulons tranquillement dans une magnifique forêt de sapins. La suite, composée de pistes et de routes est rapide et la vitesse nous grise.
Dans un sursaut d’orgueil, cette journée nous surprend enfin avec une belle descente sur Quillan : Singletrack joueur à flanc de montagne, puis plus technique dans la forêt où il faut composer avec les ornières et les racines. Ça réveille !
Nous arrivons frais comme des gardons et tout émoustillés par cette dernière descente… la journée n’a pas été aussi fatigante que prévue et nous sommes presque déçus d’être déjà arrivés.



Point fort : Les gorges de St Jaume et l’arrivée sur Quillan.

La nuit se passe au centre de vacances à la sortie de Quillan, où nous dormons pour 19 € par personne. La météo annonce la pluie pour le lendemain.

5eme jour : de Quillan à Espezel : 40Km 1000 m d+

Réveil à 8H30. Inquiets, nous scrutons le ciel… cherchant des gouttes dans un ciel bleu azur…. ! Pas de pluie pour aujourd’hui non plus…et c’est tant mieux. La température monte même franchement.
La journée commence violemment par un portage nous permettant de franchir le roc du Midi. La suite jusqu’à Nebias se déroule dans un paysage très coloré où la terre rouge contraste avec l’herbe verdoyante.



Autour de Nebias nous nous amusons à travers le sentier nature, c’est une monotrace qui ondule dans la forêt… quelques passages pierreux font monter un peu la difficulté.
Nous prenons 30 minutes pour explorer le labyrinthe vert.
Une piste dénuée de toute beauté et d’un quelconque intérêt nous conduit à Puivert. La descente du château est un régal… mais beaucoup trop courte pour compenser la portion précédente !
Le moral est un peu bas, cette journée manque cruellement de fun.
Nous traversons la plaine de Puivert par des pistes agricoles puis rallions la route pour la monter sur le plateau de Sault. Le coin est en effet trop peu roulant pour espérer éviter le goudron. Tant pis. Il doit y avoir un moyen d’éviter la route, mais cela nécessite de repenser la moitié du parcours.
Pour finir, nous traversons le plateau de Sault, le panorama est génial, forêt de sapins, et sommets enneigés… le pied ! (ou la pédale..)



La journée aura finalement été très peu intéressante d’un point de vue VTT, mais le paysage au départ et à l’arrivée compensent largement.

Nous dormons à l’auberge du pays de Sault. A 900 m d’altitude, le froid tombe rapidement.

6eme jour : D’Espezel à Montségur : 37Km 1000 m d+

Réveil habituel vers 8H… Le soleil brille toujours aussi fort et l’ambiance montagne finit de nous motiver. Ce sera une belle journée où nous atteindrons l’altitude maximale du parcours (Col de la Gargante : 1400 m)
La traversée du plateau est, comme la veille, reposante et jolie, nous en profitons. Au bout de 5 km, nous attaquons la montée… 500 de dénivelé à absorber. Les pistes se succèdent dans un décor de carte postale. L’état de surface alterne entre le « pas trop roulant dans les pierres » et le « roulant mais bien raide (18%) »… Dans l’ensemble la montée est intéressante et nous arrivons sans problème au point culminant.




La piste finit par surplomber les gorges de la Frau que nous descendrons un peu plus tard dans la journée. L’arrivée au col de la Gargante est magnifique, décor canadien : Vastes prairies entourées de sapins et de belles montagnes… l’esprit des cow-boys n’est pas loin !

Gorges de la Frau :



Trêve de rêverie… nous attaquons enfin la descente… ludique dans un premier temps, jusqu’à Comus puis relativement technique au plus profond des gorges. La pente n’est pas très raide mais les pierres et les graviers la rendent délicate… Il faut un bon niveau pour s’y régaler.



L’altitude chute rapidement, et nous devons maintenant remonter un peu pour rallier le village de Montségur.
L’ascension sera difficile… La première moitié oscille entre le raide et le franchement raide, ça passe car les portions sont courtes mais l’asphyxie n’est pas loin ! La dernière moitié se passe en poussant ou en portant : il y a trop de pente, trop de feuilles mortes, trop de pierres !
Nous débouchons sur Montségur après une belle descente ludo-technique beaucoup trop courte !

Cette journée splendide restera dans nos mémoires pour la beauté des paysages et la joie de poser nos roues en altitude.
C’est l’avant dernier jour, nous sommes partagés entre la joie d’avoir mener à bout cette randonnée et la tristesse de devoir reprendre notre vie habituelle.

Points forts : Descente des gorges de la Frau et ultime descente sur Montségur.

Nous dormons dans un gîte d’étape où nous avions demandé qu'on nous fasse quelques courses.

7eme jour : De Montségur à Foix : 35Km 1000 m d+

Château de Montségur :



Réveil à 8H. Dernier jour… Le soleil ne nous a pas quittés, la température est franchement estivale, tout va bien !
Une fois le petit col de Montségur avalé, nous nous lançons dans une très belle descente pour rejoindre Montferrier. Il y a plusieurs ruisseaux à traverser et la boue fait rapidement son apparition dans les sous bois. Nous jouons un moment à saute ruisseau, puis attaquons une courte montée, très raide et très peu roulante sur un chemin pavé. Cette ascension permet d’attaquer une magnifique dégringolade sur 400m de dénivelé… d’abord rapide avec de belles épingles, ensuite plus technique avec de la boue, des pierres et des ruisseaux… Le plaisir du pilotage est bien là d’autant plus que c’est le dernier jour et nous n’hésitons pas à plonger dans la boue !



Après un passage sous le château de Roquefixade, nous allons suivre la ligne de crête jusqu’à l’arrivée.
Une très belle descente nous mène d’abord au village de Leychert, puis après avoir ondulé sur les crêtes nous nous jetons dans les derniers 400 m de descente pour arriver à Foix.

Château de Roquefixade :



Cette dernière journée plus ludique que fatigante termine notre parcours Cathare en beauté.
Points forts : Descentes avant et après Montferrier. Descente sur Leychert..


Pour conclure : Je dirais que c'était une très belle "aventure" réalisée sans difficulté (pas de crevaison, ni de soucis mécanique). Nous n'avons pas puisé dans nos ressources pour finir les journées.
Dans l'ensemble le tracé est bien adapté au VTT, néanmoins, je pense que certains passages mériteraient quelques modifications.

Vous trouverez sur le site : http://lpivtt.free.fr/ les traces GPS que nous avons globalement suivies.
posté le 21 mai 2010

Olivier
Caribou
(1645 messages)
Inscription : 27/04/06

Message privé
Merci pour ce récit.
On pensait justement aller se balader par là en mode BUL...
Voila des infos intéressantes
Et pourquoi pas ?
posté le 13 juin 2010

Rowel
Sterne arctique
(193 messages)
Inscription : 06/08/07
Lieu : Bessières / Tarn (31-FR)

Message privé
Hehe ! j'ai bien l'impression que vous aviez choisi le bon créneau météo en plus. 2 semaine plus tard c'était sous la neige :(
Allons-y ! A VTT, à ski ou à pieds mais allons-y :)
posté le 14 juin 2010 mis à jour le 14 juin 2010

jb500
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 17/03/08

Message privé
holaaa

Tout d'abord, pardon pour mon français, j'ai étudié à l'école, mais, j'havais 42 ans...

J'ai aimé l'histoire, vous m'avez donné une bonne idée pour cet été.

J'ai essayé d'ouvrir le lien pour obtenir les pistes pour le GPS, mais il échoue, il ya un autre endroit pour obtenir des pistes?

Merci beaucoup

v'sss
mon blogg http://jb500.blogspot.com/
posté le 14 juin 2010 mis à jour le 14 juin 2010

gregory
Papillon monarque
(2 messages)
Inscription : 27/04/10

Message privé
Rowel : Effectivement, on est tombé sur le sacré bon créneau !!!

C'était une semaine assez exceptionelle en VTT : Pas 1 seule crevaison, pas une goute de pluie !!

Alors que parfois on crève 3 fois en 40 bornes !!:p

jb500 : Pour le lien, tape "lpivtt" sur google, puis tu vas dans Traces, tu choisis le departement correspondant ( a savoir ici, 11, 66 et 09), et les fichier sont nommés "sentier cathare jour X"

Sinon : http://lpivtt.free.fr/

ca semble marcher là.
posté le 14 juin 2010 mis à jour le 14 juin 2010

Rouls
Martinet
(48 messages)
Inscription : 26/10/09
Lieu : Layrac 47

Message privé
Bonjour,
Pensez-vous que votre trace soit intéressante et faisable pour des marcheurs avec carrix???
Merci pour votre future réponse!
posté le 14 juin 2010

jb500
Papillon monarque
(4 messages)
Inscription : 17/03/08

Message privé
Merci beaucoup gregory

au revoire
mon blogg http://jb500.blogspot.com/
posté le 16 juin 2010 mis à jour le 16 juin 2010

gregory
Papillon monarque
(2 messages)
Inscription : 27/04/10

Message privé
Rouls : Le sentier cathare est conçu pour les marcheurs à la base ! il y a meme un guide qui le décrit.
La trace que nous avons suivie est quelque peu différente, je ne pense pas que cela soit du coup tres interessant à pied.
Je pense notamment à la jonction entre le bas des gorges de galamus et Caudies de Fenouilledes, via Camp sur Agly

Plus techniquement, avec le carrix, il faut eviter la descente du chateau de Queribus par le sentier, ça me parait trop raide et pierreux.
La remontée apres Pelail, le jour 6, va etre un peu dure, mais faisable.

Mais sinon dans l'ensemble je ne vois pas pourquoi ce serait moins bien qu'en vtt !

Compare bien les differents itineraires possibles (variantes du sentier cathares par ex)
posté le 16 juin 2010

Rouls
Martinet
(48 messages)
Inscription : 26/10/09
Lieu : Layrac 47

Message privé
Ok merci bcp Gregory, je vais étudier ça de plus pret!
Bonne continuation
(partager)
Remonter