Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Voyager sur l'eau
traversée de l'embouchures du Rhone ou de gros ports en kayak 13
(partager)
posté le 01 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Salut tout le monde

J'envisage de faire Barcelone - Genova en kayak de mer. J'ai encore pas mal de soucis techniques à régler notamment en ce qui concerne la traversée des embouchures du Rhone ou de gros ports comme celui de Marseille - soucis sur lesquels Gilbert Corbières m'a déjà conseillé.

J'ai donc pleins de questions à vous poser mais avant tout je vais me présenter un peu mieux pour que vous puissiez cibler davantage vos réponses.

J'ai 24 ans, j'ai fait un DEA en imagerie médicale cette année, que je vais obtenir (c'est quasi sûr) ! Etant un peu perdu dans la finalité de mes études, j'ai décidé de faire une année sabbatique voire peut-être deux. Je suis quelqu'un de sportif. J'ai fait beaucoup de judo jusqu'à l'âge de 18 ans à un niveau national (pôle espoir) puis je suis passé aux sports de plein air qui ont été pour moi une révélation. Donc maintenant je fais beaucoup de vtt (plus typé cross country environ 4000km/an) et pas mal de kayak d'eaux vives (de classe I à IV). J'ai fait une semaine de kayak de mer à Sormiou dans les calanques près de Marseille qui s'était merveilleusement bien passée.

Je n'ai aucune expérience sur des treks longs en solitaire.
Au niveau physique, je suis capable d'enchaîner plusieurs jours de suite des efforts longs mais étant seul et sur une période si longue je ne sais pas comment mon corps va réagir.
Au point de vue technique en kayak, j'ai ma pagaie marron presque noire en kayak d'eaux vives. Je sais esquimoter.

Je compte faire cette expédition avec un kayak rigide et en solitaire. Mais si quelqu'un veut m'accompagner sur un bout de chemin, il est le bienvenu !

Un ami erasmus italien passionné de voile m'a proposé de partir de Gênes et d'aller au sud de l'espagne sur un voilier (dans lequel je pourrais mettre mon kayak. Cet ami étant également en année sabbatique, nous avons un peu de temps pour régler ça.

Voilà pour la présentation.

Je compte déjà faire Argelès jusqu'à Cadaquès avec mon kayak rempli de tout ce qu'il faut pour bivouaquer... afin de me faire une petite idée de la manoeuvrabilité du kayak, de l'effort demandé...

Voilà mes questions :

est-il sensé et prudent de faire une telle expédition (Barcelone - Gênes) en solitaire étant donné le peu d'expérience acquise (c'est-à-dire aucune) en long trek en solitaire ? j'avais pensé le faire en vélo au début mais c'est plus sympa en kayak (et surtout plus long en temps) !

comment procéder pour traverser l'embouchures du Rhône et les grands ports ?

ai-je le droit de dormir sur les plages avec une tente et mon kayak ? cela ne ressemble-t-il pas à du camping sauvage ?

comment ne pas se faire voler son kayak et ses affaires lorsque je voudrais faire mes emplettes (nourriture...) ? c'est une question qui va vous paraître stupide...

Je vous remercie par avance.
Jérôme
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
posté le 03 juil. 2007

Yann Solo
Martinet
(26 messages)
Inscription : 13/12/06

Message privé
Salut JayJAy
première réponse, à la question est-il sensé et prudent de partir faire cette aventure ?
NON ! qu'elle meilleure raison donc de partir au plus vite ! En étant plus sérieux, un périple en méditerrannée est une bonne première expérience du kayak en solitaire. Tu as l'air sportif, et tu as de l'expérience en eaux vive... le seul souci que tu rencontrera à mon sens, (bivouacs mis à part )c'est de te sentir seul... tu sauras très vite si tu es fais pour ça, ou pas ! En ce qui concerne les bivouacs donc. Tu vas galérer certains soirs. Le plus judicieux est de ne pas planter la tente trop tôt, et de laisser les grasses mâtinées à plus tard. Parfois un sourire suffira à te faire accepter partout, d'autre fois rien n'y fera... tu pourra à loisir philosopher sur l'humain, en squattant un coin discret ! Pour le vol du bateau... hum tu devra faire confiance à des humains !! mais l'autonomie que tu aura avec ton kayak te permettra de choisir ces personnes de confiances. Personellement, quand je devais ravitailler sans savoir où laisser le bateau, je le laissais sur la plage au milieu des baigneurs, qui ne savaient pas à qui il appartenait... inutile de dire que je faisais les courses à la hâte ! Pour finir, le passage des grands ports. Regarde avec google earth qu'elle est la passe la plus courte, et fonce ! Voila le plus grand danger de ton périple. Il faut savoir que si tu vois les tankers arriver de très loin, eux ne peuvent presque pas te voir ! leur cabines étant à l'arrière, il ne voient pas ce qui se trouve à un demi-mile devant eux... Pour ma part, j'ai opté pour un réflecteur radar, qui me permet, enfin je me plais à le croire, d'apparaitre sur leur écran radar. Pour le reste, anticipation, et patience sont les maitres mots ! Mais au final, en rasant la côte, tu ne devra traverser que les chaneaux d'accès aux ports.

Voilou. tiens moi au courant, et si tu as d'autres questions, je m'y connais un p'tit peu en K-Mer...
"La fonction propre de l'homme est de vivre non d'exister. Je ne perdrai pas mes jours à essayer de prolonger ma vie. Je veux brûler tout mon temps." Jack London.
posté le 03 juil. 2007

Jérôme2
Martinet
(23 messages)
Inscription : 12/09/06

Message privé
Hello!

Ce type de projet me fait rêver! J'espère de tout coeur que tu puisses le réaliser comme tu le souhaites!

Etant possesseur d'un kayak gonflable, je me demande quelle est la réglementation en dehors de la France (Italie, Espagne par exemple)?

Je vais naviguer cet été en Italie (et en Corse), et je me demande si quelqu'un connaît la réglementaion italienne concernant les gonflables?


Meilleurs messages!

Jérôme (eh oui, moi aussi!)
posté le 03 juil. 2007

guerin
Hirondelle
(7 messages)
Inscription : 29/04/07
Lieu : 56 guidel

Message privé
[q]j'ai opté pour un réflecteur radar, qui me permet, enfin je me plais à le croire, d'apparaitre sur leur écran radar[/q]

je pense qu il vaut mieux eviter les tankers, meme s ils te voient, je vois mal un tel bateau mettre de la barre ou en arriere pour eviter un kayak, surtout s ils sont dans un chenal!!!ils prefereront te passer dessus:/
http://monsite.wanadoo.fr/laissesdemer/
posté le 03 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Salut tout le monde

Merci pour vos réponses.
J'ai appris aujourd'hui que j'ai eu mon dea.
Je mourrais moins bête lors de mon périple en kayak quand un gros tanker m'aura passé dessus. :)

Pour répondre à Yann Solo, plus c'est insensé plus ça me motive !

Concernant le danger avec les gros tankers, je compte être le plus près de la côté possible pour essayer de trouver des petits coin sympas pour me poser tranquillou, mettre mon hamak, bouquiner et faire la sieste à l'ombre. Dans les calanques entre Marseille et Cassis, c'était l'idéal pour ça.

En ce moment, je lis La marche dans le ciel de Sylvain Tesson et Alexandre Poussin. C'est incroyable ce qu'ils font. Je ne m'attends pas à trouver autant d'hospitalité qu'ils ont trouvée en Himalaya. Mais j'espère faire de belles rencontres tout de même mais pas avec de gros navires.

Je n'ai aucun matos de kayak à part des chaussons, un top et un short ripcurl acheté sur canoe-shop.com. J'ai été un peu dégouté quand j'ai appris que leur magasin se trouvait à Quingey dans le Doubs juste au bord de la Loue et que je suis passé devant plussieurs fois en kayak sans le savoir. Ca m'aurait éviter de payer les frais de port.

Je n'ai aucun matos car j'en faisais dans une structure. Je me demande donc quel kayak de mer acheté. Je voudrais bien prendre un tooka presto 475 que j'ai eu la chance d'essayer pendant 1 heure et les sensations de glisse était merveilleuse. Mais c'est assez cher et pas assez résistant aux chocs pour le périple que je voudrais faire.

Cet été, je vais faire 2 semaines de vacances en Tchéquie et en Slovaquie avec ma petite amie tchèque et des amis erasmus (rando, kayak, vtt...) et comme il se trouve que Hiko, célèbre marque dans le kayak, est tchèque et qu'on m'a dit que ça coutait presque deux fois moins cher là-bas, je compte faire mes emplettes là-bas en ce qui concerne la jupe, un autre short, un gilet, des sacs étanches, corde de sécu (mais quand on est tout seul je me demande si ça sert ?).

J'ai vu qu'un réflecteur radar ne coutaît pas trop cher. Merci du renseignement.

Un ami espagnol erasmus assez balèze en kayak est bien tenté de faire ce périple avec moi mais il doit faire sa thèse en math mais le connaissant il va peut-être craquer :D

Tchô
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
posté le 03 juil. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
Jérôme2 :
Je vais naviguer cet été en Italie (et en Corse), et je me demande si quelqu'un connaît la réglementaion italienne concernant les gonflables?

J'ai souvent navigué en Italie et je peux te dire que la règlementation concernant le kayak de mer n'est pas claire. Le problème vient du fait qu'aucun des règlements maritimes concernant les petites embarcations ne mentionne explicitement le kayak. Si on prend le règlement à la lettre, comme le kayak n'est pas mentionné comme "embarcation" il doit être considéré comme engin de plage. Mais il est aussi possible d'interpréter le texte et assimiler le kayak à une embarcation.
Le résultat est que le droit de naviguer au delà des 300 mètres est à la discrétion de l'autorité maritime. En clair c'est à la tête du client. Je recommande de ne jamais demander à un garde-côte ou à un carabinier. Il sera tenté de montrer l'autorité dont il est investi en répondant "non" même sans rien savoir de la règlementation.
Il n'y a pas de règlementation spécifique au kayak comme en France.

Au cours de mes séjours dans les eaux italiennes je n'ai jamais été contrôlé. Par contre j'emporte systématiquement l'équipement de sécurité habituel et j'applique les bonnes pratiques marines (préparation de la navigation, vérification de la météo, etc.)

Où vas tu en Italie ?
posté le 13 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Salut

Ca y est ! J'ai trouver un KMer. Je finalise l'achat la semaine prochaine donc dans moins de 15 jours je l'aurai. Youhou !
Finalement j'ai craqué j'ai pris un composite. C'est un Polyform Skyros Medium d'occasion (de 2006) bien équipé.

http://www.polyform.fr/

Concernant le passage du golfe de fos, j'ai regardé sur google earth et c'est vrai que c'est tendu.

Tchô
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
posté le 13 juil. 2007 mis à jour le 13 juil. 2007

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
Je partage à fond l'avis de Gilbert ( je ne connais pas l'endroit ) : être extrémement prudent avec les gros.
Regarde mon récit que j'ai fait sur le st Laurent au Québec : lorsqu'à un moment j'ai aperçu au loin ce qui devait être un méthanier il était au loin je me suis dit : celui-ci dans 15 minutes à peine il est là et ça n'a pas loupé il y avait des barcasses de pécheurs inconscients qui ne se sont pas poussés.
Les gros ( porte-conteneurs, gaziers,ferries...) ils arrivent très vite et tu fais très vite dans ton froc quand tu en vois un approcher.
Pour peu qu'il y ait du vent des vagues du courant....

Sinon excusez-moi de ne pas avoir le temps de tout lire en détail ; mais Jayjay l'arsouille étudie dit bien ta route avec les cartes du SHOM notamment
posté le 13 juil. 2007 mis à jour le 13 juil. 2007

khutzeymateen
Milan noir
(400 messages)
Inscription : 02/06/06

Message privé
JayJay l'Arsouille :
Voilà mes questions :

est-il sensé et prudent de faire une telle expédition (Barcelone - Gênes) en solitaire étant donné le peu d'expérience acquise (c'est-à-dire aucune) en long trek en solitaire ? j'avais pensé le faire en vélo au début mais c'est plus sympa en kayak (et surtout plus long en temps) !

Jérôme

Moi je dirais que la forme physique et expérience seule ne suffisent pas ; après tout chaque année dans les Alpes tu as des guides très chevronnés en Alpinisme qui perdent la vie.
Je dirais simplement qu'il ne faut pas tenter le diable d'être assez prudent sans gacher le plaisir et surtout bien faire une bonne route avec des cartes hydros par exemples comme celles du SHOM .
La méditerrannée est asez fréquentée surtout par exemple des endroits comme le Golfe de St Trop en été .
Faire extrêmement gaffe aux bateaux hors-bord et jet ski il y a souvent des inconscients

Gênes c'est la mer de Ligure c'est après San Remo et c'est assez fréquenté aussi donc faire gaffe aux hors bords
La mer de Ligure c'est un peu la Cote D'Azur italienne.
Je veux pas te faire peur mais c'est un peu risqué tout de même ; de Vintimille jusqu'à disons Séte, la Camargue, la cote est très accidentée et remue souvent avec le mistral et y'a pas toujours de zones de bivouacs.
Sans compter les innombrables propriétés privées.

Donc pour resumer et à mes yeux un peu risqué
posté le 14 juil. 2007

paleo_philou
Milan noir
(376 messages)
Inscription : 30/06/06

Message privé
Bonjour,

avant de partir, tu peux mettre tes affaires en ordre, partager tes biens et déposer ton testament chez un notaire, autant de démarches administratives en moins pour les ayant droits.

Que dieu te protége !!!
posté le 15 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Merci pour vos conseils de prudence que je vais m'efforcer de suivre.

Finalement, j'ai annulé la commande de mon kayak pour prendre plus de temps pour réfléchir à tout ça...
Je compte faire ce périple au mois de mai-juin.

J'ai repéré un chemin sur google-earth pour traversée fos sur mer. C'est peut-être une idée stupide.

Mon idée est de rester le plus près possible de la côté et non de traverser le golfe d'un coup et tout droit. Mon idée est la suivante : remonter le Rhône sur quelques kilomètres (je me demande si c'est possible) pour ensuite prendre ce qui semble être un petit canal qui me fait arriver un peu plus haut dans le port de fos sur mer.

Si vraiment cela est trop dangereux, je vais peut-être changer de parcours. Au départ, j'hésitais entre

* faire Barcelone ou cadaquès - genova en longeant les côtes. Avec quelques portions pas très interessantes comme argelès - narbonne mais en passant par la camargue :D. Je connais déjà un peu les calanques de Marseille à Cassis et le bord de côte qui va de nice à vintimille.

* partir de Nice, prendre le ferry, arriver à Bastia, aller jusqu'à bonifaccio par la côte ouest de la corse et faire ensuite une partie de la Sardaigne toujours en kayak pour ensuite prendre un ferry en direction de l'Italie.

Le fait de dépendre d'une voiture pour aller à Nice pour prendre le ferry m'avait fait opté pour le 1er parcours. Et je ne sais pas non plus si je peux prendre le ferry avec un kayak !

@+
Jérôme
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
posté le 16 juil. 2007

paleo_philou
Milan noir
(376 messages)
Inscription : 30/06/06

Message privé
dommage d'avoir annulé ton kayak car c'était un bon bateau qui convenait pour ton projet. Tu aurais pu faire quelques balades avant de te lancer dans ton grand projet et ainsi voir ce qu'il te fallait.

Surtout ne renonce pas, mais démarre prudemment pour ne pas être dégouté dés le départ.
Pour aller à l'étage il faut passer par l'escalier, qui se monte marche apres marche, quand on le monte quatre à quatre, on arrive essouflé en haut !!
posté le 16 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Je compte m'inscrire dans le club de kayak le plus proche de chez moi (à Villeneuve de la Raho) qui propose du kayak d'eaux vives, de mer et de l'aviron. Ainsi je pourrais continuer à me faire plaisir en eaux vives, à engrenger plus d'expérience en mer, et à avoir de super biscottos (comme au temps du judo) avec l'aviron. :D

Concernant l'achat du bateau, j'ai encore pas mal de temps devant moi. J'ai préféré annulé l'achat du kayak car j'aurais été très limite au niveau pécunier pour profiter de mes deux semaines de vacances en Rép. Tchèque et Slovaquie. Comme on compte monter le plus haut sommet de Slovaquie (à 2600 mètres et ...), qu'il faut prendre un guide...
J'ai encore le temps de trouver un composite d'occasion de bonne fabrication (polyform ou plasmor) d'ici le mois de mars ou d'avril. C'est vraiment dommage car c'était une bonne affaire.

J'aimerais beaucoup voir Sète et la Camargue en kayak. Donc si le trajet Cadaquès - Genova n'est pas possible et trop dangereux (pour moi et donc pour la santé de ma mère). Je ferais alors Cadaquès - Camargue - St Cyprien. Puis plus tard je ferais la côte ouest de la corse et une partie de la sardaigne.

J'ai un challenge prévu pour vendredi matin : faire perpignan - port bou en vélo en passant par argelès collioure port vendres bagnyuls et cerbère pour aller chrecher un ou deux litres de ricard et revenir par la même route (ou par la Tour Madeloc si je tiens une forme olympique). C'est un pari que j'ai fait avec un pote avec lequel je vais en tchéquie. Je lui ai parié une bouteille de ricard que je pouvais le faire. Donc il faut que je prenne aussi l'appareil photo pour lui montrer les preuves. Je vous enverrai les photos ! :D J'espère juste qu'il n'y aura pas trop de vent !

Tchô
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
posté le 20 juil. 2007 mis à jour le 20 juil. 2007

JayJay l_Arsouille
Martinet
(45 messages)
Inscription : 28/06/07
Lieu : Côte Vermeille

Message privé
Salut

Je l'ai fait, non sans un début de crampes dans les dix derniers kilomètres mais je l'ai fait !

Conditions idéales (du moins au début), parti très tôt donc peu de voitures, pas de vent. Ciel un peu voilé, température idéale (une vingtaine de degré).

Dès Argelès, puis davantage à partir de Collioure, une grosse envie de kayak de mer me submerge en voyant la mer et la côte à perte de vue. Découvrir la côte vermeille depuis la mer, c'est pour bientôt, il le faut.

Dès les premiers mètres de grimpette (pour aller du Racou à Collioure), le pédalage est bien fluide, bonne cadence, bonne nouvelle : j'ai les jambes. Je ne suis pas le seul cycliste. Les retraités en vélo de route en carbone côtoient les randonneurs du dimanche en vtt bas de gamme. Je mêle un peu des ceux types de cycliste : encore un peu jeune, à moitié randonneur du dimanche après un mois sans vrai sortie de vélo, en vtt en alu et carbone avec des pneus de 2 pouces.

Les montées et descentes s'enchaînent sans soucis et avec beaucoup de plaisir. La beauté du paysage me réconcilie avec les sorties de route (merci le ricard). J'observe la Tour Madeloc avec l'espoir d'avoir assez d'énergie pour grimper jusque là-bas lors du retour.

Sur la route entre Port-Vendres et Bagnyuls, je rattrape un homme d'une quarantaine d'années sur un vélo de route en carbone look de toute beauté. Un bijou de moins 8 kilos avec la tige de selle intégrée au cadre. On discute un peu, il compte monter la Tour Madeloc depuis Bagnyuls puis redescendre jusqu'à Collioure. Je lui fais par de mes conseils sur la Tour Madeloc, et du cul de sac du sommet de la montée très propice au malaise vagal (expérience vécue).

Il commence à hésite à grimper jusqu'au sommet puis il explose de rire quand je lui dis que je vais à Portbou pour acheter 2 litres de pastaga.

A la sortie de Cerbère, au début de la montée sur Portbou, le vent se lève. Moi qui avais esperé une erreur de la météo, je l'ai dans l'os. En plus, je vais l'avoir dans la gueule au retour. Je passe la frontière, joder, viva españa ! La descente sur Portbou n’est que du bonheur, profiter de l'excellent grip des pneus et faire l'extérieur aux voitures en vélo, dépasser les 60. Youhou !

Le litre de ricard et le litre de pastis prado dans le sac, quelques prises de photos, et c’est reparti. Le poids du pastaga se fait bien sentir. Sur la route du retour, je fais un bout de route avec des allemands. Le vent est vraiment fort. Obligé de pédaler pour dépasser le 35km/h dans les descentes et dans les montées dépasser le 15 km/h demande beaucoup d’effort avec le vent de face alors qu’à l’aller je grimpais à 20km/h sans vraiment forcer. Une fois à Bagnyuls, je prends quelques photos. J’aperçois la Tour Madeloc et me dis que ça sera pas pour aujourd’hui. Avec la route qu’il reste encore à faire, je sens que je vais en chier. Entre Bagnyuls et Port-Vendres, je rattrape un gars d’une trentaine d’années en vélo de route (encore un carbone de toute beauté, un willier) au prix d’un effort assez soutenu pour pouvoir me planquer derrière lui. Mais l’effort pour le rejoindre m’a cramé les cuisses. Reste encore trois kilomètres de montée, je me demande comment je vais pouvoir tenir sa roue jusque-là. A 500 mètres du sommet, mes cuisses me semblent être en ébullition, je sers les dents en pensant au ricard qui m’attend à la maison, je me sors les tripes. Ca y est j’y suis, ppffoouuu !! Joder, je l’aurai mérité ce litre de ricard ! Je me dis que je suis con, j’aurais du parié deux litres !  Dans la descente, je mouline le plus possible, les cuisses vont un peu mieux. Puis nos chemins divergent. Me retrouvant seul et encore bien loin de la maison, cet effort un peu inutile entre Bagnyuls et Port-Vendres m’a coûté beaucoup de force.

Fini de prendre les photos, ça fait trop mal aux cuisses quand je repars.

J’ai finalement réussi à arriver à bon port. Moyenne de l’aller : 26 km/h. Moyenne du retour : 20 km/h.

Bon je vous laisse c’est l’heure de l’apéro.

Jérôme


A Port bou


Vent violent pour le retour (à Cerbère)

Port de Bagnyuls avec la Tour Madeloc en arrière-plan
A vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! putaing-cong !
(partager)
Remonter