Communiqué
  • 23 mai : Attention lorsque vous êtes contacté par message privé pour une petite annonce, ça peut être une arnaque, on a mis en place des petites protections mais ça peut tout de même arriver. N'hésitez pas à nous signaler ces messages si vous en recevez ! Merci Olivier
Accueil des forums
Voyager sur l'eau
imatriculation kayak solar 300 12
(partager)
posté le 23 févr. 2007

philoumg
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 23/02/07
Lieu : Marseille

Message privé
Bonjour,

Je suis l'heureux processeur d'un gonflable Solar 300 avec lequel je sillonne les calanques de Marseille pour la ballade et pour la pêche.

J'ai appris réçament par les affaires maritimes que la pêche était interdite sans immatriculation. Je vais donc faire immatriculer mon kayak.

Ma question est la suivante: je dois une fois l'immatriculation faite faire figurer sur le kayak le nom, le numéro et la ville du bateau en lettre de 18 cm.

Quelle est à votre avis la meilleure solution afin de ne pas fragiliser le kayak et que ça tienne avec les pliages etc...

A+
Philippe
posté le 23 févr. 2007

philoumg
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 23/02/07
Lieu : Marseille

Message privé
Bonjour,

ca y est mon bateau est immatriculé du nom de ma fille (qui du coup est fière comme artaban !)... ça aura au moins servi à ça)

Je pêche avec une canne à la palangrotte ou à la traine, rien de spécial quoi !

Mais c'est la loi, il est interdit de pêcher d'une embarcation non immatriculé...

Pour une ballade pourquoi pas ?

Envois moi un mail quand tu "descend" :)

A+
Philippe
posté le 23 févr. 2007

philoumg
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 23/02/07
Lieu : Marseille

Message privé
Bonjour,

Tu ne parles pas d'une homologation en classe au dessus là ?

Pour ma part l'immatriculation n'a demandé qu'une pièce d'identité et facture du kayak...
Après le matériel style gilet, écope, bout de remorquage etc... je crois que c'est pour la catégorie au dessus de engin de plage...

Ceci dit si c'est possible d'homologué un gonflable en catégorie supérieure ça peut être intéressant... pour aller au frioul par ex :)

A+
Philippe
posté le 23 févr. 2007

lico
Martinet
(49 messages)
Inscription : 21/02/07
Lieu : sud

Message privé
Bonjour Gilbert corbieres,avez vous utilisé votre 2 places en solo?
Je suis proche de chez vous et ce genre d'engin m'interesse.
Où l'avez vous acheté?
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
Je vous suggère de lire attentivement cette page qui indique clairement qu'un engin de plage n'est pas immatriculable et donne la définition d'un engin de plage.
Les agents des affaires maritimes qui ont renseigné Philoumg devraient la lire aussi.
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
Si Philoumg a réussi à obtenir une immatriculation pour son bateau, son kayak devient de fait une embarcation légère à propulsion humaine homologuée pouvant naviguer jusqu'à deux milles d'un abri. Mais je doute que çà fasse jusrisprudence.

Philoumg : tu peux nous détailler le document d'immatriculation que tu les AFMAR t'ont donné ?
posté le 23 févr. 2007

a_quitté_le_forum
Sterne arctique
(239 messages)
Inscription : 23/02/07

Message privé
La question : engin de plage pour un gonflable apparemment pas de doutes ; par contre : 300m de la cote ? ou 300m d'un abri ?
un abri pour un gonflable c'est une cote sur laquelle on peut débarquer ( et donc diférent de l'abri pour un navire ...) :siffle:
pour notre part , nous avons accompagné des amis pour visiter la grotte de Bonnifaccio , le matin tot, avec une mer raisonable ; nous en rigide tandem 6° cat et eux a bord de cet excellent gonflable que nous avons utilisé également lors de voyage au canaries . bien entendu le retour dans des eaux plus calmes est conseillé avant la venue des bateaux de promenade ( vers 9h du matin )
un seul défaut a ce bateau :la dérive en alu a un prix "comique " ( mais cela a peut ê^tre changé depuis 2005)
il est tout a fait possible de bricoler une dérive bien meilleur marché et moins "dangereuse" pour le bateau en découpant dans une plaque de polyéthylène de 5mm d'épaisseur deux ailerons qui s'emboiteront dans les ouvertures d'origine .
Utilisateur ayant souhaité quitter le forum...
posté le 23 févr. 2007

philoumg
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 23/02/07
Lieu : Marseille

Message privé
Bonsoir,

il ne faut pas confondre l'homologation et l'immatriculation.

Pour ce qui est la catégorie de navigation, un gonflable est dans la catégorie engin de plage donc règle des 300m etc...

Par contre il est possible de l'immatriculer (la preuve le mien à ses belles lettres collés et j'ai une carte d'immatriculation).
Cela ne me permet pas pour autant de passer dans une catégorie supérieure de navigation, cela me permet juste de pêcher en toute légalité...
Au passage première sortie sur "Enora" (et oui ce n'est plus un simple solar 300 :) test de ma traine, résultat un beau maquereau de 800g...

A+
Philippe
posté le 23 févr. 2007

philoumg
Hirondelle
(10 messages)
Inscription : 23/02/07
Lieu : Marseille

Message privé
Bonsoir,

d'autres infos glaner de ci de la

****************************************************************************
Les bateaux autorisés

Tout d'abord, sachez que la pêche est autorisée uniquement à bord d'un bateau immatriculé. C'est à dire qu'un engin de plage, un kayak non immatriculé, une annexe à rame ou à moteur ne peuvent être le support flottant de votre passion.

Cependant, si vous avez une embarcation (petit pneumatique ou canot) qui sert d'annexe ou qui dort dans votre garage, rien ne vous empêche de la faire immatriculer aux affaires maritimes pour ensuite s'en servir à la pêche.

Un bateau immatriculé doit avoir sur sa coque, écrit en grande lettre sur chaque côté de la coque (18cm minimum, pas un de moins! Les lettres et chiffres non maillés doivent être remis à l'eau!), son numéro d'immatriculation. Le nom du bateau et son quartier d'immatriculation doit aussi être présent sur l'arrière, mais aucune taille de lettre n'est imposée.
Le numéro d'immatriculation est obligatoire, les chiffre devant faire 18 cm de haut minimum.

Votre bateau ainsi paré de ses guirlandes administratives, avec sa carte de navigation et/ou son acte de francisation, peut partir en pêche!
******************************************************************************************

Avec une embarcation classique, en mer, la navigation à plus 300 metres d’un endroit de débarquement (plage, port, île) est interdite.

Néammoins, avec certains kayaks destinés spécifiquement pour la mer et l’équipement adéquate cette limite peut être poussée à 2 ou 5 milles. C’est ce que permet l’homologation 6ème catégorie.
Un engagement du constructeur

Certains constructeurs ont choisi de fabriquer des kayaks 6ème catégorie pour permettre aux pagayeurs d’aller au delà de la limite des 1 mille des côtes. Ce sont des kayaks prévus pour la mer qui respectent certaines normes, notamment de flotabilité. Le kayak doit flotter horizontalement en eau douce, les deux pointes ou le point le plus haut de l’hiloire, selon le cas, émergeant d’au moins 2 cm, en étant rempli d’eau et lesté de 15 Kg de fer par personne embarquée. Bref, l’embarcation doit flotter même remplie d’eau. Pour cela les constructeurs equipent les kayaks de réservoirs d’air intégrés ou de matériaux à faible densité (mousse) qui assurent la flotaison.
Un équipement adéquate

Avoir la bonne embarcation n’est pas tout. Il faut aussi s’équiper en conséquence.

L’équipement nécessaire pour une navigation jusqu’à 2 milles des côtes est le suivant :

- un gilet de sauvetage aux normes européennes par personne embarquée.
- un bout d’amarrage muni d’un mousqueton, d’une longueur au moins égale à la longueur du bateau
- une pagaie de secours
- une dispositif permettant d’assurer l’étanchéité du ou des trous d’hommes, sauf pour les sit on top
- une écope reliée par un bout au bateau ou une pompe d’assèchement, sauf si le cockpit est auto videur
- un taquet (ou dispositif équivalent) permettant le remorquage
- une ligne de vie
- un moyen lumineux de repérage (lampe flash, bâton luminescent...)

Pour la navigation au-delà de 2 milles et jusqu’à 5 milles d’un abri, cette liste est complétée par :

- une lampe électrique étanche en état de marche
- un compas magnétique conforme à une des normes suivantes : ISO 613, ISO 10316, ISO 14227
- 3 feux rouges à main conforme à la division 311 « équipement marin »
- une corne de brume
- une carte marine de la zone de navigation concernée
- un miroir de signalisation
- un dispositif d’aide à l’esquimautage ou un flotteur de pagaie, sauf pour les sit on top

Ce matériel est indispensable pour votre sécurité et il sera vérifié en cas de controle par les Affaires Maritimes. Il existe sous forme de ’kit’ que l’ont peut acheter.
Les changements opérés cette année (2005) pour la navigation en mer :

Les 6ème et 5ème catégories sont supprimées. C’est-à-dire qu’elles ne seront plus attribuées par les constructeurs ou les commissions de certification FFCK. Les propriétaires des kayaks homologués peuvent néanmoins conserver le bénéfice de la précédente homologation et continuer à naviguer avec la carte d’immatriculation en 6ème catégorie délivrée par les Affaires Maritimes. Les nouvelles catégories A, B, C et D sont des catégories de conception des navires. Elles sont définies, non plus en fonction de la distance d’éloignement d’un abri, mais en fonction de grandes zones de navigation, (hauturière, large, côtière...) et de condition et de l’état de la mer. Elles représentent une indication au pratiquant sur les conditions de navigation pour lesquelles son embarcation est adaptée, et au-delà des quelles elle ne l’est plus.

Deux catégories concernent les kayaks de mer :
- Catégorie C : Navire pour la navigation a proximité des côtes , dans les baies, estuaires, lacs et rivières (vent f. 6, vagues 2m)
- Catégorie D : Navire pour la navigation en eaux protégées, petits lacs, rivières et canaux (vent f. 4, vagues 0,5 m). Les distances d’éloignement d’un abri (2 milles et 5 milles) définissent non plus les catégories, mais les conditions réglementaires de navigation.
Les embracations aux anciennes normes 6ème catégorie :

Les propriétaires de bateaux homologués en 6ème catégorie avant 2005 possédant leur carte d’immatriculation ont la possibilité de ne faire aucune modification sur leur bateau et continuer à naviguer dans les mêmes conditions.
Cas des anciennes embarcations qui n’étaient pas homologués :

Il est possible d’immatriculer tout de même votre embarcation

*******************************************************************************************************************************

A+

Philippe

en bonus mon premier maquereau en solar 300 + traine
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
andy :
La question : engin de plage pour un gonflable apparemment pas de doutes ; par contre : 300m de la cote ? ou 300m d'un abri ?
un abri pour un gonflable c'est une cote sur laquelle on peut débarquer ( et donc diférent de l'abri pour un navire ...) :siffle:

Une fois de plus je vais suggérer le lire le texte officiel qui répond explicitement à cette question. Je cite :
"RAPPEL : les embarcations gonflables mues exclusivement par l'énergie humaine sont des engins de plage et leur zone de navigation est limitée à la bande côtière des 300 mètres." fin de citation.
Pas de notion d'abri donc pour les engins de plage. Point final.
Le notion de distance maxi d'un abri, un abri étant un lieu ou l'équipage peut être débarqué en sécurité (définition valide pour tout type d'embarcation) n'existe que pour les embarcations autres que les engins de plage.
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
philoumg :
Bonsoir,

il ne faut pas confondre l'homologation et l'immatriculation.

Pour ce qui est la catégorie de navigation, un gonflable est dans la catégorie engin de plage donc règle des 300m etc...

Par contre il est possible de l'immatriculer (la preuve le mien à ses belles lettres collés et j'ai une carte d'immatriculation).
Cela ne me permet pas pour autant de passer dans une catégorie supérieure de navigation, cela me permet juste de pêcher en toute légalité...

Je suis bien d'accord.
Ce qui m'intéresse ce sont les références du texte qui fixe les conditions d'immatriculation pour l'utilisation d'une embarcation pour la pêche d'une part, et ce qui figure sur la ta carte d'immatriculation d'autre part.
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
gilbert corbières :
Dans une bande côtière de 300 mêtreset non à 300 mêtres d'un abri; pour un gonflable, la côte est un abri!
Et dans les calanques ou tout autre côte rocheuse escarpée???
Le "Règlement" est là et à tout prévu...Tu parles!
C'est donc à partir de ce moment que chacun devient " responsable " de ses décisions et doit assumer, la mer c'est cela.

GAELOUNET ( car tu as l'air le plus éclairé, ceci étant dit avec le plus profond respect et noyus semblons être en phase) ou d'autres , quel est votre avis ?

Il est évident que la bande côtière des 300 mètres peut être une zone dangereuse, et ce quelle que soit l'embarcation. Mais pour une fois que la règlementation est en ma faveur, je ne vais pas me gêner pour exploiter ses ambiguités. En respectant les règles du bons sens (je ne tiens pas à voir mon nom sur la stèle des péris en mer de mon village).
posté le 23 févr. 2007

Gaelounet
Milan noir
(331 messages)
Inscription : 19/05/06
Lieu : Paris

Message privé
philoumg :
en bonus mon premier maquereau en solar 300 + traine

Belle prise ;)
(partager)
Remonter