Rando-bus : 2 jours par la Réserve des Hauts de Chartreuse

(réalisé) share(partager)
Récit d'une aventure express en Chartreuse où je rejoins Vincent qui m'a proposé de venir tester un itinéraire de randonnée accessible sans voiture au départ de Grenoble.
randonnée/trek
Quand : 19/06/21
Durée : 2 jours
Distance globale : 17.2km
Dénivelées : +1561m / -1287m
Alti min/max : 881m/1999m
Carnet créé par nb06 le 15 sept.
modifié le 25 oct.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus stop
Précisions : Aller : ligne T40 entre Grenoble et Saint-Pierre-de-Chartreuse, départ à 8h40 à la gare routière. Retour : stop depuis le col de Marcieu jusqu'aux Eymes, puis bus 6020 vers Grenoble
156 lecteur(s) - 1
Vue d'ensemble

Le topo : Section 1 (mise à jour : 25 oct.)

Dénivelées section : +120m /
Section Alti min/max : 881m/1999m

Description :

Accès mobilité douce :
Aller : depuis Grenoble, bus pour Saint-Pierre-de-Chartreuse (cars Région ligne T40).
Retour : depuis le plateau des Petites Roches (col de Marcieu), bus (cars Région ligne T85) pour rejoindre Grenoble (la Tronche).

Itinéraire pour le J1 (samedi 19 juin 2021) : du parking devant l'église de St-Pierre-de-Chartreuse, traverser le village (on passe devant la poste) et prendre le sentier qui monte en direction de la chapelle du Rosair. Sous la chapelle, se diriger en direction du SE sur un sentier bien tracé légèrement descendant. On récupère rapidement le GR de pays qui monte raide en forêt. GR de pays que l'on va suivre jusqu'à la cabane de Bellefont en passant par les Rochers du Mollard, le collet de Maupasset, et le col de la Saulce. A la cabane de Bellefont, on suit le sentier bien tracé qui monte jusqu'au col de Bellefont. Aller-retour rapide sans les sacs jusqu'au sommet des Lances de Malissard. Puis redescente dans le vallon de Marcieu pour le bivouac sous le col de Bellefont, à proximité du point côté 1771.

Bivouac : le bivouac est réglementé dans les réserve : durant l'été 2021, le bivouac en tente a été interdit en raison de al trop forte fréquentation, seul le bivouac à la belle étoile étant alors autorisé ! A vous les nuits étoilées !

Eau à proximité du chemin : tuyau (avec bon débit fin juin 2021) à proximité de la cabane de Bellefont.

Période conseillée : entre début juillet et avant l'arrivée de la neige, afin de limiter le dérangement de la faune, en particulier les tétras-lyres.

A voir : le film "la Nature en Partage" de Clara et Thibaut Lacombe pour découvrir les enjeux de la préservation de l'environnement en Chartreuse.
https://youtu.be/JupdRZv5AIU
Ma position

Milieu traversé :

Environnement : [montagne, plateau] Biotope : [minéral, forêt]

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 1 (mise à jour : 25 oct.)

4h30, le réveil sonne, ça fait tôt pour un samedi matin... Mais il ne faut pas que je traîne, le train part à 5h44 de la gare d'Annecy. Et je compte bien m'y rendre à pieds, pas trop envie de laisser mon vélo stationné deux jours à proximité de la gare.
7h27, aucun retard, je débarque à la gare de Grenoble, et je retrouve Vincent, accompagnateur en montagne, et son groupe d'étudiants du club Grenoble Rando Université. L'objectif du week-end est de traverser, à pied et un peu chargés, la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse entre le village de Saint-Pierre-de-Chartreuse et le col de Marcieu.
Nous sautons dans un bus, et entrons, via le col de la Placette et les gorges du Guiers Mort, dans le massif de la Chartreuse, ce massif qualifié par Stendhal d'"émeraude des Alpes". Effectivement, c'est particulièrement vert en cette fin juin, signe d'un printemps plutôt bien arrosé sur les Alpes, et malgré l'atmosphère un peu brumeuse - encore du sable venu tout droit du Sahara par vent de Sud... - les couleurs sont très belles à notre descente du bus.
Terminus du bus, c'est à pattes que nous avancerons maintenant.
Terminus du bus, c'est à pattes que nous avancerons maintenant.
Nous voici à Saint-Pierre-de-Chartreuse, village et principale station de ski du massif. Mais rien à voir avec les énormes stations alpines qu’on connaît ailleurs, cette station de moyenne altitude débute à 900 m seulement pour culminer à 1700 m d’altitude. Avec le réchauffement climatique mesuré notamment à quelques kilomètres de là à la station Météo-France du Col de Porte, son avenir est déjà en sursis et sa télécabine ne rouvrira sans doute pas à la prochaine saison après 2 hivers marqués par la crise sanitaire.
Evolution des hauteurs de neige, des températures et du cumul des précipitations à la station Météo-France du col de Porte entre 1961 et 2010.
Evolution des hauteurs de neige, des températures et du cumul des précipitations à la station Météo-France du col de Porte entre 1961 et 2010.
Heureusement, le village ne mise plus sur le tout ski et a déjà entamé depuis quelques temps sa reconversion touristique, en particulier en contribuant à l'essor du trail au travers de l’entreprise Raidlight pionnière en la matière, qui s’y est installée en 2011.

Bon il est temps de démarrer notre traversée : certains complètent leur stock d’eau (le cimetière n’est pas loin) ou de nourriture (la boulangerie n’est pas loin non plus) et en avant la troupe !
Nous traversons le village afin de rejoindre le sentier qui monte à la chapelle du Rosair.
Traversée du village avant de trouver les sentiers.
Traversée du village avant de trouver les sentiers.
Après une brève traversée descendante, nous nous élevons en forêt, par un sentier bien raide pour rejoindre les Rochers du Mollard. Le GR de Pays est alors très confortable, mais il ne faut pas en sortir car ça plonge de manière vertigineuse sur le vallon de Perquelin.
Nous continuons notre chemin jusqu'au collet de Maupasset où nous faisons notre pause déjeuner. Cool, les sacs vont s'alléger un peu.
Petite pause dans la montée raide vers les Rochers du Mollard.
Petite pause dans la montée raide vers les Rochers du Mollard.
Contemplation avant la pause déj' au collet de Maupasset.
Contemplation avant la pause déj' au collet de Maupasset.
S'ensuit une magnifique traversée en forêt vers le col de la Saulce durant laquelle nous ramassons quelques feuilles d'ail des ours pour accompagner le plat de pâtes du soir. Nous y croisons un arbre à la circonférence remarquable si bien qu’il faut s’y mettre à plusieurs pour l’entourer ! Il ne doit plus être tout jeune mais a été préservé de la coupe pour son rôle sur la biodiversité.
Il est gros celui-ci !
Il est gros celui-ci !
De l'ail des ours, miam !!!!!!
De l'ail des ours, miam !!!!!!
Après le col de la Saulce, nous attaquons le dernier gros morceau de la journée, la montée qui nous mène jusqu'au sommet des Lances de Malissard, via la cabane et le col de Bellefont.
Une pause s'impose juste après la cabane à la seule source de la journée, afin de s'hydrater, et de se charger en eau pour le repas du soir et le petit déjeuner du lendemain matin. Et oui, la Chartreuse est belle de ses falaises de calcaires, mais elle impose de bien gérer son stock d'eau. Merci à Sea to Summit de fabriquer des sacs étanches qui peuvent aussi servir de réservoir de fortune ! Bon, ce n'est tout de même pas ce qu'il y a de plus simple à transporter (presque 10 L d'eau), surtout sur les 300 m de dénivelé positif pour accéder au col de Bellefont. Heureusement, nous nous relayons pour cette tâche difficile. :D
Entrée dans la réserve.
Entrée dans la réserve.
De l'eau pour ce soir et demain matin !
De l'eau pour ce soir et demain matin !
Bon, ce n'était pas la montée la plus facile, avec 10 kg d'eau en plus !
Bon, ce n'était pas la montée la plus facile, avec 10 kg d'eau en plus !
Au col de Bellefont, nous laissons nos affaires pour aller admirer la vue depuis le sommet des Lances de Malissard (2045 m). Un sommet qui s’atteint vite par une sente raide au milieu des rochers mais pour lequel il faut être vigilant avec chaque caillou. On en prend plein les yeux avec la vue qui s'étend de... la Dent de Crolles à la réserve des Hauts Plateaux de Chartreuse ! Et oui, plus loin, on ne voit pas grand chose avec cette atmosphère brumeuse qui laisse tout de même passer la lumière du soleil. :ermm:
A l'assaut des Lances !
A l'assaut des Lances !
Atmosphère un peu... sableuse depuis le sommet des Lances de Malissard.
Atmosphère un peu... sableuse depuis le sommet des Lances de Malissard.
On retourne au col, on récupère nos affaires, et on plonge dans le vallon de Marcieu pour trouver un emplacement de bivouac sympa pour la nuit. Nous sommes dans la réserve, alors pas de feu, on tombe pourtant sur un foyer récent...
Le vent de Sud est fort, les tentes vont bouger cette nuit. Pour le dîner, nous allons nous abriter dans une faille (renommée depuis “la faille de Vincent”) sous la crête de l'Alpette ; après l’apéro, les pâtes à l’ail des ours font des merveilles.
Notre salle à dîner.
Notre salle à dîner.
Et la faille de Vincent !
Et la faille de Vincent !
Bonne nuit, et à demain pour la fin de ce petit périple en mobilité douce.
Dodo sous le vent !
Dodo sous le vent !
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65