Massif Central en vélo par les plus petites routes possibles

(réalisé) share(partager)
Je voulais revoir cette région de la France où enfant, j’ai passé quelques vacances d’été dans la maison de campagne de mes grands-parents, et où je n’étais plus retournée depuis.
Le vélo est devenu pour moi le mode naturel  et évident de voyage ; la carte sous les yeux, je suis irrémédiablement attirée par les routes les plus petites et les plus sinueuses, qui doivent garder leur charme secret, à l’abri des circuits touristiques. Je voudrais les visiter toutes. Mais la réalité revient vers moi me dire qu’il va falloir faire un choix.
Seule certitude, je partirai d’Aurillac au sud et arriverai à Clermont-Ferrand. Sept jours pour rejoindre ces deux villes étant plus que suffisant, j’ai le temps d’improviser et de m’écarter des itinéraires logiques. Le parcours s’est de fait, dessiné au fur et à mesure de ma remontée vers Clermont, selon la carte ou les paysages qui s’offraient à moi.
J’ai découvert un Massif Central d’un vert profond et apaisant en cette saison, aux larges horizons sur les plateaux, habités par des villages de pierre oubliés de nos mémoires et pourtant  encore bien vivants, même si, des volets fermés ici et là, témoignent d’un exode rural qui rongera plus tard la vitalité de ces grands espaces.
Le choix des petites routes blanches sur la carte, me réjouit et me fait croire à l’aventure. Tellement désertées, que j’ai dû attendre un jour que deux oies prenant le soleil au milieu du macadam, et défendant âprement leur territoire, me laissent enfin la voie libre.
Les gens sont parfois étonnés de me voir passer chargée, et j’ai reçu beaucoup d’encouragements spontanés. Ici, il y a très peu de « vélos sacoches » (je n’en ai croisé qu’un en sept jours), et je pense peut-être naïvement, que les habitants ressentent un plaisir ou une reconnaissance de savoir que leur terroir « mérite » un intérêt ?
Je ne peux m’empêcher de penser également, que l’isolement de ces plateaux et montagnes, un luxe de paix en cette saison, doit rudoyer ses habitants ou la faune l’hiver, qu’il doit falloir se forger un caractère résistant dont la vie, sans doute trop confortable de beaucoup d’entre nous, a lentement assoupi.
Seul regret de ce voyage, je n’ai pas réussi à aller bivouaquer au sommet d’un volcan, pari que je m’étais fixé. Les volcans accessibles, en dehors du Puy de Dôme sur-fréquenté, ne le sont que par des sentes discrètes, impossibles à parcourir avec un vélo, même à la main.
vélo de randonnée
Quand : 18/06/20
Durée : 7 jours
Distance globale : 306km
Dénivelées : +6329m / -5227m
Alti min/max : 596m/1707m
Carnet créé par Stine le 03 juil.
modifié le 28 juil.
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train
Précisions : Départ de la gare d'Aurillac Arrivée à la gare de Clermont-Ferrand
93 lecteur(s) - 1
Vue d'ensemble

Le topo : J2 : Saint Cirgues de Jordanne - lac du PêcherSection 2 (mise à jour : 28 juil.)

Distance section : 45.2km
Dénivelées section : +1180m / -815m
Section Alti min/max : 771m/1578m

Description :

La pluie s’est arrêtée ce matin, mais le ciel reste couvert. En remontant la vallée de la Jordanne, on aboutit au Puy Mary. Et chouette ! J’apprends que des travaux sur la route près du col, coupe la route aux voitures ; seuls les cyclistes et piétons ont le privilège de pouvoir traverser vers le versant Nord. Cet heureux hasard protège la route d’une circulation que j’imagine intense en été, et me permet de savourer le calme et les traversées de village en pierre. Arrivée au Pas de Peyrol, j’abandonne  mon vélo pour une heure, et me dépêche de faire l’aller-retour au sommet du Puy Mary, non encore envahis par les prochains vacanciers.
Mais motards et cyclistes commencent à se mélanger et à brailler à la terrasse du bar du col que je déserte rapidement. Un seul petit kilomètre et demi plus bas versant nord, dans une tranquillité absolue face au Puy de Sancy, un buron reconverti en restau-buvette me sert un plat local onctueux dont j’ai déjà oublié le nom. Il ne faut pas s’écarter bien loin pour trouver la sérénité autour de soi. 
Je poursuis la descente sur Dienne Saint Cirgues et quitte la départementale, pour suivre le cours torturé des routes secondaires, qui va me mener à la Boissonnière où il faut absolument aller rendre visite à l’atelier de poterie. J’irai ensuite poser mon bivouac près du lac du Pêcher.
Le paysage est d’un vert intense et ouvert au sud sur le massif du Puy Mary.
Voir ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : J2 : Saint Cirgues de Jordanne - lac du PêcherSection 2 (mise à jour : 28 juil.)

Vue depuis le Puy Mary
Vue depuis le Puy Mary
Route en crête descendant du Puy Mary
Route en crête descendant du Puy Mary
Le Cantal est un pays de vaches ; mais se glissent de temps à autres quelques équidés
Le Cantal est un pays de vaches ; mais se glissent de temps à autres quelques équidés
Lac du Pêcher
Lac du Pêcher
Tour d'horizon au sommet du Puy Mary
Tour d'horizon au sommet du Puy Mary
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°60