23 invités en ligne

Lofoten - la traversée hivernale

(réalisé)
Voici le récit de la traversée hivernale des îles Lofoten que j’ai réalisée en solitaire en mars 2022 : deux semaines de randonnée itinérante à ski et à pied au nord du cercle arctique.
ski de randonnée / randonnée/trek
Quand : 13/03/22
Durée : 19 jours
Distance globale : 189km
Dénivelées : +7894m / -7925m
Alti min/max : 1m/686m
Carnet publié par Clemclem le 12 févr. 2023
Mobilité douce
Réalisé en utilisant transports en commun (train, bus, bateau...)
C'est possible (ou réalisé) en train stop
Précisions : Train jusqu'à Bodo ; puis bateau Bodo - Svolvaer 3 jours allers / 3 jours retours
Coup de coeur ! 1774 lecteur(s) -

Le topo (mise à jour : 12 févr. 2023)

Description :

(attention les différents segments de la trace ne correspondent pas aux jours !)

Télécharger les traces et les points de ce carnet GPX , KML

Le compte-rendu (mise à jour : 12 févr. 2023)

Avant de se lancer dans l’aventure, un avertissement : c’est une randonnée difficile, risquée, pour des personnes expérimentées en montagne et en bonne condition physique. Ne vous lancez pas sans être très bien préparé.e ; )
les préparatifs
Partir seul en itinérance en hiver, c’est beaucoup de préparation et d’organisation ! J’ai cherché un.e partenaire mais personne n’était motivé ou disponible. J’ai pu quand même bénéficier de l’aide et de conseils de différents skieurs et guides français ou locaux qui connaissent bien les îles Lofoten et leur spécificités.

la sécurité
Marcher et skier seul en hiver peut représenter différents risques : chute, avalanche, hypothermie… je me suis mis à jour de mes formations en nivologie et en recherche de victimes. J’ai aussi consulté pendant des mois les bulletins locaux de neige et d’avalanche afin de me familiariser avec les conditions sur place.
Heureusement, la couverture réseau sur les îles est excellente. J’estime qu’environ 75% de l’itinéraire est couvert par le réseau, ce qui m’a permis de m’affranchir d’un téléphone satellite. J’envoyais ma localisation toutes les deux ou trois heures à mes parents, qui m’ont également aidé en me retranscrivant 2 fois par jour les bulletins neige et avalanche. J’étais bien sûr équipé en DVA, pelle, sonde, et un équipement plus exotique : la balise de détresse. Elle permet d’appeler au secours par GPS, après s’être préalablement inscrit sur la fréquence de détresse. Très pratique en cas de chute et immobilisation. Par contre, en cas d’ensevelissement, cet équipement n’est pas suffisant car les secours sont à deux ou trois heures de trajet. L’idée était donc d’être très prudent et conservateur, et prévoir systématiquement un ou plusieurs itinéraires alternatifs.

l’itinéraire
Bien que n’étant pas très hautes, les montagnes des îles Lofoten sont abruptes et étendues (150-200 km). J’ai répertorié tous les itinéraires et topos à ski disponibles (peakbook, camp to camp, skitour, livres…). Une fois compilés tous les itinéraires, j’ai dessiné le chemin en ajoutant les parties non décrites à l’aide de cartes (topo, pentes, 3D…). Il fallait également localiser les cabanes et abris, et prévoir plusieurs itinéraires alternatifs.

Le poids
En prenant en compte l’équipement de ski et de sécurité, le couchage et l’alimentation, le poids devient un facteur très important. Finalement, j’ai réussi à réduire le poids à environ 17 kgs skis au pieds / 20 kgs avec les skis sur le dos. (en comptant l’eau et la nourriture). Ma liste de matériel :

TypeObjetQuantitéPoids
CouchageTente13180
SkiSkis12270
AlimentationThermos11630
AlimentationLyophilisés101600
CouchageDuvet11520
VêtementsChaussures rando11300
GénéralSac à dos 70L11200
SkiChaussures de ski11170
AlimentationGourde11100
AlimentationGaz2720
CouchageMatelas1600
SkiPeaux1460
SkiBâtons1460
ImageRadiocommande1400
SécuritéSonde1370
AlimentationJetboil1350
MédicalTrousse de soins1300
SécuritéDVA1300
ImageDrône1265
SkiCouteaux1213
CouchageMousse1200
VêtementsChaufferettes5175
VêtementsT-Shirt1170
CouchageSac à viande1135
GénéralHousse pluie1110
CouchageFrontale1100
VêtementsChaussettes2100
ImageBatterie285
VêtementsCaleçon275
ImagePorte-batterie270
GénéralCrême solaire170
AlimentationCouteau160
ImageChargeur drône150
CouchageCouverture survie2
VêtementsCollant, pantalon
VêtementsDoudoune, veste
VêtementsSous-gants, gants
VêtementsBandeau, bonnet
GénéralBatterie, portefeuille



le voyage

Pour limiter le bilan écologique de mon voyage, je décide d’emprunter le train pour atteindre les îles Lofoten, à 3500km de Grenoble.
Un magnifique voyage, très dépaysant. Avec le pass interrail, cela ne revient pas si cher (environ 500€ aller-retour). Par contre cela prend un peu de temps (3 jours aller – 3 jours retour). Il faut prendre de nombreux trains pour rejoindre Oslo, puis emprunter 2 trains longs pour Strondheim (7 heures), puis Bodo (10 heures). Les paysages me plongent directement dans l’ambiance hivernale, surtout lorsque le train traverse le cercle polaire au milieux de collines désertiques et enneigées.
Je m’arrête à Bodo, à quelques kilomètres de Narvik, la gare la plus au nord du monde. Le voyage se termine par une traversée en bateau au soleil couchant.

Trondheim
Trondheim
passage du cercle polaire
passage du cercle polaire
Svolvaer
Svolvaer
Jour 1
  • Morfjorden – col Pilan – Kvittinden – Kvitforsen
  • bon enneigement, neige dure
  • beau temps le matin, pluie et vent en fin d’après-midi
  • tente

Après quelques kilomètres de bus, une grand-mère et son petit fils me prennent en stop et m’amènent jusqu’à Morfjorden. Ca y est, je chausse enfin les skis, c’est le début de l’aventure. La neige est très dure mais les paysages sont magnifiques. Cette zone concentre de nombreux classiques à ski, et je croise donc quelques skieurs.

L’un d’entre eux est en train de finaliser le marquage pour l’Arctic Circle race dans deux jours. C’est une aubaine car je pourrai suivre le marquage jusqu’à Svolvaer. Cela me rassure, d’autant plus que le marquage suit l’itinéraire que j’avais prévu sans même avoir trouvé de topo.
Le temps se gâte en fin d’après-midi, et la pluie se met à tomber alors que je suis encore sur les crêtes. Je rejoins le fond de la vallée pour trouver un emplacement à l’abri du vent, près d’une rivière. Il pleut des cordes pour cette première nuit.
Section 1
Jour 2
  • Kvitforsen – Rundjfellet – Svolvaer
  • bon enneigement, neige très humide
  • pluie soutenue et vent
  • hôtel

Pas facile de sortir et ranger la tente sous la pluie ! Je reprends le chemin et longe le plateau sous la pluie battante, avant d’entamer l’ascension du Rundjfellet. Malheureusement, à 200m du col, mes peaux se décrochent et ne collent plus du tout. Les seaux d’eau auront eu raison du matériel. Rien à faire, il faut que je fasse demi-tour. Mais je reviendrai.
Après une descente poussive dans la neige lourde et humide, je rejoins la route. Par chance, je trouve un stop facilement pour rentrer à Svolvaer. J’en profite pour faire sécher mes affaires, compléter mon matériel et recoller les peaux. Moralement c’est quand même assez difficile. J’avais prévu beaucoup de chose, mais pas une pluie si intense…

Jour 3
  • Svolvaer – Varden – Olderfjorden – Finnstranda
  • bon enneigement, neige dure
  • beau temps malgré quelques averses de neige
  • cabane

C’est reparti ! Je prends la direction du Varden, un classique du ski aux Lofoten. Après une matinée neigeuse, le soleil se lève et l’ascension se passe bien. Au col, le vent fort arrache la housse de mon sac.
Section 1
Section 1
Après une descente tranquille à travers forêts et rivières, je rejoins le fjord en débâcle. Je le contourne par le nord par un petit sentier qui s’efface petit à petit. Il ne doit pas être beaucoup emprunté l’hiver, mais les traces d’un élan m’aident à me frayer un chemin pour atteindre la jolie cabane de Finnstranda.
Jour 4
La météo est trop mauvaise, je décide de passer la journée dans cette luxueuse cabane. Je profite quand même des rares accalmies pour faire un tour sur le plateau.

Jour 5
  • Finnstranda – Olderfjorden – Vikjorda – Dalsutva – Helloshalsen
  • couverture neigeuse moyenne, neige humide
  • beau temps la journée, pluvieux et venteux la nuit
  • tente

Je reprends le chemin le long du fjord, puis une route jusqu’à Vikjorda. La neige a bien fondu hier, et je dois porter les skis sur de longs kilomètres.


au fond à gauche, le Varden où je suis passé 2 jours avant
au fond à gauche, le Varden où je suis passé 2 jours avant
A la moitié de l’ascension du Dalsutva, je peux enfin les chausser jusqu’au sommet où le vent décoiffe. Dans la descente je m’applique pour trouver un itinéraire enneigé.
Je dois mettre les mains pour traverser un flanc et être prudent lors des traversées de rivières, sur lesquelles la neige humide peut s’effondrer. Tout se passe sans encombre jusqu’à la dernière rivière ; un bloc de neige instable s’écroule dans la rivière et ma jambe avec. J’ai la chaussure trempée. Elle ne sèchera pas, vu l’humidité et la température ambiantes.
Il est déjà tard, je choisis un emplacement pour la tente et m’applique à construire un mur de neige pour me protéger du vent.

Malheureusement mes efforts n’auront pas été suffisants. La tempête se lève dans la nuit. Les arceaux de la tente se plient jusqu’à mon visage. Le temps passe lentement mais je trouve le sommeil en pointillés.
Jour 6
  • Helloshalsen – Kongsjordpollen – Slydalsheia
  • mauvais enneigement, neige très humide
  • beau temps
  • cabane

Au petit matin, je prends le chemin du col au bout de vallon de Verserdalen. La pression monte un peu car l’itinéraire est engagé et il n’y a pas de réseau. J’atteins finalement la crête et une belle descente m’attend de l’autre côté, jusqu’à un village. J’en profite pour recharger mon téléphone et mon capital de soleil.

Kongsjordpollen
Kongsjordpollen
Après une longue pause, il est temps de remonter la rivière de Steinbakkelva jusqu’à une cabane. Malheureusement sa cheminée est cassée, mais ce sera tout de même un bon abri pour la nuit.
Jour 7
  • Helloshalsen – Blatinden – Kartsteven – Justatinden – Gammen
  • enneigement moyen, neige humide
  • beau temps
  • cabane

Trois beaux sommets m’attendent aujourd’hui. L’itinéraire est assez évident, et la progression à ski est agréable. Je croise un lagopède mais aussi un pygargue à queue blanche. Cela fait plusieurs jours que je n’ai vu personne.
La journée est assez courte, mais je m’arrête pour profiter de la magnifique et traditionnelle cabane (Gammen) recouverte d’herbe. Un peu de confort avant le lendemain qui s’annonce plus rude.
Jour 8
  • Gammen – Leknes
  • enneigement moyen, neige humide
  • pluie intense
  • hôtel

Pluie continue, brouillard dense… la météo avait vu juste. Il me faut descendre jusqu’à la route principale pour rejoindre Leknes. Le GPS m’aide, mais j’évolue péniblement dans un mélange de neige, de glace et d’eau. Arrivé sur le bord de la route, je suis pris en stop par Mathieu & Margaux … des grenoblois !

C’est à peu près la moitié du périple, je m’autorise une escale à l’hôtel à Leknes. C’est une drôle de ville où se mêle tourisme et pisciculture. Le nombre de supermarchés paraît disproportionné par rapport à la taille de la ville dont les rues sont vides.
Jour 9
  • Leknes – Napp – Storeklauva – Storvatnet – Kilan – Molnevna – Heia
  • mauvais enneigement, neige dure et glace
  • beau temps
  • abri

J’attaque l’ascension du sommet Storeklauva. Pour commencer, pas mal de portage, puis de grandes plaques de glace. Pour des raisons de poids, j’ai fait l’impasse sur les crampons, je regrette un peu.


Section 1
La pente s’accentue, les chaussures ne suffisent plus et je dois chausser les skis équipés de couteaux. Ce n’est quand même pas évident je me fais quelques frayeurs sur les derniers mètres avant le sommet.

La descente n’est pas plus aisée, entre rivières, plaques de glace et neige humide qui s’écroule. Je redouble de prudence… enfin, pas vraiment car j’étais déjà à fond.

Arrivé au fond du vallon, il me reste à traverser le flanc de montagne pour rejoindre le prochain col. D’après les cartes des pentes et les images satellite, ça doit passer, même si je n’ai trouvé aucun récit de skieur qui serait passé par là.
Section 1
ça passe ! une belle descente m’attend de l’autre côté jusqu’au fjord que je dois contourner. Le soleil est déjà bas quand j’arrive à un abri. Je bricole une cloison avec ma tente pour compléter le mur manquant. Il y a de la neige sur le sol, je dormirai sur la table. C’est un peu rustique, mais toujours préférable à la tente.
Section 1
Jour 10
  • Heia – Dreviskaret – Ramberg – Fredvang – Stokkvika
  • mauvais enneigement, neige dure
  • beau temps le matin, neige l’après-midi
  • cabane



Ce matin il me faut franchir un petit col. La descente n’est pas évidente car la neige a beaucoup fondu ici aussi. J’arrive à Ramberg et ses grandes plages de sable fin.

J’aperçois les îles du Sud toutes dégarnies. Il vaut mieux que je laisse mes skis à Ramberg pour gagner un peu de poids.

Des pêcheurs m’amènent jusqu’à Fredvang. Et il se met finalement à neiger…
Les nuages s’épaississent et la neige s’intensifie. Je croise quelques randonneurs -cela faisait longtemps. Ils font demi-tour, les conditions sont trop mauvaises. Quant à moi, j’insiste.

Comme par magie, la neige s’arrête quand je rejoins la plage de Stokkvika. Il y a une cabane face à la mer, et c’est le paradis.

Je trouve un ballon sur la plage, et le ramène à la cabane. Toute ressemblance avec une œuvre existante serait purement fortuite…
Je mets mes affaires à sécher devant le poêle, mais le bois est mouillé, et l’évacuation n’est pas bonne… La fumée innonde rapidement la cabane et imprègne l’intégralité de mes vêtements, mais au moins mes habits seront secs.

Section 1
Jour 11
  • Stokkvika – Fredvang – Ryten – Kvalvika – Markvatnet
  • enneigement moyen, neige fraîche
  • averses de neige
  • abri

Je reprends le chemin de Fredvang, puis du Ryten, sous une alternance d’averses neigeuses.
Je croise de nouveau Mathieu & Margaux, ça fait plaisir de les voir et de discuter un peu.


Section 1
Section 1
Section 1
J’atteins rapidement la plage paradisiaque de Kvalvika et sa cabane de surfeurs ‘Hakuna Matata’.

Un groupe semble y avoir élu domicile et je choisis donc de poursuivre en direction de la plage ouest. Pour cela il me faut franchir une petite barre rocheuse à moitié glacée… pas évident, ‘impossible’ à en croire un randonneur qui a fait demi-tour. J’essaie tout de même, car il n’y a pas vraiment d’alternative si je veux poursuivre ma traversée. J’y parviens finalement, après avoir essayé plusieurs chemins.

Après quelques pierriers j’atteins un abri non indiqué sur la carte. Il n’est pas vraiment étanche, je construis un petit mur de neige qui devrait stopper le vent.
Jour 12
  • Markvatnet – Selfjorden – Fageravatnet – Horseidvatnet – Kjerkejorden
  • enneigement moyen, neige fraîche
  • neige, vent, brouillard
  • abri

La neige s’est un peu infiltrée dans mon abri, mais ne m’a pas empêché de dormir. Je reprends le chemin sous la neige et le vent, et le brouillard s’invite bientôt à la fête.

Au fond du fjord se trouvent quelques maisons de vacanciers. Sans doute inoccupées, il n’y a aucune voiture ni trace de pas. J’aperçois une prise électrique à l’extérieur d’une maison, cela tombe à pic car je n’ai plus de batterie. Par acquis de conscience je sonne quand même à la maison… et un couple de norvégiens ouvre la porte. Ils ne sont pas sortis depuis plusieurs jours et observent les oiseaux et les phoques.
Les cols que je vise sont un bon passage… l’été. Le vieil homme me déconseille fortement d’y aller aujourd’hui. Mais je n’en fais qu’à ma tête.

J’ai cependant beaucoup de mal à progresser : il y a environ 40 centimètres de neige, aucune visibilité, et beaucoup de trous. Je traverse la plaine, puis la forêt, les lacs… Je m’enfonce régulièrement jusqu’à mi-cuisse, et je m’oriente presqu’uniquement au GPS car il m’est impossible de distinguer le relief autour de moi.
Au premier col, tout est glacé. Je n’ai pas vraiment le loisir de prendre de photos, ni d’ailleurs de m’arrêter car l’humidité, le vent et la neige sont saisissants. Certains pierriers sont particulièrement durs à franchir.

Je franchis un deuxième col, rejoins le fjord, puis bientôt un troisième col -le dernier.
En descendant, j’aperçois peu à peu le fjord. Enfin, je suis arrivé !
Je croise un homme qui répare son bateau. L’hiver, ils ne sont que deux habitants ici. Le village de Kjerkefjorden n’est accessible que par la mer, mais aujourd’hui, le bateau ne viendra pas, les conditions sont trop mauvaises.
C’est un coup dur car la journée fut harassante, et tous mes habits sont mouillés… ou plutôt gelés. Je rejoins la cabane au bout du ponton et me jette dans mon duvet.



Le lendemain, je découvre un grand ciel bleu, et le bateau rêvé finit par arriver.

Pour me consoler de ma nuit glaciale, le commandant m’offre la traversée -et quelle traversée ! Nous rejoignons la ville de Reine au milieu de falaises infranchissables et fraîchement soupoudrées de neige.
Jour bonus
  • Stromsodden – Rundjfellet – Tuvvatnet – Svolvaer
  • très bon enneigement, neige fraîche
  • beau temps

La neige est tombée en grande quantité sur tout l’archipel, et le temps est au beau fixe. L’occasion rêvée de revenir sur l’étape ratée du deuxième jour, le Rundjfellet, et ainsi boucler complètement la traversée.

Section 1
c’est parti pour la face Sud du Rundjfellet : 700 m de poudreuse vierge
c’est parti pour la face Sud du Rundjfellet : 700 m de poudreuse vierge
Une journée tout simplement magique, pour les paysages, la météo, les conditions de neige, l’itinéraire…
Le soir, je célèbre la fin de mon aventure au restaurant. Il est temps de reprendre le bateau et les nombreux trains pour rejoindre Grenoble.
Arrivée à Svolvaer
Arrivée à Svolvaer
Quelques chiffres
20 trains, 200 arrêts, ~7000km, 6 jours
7 bus, 175km
5 stops, 44km
3 bateaux, 260km
2 nuits en tente
4 nuits en cabane, 4 nuits en abri (pas de foyer et cloisons incomplètes)
13 jours de raid, dont 2 de pause, 137km, 8750md+

Bilan
Le trajet en train était magnifique, surtout la partie norvégienne sur laquelle les paysages sont très dépaysants ! Je ne regrette pas une seconde, d’autant plus que c’est plus vertueux. Les trajets en bateau étaient superbes aussi, peut-être les plus beaux paysages du voyage.
Sur la traversée des îles en elle-même : j’ai mis beaucoup de temps à la préparer. Notamment parce que je n’ai trouvé aucun récit ou témoignage de traversée hivernale. La préparation m’a beaucoup aidé car j’avais tout l’itinéraire en tête, et également des itinéraire alternatifs.
Je n’ai pas eu de chance sur les premiers jours de météo, j’étais paré pour le froid mais pas suffisamment pour la pluie. Mais la météo change très vite, comme sur beaucoup d’îles. J’ai adoré les changements d’ambiance, on a l’impression de passer plusieurs journées pour le prix d’une. Et d’un autre côté, j’ai eu des risques d’avalanche limités, donc c’est un mal pour un bien.
Avec l’enneigement et la météo variables que l’on peut avoir sur deux semaines d’hiver aux Lofoten, c’est plutôt une aventure qu’un raid à ski à proprement parler, et c’est exactement ce que je cherchais : se confronter à des prises de décision, d’adaptation, de mesure de risques… tout ça dans un cadre tout simplement incroyable.


Section 1
Commentaires
ManuLy - 13 févr. 2023
4 messages
Géant !!
Bravo et merci pour le partage.
Trop cool les liens utiles aussi, merci pour toutes les infos.

Olivier - 22 févr. 2023
2349 messages
Magnifique ! Merci pour ce très beau partage !

PaulBelanger - 22 févr. 2023
1 messages
WOW....superbe. Merci de partager.Pour la portion ''train '', est-il possible de se nourrir à bon compte?

Clemclem - 23 févr. 2023
1 messages
PaulBelanger :
WOW....superbe. Merci de partager.Pour la portion ''train '', est-il possible de se nourrir à bon compte?

> Sur la partie France / Allemagne / Danemark / Suède, j'ai pris pas mal de TER ou équivalents (car très peu de TGV sont inclus dans le pass interrail), donc pas de restauration, je profitais des escales en gare. Sur la portion norvégienne c'est 2 trains longs (Oslo > Trondheim ; Trondheim > Bodo) avec un bar à bord, c'est très sympa et assez bon, mais c'est pas donné

Jacqueline25 - 24 févr. 2023
16 messages
Quelle belle aventure ! Quelles belles photos ! Toutes mes félicitations !

Johanna - 19 nov. 2023
658 messages
Magnifique ! Bravo pour cette hivernale en solo !