Le lac Dumont en kayak Klepper (partager)

Une balade en kayak d'expédition Klepper sur le magnifique et sauvage lac Dumont en Outaouais, Québec
38
canoë
(réalisé) Quand : 09/10/15 Durée : 7.0 jours
Carnet créé par popoke le 13 mai modifié le 13 mai
114 lecteur(s)
Soyez le premier à aimer ce carnet !

Le topo : Section 1 (mise à jour : 13 mai)


Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 1 (mise à jour : 13 mai)

Le lac Dumont
Le lac Dumont est situé dans le territoire non organisé de Lac-Nilgaut et dans la municipalité d’Otter Lake. Il occupe une superficie de 124,61 km 2. C’est un lac oligotrophe qui se trouve encore dans un état presque vierge. Il abrite de nombreuses baies, il est bordé de marais et parsemé de nombreuses îles. Au plus profond, il fait 125 mètres.

L’accès au lac Dumont
on accèede au lac par le chemin Picanoc qu'il faut prendre à Otterlake. Le chemin est mal entretenu étant fait de tôle ondulée ce qui est idéal pour casser les suspensions, silentblocs, les châssis et le dos...

Première tentative
Je prend mon Range rover et on part. On explore des pistes, on cherche un accès au lac. On s'arrête pour admirer un barrage de castor et plus de batterie ! impossible de redémarrer ! On est tombé en panne d'alternateur ! Un alternateur neuf ! plus de batterie ! Bivouac improvisé, survie... et 25 km de marche à pied puis 50 km en autostop pour chercher une batterie.
Bivouac sur le bord d'une piste, en panne de batterie !
Bivouac sur le bord d'une piste, en panne de batterie !
Deuxième tentative
Cette fois, je prend mon vieux land rover de 1974, des paneaux solaire au cas ou... et en route pour l'aventure. Le land est rempli de matériel, deux kayaks pliant, le matériel de bivouac, les vivres... Le chemin Picanoc, qui était presque agréable dans le Range qui avalait creux et bosses sans coups férir, est une torture dans le Land. On roule par endroit à 20 km/h sur de la tôle ondulée ou on slalome autour de nids de poules géants. On arrive enfin à destination avec joie !

On monte le campement, on monte les kayaks et en route pour l'aventure !

Nous avons choisi d'y aller tard, en octobre, la semaine avant l'ouverture de la chasse car à cette période, il n'y a personne. En été, il y a de grandes plages ou des hordes de quad, de 4x4, malgré les interdictions campent, font la fête...

Premier jour

Une fois le camp de base installé, nous sommes partis à la découverte de la Baie à la truite. Nous avons exploré un marais, admirant la richesse des écosystèmes, navigué d’îles en îles, observant une petite colonie de cormorans, nous nous sommes faufilés dans d’étroits passages rocheux, fait des haltes sur des plages, observé des traces d’ours, de loups et d’une foule d’animaux divers... ça grouille de vie.

Deuxième jour

Apres un petit déjeuné copieux avec des galettes cuites au feu de bois, nous sommes parti avec la ferme intention d'explorer le lac... Il faisait beau, nous avons été d’îles en îles, explorant baies et plages, observant une colonie de huards. L’un deux à dans. pour nous, chanté un opéra ballet digne de Rameaux. Merveilleux. Du bonheur à l’état pur.
Nous avons fait un arrêt casse croute sur une plage. Au moment de repartir, le vent c’est levé, il nous a poussé jusque à notre destination. Nous faisions par moment du surf sur les vagues !
Nous sommes arrivé au bout du lac, sur la plage immense qui a rendu ce lac célèbre. En été des fêtes s’y tiennent, des campeurs s’y chamaillent et cela fini parfois mal... à tel point que la sureté du Québec a du plusieurs fois intervenir et qu’il a été envisagé d’y fermer l’accès. Il y avait des flaques d’huile lors de notre passage et j’y ai déjà vu des déchets... Il n’y avait personne mais la plage était labourée de traces de quads. Ce lieu est d’une beauté remarquable, il côtoie des écosystèmes d’une richesse importante et mériterait plus de respect.

En dehors de cette plage fréquentée  Le lac est d’une pureté et d’une propreté rare de nos jours. C’est un trésor à préserver.

Le retour fut difficile. Vent de travers et houle de travers au début, puis vent de face violent, vagues... avancer fût une lutte de tous les instants. Par moment les rafales étaient si fortes que nous faisions du surplace.
Deux options s’offraient à nous, raser les bord, il y avait moins de vagues, moins de vent mais des rochers parfois invisibles, des bois que nous pouvions heurter et cela rallongeait de beaucoup le trajet ou alors sauter d’îles en îles avec des zones moins venteuses pres des îles et des zones de forts vents. C’est cette option que nous avons choisie.
Il a fallu pousser fort sur les pagaies, arrivé au camp, nous étions vermoulu...
La soirée fût fraîche, la nuit la température a descendue à 3 degrés.

Troisième jour et suivants : soleil, beau temps

Après avoir été réveillé par un vison, nous avons fait le tour de certaines îles, regardé les couleurs qui sont plus belles chaque jour, fait des arrêts sur des plages remplies de traces frâches de loups, d'ours, entendu les chants de huards... le bonheur !


Conclusion


Ce lac est un vrai paradis pour le kayakiste amoureux de la nature qui veux découvrir de riches écosystèmes dans une nature préservée.





Plus de photos sur mon blogue : http://www.quebecnature.info/Kayak-camping-en-octobre-au-lac-Dumont.html

On a exploré que la moitié du lac.
On y retournera pour faire l'autre moitié...
À suivre


La vidéo de la sortie :

https://www.youtube.com/watch?v=pzCwqu3t_H8

Merci à Remy et à Antoine mes compagnons de sortie

À bientôt pour d'autres découvertes

Christian
46
Commentaires