Grande Traversée du Morvan a vtt en autonomie

(réalisé) share(partager)
Nous voila de retour , réussite de notre Grande Traversée du Morvan (GTM) en autonomie en VTT.

5 jours, 310 km, 6700m de dénivelé positif.

Voici une petite vidéo de notre périple :
http://dai.ly/x5rd9zu

Nous avons réalisé la GTM en autonomie avec des remorques mono-roue faites maison sans soudure.

Nous avons mis cinq jours, environ 60 km par jour.

Conclusion :
Encore une belle aventure aboutie grace à nos rencontres avec les habitants du Morvan qui ont été d'une gentillesse exemplaire et d'une aide précieuse.
La grande traversée du Morvan à vtt est une véritable épreuve en autonomie, un défi physique avant tout pour la réaliser intégralement en si peu de temps.
La réussite de toute traversée en un temps restreint est intégralement liée à la météo et cette année encore nous avons été gatés.
Notre duo a bien fonctionné et l'entraide était obligatoire.
VTT / kite ski
Quand : 10/06/17
Durée : 5 jours
Distance globale : 301km
Carnet créé par rabouin21 le 20 juin 2017
896 lecteur(s) - 2
Vue d'ensemble

Le topo : Section 3 (mise à jour : 13 juin 2020)

Distance section : 67.3km

Description :

Du lac de Chamboux a Cussy en Morvan.
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Section 3 (mise à jour : 13 juin 2020)

J3 - lundi 12 juin :


Nous avons bien dormi et levons le camp à 9h50.
Agréable surprise, les chemins sont roulants et principalement descendants.


Mis à part quelques passages délicats qui ne durent pas longtemps.


Nous passons également par des bouts de route que nous appelons entre nous "la grappille" de kilomètres ou "l'aubaine" du moment.
Nous roulons donc à bonne allure et sommes rapidement sur les rives du lac des Settons.


Puisque nous avons parcouru 25 km rapidement, nous faisons une pause pour boire un café puis manger un sandwich.


Nous repartons non sans savoir que la suite nous réserve de gros efforts car il faut bien prendre le dénivelé quelque part et les vingt derniers kilomètres sont en profil montant d'après la carte ign que nous étudions sur nos smartphones durcis.
Nous sommes tellement bien le long du lac que nous oublions de tourner à droite pour quitter les rives en direction d'Ouroux-en-Morvan.
Nous faisons demi-tour, je prends sur moi ce petit détour de quelques kilomètres. 


La fin du parcours est une longue montée à travers bois et chemins dégagés ou le soleil nous brule la peau et nous assèche.

Nous faisons le plein d'eau au cimetière de Planchez et sommes heureux d'arriver à l'étang de La Couture ou nous devons bivouaquer.
Il n'est pas tard en comparaison des autres jours et nous allons pouvoir bien en profiter.
L'étang est caché par des arbres et d'après la carte il y a bien un chemin qui y mène a quelques centaines de mètres de là.
Malheureusement si l'accès a existé, il n'y en a plus trace et c'est un champ complètement clôturé qui l'a remplacé.
Nous sommes contraints de repartir jusqu'à ce que nous trouvions un bivouac, avec de l'eau pour se laver de préférence.
Les paysages sont magnifiques, nous croisons des parcelles déboisées dans lesquelles la nature reprend ses droits, des forêts de fougères ou encore des chemins fleuris.

Nous passons a proximité des sources de la Cure mais pas d'eau en vue, il faut surement randonner pour y accéder. 


Nous empreintons une longue descente a travers champs dans un chemin couvert de cailloux qui ne procure aucun plaisir, les vélos et les remorques sautent dans tous les sens, d'ailleurs la mienne frotte à deux reprises.
Cela m'étonne car elle est de construction assez haute et rigide au niveau du deck, peut-être qu'avec mon chargement assez conséquent elle est devenu plus souple.
Finalement en arrivant à Cussy-en-Morvan, Morgan repère une petite rivière qui est a l'écart dans le bas du village avec en prime une table et un banc en bois.


Nous montons le camp et Morgan grimpe jusqu'au village en vélo pour demander de l'eau a un habitant.
Nous avons parcouru 69 km et 1250 mètres de dénivelé positif.


J'attends trop longtemps pour me laver et je n'ai pas le courage de me mettre dans l'eau gelée, une toilette de chat améliorée fera l'affaire.
Nous ne faisons pas de vieux os après avoir mangé notre lyophilisé, nous sommes rincés.
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°65