Grand Tour de l'Ubaye par les Crêtes

(en cours) share(partager)
Une idée de grand tour par les frontières de l'Ubaye : planning prévisionnel : repérage et premières sections à en juillet-août 2020, la suite en 2021
n'hésitez pas à vous joindre à l'aventure!
randonnée/trek / parapente vol-rando vélo de randonnée kayak gonflable alpinsime escalade cheval
Quand : 01/08/19
Durée : 30 jours
Distance globale : 49.2km
Dénivelées : +5359m / -4317m
Alti min/max : 763m/3223m
Carnet créé par Vinc1 le 16 juin 2019
modifié le 16 mai
S'y rendre de manière douce : C'est possible en train bus stop
Précisions : Train pour Gap, la suite à vélo, bus, stop, covoiturage,...
792 lecteur(s) - 7
Vue d'ensemble

Le topo : Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse (mise à jour : 02 mai)

Distance section : 13.1km
Dénivelées section : +1680m / -1285m
Section Alti min/max : 2024m/2776m

Description :

Trace à ajouter
Ma position

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse (mise à jour : 02 mai)

Jour 2 :

Réveil 
Les premières lueurs du jour illuminent le ciel et les rochers du vallon de couleurs rougeoyantes.
Qu'on est bien à sentier l'air frais au réveil perdu dans ce vallon verdoyant.
Les bivouacs en plein air offrent souvent ces petits instants de bonheur simple qui nous font oublier le confort tout relatif d'une nuit à la belle.
Il s'en suit alors une lutte entre rester couché emmitoufler au chaud dans son duvet ou se lever debout pour pouvoir profiter de belles vues depuis les hauteurs.
Une fois le lever réussi, se poser au soleil et contempler est une activité dont on ne se lasse que quand on se rappelle que notre ventre peut avoir faim... ou qu'il ne faut pas trop tarder à partir car une longue journée nous attend !
Le petit dej avalé et les sacs repaquetés, nous nous mettons en route, rejoignant le col de la Rousse là où nous avions quitter la crête. 
Le Col de la Rousse marquait autrefois la frontière entre le Duchet de Savoie et le Royaume de France, jusqu'à la signature de l'accord de paix d'Utrecht en 1713 où la vallée de l'Ubaye fut rattachée à la France. Ce col situé à 2147m d'altitude est le moins élevé de la chaîne que l'on remonte jusqu'au col de Vars et pour cette raison, il servit longtemps de point de passage pour rejoindre l'Embrunais depuis Le Lauzet, notamment pour les transhumants venant de Provence.

Voyer ce beau rocher !

Après le col, ça se corse, on savait pas trop à quoi s'attendre avec le Voyer mais il s'agit d'une crête slalomant dans des petits gradins et des couloirs mi-herbe/mi-rocher obligeant à quelques pas d'escalade exposés qui imposent d'être très prudent. Il faut constamment vérifier ses appuis car rien ne dit à l'avance que le rocher va rester à sa place ! et le faux pas ne pardonnerait pas...
Nous voilà dans l'ambiance ! Mais Voyer, nous te passons sans encombre.
Nous nous dirigeons alors vers les Grand Ferrant et Petit Ferrant, des croupes herbeuses cette fois débonnaires à ne pas confondre avec leurs voisins du Dévoluy qui s'écrivent "Petit et Grand Ferrand" et sont nettement plus imposants et plus rocheux !
Mais lors d'une telle traversée en crête, chaque sommet gravi est un sommet gagné dans les innombrables sommets que nous devons franchir... non que cela soit rébarbatif car chacun a sa personnalité et mérite d'être découvert... mais plutôt parce que l'on sait qu'on se rapproche ainsi toujours un peu plus de notre objectif final. 
La traversée en crête mêle ainsi satisfaction des sommets réalisés et découvertes en tout genre.
La suite est un mix de passages faciles en sente herbeuse, de petits éboulis et de petits passages plus délicats. 
La Tête de la Gypière, la Joug de l'Aigle (ou l'on croise plutôt un chamois), le Jasset, la Cimet du Col Haut,... jusqu'à parvenir au Pas de la Claie où l'on découvre la prochaine montagne à gravir : avec son nom, la Montagnette nous taquine un peu car elle n'a rien d'une montagne à vache.

La Montagnette à ne pas prendre à la légère !

Si les topos nous indiquent qu'elle est grimpable en mode chamois, nous l'observons avec quelques peu d'appréhension.
Avant de se lancer dans l'ascension, nous reprenons forces et énergies avec la pause casse-croûte.
Sur les premiers mètres de la montée, nous trouvons quelques marques rouges légèrement effacées que nous tentons de suivre... pas toujours évident, de même pour les cairns. Notre cheminement se fait par de petites vires, rampes mi-herbe/mi-rocher et quelques pas d'escalade facile. C'est raide... mais ça passe.
Si la démarche est parfois hésitante, j'apprécie ces ascensions où le chemin n'est pas tout tracé d'avance : il faut savoir lire les sentes, les rochers et les fissures pour se créer un itinéraire qui convient.
Nous finissons par mettre pied sur une arête tandis que le vautour plane au dessus de nos têtes.
Et comme parfois sur les crêtes, notre ascension est récompensée par quelques brins de fleurs odorantes que l'on pourra tremper dans l'alcool :)
La descente s'effectue en parcourant une arête composée de beaux chaos de blocs de pierre et d'éboulis, en suivant cette fois plus ou moins des points bleus.
La fatigue se fait un peu sentir et l'heure tournant... nous choisissons de contourner par le Nord Lausa Plana et l'Auta, ne sachant pas la difficulté et le temps nécessaire...ni même si ça passe très bien ce qui n'a pas l'air évident, tant pis, nous reviendrons !
Pour y parvenir, nous devons descendre dans un raide pierrier bien raviné où les pierres peuvent partir facilement et nous redoublons donc de prudence. Il nous suffit alors de faire une traversée légèrement ascendante pour rejoindre le Vallon du muretier et son sentier.

Il faut savoir être stratégique avec la neige...

Notre détour, bien que chronophage en temps, est sans doute un peu stratégique quand même car nous commençons à manquer d'eau, et justement, il y a des névés dans le vallon d'où coulent quelques filets d'eau qui nous permettent de remplir nos gourdes.
Bon, on a perdu un peu d'altitude en passant de 2800m à 2350m et il va donc falloir remonter... c'est bien ça tout l'intérêt de suivre une crête si on y arrive... on n'est pas obligé de descendre en vallée et on fait plus rarement de gros dénivelés... enfin, on les fait mais tout au long de la journée sans s'en rendre vraiment compte !
Le prochain sommet visé pour retourner sur la crête est le Pic de Silhourais : à peine descendu que nous repartons vers le haut sur une raide croupe d'abord un peu herbeuse puis composée d'éboulis et de rochers.
En slalomant un peu entre les barres rocheuses finales, on finit bien par déboucher sur notre sommet, c'est gagné !

LE Spot de bivouac... enfin !

La fin de journée approche et ça serait bien de trouver un endroit pour bivouacquer, si possible avec de l'eau.
Ca sera donc juste avant la cascade de la Pisse et il y a encore du trajet :
Costa Rouenda, Col de l'Eissalete pour enfin rejoindre hors sentier le vallon de la Pisse.
Le vallon est accueillant avec son petit ruisseau et sa cabane où nous passerons la nuit.
L'heure est maintenant au repos et à un bon plat de pâtes revigorant :)
Premières lueurs depuis le bivouac
Premières lueurs depuis le bivouac
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
L'eau, une ressource rare et précieuse sur cette traversée
L'eau, une ressource rare et précieuse sur cette traversée
Orchidée
Orchidée
Départ
Départ
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Au Col de la Rousse avec la vue sur les prochaines crêtes
Au Col de la Rousse avec la vue sur les prochaines crêtes
Sur les crêtes du Voyer
Sur les crêtes du Voyer
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Par où ça monte ?
Par où ça monte ?
c'est assez vertical mais ça passe !
c'est assez vertical mais ça passe !
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Depuis le Voyer : voyez les crêtes que nous avons déjà parcouru
Depuis le Voyer : voyez les crêtes que nous avons déjà parcouru
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Après le Voyer
Après le Voyer
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Dans le rétro, le Pic de Charance et l'ensemble des rochers du Voyer
Dans le rétro, le Pic de Charance et l'ensemble des rochers du Voyer
Au premier plan, on profite de la croupe herbeuse débonnaire avant d'affronter la terrible montagnette au dernier plan
Au premier plan, on profite de la croupe herbeuse débonnaire avant d'affronter la terrible montagnette au dernier plan
reliefs singuliers dans le vallon côté embrunais
reliefs singuliers dans le vallon côté embrunais
Une campanule et sa fourmi
Une campanule et sa fourmi
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Crête un peu plus délitée...
Crête un peu plus délitée...
Le Joug de l'Aigle en arrivant
Le Joug de l'Aigle en arrivant
Le Joug de l'Aigle en repartant
Le Joug de l'Aigle en repartant
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Vers le Col Haut
Vers le Col Haut
Bientôt à la Montagnette
Bientôt à la Montagnette
La Montagnette, par où ça passe ??
La Montagnette, par où ça passe ??
En suivant les points rouge
En suivant les points rouge
Benoite rampante
Benoite rampante
Dans le démarrage de la Montagnette
Dans le démarrage de la Montagnette
Un peu plus bas, ça ressemble à une plantation, sans doute pour tenter de stabiliser la zone
Un peu plus bas, ça ressemble à une plantation, sans doute pour tenter de stabiliser la zone
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
ça passe tout droit... ou en contournant par une vire sur la droite
ça passe tout droit... ou en contournant par une vire sur la droite
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Quand on voit un cairn, on se dit qu'on est sur la bonne piste !
Quand on voit un cairn, on se dit qu'on est sur la bonne piste !
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Sur l'arête de la Montagnette
Sur l'arête de la Montagnette
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Une petite surprise nous attend :)
Une petite surprise nous attend :)
après le sommet, c'est un peu chaotique avec de gros blocs dans tous les sens mais ça passe pas si mal !
après le sommet, c'est un peu chaotique avec de gros blocs dans tous les sens mais ça passe pas si mal !
Vue en passant sur le sommet du Pouzenc (qu'on ignore car il n'est pas sûr notre ligne de crête)
Vue en passant sur le sommet du Pouzenc (qu'on ignore car il n'est pas sûr notre ligne de crête)
Le balisage devient bleu!
Le balisage devient bleu!
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Vue sur la vallée de l'Ubaye au pied de Lauza Plana
Vue sur la vallée de l'Ubaye au pied de Lauza Plana
Aperçu des prochaines crêtes aux sommets pointus en arrière plan
Aperçu des prochaines crêtes aux sommets pointus en arrière plan
Certains s'amusent à grimper encore et encore !
Certains s'amusent à grimper encore et encore !
Descente dans l'éboulis... et un peu de neige
Descente dans l'éboulis... et un peu de neige
Côté Embrunais à proximité du col du Pouzenc
Côté Embrunais à proximité du col du Pouzenc
Au niveau du Pouzenc, avant de descendre dans le vallon du Muretier
Au niveau du Pouzenc, avant de descendre dans le vallon du Muretier
On descend un peu... pour remonter au niveau du Pic Silhourais
On descend un peu... pour remonter au niveau du Pic Silhourais
Vue sur l'itinéraire approximativement suivi pour revenir sur la crête
Vue sur l'itinéraire approximativement suivi pour revenir sur la crête
Toujours être stratégique avec la neige (on voit la petite flaque où se déverse un mince filet d'eau)
... surtout quand il fait chaud et que les sources se font rares
Toujours être stratégique avec la neige (on voit la petite flaque où se déverse un mince filet d'eau)
... surtout quand il fait chaud et que les sources se font rares
Le passage pour remonter, qui fait moins peur de près même si ça reste un peu raide !
Le passage pour remonter, qui fait moins peur de près même si ça reste un peu raide !
Quand tu as traversé des pierriers... une pause s'impose !
Quand tu as traversé des pierriers... une pause s'impose !
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Au sommet du Silhourais
Au sommet du Silhourais
De vieilles inscriptions
De vieilles inscriptions
Au sommet, la pause s'impose... aussi pour admirer le paysage... et ce qui nous attend
Au sommet, la pause s'impose... aussi pour admirer le paysage... et ce qui nous attend
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Jour 2 : Du col de la Rousse à la Pisse
Serions-nous dans une station ?
Serions-nous dans une station ?
Je vois de l'eau, nous sommes sauvés !
Je vois de l'eau, nous sommes sauvés !
Les belles strates en direction de l'Aupillon
Les belles strates en direction de l'Aupillon
Le Tourrel et sa géologie
Le Tourrel et sa géologie
La cabane de Bonne Fontaine, tout le confort rustique que l'on attend d'une cabane
La cabane de Bonne Fontaine, tout le confort rustique que l'on attend d'une cabane
Pour reprendre des forces après une bonne journée, les pâtes s'imposent
Pour reprendre des forces après une bonne journée, les pâtes s'imposent
Commentaires

Actuellement

Carnets d'Aventures N°64