5 invités en ligne

De Lyon à Bisca - vers l'océan par chemins et voies vertes en VTT solaire

De Lyon à Bisca - vers l'océan par chemins et voies vertes en VTT solaire

(réalisé)
" L'important du temps, ce n'est pas de le perdre, mais de le prendre "

Cela fait quelques années que je murissais le doux rêve d'une itinérance à vélo.
Seulement voilà, le quotidien nous trouve toujours mille raisons de repousser, d'enfouir loin nos désirs les plus simples au profit d'une vie pourtant elle bien plus compliquée.
Je dévore les magazines carnets d'Av et fait des overdoses de récits d'aventuriers de tout bord, mais je reste un voyageur immobile.
Mon esprit rêve d'évasions et grands espaces mais je sent mon corps enfermé dans le confort de notre intérieur, comme prisonnier entre le canapé et la cuisinière.
Pourtant, il ne tient qu'à moi de tout bousculer. 
Il parait que entre la liberté et le confort, la majorité ira vers le confort, pensant que c'est la liberté.
Il m'aura fallu du temps pour comprendre et contre toute attente, ce début d'année 2020 sera le déclencheur. Le confinement nous cloue tous à la maison et nous fait découvrir ou redécouvrir l'importance du temps. Et comme du temps j'en ai, j'en profite pour ressortir les rêves du grenier.
Ce rêve d'itinérance est accompagné de l'envie de m'alléger et de retrouver plus d'essentiel.
Pour certains l'aventure commence devant la porte, pour d'autres il faudra l'ascension d'un sommet pour être satisfait.
A chacun son bout du monde. 
Pour moi ce sera donc une itinérance à vélo, de Lyon vers l'océan, en passant par une certaine "diagonale du vide". Cette bande de France peu peuplée mais tellement verte et à découvrir.
Le cahier des charges se dessine tout doucement. Une traversée par les sentiers, les GR, ou tout autre chemin le plus loin possible des routes goudronnées. Ce sera donc en VTT. Je souhaite aussi être le plus possible en autonomie, le choix est donc fait de partir avec une remorque et tout le nécessaire de camping. Enfin, comme l'idée de base n'a aucune ambition sportive ce sera le vélo VTT avec assistance.
Après 2 opérations et greffes au genoux, l'objectif n'est pas juste de partir mais surtout d'arriver. Partir en mode 2.0 permettra aussi d'ajouter au trajet une dimension ludique, de lever quelques barrières de franchissements, découvrir des chemins et traces auxquels je n'aurait pas eu accès avec un vélo de 25 kg, une remorque de 26 kg et mes petites jambes.
Pour finaliser cette autonomie, la remorque sera équipée d'un panneau solaire. 
Je m'attèle à ce bricolage maison durant ces quelques semaines de parenthèse sanitaire et le rêve prend forme.
Je trépigne d'impatience. Je me vois déjà utiliser tous mes petits accessoires de bivouac, de vivre cette bouffée d'air tant espérée.
Je ne vais plus rêver ma vie, je vais vivre mon rêve.
VTT
Quand : 07/06/20
Durée : 18 jours
Distance globale : 1028km
Dénivelées : +13590m / -13933m
Alti min/max : 7m/1440m
Carnet publié par Kriss Caminando le 06 déc.
modifié le 08 déc.
163 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le compte-rendu : Préambule sur le vélo (mise à jour : 08 déc.)

Quelques fois, la vie c'est simple comme un tour de vélo.

La dernière fois que j'ai eu un petit sentiment d'ennui, qu'est ce que j'ai fait ? 
J'ai achété un vélo ...:angel:

En fait, un vélo, j’en avais déjà un. J’ai même toujours eu un vélo. Où que j’aille, quoi que je fasse, Je m’aperçois aujourd’hui ne pas avoir passé une seule période de ma vie sans un vélo à portée, prêt à s’engager dans toutes mes volontés.
Il était d’ailleurs étroitement lié à mon quotidien puisqu’il ressemblait toujours à l’ambiance du moment et participait inconsciemment à toutes les étapes de ma vie.
Pour jouer d’abord, prendre les premiers virages et sentir le vent sur le visage, puis la poussière au bout des lèvres et la terre sous les ongles. Pour me transporter aussi, aller à l’école, au sport, à la piscine, retrouver les potes. Pour foncer, aller toujours plus vite, dépasser, pour sauter, pour déraper, pour m’évader, pour me salir, tomber, et gouter aux premiers « sparadraps » et autre « mercurochrome » d’abord puis les premiers « plâtres et béquilles » ensuite.
Ne pas oublier pour briller, draguer, frimer quelques fois, mais aussi pour errer ensuite l’âme en peine. Compagnon de mes journées, de mes soirées, même dans l’ombre, il était de tous les projets.
Il ne m’a jamais quitté mais je découvre aujourd’hui encore plus le sens de son utilité. Il n’est plus le compagnon de jeu, il s’occupe de ma santé, assure ma petite activité physique quotidienne. Il m’emmène chercher le pain, visiter des lieux inaccessibles autrement, profiter de ma famille au gré de savoureuses ballades, vivre des promenades en amoureux et nous déposer à l’heure du pique-nique au plus près du lit d’une rivière.
L’utilisation à légèrement évolué mais l’intention reste inchangée.
Il n’a jamais été ni un outil de compétition ni une excuse à la fainéantise. C’est plutôt un vrai prétexte à l’évasion !
Ces dernières années, il a d’ailleurs pris encore une autre dimension, notamment lors de mes déplacements ou dans tous mes voyages.
Quel plaisir de le retrouver au quatre coins du monde.
On peut le louer partout, de tous les styles. Les pistes cyclables et les voies vertes se multiplient. Pour attirer encore plus de pratiquants, il s’ouvre même à  tous avec l’arrivée de l’assistance électrique. Plus d’excuse liée au dénivelé ou à l’effort pour ne pas en faire. Les grandes villes se l’approprient et en mettent à disposition, Lyon d’abord, puis Paris, Barcelone…partout.
l se plie, se range, se transporte encore plus facilement. Il se montre, on le fait briller ou on le laisse vieillir. Le vintage lui redonnera ses lettres de noblesse. On le personnalise, on le customise, il nous ressemble ou ressemble à nos désirs, voir nos délires…
Partout où je vais, sa diversité et sa différence d’un pays à l’autre enrichie toujours plus son capital sympathie.

enfin, avec l'importance grandissante de prendre soin de la planète, le terme "la mobilité douce" a fait son entrée dans nos quotidiens et lui donne encore plus d'intérêt auprès d'un public qui ne le regardait pas il y a encore peu.

C'est certain, on n'a pas encore fini d'en entendre parler :D

Préambule sur le vélo
Commentaires
marie31 - 14 déc.
bravo pour ce périple mais je reste un peu sur ma faim cote technologie . quelle autonomie chargé sur des parcours VTT avec un peu de denivelé ?
Que rechargeais tu avec ton panneau ? une seconde batterie ? une batterie tampon ? ton electronique ( gps telephone etc ) ?
quand je vois le temps de charge de la batterie de mon velotaff j ai du mal a imaginer qu il se charge avec un panneau

PS impossible de visionner les videos