2 membres et 30 invités en ligne

Au coeur de l'Arménie en famille

Au coeur de l'Arménie en famille

(réalisé)
Un beau voyage à vélo de 3 semaines en Arménie avec nos 3 enfants de 6, 9 et 11 ans, à la découverte d'une terre sauvage, accueillante et riche en histoire.

Alternance de sommets, de hauts-plateaux, de lacs et de plaines, le tout ponctué de nombreux monuments chargés d'histoire et d'un accueil incroyablement chaleureux du peuple arménien.

Notre séjour s'est décomposé en 5 grandes étapes :
  1. Du lac Akna au monastère de Géghard : au programme, montagne, "randonnée vélo" dans les hauteurs, visite du superbe monastère rupestre de Geghard classé à l'Unesco.
  2. De Géghard à Noravank, en passant par Khor Virap et la plaine de l'Ararat : deux sites magnifiques, au pied de l'Ararat pour l'un, dans un superbe cirque de falaises pour le second.
  3. De Noravank à Dilidjan en passant par le plateau de Sevan : la découverte du col de Selim et de son caravansérail, puis le lac Sevan, l'un des plus grands lacs d'altitude au monde, avant de passer deux nuits reposantes dans la petite Suisse arménienne de Dilidjan.
  4. De Dilidjan à Erevan, en passant par le haut-plateau de l'Aragatsotn : la découverte du superbe monastère d'Haritchavank, puis l'immersion au sein d'une Arménie rurale et accueillante.
  5. Quelques jours de visite à Erevan : capitale de contraste haute en couleur et en histoire.


Au bilan :

- 400 km parcourus à vélo, 200 km en stop ou fourgon 
- Un pneu éclaté en raison de la chaleur, 2 crevaisons, une dizaine de plaquettes de freins changées (!), pas de casse matérielle
- De bonnes averses et quelques orages, notamment dans les Geghamas et sur le plateau de Sevan
- Une bonne dizaine de pastèques offertes sur le bord des routes, des tomates, des prunes, et autres fruits !

  • Les points positifs :

- Des dizaines et des dizaines de rencontres avec des Arméniens nous accueillant comme des membres de leur famille
- Des échanges qui nous ont convaincu de la force de caractère des Arméniens, dans un contexte de guerre et d'incertitudes sur l'avenir : quel exemple d'espérance et de courage !
- Une terre riche de paysages magnifiques, des territoires préservés et sauvages
- Un pays qui ne connait pas encore tourisme de masse et ses ravages 
- Les monuments historiques superbes et variés qui ont ponctué notre itinéraire
- Un pays attractif pour les enfants, à la fois en raison des visites, mais aussi des paysages et de l'accueil de la population
- La facilité à trouver des lieux de bivouac dans les zones sauvages
- L'accès à des points d'eau et à de petits commerces dans tous les villages
- et beaucoup d'autres encore !

  • Les points négatifs :

- Une présence de chiens un peu trop nombreuse au goût des enfants (même si nous n'avons jamais eu de vraie frayeur)
- Quelques ondées sur le plateau de Sevan, mais bien équipés ça n'est pas un problème
- Difficultés à se ravitailler en matériels/pièces pour le vélo (il suffit de prévoir un minimum de pièces d'usure!)
- Donc, au final, pas grand chose !

--------

Mais surtout, l'Arménie, c'est un pays au patrimoine incroyable, aux paysages saisissants et grandioses.
C'est un pays à l'histoire mouvementée qui a façonné un peuple doté d'une grande espérance et d'une grande générosité.

Un voyage en Arménie, c'est un voyage qui ne laisse pas indifférent et que l'on garde en mémoire toute sa vie.

N'hésitez pas à me contacter si vous projetez un voyage en Arménie, je vous répondrai avec plaisir!

Merci aux familles TSAGA et Dagicour, à Cansucre et d'autres encore, qui nous ont tant inspirés !
vélo de randonnée
Quand : 01/08/21
Durée : 21 jours
Distance globale : 653km
Dénivelées : +7561m / -7547m
Alti min/max : 811m/3262m
Carnet publié par Elac le 24 nov.
modifié le 17 avr.
Coup de coeur ! 886 lecteur(s) -
Vue d'ensemble

Le topo : De Gyumri à Erevan (mise à jour : 17 avr.)

Distance section : 225km
Dénivelées section : +1208m / -1467m
Section Alti min/max : 1034m/2123m

Description :

Nous poursuivons notre route depuis Gyumri jusqu'à Erevan. Ce tronçon est l'occasion de découvrir le superbe monastère d'Haritchavank et de nous immerger en profondeur dans l'Arménie rurale, pour goûter à l'hospitalité incroyable des Arméniens.

Partout où nous passons, nous sommes accueillis comme des membres de la famille. Un parcours mémorable.

Télécharger traces et points de cette section au format GPX , KML
Télécharger traces et points pour l'ensemble du carnet (toutes les sections) GPX , KML

Le compte-rendu : De Gyumri à Erevan (mise à jour : 17 avr.)

Nous faisons un saut en minibus pour rejoindre Gyumri et écourter un tronçon moins intéressant. 
Nous entrons alors dans une Arménie rurale, où nous allons goûter chaque jour la générosité et l'hospitalité arménienne.

Ce peuple tant éprouvé dans son histoire nous prouvera de nombreuses fois combien la joie, l'accueil et l'espérance sont profondément ancrés en lui.

Nous quittons donc Gyumri pour rejoindre le monastère d'Haritchavank, à côté duquel nous souhaitons passer la nuit.

La journée est assez difficile car près de 600 m de dénivelé+ nous attendent sous un soleil de plomb, avant de profiter de températures plus douces une fois sur le plateau de l'Aragatsotn, à près de 2000 m d'altitude.

L'arrivée sur le haut-plateau de l'Aragatsotn est un moment mémorable : les blés moissonnés au pied de l'Aragat et les étendues à perte de vue balayées par le vent sont superbes !
Plaine moissonnée du haut-plateau de l'Aragatson
Plaine moissonnée du haut-plateau de l'Aragatson
Dans une petite église de village
Dans une petite église de village
Nous demandons de l'eau, et nous voilà attablés pour un festin ! Quel accueil, quelle générosité !
Nous demandons de l'eau, et nous voilà attablés pour un festin ! Quel accueil, quelle générosité !
Quelques fringuants bolides en réparation !
Quelques fringuants bolides en réparation !
Nous arrivons au monastère d'Haritchavank, fondé au VIIème siècle, dont les influences turques et persanes en font un monument élégant, implanté face à un superbe panorama.

Le gardien nous autorise à planter la tente aux premières loges dans l'enceinte du monastère et se prend d'affection pour les enfants : visite privée et insolite, tours de magie et balançoire sont de la partie! Les enfants sont ravis.

Et c'est donc une fois de plus dans un cadre magnifique que nous allons passer notre prochaine nuit. Nous rencontrons en soirée le prêtre arménien du lieu et quelques fidèles, qui nous font un bon accueil. Et nous parlons quelques instants, sur un ton grave, de la situation de l'Artsarh.
Aux premières loges !
Aux premières loges !
Une petite chapelle s'est décrochée de la falaise suite au tremblement de terre de Gyimri en 1988. Son maintien en équilibre tient du miracle !
Une petite chapelle s'est décrochée de la falaise suite au tremblement de terre de Gyimri en 1988. Son maintien en équilibre tient du miracle !
Après une nuit reposante, nous reprenons la route vers l'Est. A peine une dizaine de kilomètre sont parcourus et, alors que nous nous reposons assis au bord de la route, nous rencontrons Erina, une jeune maman, qui nous propose de venir déjeuner chez elle.

Les enfants sont ravis de trouver de petits camarades et passent un bon moment ensemble. Nous en profitons pour faire un atelier de réparation car un vélo est crevé. C'est l'occasion de donner un petit cours collectif sur la réparation d'un pneu crevé !

A peine repartis, une autre villageoise nous propose de prendre le "café". Nous déclinons car il faut tout de même reprendre la route, mais nous voilà repartis avec une botte de carottes du jardin !
Les enfants sont ravis de se faire des amis !
Les enfants sont ravis de se faire des amis !
Nous devons décliner une invitation à prendre un café car il faut reprendre la route, mais nous repartons avec une belle botte de carottes !
Nous devons décliner une invitation à prendre un café car il faut reprendre la route, mais nous repartons avec une belle botte de carottes !
Vue superbe sur les 4090 m du mont Aragat
Vue superbe sur les 4090 m du mont Aragat
Dans la soirée, alors que le vent souffle fort et que nous peinons à progresser, nous tombons sur un agriculteur qui nous propose de passer la nuit chez lui. Nous dormons donc cette nuit là dans de petits préfabriqués, dans une ferme au coeur d'un petit village.

Une fois de plus, sans même avoir demandé quoi que ce soit, l'hospitalité arménienne s'est encore manifestée ! C'est l'occasion d'un temps d'échange et de partage avec cette famille sympathique, qui a même de la famille en France. Nous partageons avec eux notre repas, goûtons au fameux Koniak arménien et parlons de la vie en Arménie.

Quel bon moment !
Photo de groupe avant le départ !
Photo de groupe avant le départ !
Nous reprenons la route en direction du lac d'Aparan, où nous dénichons un lieu de bivouac rêvé pour passer la nuit. Après un orage intense et de courte durée pendant lequel nous nous réfugions sous la tente juste montée, nous allons à la découverte du lac et de ses alentours.

Le coin est superbe, et c'est une soirée mémorable que nous allons passer là, au pied d'une chapelle en ruine face au lac, une petite source d'eau pure à proximité !

La soirée se termine par une veillée familiale au coin du feu.
Un moment inoubliable pour notre dernière nuit d'aventure en terre arménienne.
Jolie vue à 180° ! Et quel calme...après l'orage !
Jolie vue à 180° ! Et quel calme...après l'orage !
Seuls au monde
Seuls au monde
Veillée chants au coin du feu
Veillée chants au coin du feu
Nous reprenons la route, direction Erevan, pour notre dernière journée de vélo avant de rejoindre la capitale.

Nous visitons une charmante petite église située dans le superbe canyon de Kazakh.
Le long du canyon de Kazakh : une vue superbe sur les pâturages et les montagnes voisines
Le long du canyon de Kazakh : une vue superbe sur les pâturages et les montagnes voisines
Après avoir franchi l'autre versant du canyon de Kazakh et poursuivi notre route quelques kilomètres, nous tombons sur un automobiliste qui s'arrête à notre niveau et nous "force" à accepter toute une cargaison de fruits ! Il faut lui indiquer que nous n'allons pas pouvoir tout transporter pour qu'il arrête de nous offrir des fruits ! Il faut dire que nous peinons à savoir où nous allons caser nos 2 énormes pastèques et tous les fruits qu'ils nous a donnés !

Cet homme d'une grande gentillesse nous invite même à venir lui rendre visite lorsque nous serons arrivés à Erevan, ce que nous ferons quelques jours plus tard lors de notre visite d'Erevan. Et une fois de plus, l'accueil formidable que nous recevons est une vraie leçon de vie pour nous et nos enfants, nous incitant nous aussi à plus d'ouverture et à nous montrer aussi accueillants une fois rentrés en France.
Nous repartons chargés avec des kilos de pastèques, de prunes, etc.
Nous repartons chargés avec des kilos de pastèques, de prunes, etc.
Arrivés à Erevan, nous prenons quelques jours pour visiter cette capitale, ville de tous les contrastes qui nous rappelle le profond fossé qui existe entre une Arménie rurale que nous avons parcourue pendant plusieurs semaines, et une Arménie moderne que nous avons maintenant sous les yeux.
Vue sur Erevan
Vue sur Erevan
Place de liberté, lieu de contestation historique mais aussi de nombreuses manifestations culturelles
Place de liberté, lieu de contestation historique mais aussi de nombreuses manifestations culturelles
Une ville de contraste
Une ville de contraste
Où la culture, l'histoire et la religion se mèlent
Où la culture, l'histoire et la religion se mèlent
------

Au bilan, l'Arménie, c'est un pays au patrimoine incroyable, un pays aux paysages saisissants et grandioses.
C'est un pays à l'histoire mouvementée qui a façonné un peuple doté d'une grande espérance et d'une grande générosité.

Un voyage en Arménie, c'est un voyage qui ne laisse pas indifférent et que l'on garde en mémoire toute sa vie.
Commentaires