Revelate Design Terrapin

par Anthony dans Vélo - Sacoches 07 Apr 709 readers Soyez le premier à aimer ! : Soyez le premier à commenter share(partager)

Revelate Design propose une sacoche de bikepacking pour tige de selle, en deux éléments distincts : le système Terrapin. À première vue, cette approche modulaire est séduisante pour sa facilité d’emploi. L’étanchéité annoncée et la solidité apparente sont aussi des atouts intéressants. J’ai pu utiliser cette sacoche pendant près de 3 semaines, en Normandie, début d’automne 2017. Résolument, cette sacoche a rempli son contrat comme vous pourrez le lire dans ce test.

À l'arrière, la sacoche Terrapin en action en Normandie.
À l'avant, un système conçu par Revelate Design également, testé aussi : voir le test du système Harness.
À l'arrière, la sacoche Terrapin en action en Normandie.
À l'avant, un système conçu par Revelate Design également, testé aussi : voir le test du système Harness.

Lors de mon périple fatbike et parapente en Normandie, l’organisation du matériel était décisive : il s’agissait de n’emporter que l’essentiel, tout en conservant un accès facile au matériel. Et pas question de mettre des sacoches "conventionnelles" : l’enjeu est de conserver une maniabilité la plus proche possible d’un VTT. Deux solutions s’imposaient : d’une part, adopter le minimalisme du BUL, et d’autre part, trouver des sacoches de bikepacking très pratiques, afin de passer d'une activité à l'autre très facilement. Et je n’ai pas été déçu par cet ensemble de sacoches Revelate Design ! Je vous présente ici la sacoche arrière Terrapin, et je vous propose de consulter aussi le résultat de mes tests de la sacoche avant Harness.

L'ensemble Revelate Design : sacoche Terrapin à l'arrière (testée ici), support Harness et sac Saltyroll à l'avant.
L'ensemble Revelate Design : sacoche Terrapin à l'arrière (testée ici), support Harness et sac Saltyroll à l'avant.

Caractéristiques principales

Petite fiche d’identité rapide :

  • 588g l’ensemble (415g le “socle” et 173g le sac)
  • Sac étanche (nylon 200D enduit PU)
  • Volume : 14L annoncés (confirmé par nos mesures)
  • Prix constaté : 130€
  • Fabriqué aux Etats-Unis (sauf sac étanche fabriqué en Chine)

À noter, il existe désormais une version plus petite (8 litres), aux caractéristiques assez proches.

Jusqu’à présent, j’ai apprécié les sacoches de bikepacking pour leur faculté à “épouser” le vélo. Dès que l’on sort des routes, cet aspect procure un confort de roulage particulièrement amélioré. Et cette sacoche ne déroge pas à la règle !
Néanmoins, dans le monde des sacoches de bikepacking, ce bénéfice apporte souvent, à mon sens, un manque de praticité, notamment dans l’accès et la gestion du matériel emporté. Avec la Terrapin, deux éléments m’ont immédiatement séduit :
- la construction en 2 éléments : une pièce solidaire de la selle et tige de selle, et un sac amovible. C’est ce qui rend cette sacoche particulièrement pratique, j’y reviendrai.
- les matériaux utilisés, étanches et solides, contribuent aussi au confort d’utilisation.

Autant le dire, lorsque je reçois la sacoche, j’ai tout de suite l’impression d’avoir entre les mains une sacoche de bikepacking très aboutie.

Revelate Design Terrapin

Installation et manipulation

Comme toutes les sacoches de bikepacking pour tige de selle que je connaisse, l’installation est simple. Je n’ai pas dit facile, j’ai dit simple, nuance ! Je m’explique : le système est toujours plus ou moins identique : un scratch pour entourer la tige de selle, et 2 petites sangles qui viennent envelopper chaque rail de la selle. Si la première opération est un jeu d’enfant, la seconde est quant à elle - selon le modèle de selle - parfois un peu plus fastidieuse. Notamment si le vélo est peu “stable” (il n’y a pas toujours un bel arbre à disposition pour caler le vélo !) ou la sacoche chargée par exemple.

C’est à ce problème que répond intelligemment cette construction en 2 éléments : un “socle” qui s’attache au vélo comme expliqué précédemment, dans lequel vient se loger un sac amovible. Les avantages sont immédiats :

  • Le socle, léger, est très facile à installer. Et une fois installé, il peut le rester pendant tout le voyage. Fini les prises de tête à passer les sangles autour des rails de la selle dans des positions inconfortables !
  • Le sac amovible se glisse et s’attache très facilement, quelle que soit la position du vélo. Même avec le vélo couché sur le côté, on peut juste faire tenir le sac dans un premier temps. On redresse ensuite le vélo, on serre les sangles, et le tour est joué. Pour avoir fait cette manipulation pendant 18 jours consécutifs, je peux assurer qu’elle s’avère facile, sinon vous m’auriez entendu pester depuis chez vous :-)
  • Conséquence directe des points précédents : le contenu du sac amovible peut être bien mieux organisé, et mieux compressé. Ca tombe bien, c’est exactement ce que l’on cherche dans ce genre de sacoche : moins le matériel utilise de place, plus la vie à bord est simple !
Le socle fixé sur le vélo, prêt à accueillir le sac amovible.
Le socle fixé sur le vélo, prêt à accueillir le sac amovible.
Le sac amovible, avec une valve pour faciliter la compression.
Le sac amovible, avec une valve pour faciliter la compression.
La fixation sur la tige de selle et les rails de la selle est simple.
La fixation sur la tige de selle et les rails de la selle est simple.

À eux seuls, ces 3 points m’ont véritablement rendu la vie facile à chaque bivouac. Le rangement matinal était simple et efficace. Pas une seule fois j’ai galéré à harnacher le sac amovible. D’ailleurs, bien qu’elle soit composée de 2 éléments, leur imbrication est très bonne et on ne note aucune différence de comportement au roulage avec une sacoche “mono-bloc”. L’ensemble est robuste et ne bouge pas.

Que ce soit pour retirer le sac amovible ou la sacoche, l’opération ne prend que quelques secondes. Rien de révolutionnaire ici. À noter qu’il est bien sûr possible de retirer l’ensemble “socle+sac” en un bloc également : on se retrouve avec une sacoche de bikepacking classique. 2 en 1 donc !

Pourvu des sacoches de bikepacking, le vélo garde toute sa maniabilité :-)
Pourvu des sacoches de bikepacking, le vélo garde toute sa maniabilité :)
Les 2 éléments solidaires forment une sacoche de bikepacking classique.
Les 2 éléments solidaires forment une sacoche de bikepacking classique.

Le tableau est jusque là idyllique me direz-vous. Comme toute sacoche de bikepacking, il faut toutefois bien vérifier que la géométrie du vélo permet d'utiliser pleinement la sacoche. Sur mon VTT, cela ne pose aucun problème (cf. 1ère photo ci-dessous), mais sur le fatbike, la sacoche pouvait se retrouver un peu plus proche de la roue (cf. 2e photo), auquel cas le volume utilisable est un peu moindre (pour éviter que la sacoche ne touche la roue lors de secousses). Pourtant, les deux vélos sont bien à ma taille :-). J'ai noté quelques mesures sur la première photo pour donner un ordre d'idée. Si l'espace vient à manquer, on pourra éventuellement s'orienter vers la petite soeur de la Terrapin : la "Terrapin 8L".

Chargé à 14L, le sac étanche fait environ 45cm de longueur.
Sur cette photo, au niveau du 32e centimètre, depuis le dessous de la sacoche il y a 22cm jusque sous la selle, et 13cm jusqu'à la roue.
Chargé à 14L, le sac étanche fait environ 45cm de longueur.
Sur cette photo, au niveau du 32e centimètre, depuis le dessous de la sacoche il y a 22cm jusque sous la selle, et 13cm jusqu'à la roue.
Sur le fatbike, on remarque bien que la sacoche est plus proche de la roue. Il faut donc bien penser à mesurer l'espace disponible entre la selle et la roue.
Sur le fatbike, on remarque bien que la sacoche est plus proche de la roue. Il faut donc bien penser à mesurer l'espace disponible entre la selle et la roue.

Tant qu’à chipoter, un autre point pourrait être amélioré : personnellement, j’aime bien rajouter un élastique sur la face supérieure de ce type de sacoches, afin d’y glisser rapidement une veste ou un élément qui sèche par exemple. Des boucles sont ici présentes, mais elles sont très rapprochées et situées sur une partie flexible du socle : on peut y mettre du matériel, mais il faut bien s'assurer d'arnacher le matériel correctement. Deux petites boucles supplémentaires sur la partie rigide du socle permettraient de réaliser une sorte de croisillons plus fiables (et il sera difficile de les coudre soi-même puisque le socle rigide est … très rigide !).

À noter que Revelate Design propose :

  • soit de mettre des sangles comme ses "Washboard strap"
  • soit d'utiliser une petite poche nommé "Spocket" qui vient se fixer dessus
J'ai rajouté un cordon élastique qui passe dans les 4 boucles disponibles, pour y glisser du petit matériel facilement. Deux boucles supplémentaires n'auraient pas été de trop. J'aurais aussi pu mettre un cordon de plus gros diamètre :-).
Note : la sangle rouge la plus à droite sur la photo peut être déplacée, et ainsi servir de support à un feu arrière.
J'ai rajouté un cordon élastique qui passe dans les 4 boucles disponibles, pour y glisser du petit matériel facilement. Deux boucles supplémentaires n'auraient pas été de trop. J'aurais aussi pu mettre un cordon de plus gros diamètre :).
Note : la sangle rouge la plus à droite sur la photo peut être déplacée, et ainsi servir de support à un feu arrière.
Le matin, mon tarp humide est installé sur la sacoche grâce au cordon élastique ajouté. Pour assurer, je faisais un petit noeud simple avec le cordon du sac vert (dans lequel je rangeais le tarp) directement sur un élément de la sacoche, pour ne pas risquer de le perdre sur une secousse.
Le matin, mon tarp humide est installé sur la sacoche grâce au cordon élastique ajouté. Pour assurer, je faisais un petit noeud simple avec le cordon du sac vert (dans lequel je rangeais le tarp) directement sur un élément de la sacoche, pour ne pas risquer de le perdre sur une secousse.

Solidité et fiabilité

En guise d’intro de cette section, je vais aller droit au but : cette sacoche semble particulièrement résistante ! Après 3 semaines en Normandie, elle revient comme neuve. Seules les tâches trahissent son utilisation intensive ! C’est assez conforme au ressenti que l’on a en manipulant l’objet : les matériaux utilisés sont étanches et robustes, taillés pour une utilisation tout terrain.

L'étanchéité est un très bon point concernant la praticité évoquée plus haut : nul besoin de compartimenter le contenu dans des sacs étanches. On glisse les affaires, on compresse et l’affaire est dans le sac, c'est le cas de le dire. Simple et efficace. Si on peut, on prend le soin de mettre les objets les plus denses au fond, afin de limiter nettement d'éventuels mouvements de ballotements en roulant.

Note à propos du compartimentage : je le pratique régulièrement avec un sac à dos, mais je trouve cela particulièrement incommode pour les sacoches de bikepacking qui sont trop étroites. Conséquence directe : sauf à être un as du Tétris, on perd nécessairement de l’espace de rangement en compartimentant une sacoche de bikepacking.

Les matériaux utilisés étant particulièrement solides, on n’hésite pas à compresser à fond le sac étanche en s’appuyant sur le sol. Et on gagne nettement en volume. Revelate Design a tout prévu : une petite valve est présente pour optimiser la compression : ça évite de s’y reprendre à plusieurs fois pour fermer le sac, encore un bon point !

Le matériau du socle, du X-Pac VX21, est particulièrement résistant. Doublé avec le sac étanche, on ne craint ni la perforation ni l'humidité.
Le matériau du socle, du X-Pac VX21, est particulièrement résistant. Doublé avec le sac étanche, on ne craint ni la perforation ni l'humidité.
La petite valve vient se placer parfaitement au bord du socle.
La petite valve vient se placer parfaitement au bord du socle.

Quant à la fiabilité, je l’ai éprouvée sans me poser de questions, c’est dire si j’avais confiance ! En effet, pendant tout le voyage, j’y ai placé ma doudoune et mon sac de couchage, deux éléments très importants qu’il convient de parfaitement protéger. Eh bien, quelle que soit la météo rencontrée, et même avec les remontées d’eau salée sur les kilomètres de plage, tout est toujours resté parfaitement sec. Comme toujours avec une telle étanchéité, le risque est plutôt d’y faire pénétrer de l’humidité (au bivouac par exemple, ou en mettant un objet humide dedans) : il faut alors bien penser à aérer le matériel quand la météo devient clémente pour éviter que l’humidité ne stagne.

De manière générale, je n’ai rien trouvé à redire sur la construction de l’ensemble ni sur les finitions. Des renforts sont présents aux endroits stratégiques, et comme je l’ai déjà dit, l’ensemble n’a pas bronché en 3 semaines d’utilisation intensive. Bien sûr, il existe des sacoches plus légères, mais le poids est ici synonyme d’une commodité à toute épreuve, loin d’être futile ! Une sacoche prête à endurer bien des kilomètres, et qui n'abîme pas le vélo non plus (parfois les frottements de certaines sacoches peuvent détériorier la peinture du cadre par exemple). Si on craint ce dernier point, un simple petit autocollant transparent permet d'éviter cette usure à très long terme.

Mention spéciale pour la "réparabilité" de la sacoche : deux petites sangles de remplacement sont fournies, pour d'éventuelles réparations, mais j'ai le sentiment qu'elles ont peu de chances de servir... Aussi il est possible de trouver sur le site de Revelate Design des éléments de remplacement pour des pièces spécifiques (comme le tout petit bout de "sangle" qu'on glisse sur les rails de la selle). Un point agréable pour des sacoches de cette qualité, ce qui ne remet pas en question leur solidité !

La sacoche Terrapin a été soumise à toutes formes d'humidité, et j'ai toujours retrouvé la doudoune et mon duvet secs à l'intérieur, sans ajouter d'autres protections que le sac étanche lui-même.
La sacoche Terrapin a été soumise à toutes formes d'humidité, et j'ai toujours retrouvé la doudoune et mon duvet secs à l'intérieur, sans ajouter d'autres protections que le sac étanche lui-même.

Conclusion

C’est évident, j’ai été particulièrement satisfait par cette sacoche pendant tout le séjour. S’il était inévitable d’utiliser une sacoche de bikepacking pour ce trip, je craignais que son utilisation manque de commodité… Et cette sacoche Revelate Design Terrapin a été agréablement surprenante dans le domaine : sa solidité couplée à sa construction en deux éléments la rendent vraiment pratique en toutes circonstances. Je l’affirme volontiers : c’est un produit très abouti et très bien fini !

Ce que j’ai aimé :

  • Pratique, grande facilité d’utilisation au quotidien
  • Solidité des matériaux et très belles finitions
  • Etanchéité parfaite
  • Bien solidaire du vélo, pas de mouvements parasites

Ce que j’ai moins aimé :

  • Dommage qu’il n’y ait pas de boucles supplémentaires sur le “socle”
  • Je n'ai pas trouvé d'autre chose à redire !


Lors de mon trip en Normandie, j’ai utilisé en parallèle la sacoche Harness : l’ensemble conçu par Revelate Design est particulièrement cohérent, dans une même approche pratique du bikepacking.

Un grand merci à Cyclo-randonnée qui m’a dépanné en totale urgence de cette sacoche à quelques jours de mon départ !


Quelques caractéristiques supplémentaires :

  • 4 coloris disponibles (du socle, le sac amovible est lui toujours noir)
  • Le matériau du socle est du "VX 21 X-pac"
  • Compatible avec les tiges de selle en carbone

 

Fiche constructeur : 
https://www.revelatedesigns.com/index.cfm/store.catalog/seat-bags/TerrapinSystem

Revelate Design Terrapin
Revelate Design Terrapin
Revelate Design Terrapin
Commentaires