Fabrication d'une remorque à vélo artisanale

par Johanna dans Technique 25 févr. 2007 mis à jour 27 janv. 2014 159142 lecteurs 3 commentaires (partager)

fabrication remorque velo surfFabrication illustrée d'une remorque de vélo

Voir aussi les articles de remorques à vélo que nous avons testées

Deux frères. Un passionné de vélo, Hugues. Un amateur de projets originaux, Stéphane. Des kilomètres de pistes cyclables en bord de mer. Une côte remplie de spots majeurs, le Médoc. Le projet est né, Ride’n Surf : longer l’océan à vélo avec planche de surf et matériel de bivouac, surfer et profiter de la nature.
Pour cela, Huges et Stéphane décident de fabriquer une remorque à vélo spécialement designée pour transporter une planche de surf. Voici le processus de fabrication illustré, ainsi que le récit du périple Ride'n surf.

Article de Stéphane et Hugues Egly, Floriane Ferreira-Reis publié dans Carnets d'Expé n°4

remorque velo surf Landes

Fabrication de la remorque

Objectif : fabriquer une remorque permettant de transporter une planche de surf derrière un vélo.
Matériel : 2 roues 16 pouces (BMX enfant), barres en acier de différentes sections, tubes en aluminium.
Temps passé : Conception : 6 heures, apprentissage de la soudure : 4 heures, construction : 10 heures.
Coût approximatif : 1 paire de roues : 40 euros, acier : 10 euros, tube alu : 20 euros, peinture anti-corrosion.

fabrication remorque velo surf

Ne trouvant rien d’adapté dans le commerce, je décide de concevoir et de fabriquer moi-même la remorque… et puis ça ajoute un petit plus à l’excursion. Cette réalisation nécessite que je fasse un plan de remorque original et que j’apprenne à souder. Ayant suivi des études de sciences physiques, je connais la théorie ; passer à la pratique est une autre histoire…

fabrication remorque velo surf

Nous voulons une remorque légère, maniable, réutilisable et qui puisse bien sûr supporter le poids de la planche de surf, du morey, du matériel afférant (combi, palmes, serviettes etc.) voire d’une personne, en cas de nécessité. Je m’inspire des remorques pour enfants.
Côté légèreté, l’aluminium paraissait l’idéal car en plus il s’agit d’un matériau inoxydable. Cependant, souder de l’aluminium requiert du matériel onéreux et un savoir–faire que je suis bien loin de posséder ! L’acier est donc retenu. La composition de la remorque est assez simpliste : un essieu avec au-dessus une structure portante, le tout relié par des tubes en alu (non soudés) à la tige de la selle du vélo.

fabrication remorque velo surf

Je décide de construire un essieu “universel” et de le surdimensionner par rapport aux besoins de ce voyage afin de pouvoir le réutiliser pour d’autres occasions. L’essieu est l’élément le plus important, les autres pièces pourront toujours être bricolées en cours de route en cas de défaillance.
L’essieu est composé de deux roues reliées par une barre en acier de section en L. J’ai choisi des roues – arrière pour avoir un moyeu plus long – de VTT enfant.
Sur chaque roue il faut d’abord décaler le moyeu pour qu’il ne dépasse que d’un seul côté, celui lié à la remorque. Une des grosses difficultés est ensuite de bien souder symétriquement les deux roues sur la barre pour respecter le parallélisme. Enfin, je soude deux petites plaques en acier sur le dessus de la barre. Une fois ces plaques percées, j’obtiens un moyen d’accueillir n’importe quelle structure (siège enfant, caisse, etc.), qui plus est, amovible, car boulonnée sur l’essieu. Bien pratique aussi pour mettre la remorque dans un coffre de voiture !

fabrication remorque velo surf

J’ajoute, à la verticale de l’essieu, une structure avec des barres d’acier afin de surélever la planche destinée à se poser dessus. Je complète le tout avec une dernière partie composée de longs tubes en alu (un de 1,50 m et deux de 1 m) reliant l’ensemble à la selle du vélo.

Le résultat est satisfaisant : la remorque est légère, maniable, peu onéreuse et assez fiable. Et surtout elle permet de tracter la planche de surf ainsi que des affaires au dessus (morey et sacs) ; on peut aussi caser un sac de matériel directement sur l’essieu (voir photos).

Pendant le périple, la remorque n’a pas été épargnée : nids de poules, branches sur le sol, à-coups, sable. Hugues, responsable en chef du tractage n’a pas hésité à tester sa résistance ! Et elle a tenu le coup, une véritable remorque tout terrain ! Finalement c’est moi qui ai réussi à faire flancher la chose le seul et unique jour où j’ai fait le tractage : une soudure secondaire réalisée à 4 heures du matin la veille du départ avec une baguette de soudure de mauvaise taille. Entre reporter le départ et tenter le coup, nous avions choisi… La plage était belle. Immense. Dégagée. Un tronc d’arbre trônait au centre. A croire que je l’ai consciencieusement visé... J’ai bien pensé à faire un écart… de 5 cm, oubliant complètement la carriole qui est allée s’éclater sur le tronc. Elle a volé, la soudure aussi ! Et voilà l’intérêt d’un bon essieu ! La planche de surf est descendue d’un étage et après réparation nous l’avons posée, d’un côté directement sur le fameux essieu, et de l’autre sur le porte-bagages.

fabrication remorque velo surf fabrication remorque velo surf

Récit du périple Ride'n surf

Deux frères. Un passionné de vélo, Hugues. Un amateur de projets originaux, Stéphane. Des kilomètres de pistes cyclables en bord de mer. Une côte remplie de spots majeurs, le Médoc. Le projet est né, Ride’n Surf : longer l’océan à vélo avec planche de surf et matériel de bivouac, surfer et profiter de la nature.
Voici le récit d’une excursion originale qui montre que le voyage d’aventure est possible en France et qu’avec un peu d’imagination on peut trouver des terrains de jeux au pas de sa porte !

L’envie est née en février dernier, lors d’un séjour sur la côte atlantique. Voyant les nombreuses pistes cyclables qui débouchent sur les plages, nous avons eu l’idée de revenir avec nos vélos et nos surfs. L’objectif était double : explorer ce coin du Médoc de manière quelque peu insolite et atteindre des spots de surf moins fréquentés, tout en déplaçant facilement notre matériel. Nous fixons le départ au mois d’avril. Température de l’eau : 17 degrés, température extérieure : 20 degrés. C’est parti ! Première étape : l’organisation.

fabrication remorque velo surf

Tout d’abord : la logistique. Le surf mesure 2,20m. Un peu juste pour le porte-bagages ! Le commerce ne propose pas de remorque adaptée et nous nous apercevons vite qu’il est plus facile pour un cycliste de promener bébé que de tracter une planche. Inspirés des remorques de vélos conçues pour les enfants, nous décidons d’en fabriquer une sur mesure pour notre “petit”… surf. Stéphane sera le maître d’œuvre. Cette réalisation “maison” nécessite l’achat d’un poste à souder, de barres de métal et de deux petites roues de VTT.

fabrication remorque velo surf

La remorque terminée (2 heures avant de partir…), nous voilà fin prêts. Le départ se fait de nuit comme pour la majorité de nos trips ; nous aimons ces entrées en matière franches qui nous mettent tout de suite dans l’ambiance du voyage ! Les vélos sont chargés à bloc, au total environ 50 kilos : nourriture, eau douce, habits, affaires de bivouac, planche de surf et morey… Notre principale inconnue repose sur la composante sable. En effet, nous partons avec un VTT et un VTC dont les roues plus fines risquent en s’enfonçant dans le sable, de ralentir notre duo…en espérant que cela ne le stoppe pas net !

Les premiers kilomètres sont encourageants : la remorque, aussi surnommée carriole, se met en route et remplit sa mission. Chargée de plus d’une vingtaine de kilos, elle se comporte à merveille sur route comme sur terrain mouvant mais a plus de mal à passer les “nids de poules”. Le sable ne pose pas de problème.

Nous roulons dans un cadre varié : dunes, bord de mer, pinèdes, collines. Paysages magnifiques, proches et familiers et pourtant si dépaysants ! Les VTT nous permettent d’accéder à des lieux sauvages et tranquilles, des coins de notre beau pays où la civilisation n’a pas encore tout envahi ! Le Médoc nous offre ce calme si précieux. Et la carriole suit…tant bien que mal !

fabrication remorque velo surf

Le surf est possible dès le premier matin. L’Océan Atlantique offre de belles vagues propices à la pratique de ce sport. Pédaler sur la plage nous permet de les repérer et de les choisir. Nous pouvons ainsi surfer au gré de nos envies sur de superbes spots, peu fréquentés, ignorés pour la plupart par absence de voies d’accès directes depuis la route. L’eau fraîche nous saisit… mais taquiner la vague à n’importe quelle heure de la journée, sans personne à des kilomètres reste un plaisir inoubliable. Et puis, les conditions climatiques nous sourient : le temps est globalement beau, le soleil chaud, parfois brûlant – exceptionnel pour la saison –, et les rouleaux sont plutôt bien formés !

fabrication remorque velo surf

Le VTC se comporte assez bien sur le sable mais le VTT offre tout de même plus de confort. Afin de bénéficier d’un sol dur et lisse plus adapté au maintien d’un rythme satisfaisant, nous essayons au maximum de rouler à marée basse. Lorsque le passage par la plage semble impossible, nous en profitons pour rejoindre les pistes cyclables et nous enfoncer parfois plus profondément dans les terres, nous découvrons ainsi de nouveaux paysages comme celui du lac d’Hourtin.
Les pistes cyclables empruntées se révèlent d’une grande diversité : chemins de terre, bandes en béton de 30 cm, petites routes goudronnées et passages sablonneux… Elles constituent un véritable réseau qui s’intègre bien à l’environnement. Et puis, avouons-le, le relief du Médoc présente peu de dénivelé : parcourir ces chemins à vélo peut se résumer par : “le confort sans trop d’efforts” ! Ce qui nous convient plutôt bien… surtout à Hugues, principale bête de somme affectée au tractage de la remorque !

Voyage réussi ! Activités sportives ludiques, randonnée nature, bivouacs tranquilles, chouette ambiance, et notre carriole dernier cri a fait ses preuves !

fabrication remorque velo surf

Commentaires
posté le 08 oct. 2013
Anonyme
joli bricolage. Cependant je trouve la charge lourde très haute, où se situe le barycentre de la remorque chargée ?
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 20 oct. 2013
Stéphane
En effet, le barycentre de la remorque chargée est élevé et pour l'abaisser, nous avons placé les équipements les plus denses dans le sac posé sur l'essieu de la remorque et nous avons solidarisé la planche de surf avec le porte-bagage du vélo pour déplacer une partie de la charge haute sur le vélo (cf première photo de l'article)
Invité (utilisateur non inscrit)
posté le 25 oct. 2013
CHRISTOPHE
salut , faut savoir souder et aussi une fois la technique acquise faut acheter le matos je pense que sur le bon coin à moindre prix je trouverais mon bonheur.:grin
Invité (utilisateur non inscrit)